Navigation – Plan du site
Dossier – Classes sociales et rapports de classes

Ostentations vestimentaires affirmées et refusées : l’habillement à Recife comme marque de distinction sociale

Ostentações indumentárias afirmadas e negadas: o vestuário em Recife como marca de distinção social
Ostentatious Attires, Affirmed and Rejected: Dress Codes in Recife as a Mark of Social Distinction
Maureen O’Dougherty
Traduction de Luann Rosenthal-Erickson et Laure Bjawi-Levine
p. 143-163

Résumés

Cet article est consacré à l’étude de la distinction de classe par le vêtement à Recife dans les années 1970-1980. Sur la base de souvenirs personnels, d’observations et d’un corpus d’entretiens récents conduits auprès de contacts connus à l’époque, l’auteur essaie de comprendre ce que le choix vestimentaire pouvait signifier pour les groupes sociaux de cette ville. Discutant les théories classiques qui mettent en valeur le poids de la classe sociale dans la mode, ainsi que les travaux contemporains qui soulignent l’importance d’autres variables sociales dans les manières de s’habiller, l’article montre notamment que ces codes servaient à délimiter les frontières entre les classes et que les membres des classes moyennes supérieures attachaient une grande importance à empêcher les individus des classes populaires de bien s’habiller.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais

Article reçu pour publication en janvier 2014 ; approuvé en février 2015.

Texte intégral

1Il m’arrivait parfois de sortir le soir à Recife, une ville de la côte nordestine du Brésil qui comptait alors plus d’un million d’habitants. Avec un chiffre constant d’au moins 30 % de chômeurs, il était difficile d’y rencontrer une réelle vie nocturne mais les quelques lieux branchés qui n’avaient pas encore mis la clé sous la porte en cette période d’inflation et de récession du début des années 1980 étaient toujours fréquentés. Au coin de la rue, près du bar, un homme, gardien de voitures improvisé, nous indiquait où nous garer moyennant un pourboire. On entrait et on se mêlait au beau monde, des Brésiliens de la classe moyenne supérieure qui paraissaient suivre la mode de très près. En fait, ce n’était ni leur style particulier ni leur originalité vestimentaire qui avait frappé mon regard. Les boutiques du nouveau centre commercial situé près de la plage de Boa Viagem où je m’étais déjà promenée offraient le même spectacle. En revanche, ce qui avait attiré mon attention, c’était que les Recifenses qui évoluaient ces soirs-là dans des tenues aux couleurs coordonnées portaient sur eux, qu’ils soient hommes ou femmes, l’équivalent d’un mois entier de salaire minimum.

2Le salaire minimum et ses multiples sont essentiels au Brésil pour mesurer le niveau de vie de la plupart des travailleurs. À cette époque, les employées de maison et les journaliers recevaient un salaire minimum, les ouvriers d’usine, l’équivalent de deux, et les enseignants (comme moi), six. Il s’agit d’un indicateur crucial pour situer le contexte économique de cette époque, caractérisée par un taux d’inflation de 230 % par an. Les corrections monétaires des salaires des ouvriers aux revenus faibles et moyens avaient lieu seulement deux fois par an. Le mois précédant le réajustement était particulièrement difficile et même celui-ci effectué, les rémunérations restaient plus basses que ce qu’elles auraient dû être sans inflation.

3Durant ces soirées, je regardais mi-envieuse, mi-méprisante, ce qui semblait être l’expression d’un cas d’école. L’énorme fossé entre le pouvoir d’achat de la classe supérieure et celui de la classe ouvrière s’exhibait, en l’occurrence, par les manières de se vêtir. Il faut dire que la classe moyenne s’employait à maintenir visibles les différences. En voici un exemple. Une des personnes avec qui j’entretenais des relations régulières avait une jeune cuisinière-baby-sitter qui s’habillait pour travailler de la même façon que les adolescentes de classe moyenne. La première fois que je l’ai vue dans la cuisine, je n’ai pas saisi la situation et je me suis demandé pourquoi Rosele faisait faire la vaisselle à l’une de ses proches. La tenue de la jeune fille était, de fait, un sujet de conversation pour les voisins, ce qui amusait beaucoup mes amis. Certains se plaignaient qu’il était impossible de savoir qu’elle était une employée de maison. Ces considérations ne s’appliquaient pas qu’aux domestiques. Je me souviens avoir ri quand on me déconseilla de porter mes baskets pour sortir dans la rue. Ces chaussures de sport étaient en train de devenir à la mode mais les miennes avaient quelques trous aux orteils. Je répondis donc : « Vous croyez vraiment que quand je marche dans la rue on me prend pour une femme de ménage ? » Bien sûr, ce que je cherchais à affirmer – de façon quelque peu désobligeante – c’est qu’on ne me prendrait pas pour une femme du peuple. L’avertissement que je reçus n’aurait pas été nécessaire pour une Brésilienne de mon âge et de mon milieu social mais il indiquait néanmoins clairement que la classe se marque par le corps, l’allure et le maintien. Les exemples qui me viennent à l’esprit concernent des femmes plutôt que des hommes mais il est bien connu que, à Recife, les unes et les autres, lorsqu’ils sont privilégiés, semblent particulièrement soucieux de rendre symboliquement visible leur classe sociale par leur apparence personnelle et par les biens de consommation et autres accessoires qu’ils utilisent (Lurie 1981 ; McCracken 1990 ; Crane 2000 ; Barnard 2007).

4De ces bribes de souvenirs naissent évidemment de nombreuses questions. Étant donné l’énorme écart existant entre classes sociales dans le Nordeste du Brésil où les différences entre richesse et pauvreté sont si évidentes, si largement répandues, si oppressantes et si constantes, pourquoi les Brésiliens des classes moyennes et supérieures faisaient-ils de tels efforts pour manifester leur position sociale dans les moindres détails du quotidien ? Pourquoi certains membres de la classe moyenne éprouvaient-ils le besoin d’exercer une censure sur les quelques personnes de classe populaire qui cherchaient à bien s’habiller ? Quels étaient les enjeux ? C’est ce que cet article cherche à examiner en s’appuyant sur l’exemple de Recife dans les années 1970-1980 et à partir de la discussion de quelques perspectives théoriques sur les manières de se vêtir.

5Le contexte de cette étude est déterminant pour ses résultats. Depuis l’époque coloniale, le Nordeste du Brésil est un centre important de production de canne à sucre. Toutefois, il a connu une longue période de déclin qui a fait de Recife la capitale de la région la plus appauvrie du pays. C’est un endroit, cependant, où existe une ancienne bourgeoisie considérée comme très fermée. On ne peut comprendre cette réalité en quelques semaines. La matière des analyses que je propose ici provient de souvenirs de ma vie à Recife à trois moments différents : d’abord en 1973 comme étudiante d’un programme d’échange, puis en 1977 pour améliorer mon portugais et, plus tard, en 1984-1985 comme professeur d’anglais. Au cours de ces années, j’écrivais des lettres à mes parents racontant mes expériences. Ils les ont conservées. Elles font office ici de notes prises sur le terrain et offrent une base pour me remémorer certains aspects de la mode au sein de la classe moyenne de Recife. Pour ce texte, j’ai complété mes souvenirs par des discussions avec un échantillon de Recifenses natifs bien informés. En premier lieu, la famille brésilienne qui m’accueillit quand j’étais au lycée, ainsi que les employées de maison qui travaillaient chez elle, y compris l’une d’elles que j’ai connue lors de mon premier séjour. J’ai aussi interrogé des personnes de classe moyenne de mon âge. Pendant ces conversations, j’ai suscité leurs souvenirs à propos de la mode de l’époque tout en partageant les miens afin de voir comment ils répondaient à mes descriptions et de vérifier mes impressions sur ce que j’avais observé. Ces matériaux sont examinés ici à la lumière de perspectives théoriques afin d’expliquer la relation entre appartenance de classe et choix vestimentaires en croisant faits ponctuels et analyses.

6Il est important avant de commencer de préciser que, dans cette société brésilienne très inégalitaire, même si l’on admet que la classe moyenne comporte en général des subdivisions internes, il n’en reste pas moins que les frontières qui séparent classes supérieures, moyennes et ouvrières ont souvent une importance primordiale sur le déroulement des existences. C’est pourquoi lorsque je parle ici des classes moyennes, je considère leurs dimensions politiques, économiques et sociales de façon générale. Ce terme désigne donc des personnes ayant un revenu de plus de cinq salaires minimum, ayant terminé leurs études secondaires, faisant un travail non-manuel, ayant accès à des services de santé de qualité et vivant dans des logements standards (Ribeiro 2012). Il me faut également ajouter que je suis parfaitement consciente du fait que considérer seulement la mode comme indicateur de classe reviendrait à ignorer de nombreuses autres variables sociales importantes. Il est clair que la dimension symbolique du vêtement peut concerner le genre, l’âge, la sexualité, la nationalité, l’ethnicité, la pratique religieuse et la participation à des sous-cultures occidentales, non-occidentales ou globales (Nag 1991 ; Gill 1993 ; Craik 1994 ; Leshkowich & Jones 2003 ; Nenga 2003 ; Maynard 2004 ; Jones 2007 ; Barnard 2007 ; Abaza 2007 ; Blanco 2014). Certains théoriciens, de Thorstein Veblen (1934) à Pierre Bourdieu (1979), ont été critiqués pour avoir offert une vision étroite des préoccupations de classe dans le domaine de la consommation (Campbell 1994 ; Calhoun, LiPuma & Postone 1993). En effet, la vision top-down de Veblen sur l’imitation de statut et la présentation par Bourdieu des sujets comme uniquement calculateurs, favorisent l’idée d’élitisme. Même si ces critiques sont nécessaires, cela ne veut pas dire qu’il est raisonnable d’ignorer la contribution d’objectifs de classe ou de statut, surtout quand ceux-ci sont reconnus par les sujets en question, de même qu’il n’est pas raisonnable d’ignorer les liens entre consommation et inégalité. Nous rejoignons ici l’historienne Diana Crane (2000, 1) qui ouvre son étude sur la mode vestimentaire dans la classe moyenne en France, en Angleterre et aux États-Unis au XIXe siècle en affirmant :

L’habillement, l’un des marqueurs les plus visibles du statut social et de genre et, par conséquent, nécessaire au maintien ou à la subversion des frontières symboliques, indique comment les individus, à différentes époques, ont perçu leur place dans les structures sociales et ont négocié les frontières de leur statut social. Dans les siècles passés, l’habillement était le moyen principal d’identification dans l’espace public.

7Ces précisions faites, quelques justifications doivent être apportées sur la manière dont j’ai sélectionné les travaux au sein de l’immense corpus existant sur le sujet. Je me suis principalement inspirée d’un certain nombre d’études ethnographiques qui examinent les classes moyennes et la mode vers la fin du XXe siècle. Ainsi, Dulali Nag (1991) a regardé comment la presse indienne qui s’adresse aux Bengalis urbains, éduqués et de classe moyenne, représente les valeurs occidentales par opposition aux valeurs non-occidentales dans et à travers la mode vestimentaire. Lesley Gill (1993) a examiné les luttes symboliques de position de classe et d’identité chez les jeunes émigrés Aymara dans les zones urbaines de Bolivie en utilisant de manière différenciée les modes indigènes et européennes. En empruntant à Raymond Williams le concept de « structures des sentiments », l’étude de Sandi Nenga (2003) sur les souvenirs vestimentaires d’Américains de classes moyennes et populaires a présenté une vision fouillée du rapport entre vêtement et classe. Alors que les femmes de classe ouvrière étaient gênées lorsque, enfants, elles étaient obligées d’enfreindre les normes de leurs pairs, les jeunes filles de classe moyenne se rebellaient en violant les habitudes vestimentaires de leurs mères qui valorisaient les tenues raisonnables et correctes. Enfin, Karen Rafferty (2011) a finement étudié la composante émotionnelle dans les achats des Irlandaises de classe moyenne et a montré de façon subtile comment les facteurs de statut contribuent aux usages de la mode.

8Ces travaux récents et la littérature classique sur la théorie de la mode attirent à bon droit l’attention sur la manière dont les choix de consommation explicitent le statut et le positionnement social des individus (Barnard 2007). Le présent article se rattache à ces débats en privilégiant le concept de classe de façon à rétablir ce qui a pu être minimisé ou mal compris à ce sujet. Dans le cas de Recife, je cherche ainsi à comprendre ce que le vêtement pourrait avoir « exprimé » dans une région en déclin, à l’époque où le Brésil était considéré comme un pays de ce que l’on appelait alors le tiers-monde.

Mode vestimentaire et déclarations sur le rang social

9Quelle que soit leur position dans les débats, les théoriciens reconnaissent l’importance historique de la distinction de classe dans le fonctionnement des modes vestimentaires. Georg Simmel (1957), notamment, a établi les bases de la discussion en affirmant sans ambiguïté que la mode est un produit des différences de classes, qu’elle peut donner une unité symbolique aux unes et, en même temps, exclure les autres. La pertinence de cette analyse ne se limite pas à l’époque contemporaine. On sait ainsi que, dès le XIIIe siècle, dans le monde occidental, au moment où la position de la noblesse commençait à être menacée par un nouveau groupe aisé (la bourgeoisie), des lois – quoique difficiles à appliquer – vinrent règlementer les pratiques de consommation. Selon Frances Elizabeth Baldwin (1926), ces édits somptuaires visaient essentiellement à « préserver les différences de classe de façon à ce qu’un inconnu puisse dire, en regardant simplement l’habit de quelqu’un, à quelle couche sociale il appartenait » (apud Ewen & Ewen 1982, 122). En étendant cette analyse aux contextes non-occidentaux, Annette Weiner et Jane Schneider (1989, 5) ont affirmé que « la hiérarchie dépend en partie du riche attirail servant à objectiver le rang ».

  • 1  Voir aussi Craik (2005).

10On peut sans doute analyser le cas de l’employée trop bien habillée de mon amie en établissant une comparaison avec les lois somptuaires du passé : un code social imposait une différenciation vestimentaire selon le rang. Les uniformes ont toujours été l’un des outils de ces distinctions imposées. Là où ils sont utilisés, ils montrent clairement qui est qui, et ils permettent, sur cette base, d’exiger certains comportements. Comme l’observe Crane (2000, 90) pour les domestiques d’Europe et des États-Unis au XIXe siècle, ils « rendent les différences sociales entre les employeurs et les employés explicites et visibles1 ». Les uniformes n’étaient pas d’usage courant dans les maisons de classe moyenne que je fréquentais au Brésil. Et pourtant, les vêtements portés par les domestiques indiquaient clairement leur statut, même si ces tenues n’étaient pas et ne sont pas destinées à être vues dans la rue. Une employée domestique qui travaillait pour la famille qui m’hébergeait dans le quartier de Madalena en 1973 était arrivée de la campagne en 1964 à l’âge de 17 ans. Elle était restée à la même place pendant presque vingt ans avant de s’employer comme couturière dans une boutique (fermée maintenant) de la Torre. Elle se rappelle que, pour faire ce travail domestique (ménage, lessive et repassage), elle portait un tablier rose à carreaux. L’une des personnes de classe moyenne que j’ai interrogées se souvenait aussi de la robe à motifs comme étant le signe des femmes les plus pauvres et, ajoutait-elle, ces vêtements étaient souvent très usés. D’une manière générale, les employés occupés à des postes plus visibles portaient aussi des habits différents et reconnaissables. J’évoquerai un souvenir personnel pour illustrer la question des vêtements professionnels.

11En 1984-1985, je vivais à Casa Forte, un quartier de la classe moyenne supérieure dans l’arrière-pays, et je travaillais à l’American School of Recife située au bout de la plage urbaine de Boa Viagem. En général, je prenais la voiture pour aller au travail mais, au mois de mai 1984, il plut de façon torrentielle pendant plusieurs jours de suite. Dans certaines rues, y compris celles près de l’école, l’eau arrivait jusqu’aux genoux. Ayant déjà eu auparavant une très pénible expérience en conduisant par jour d’inondation, j’avais choisi de prendre les transports en commun. Au moment de monter dans le bus, j’eus une vision étonnante : des sièges remplis de jeunes femmes dont les tenues très semblables faisaient penser à un transport scolaire rempli d’étudiantes en uniforme. Un de mes contacts se souvenant de ces ensembles les a décrits comme des jupes trapèze ou droites allant jusqu’aux genoux (saias justas) de couleur foncée ou neutre portées avec un chemisier à manches courtes de couleur claire, ajoutant que ces « vêtements très simples étaient presque standardisés ». Une autre Recifense interrogée précisa que ces tenues n’auraient pas été portées par les employées domestiques en allant ou en rentrant du travail, comme je l’imaginais, mais plutôt exigées d’elles lorsqu’elles servaient, notamment face à des invités. Imposer certaines tenues ou même des uniformes aux employés peut ne pas être un problème en soi, et l’on peut défendre le côté pratique du port de vieux vêtements pour le travail manuel, mais il est indéniable que ces marqueurs vestimentaires renforcent les différences de classe.

12Ces situations ne sont ni neuves ni limitées au Brésil, bien évidemment. Crane (2000, 59) rapporte que les domestiques en Europe occidentale et aux États-Unis au XIXe siècle étaient critiquées lorsqu’elles s’habillaient à la mode : on y voyait une prétention mal placée d’égalité sociale. Dans son ethnographie de la culture de consommation de la classe moyenne de Katmandu, Mark Liechty (2003, 77) signale le même type de censure à l’encontre des pauvres qui suivent la mode. La littérature sur les travailleurs domestiques en Amérique latine apporte de nombreux exemples de ce type de réactions comme, parmi bien d’autres, en témoigne cet employé devenu activiste :

Beaucoup de femmes de ménage veulent, plus que tout, être comme leurs maîtresses ou avoir le même style de vie. Évidemment, elles n’y arriveront jamais mais elles essayeront d’imiter leurs maîtresses dans la façon de s’habiller, dans leurs manières, dans la façon de se coiffer et même dans leurs expressions. (Rubbo & Taussing 1977, 17)

13Le même argument sur l’habillement et le maquillage des domestiques latino-américains a été présenté ailleurs comme étant dû à un « effet de démonstration » qui aurait comme résultat, selon cette interprétation (de gauche), que les travailleurs domestiques dépensent leur argent en « consommation superflue » (Schellekens & Van Der Shoot 1989 ; Duarte 1989). Curieusement, les employeuses qui sont aussi des femmes au foyer partagent cette opinion. Des études ont rapporté qu’elles trouvent souvent prétentieux et énervant que leurs employées cherchent à les imiter et à s’habiller au « dernier cri ». Il est même arrivé que certaines domestiques quittent leur emploi parce qu’on essayait de contrôler la façon dont elles dépensaient leur argent (Farias 1988 ; Galvez & Todaro 1989).

14Pour en revenir à la jeune femme qui travaillait dans l’appartement de mon amie, elle portait pendant son service des vêtements élégants et leurs couleurs, encore vives, montraient qu’ils avaient été achetés depuis peu. Pourquoi ne les gardait-elle pas plutôt pour ses sorties ? L’une de mes enquêtées a réagi à cet aspect des choses en soulignant qu’il était difficile pour les pauvres d’avoir de beaux habits pour leurs loisirs. Elle riait en se rappelant :

J’ai vu souvent les femmes de ménage porter les vêtements de leurs employeurs. Une fois, ma femme de ménage a porté mes vêtements ou les vêtements de ma sœur pour sortir le soir. Elle les cachait dans sa chambre, les portait et les rangeait le lendemain. Leur manque de ressource était si grand que ce genre de choses devenait l’objet de désirs irrépressibles ; alors, elles trouvaient une façon d’y avoir accès.

15Ironiquement, la personne qui procure à la famille de celui ou celle qui l’emploie l’usage d’une garde-robe de qualité en lavant délicatement à la main (les machines à laver ne sont arrivées dans le Nordeste que beaucoup plus tard) et en repassant avec soin est celle qui ne peut, elle-même, avoir le plaisir d’être bien habillée. Comme le note Carla Freeman (2000, 223) à propos des classes moyennes de La Barbade, le fait de porter une tenue impeccable (nette et sans un pli) requiert un travail important, et c’est précisément ce travail qui produit le « look » qui, entre autres messages, signale que le porteur n’est pas lui-même impliqué dans l’entretien de ses vêtements. On retrouve bien sûr ici l’observation faite par Veblen : l’habillement des élites déclare de façon symbolique leur richesse et leur éloignement du travail productif.

16À la suite de Veblen, Quentin Bell (1976, 113) a suggéré que le « ressort principal » de la mode est l’émulation, en particulier quand les codes d’une classe supérieure sont talonnés par ceux d’une classe inférieure qui monte. À ses yeux, pour que des changements interviennent dans la mode, il faut que plus d’une classe sociale puisse accéder à des vêtements luxueux. Laissons de côté pour l’instant l’hypothèse, problématique à l’époque contemporaine, selon laquelle la mode a forcément son origine dans les élites et glisse ensuite progressivement vers le bas. Cette perspective peut en fait être au service du point de vue des classes supérieures, ce qui serait un outil pour comprendre les pratiques de consommation de ceux qui en sont ou qui prétendent en faire partie, ainsi que leurs opinions sur les habitudes vestimentaires des couches populaires.

17La question de la valeur d’émulation des tenues peut être envisagée grâce à un autre exemple latino-américain. Lesley Gill présente un cas frappant des dynamiques des conflits de classe, d’ethnicité et de sexe et de leur valeur symbolique dans le domaine de la mode en Bolivie. Les femmes Aymara venues des hauts-plateaux vers les villes et employées comme domestiques à domicile épargnaient leur argent pour acheter soit des habits de style occidental chez les marchands de rue, soit le vêtement Aymara « traditionnel » beaucoup plus cher (jupe évasée, blouses brodées, châle et chapeau derby adapté de la tenue espagnole du XVIe siècle). Gill (1993, 78) pense qu’en agissant ainsi, non seulement elles démontraient leur indépendance vis-à-vis du contrôle familial sur la façon dont elles dépensaient leur argent, mais aussi qu’elles « avaient implicitement lancé un défi aux señoras qui se pensaient des autorités en matière d’accomplissement féminin ».

18Au Brésil, la critique par les classes supérieures des audaces vestimentaires des classes populaires, même en dehors du travail, n’est pas seulement une pratique paternaliste visant à protéger les employées contre des dépenses inconsidérées. C’est de façon plus générale une appréciation de la valeur culturelle de celui ou celle qui soutient ces jugements basés sur la classe et sur la race. Il est extrêmement important de tenir compte de la race/couleur (plutôt que de l’ethnicité) dans le contexte brésilien. La jeune domestique bien habillée que j’ai mentionnée et dont les habits dérangeaient les voisins était « bem morena » (« bien brune » c’est-à-dire avec la peau et les cheveux foncés). À Recife, le métissage est massif et la population est d’un ton de peau brun foncé, les phénotypes blancs et noirs étant une minorité. Pourtant, la conscience que l’on a de la valeur de la couleur est intense et doit donc être considérée dans toute interprétation concernant les discriminations vestimentaires. L’abondance des termes désignant cet aspect du phénotype en portugais brésilien n’est pas seulement descriptive, elle est également symptomatique de la conscience partagée que les constructions de race et de couleur font partie du fondement de l’ordre social, économique et politique (Hasenbalg 1979 ; Fontaine 1985 ; Sheriff 2001). À Recife, l’importance de la race/couleur dans la hiérarchie était continuellement mise en évidence. On pourrait se demander si les résidents des appartements (de classe moyenne) qui jouxtaient celui de mon amie auraient été offensés de la même manière par la belle apparence des vêtements de la jeune femme si elle avait eu la peau blanche.

Individualité et uniformité dans la mode

19Comme nous l’avons vu, les perspectives classiques sur l’histoire de la mode soulignent les efforts des élites pour s’assurer que l’habillement correspond à la hiérarchie des rangs ou des classes et qu’il permet donc d’identifier clairement les délimitations sociales. Ainsi, en ce qui concerne l’expression individuelle, Simmel (1957, 548) affirme que la mode dispose de ce pouvoir exceptionnel de signifier conjointement l’individualisme et le conformisme social. Il ajoute (Id., 552) que, souvent, l’individualisation d’une classe complète ou remplace celle de ses membres. Edward Sapir (1931, 140) signale, pour sa part, qu’un style spécifique s’inscrit dans la tradition en même temps qu’il semble se dresser contre elle.

20Plusieurs analyses récentes soulignent la liberté d’expression individuelle qui prévaut dans la mode contemporaine, analysant cette dernière comme un système de communication et, donc, incluant des dimensions qui débordent celles de la classe. À la fin des années 1980, Gilles Lipovetsky (1987, 13) déclarait : « Il est temps de faire échapper les analyses de la mode à l’artillerie lourde des classes sociales, de la dialectique de la distinction et de la prétention des classes. » Il poursuivait en affirmant que, « dans l’histoire de la mode, ce sont les valeurs et les significations culturelles modernes dignifiant en particulier le Nouveau et l’expression de l’individualité humaine qui ont exercé un rôle prépondérant » (Id., 13-14, italiques dans l’original). À ses yeux (Ibid., 44 sqq.), ce fut la nouvelle classe bourgeoise qui, dès le XIIIe siècle et, de façon plus évidente, aux XVIe et XVIIe siècles, réagit contre les lois somptuaires qui imposaient des différenciations sectorielles selon le rang, en imitant la mode des nobles et en introduisant de l’innovation dans le vêtement, défiant de ce fait la tradition. Ainsi commença ce que l’on appelle la « démocratisation » de la mode, c’est-à-dire l’apparition d’un nouveau contexte dans lequel les élites de la hiérarchie sociale ne dictent plus la manière de s’habiller de chacun. Margaret Maynard (2004, 19) précise :

Au cours des derniers siècles, le statut lié au vêtement a été affirmé à travers des codes socialement acceptés, fondés sur les rapports de classe et de genre. Les objets de distinction étaient évidents : ornements en or, textiles raffinés, montres et bijoux ; avant le XVIIIe siècle, leurs usages étaient prescrits par des lois somptuaires même si elles n’étaient pas toujours respectées. Aujourd’hui, la création d’un style de mode propre à chacun dans le monde développé se fait d’une façon beaucoup plus individualisée [...]. D’une manière générale, l’habillement est maintenant libéré des rigidités de classe [...]. Cependant, ceci n’élimine pas l’importance du statut dans l’habillement.

21Ainsi, dans les usages contemporains, la diversité des styles est de loin supérieure à celle qui pourrait être associée à des distinctions de classe (Maynard 2004, 41 citant Blau 1999).

22Une autre étude datant de la même époque que celle de Lipovetsky analyse la mode de la fin du XXe siècle en termes de gradations de statut. Fred Davis (1992) montre que ces échelles subtiles et parfois ambiguës caractérisent mieux la mode moderne que la hiérarchie des classes. Son étude identifie des stratégies fondées sur l’usage du contraste entre être trop habillé ou pas assez et l’adoption de marqueurs de statut populaire par les élites. Il place au premier plan la mode transgressive dont l’exemple le plus connu est l’adoption des jeans par la classe moyenne. Curieusement, tous les exemples de Davis décrivent la mode au sein des classes moyennes et des classes moyennes supérieures. Le sociologue n’explique pas pourquoi il ne s’attache qu’à une classe sociale et, en particulier, à celle qui est majoritaire. Le choix de cette population est surprenant dans la mesure où il prétend que la classe n’est plus une catégorie importante pour l’analyse de la mode. Sur ce même point, la perspective de Lipovetsky peut aussi être critiquée puisqu’elle ne se démarque pas vraiment de l’analyse de classe même s’il nuance son argument en notant que la démocratisation de la mode n’a pas mis fin aux distinctions de classe dans l’habillement mais qu’elle « les a atténuées en promouvant des repères mettant davantage en valeur des attributs plus personnels » (Lipovetsky 1987, 88).

23Les oppositions entre individualité et uniformité de classe dans la mode ou encore entre grande et faible variabilité d’expression (incluant l’usage de l’ambiguïté ou de petits codes précis) peuvent être résolues en les envisageant dans un cadre plus large. Les débats sur « individualité » et « conformité », comme ceux proposés par Davis, dépendent de la façon dont on regarde l’objet analysé : de l’intérieur des catégories sociales ou transversalement à celles-ci. Les perspectives qui minimisent ou rejettent l’importance des phénomènes de classe dans la mode peuvent être comprises comme provenant d’un contexte dans lequel la bourgeoisie ou la classe moyenne sont prépondérantes. Les analyses de statut plus raffinées sont utiles pour étudier les variations au sein d’une fraction de classe. La solution de compromis que j’ai élaborée est donc celle qui reconnait qu’il y a deux points de vue possibles : aux yeux de la classe moyenne, il semble qu’il y ait diversité, individualité, liberté de changer, finesse et ambiguïté ; toutes classes confondues, on a au contraire une impression d’unité, de conformité, de résistance au changement et de distinctions plus grossières.

24On peut illustrer cette proposition en décrivant les caractéristiques de base qui semblaient être les indicateurs des grandes différences sociales à Recife pendant les années 1970 et 1980. Elles étaient aisément identifiables. En premier lieu, le « tissu » : les Brésiliens de classe ouvrière portaient des vêtements en coton ou en textiles synthétiques mixtes qui pouvaient être d’occasion, ainsi que des sandales en plastique ou en cuir de mauvaise qualité, les uns et les autres rejetés par la classe moyenne et la bourgeoisie. En deuxième lieu, « l’âge » des vêtements : leur apparence neuve ou usée. Troisièmement, et malgré l’ampleur de la catégorie, le « style ». Un quatrième facteur que j’appellerai « l’assortiment » concerne l’absence du souci d’assembler les hauts et les bas par opposition au choix de tenues aux couleurs et aux imprimés coordonnés. Quoique l’assortiment puisse être vu comme étant un sous-ensemble du style (ou encore un « look » composé ou construit), je l’ai placé dans une catégorie à part car il était un facteur déterminant de la mode à Recife à cette époque. J’ai choisi ces quatre catégories parce qu’elles ont l’avantage d’être facilement reconnues et peuvent donc être traduites immédiatement dans la hiérarchie des statuts.

25Lors des entretiens, mes interlocuteurs ont mentionné plusieurs de ces caractéristiques. Au sujet du « tissu », une retraitée de 69 ans qui avait travaillé dans une usine de textile se rappelait que, dans les années 1970 et 1980, il y avait beaucoup de vêtements en coton qu’elle préférait au jersey (malha) parce qu’ils étaient plus frais. Quand elle était domestique, elle achetait des coupons dans les magasins en ville et payait une couturière pour qu’elle fasse ce qui lui plaisait sur la base de photos de revues. Les pantalons des hommes étaient en tergal, un mélange de polyester et de viscose. Ces tissus ne se froissaient pas mais avaient là encore le désavantage de ne pas être confortables en climat tropical. En soulignant l’essor du polyester et de ses variantes, mon interlocuteur m’avait fait remarquer que même les jeans avaient cédé au lycra.

26En ce qui concerne « l’âge », la possibilité de renouveler constamment sa garde-robe avec des tenues nouvelles est un point important. En plus de l’obligation de ne pas porter de chaussures usées, il faut, pour les femmes, prêter attention à l’état de son maillot de bain. Que l’on me permette une nouvelle anecdote personnelle à ce sujet. Avant de retourner chez moi aux États-Unis, j’ai fréquenté assidûment la plage pour parfaire mon bronzage. Pour réduire mes trajets, je prenais mes bains de soleil sur le côté de Boa Viagem le plus proche de la ville, à côté de la favela Brasília Teimosa. Un jour, une jeune femme vint me parler. Cette démarche était déjà surprenante en soi, mais mon étonnement grandit encore lorsqu’elle se montra empathique avec moi en remarquant qu’elle aussi avait choisi de ne pas s’installer du beau côté de la plage. Ce que je n’avais pas perçu, c’était que non seulement la mode du bikini que je portais était en train de passer, mais que sa couleur s’était fanée rapidement sous le soleil tropical et que l’eau avait abîmé l’élastique en donnant au maillot un air usé. La remarque compatissante de la jeune femme montrait qu’elle m’avait catégorisée socialement par le simple état de mon vêtement de bain. Appartenir aux classes moyennes signifie d’abord que l’on possède une garde-robe suffisamment fournie pour paraître toujours neuve.

27À propos des « assortiments », on peut noter que les noctambules de Recife dont j’ai parlé au début de ce texte y étaient très attentifs, ce qui donnait à leur tenue une unité dont la composition semblait avoir été choisie avec soin par opposition à celle que je remarquais souvent chez les gens de la classe ouvrière qui paraissaient se soucier rarement de cet aspect. Ces observations furent confirmées par mes enquêtés qui se rappelaient que les individus de classe moyenne portaient des vêtements coordonnés de la même couleur ou du même ton et dans le même tissu à la mode. L’arithmétique nous amène à la conclusion que, s’il y a obligation de porter des ensembles assortis plutôt que des combinaisons improvisées, il faut enrichir sa garde-robe pour éviter de porter toujours la même chose.

28En ce qui concerne le « style », d’une façon plus générale, mes contacts à Recife étaient d’accord pour affirmer que, à cette époque, suivre la dernière mode était de rigueur et que les tenues peu soignées étaient rejetées. L’une de mes interlocutrices, qui déménagea en France à la fin des années 1970, se rappelait avoir été frappée par l’originalité et l’individualité de la mode des femmes en Europe. Au Brésil, elle avait été au contraire incitée à suivre scrupuleusement les tendances en cours. Dans certains lieux, porter un certain type de tenue (un « must » dans les termes d’un des enquêtés) était littéralement une obligation.

29Le formalisme vestimentaire commença à être remis en question par la mode hippie venue des États-Unis avec son style improvisé et décontracté. Mes souvenirs personnels l’attestent. En 1973, à Recife, j’étais adolescente et je n’avais bien sûr apporté qu’un nombre limité de vêtements. Avant la fin de ma première semaine, je n’avais encore vu personne en jeans et, préoccupée, je confiai à ma sœur brésilienne que je n’avais avec moi que ce type de pantalons. Elle me rassura : non seulement je pouvais les porter mais en plus ils étaient en train de devenir à la mode et très recherchés. La tenue de jour des jeunes femmes, à l’époque, restait pourtant ce que j’appelais le pantalon habillé. Il était en coton (ou en mélange) avec une petite patte d’éléphant et une ouverture devant ou sur le côté (ni ceinture, ni passants, ni bouton apparent). Les jeunes femmes portaient un tee-shirt (malha) à manches courtes et moulant. À la fin de mon séjour, j’ai passé une semaine à Rio de Janeiro et j’ai acheté cette même tenue pour mon voyage de retour dans une boutique chic de Copacabana qui en comptait beaucoup à cette époque. À Recife, comme nous l’avons vu, les femmes qui travaillaient portaient en public des jupes qui allaient jusqu’aux genoux et les hommes de classe ouvrière des pantalons en tissu synthétique. Dès le début des années 1970, les Brésiliens de la classe moyenne et supérieure furent de plus en plus séduits par les jeans. L’une de mes enquêtées étudiait à l’école de médecine de Recife entre 1969 et 1974. Elle se rappelle que, jusqu’en 1971, les femmes n’avaient pas le droit de porter des pantalons. Quand cette règle fut supprimée, presque tous les étudiants (hommes et femmes) adoptèrent les jeans en classe ! Un autre de mes interlocuteurs a évoqué l’idée que l’apparition de ces vêtements de toile bleue avait été concomitante de l’intérêt porté par les consommateurs aux noms des marques. En effet, pendant des années les jeans furent appelés « pantalons Lee ». Au début, ils provenaient de magasins d’importation et il fallait les retoucher parce que les tailles étaient trop grandes pour les Brésiliennes, plutôt menues. La mode locale rejetait aussi les pantalons amples.

30À l’époque, les jeans et les autres produits d’importation n’étaient pas accessibles à la classe ouvrière et ils ne faisaient donc pas partie de la mode populaire. Quand elle était de sortie, la couturière retraitée que j’ai interrogée portait des jupes ou des robes, pas de pantalons longs et, ajoutait-elle, jamais de bermudas. À Recife dans les années 1970, ces derniers étaient seulement portés à la plage. Une domestique de la génération suivante (âgée aujourd’hui de 54 ans) avait des goûts complètement différents. Elle préférait mettre des hauts en jersey sur un chemisier en coton et prétendait que le niveau de confort dépendait de la qualité du tissu. Elle disait n’avoir jamais aimé les robes et leur avoir toujours préféré les pantalons longs (ou les mini-jupes), ce qui la rapprochait des goûts de la classe moyenne.

31Ainsi, on peut affirmer que, dans un univers de goûts et de normes régi par les classes supérieures, la vertu des distinctions vestimentaires est que l’on peut reconnaitre la différence sociale d’un simple coup d’œil. Pour formuler les choses autrement, il y a réitération du codage communicatif dans la mesure où des éléments distincts tendent à se présenter au même moment et à se regrouper, se rendant ainsi plus reconnaissables. Il est donc clair que ce qui gêne les gens de classe moyenne dans les vêtements à la mode de la domestique est que son « tissu » de basse qualité mais apparemment neuf suggère une distinction trop subtile au sein d’un « assortiment » qui devrait être de même « style ».

32Dans son étude merveilleusement ironique sur la mode et le statut social, Alison Lurie a donné des exemples passés et présents de l’importance persistante des différences de classe produites dans et par la mode. En ce qui concerne le tissu, Lurie (1981, 126) remarque que l’exhibition de la richesse s’est longtemps faite, dans le vêtement, grâce au satin, aux brocarts et au velours. De nos jours, les indicateurs de richesse sont plutôt la variété, le type de fabrication, la finition, la forme plus ou moins élaborée, la visibilité de l’étiquette. La taille de la garde-robe et son usage diversifié sont décrits par Lurie (Id., 121) comme étant une manière de « se faire remarquer ou une façon d’afficher son rang social en utilisant plusieurs vêtements consécutivement ». Elle cite la tendance à l’habillement en fonction des styles de vie (par exemple les tenues de sport) comme un autre exemple de gaspillage assumé, évidemment en totale contradiction avec les codes ostentatoires de l’Ancien Régime (Ibid., 138).

33Pour savoir si les préoccupations de classe ont perdu de leur importance dans les sociétés contemporaines, Crane (2000, 2) a posé une question pertinente :

Comment la mode et le choix de l’habillement diffèrent-ils d’une part dans les sociétés où la classe sociale et le genre sont les aspects les plus saillants de l’identité sociale et, d’autre part, dans les sociétés où le style de vie, l’âge, les cohortes, le genre, l’orientation sexuelle et l’ethnicité sont aussi significatifs que la classe sociale pour construire une image et une représentation de soi ?

34Elle nous incite judicieusement à prendre en compte les idées de fragmentation ou de prolifération des styles, y compris transgressifs, dans le monde contemporain. Nizia Villaça (2005, 191) a fait remarquer que la tenue hippie était une forme de contestation politique importante vis-à-vis du régime strict et autoritaire du Brésil pendant les années 1960 et 1970. Sans vouloir minimiser les dimensions symboliques des protestations politiques contre-culturelles, on ne peut ignorer ce qui au fond restait significatif et visible à Recife : les jeans, les tuniques indiennes et autres vêtements de style hippie manifestaient que le porteur appartenait à un groupe alternatif ou à une contre-culture et, pourtant, tous ces vêtements importés, portés par les jeunes de la classe moyenne ou supérieure, coutaient cher (Maynard 2004, 121 citant Clark et al. 1981).

La différence introduite par le prêt-à-porter

35Si, dans l’Europe médiévale, les efforts des classes supérieures visaient la distinction d’avec les classes adjacentes qui étaient en compétition économique et statutaire avec elles, nous continuons à ignorer comment le peuple parvenait à imiter l’habillement des élites. Les historiens rapportent qu’après les lois somptuaires, le deuxième moment marquant du défi « démocratique », à partir des années 1800, fut la diffusion de vêtements de prêt-à-porter peu couteux et de fabrication industrielle qui rendait la mode beaucoup plus accessible (Ewen & Ewen 1982 ; Lipovetsky 1987, 80-88).

36Lorsqu’il évoque la consommation des classes moyennes à São Paulo et Rio de Janeiro au début du XXe siècle, l’historien Brian Owensby (2013) écrit que, avant 1920, les consommateurs ne constituaient pas un marché et que les ventes avaient lieu directement entre des vendeurs et des clients singuliers. Il ajoute (Id., 134) que, pour la classe moyenne montante « qui entretenait le désir de s’élever au-dessus de la masse des travailleurs manuels incultes, l’habillement et la projection culturelle de soi avaient pris une importance accrue ». Toujours selon lui, vers le milieu des années 1940, les hommes et les femmes des classes moyennes n’auraient eu, tout au plus, que quatre pantalons ou robes (Owensby 1999, 108-109). Ces mêmes personnes – relevant de ce que l’on appelle la « classe B » dans la hiérarchisation dérivée du marketing couramment utilisée dans la presse brésilienne aujourd’hui – disposaient pourtant de plus de revenus que les membres des classes populaires et dépensaient relativement plus pour leurs vêtements que ceux du secteur immédiatement inférieur (« classe C »). Vers la fin des années 1940, le grand magasin Mappin à São Paulo commença à offrir du prêt-à-porter provenant de la fabrication locale (Id., 114 ; Andrade 2005). Avec le temps, ce changement rendit la mode accessible aux personnes ayant des revenus plus faibles.

37La façon dont les Recifenses de classe moyenne obtenaient leurs vêtements relève aussi du débat sur la classe et le statut dans et à travers l’habillement. Une étude plus approfondie des pratiques de consommation de la mode ne se limiterait pas, en effet, à ne citer que trois ou quatre caractéristiques, mais ajouterait des éléments, souvent mentionnés dans mes entretiens, comme le lieu d’achat et le type de fabrication (prêt-à-porter ou confection par une couturière ou un tailleur). Mes contacts ont tous souligné que, avant les années 1980, il y avait très peu de magasins à Recife qui vendaient du prêt-à-porter. Ce genre de vêtements est apparu d’abord pour les hommes. Mon frère brésilien a confirmé qu’on achetait déjà des pantalons et des chemises en prêt-à-porter dans les années 1970. Il ne se rappelait pas les noms des magasins à Recife mais n’avait pas oublié deux d’entre eux à Rio de Janeiro : Só Calças et Só Camisas. Plusieurs de mes contacts féminins se souvenaient de commerces du centre de Recife comme Cristine Modas, Etam (qui vendait aussi de la lingerie), d’une boutique de mode enfantine, A Garota, de la très populaire Casas José Araújo pour les hommes, et surtout, de deux grands magasins : Casa Sloper et Lojas de Viana Leal (ce dernier connu pour avoir installé le premier escalier roulant dans le Nordeste des années 1950). L’un des enquêtés affirma qu’il aurait été impensable de voir entrer une personne pauvre dans l’un de ces lieux. Hormis une poignée de boutiques vendant du prêt-à-porter dans le centre de Recife, surtout dans la Rua Nova et la Rua do Imperador, l’essentiel de la vente au détail se faisait dans les magasins de tissus où une grande gamme de prix était disponible. L’un des premiers était la Casa Matos, agrémentée d’un salon de thé et réservée à une clientèle choisie (« diferenciada »). Les personnes que j’ai interrogées se rappelaient que la mode de leur jeunesse arrivait à Recife en provenance d’Europe en passant par Rio de Janeiro, considéré comme le centre de l’élégance brésilienne. Le prêt-à-porter y arriva aussi, plus tôt qu’ailleurs.

  • 2 Voir aussi Barnard (2007, 413).

38Les revues, les feuilletons télévisés et les films étaient les instruments de diffusion des nouvelles modes. Les couturières copiaient les dessins des revues telles que Figurino (qui contenaient parfois des patrons). Elles travaillaient à domicile, mais venaient aussi chez le client pendant quelques jours pour opérer sur place. Dans beaucoup de familles, il y avait une mère, une tante ou une grand-mère qui savait coudre. L’une de mes sœurs brésiliennes, par exemple, se rappelait les nombreuses séances d’essayage de robes, jupes et chemisiers confectionnés par sa mère. Les habits étaient faits de façon à pouvoir être agrandis ou repris, notamment par sa tante qui cousait « comme un ange ». Les couturières savaient en général personnaliser les tenues selon le corps et ses changements et, fréquemment, elles agrémentaient leur travail de décorations et de finitions de qualité. Owensby (1999, 121 sqq.) rapporte à ce propos que les revues pour femmes incitaient les épouses de classe moyenne à ajouter des détails ou des broderies à ce que livraient les couturières ou les tailleurs. Ces embellissements donnaient de l’individualité au style et, par leur raffinement, marquaient en même temps des distinctions de statuts2. Malgré tout, la mode dans son ensemble ressemblait aux gens qui l’adoptaient et les tissus comme les lieux d’achat restaient identifiables. Dans cette capitale provinciale, le langage de la communication par la mode se fondait sur un système de codes limités.

39Les années 1980 furent sans aucun doute la décennie pendant laquelle la « démocratisation » est arrivée à Recife. Le prêt-à-porter commençait à se répandre. Il offrait à la fois des produits de bonne qualité pour les classes supérieures dans les boutiques haut-de-gamme et des habits bon-marché en mélanges synthétiques pour les classes ouvrières. Ces vêtements moins chers apparurent dans des chaines en expansion comme C&A, Lojas Riachuelo et Marisa (cette dernière se trouve maintenant aussi dans les grandes surfaces) et chez les vendeurs de rue achetant en gros dans les Feiras da Sulanca [foires aux fripes] de l’intérieur (dans l’agreste). Avec le temps, la vente de détail pour la classe moyenne quitta le centre-ville (où ne subsista plus que la mode populaire) pour les boutiques et les centres commerciaux de quartiers plus aisés (le Shopping Center Recife ouvrit en 1980). Dans ce cas encore, le lieu s’impose comme un élément de différenciation visible en plus de la qualité du tissu et du design.

40Les concepts de démocratisation de la mode, d’identité et d’individualité vestimentaire, banalisés par le marketing doivent être examinés de manière critique. Se pourrait-il, comme le dit l’analyste de la mode des années 1920, Elizabeth Hurlock, que les vêtements produits en masse « tendent à casser les barrières entre les classes » (apud Ewen & Ewen 1982, 219) ? Marx réagirait probablement en ricanant car cette affirmation illustre bien son analyse du fétichisme des produits. Stuart et Elizabeth Ewen (1982) pensent que, en discontinuité avec les processus de démocratisation du XIXe siècle, les différences de classe sont marquées aujourd’hui par les lignes de mode des couturiers et par la prolifération des copies de qualité inférieure (shoddy copies). Ils concluent cependant que c’est en éveillant le « désir populaire » que la mode a conquis son plus grand succès tant d’un point de vue commercial que d’un point de vue idéologique. La mode de masse, suggèrent les Ewens, est capable de nourrir l’idée que la liberté et l’égalité sont accessibles à tous et que l’individualité peut être atteinte de façon métonymique.

41Un autre débat oppose, de la même manière, des positions tranchées : la mode est-elle un système de communication, voire un langage ? Si Davis (1989, 338) pense que le code communicatif de la mode est « plus ambigu » que le langage et « sémantiquement indéterminé », Grant McCracken (1990) s’aligne plutôt sur Roland Barthes (1967) qui affirmait que la mode est faite d’un code très limité d’éléments contrastants. Par la suite Barthes reconnut avoir fait une analyse trop étroitement linguistique et pas assez sociologique. Son travail fournit pourtant une autre perspective critique sur ce que certains voient comme la grande déclinaison individuelle de la mode. En effet, le point-clé ne serait pas tant que les modes expriment l’individualité mais plutôt qu’elles assument une « personnalité » (Id. 1967, 257) : « La mode donne la femme en représentation, de telle sorte que le simple attribut de la personne, parlé sous forme d’un adjectif, absorbe en fait tout l’être de cette personne dans la coquette ou l’ingénue. » Et de conclure : « Ainsi voit-on la mode “jouer” avec le thème le plus grave de la conscience humaine (Qui suis-je ?) mais, par le procès sémantique auquel elle le soumet, elle le frappe de… futilité » (Ibid., 260). Barthes suggère que les créateurs de mode s’accordent bien avec l’idéologie de mobilité de la classe moyenne : « l’expression » de « l’individualité » et la « liberté de choix » dans une démocratie de consommateurs. Bien que l’on puisse trouver que le pouvoir des grands groupes de mode (présents comme acteurs principaux) par rapport à celui des acheteurs (passifs) soit exagéré (effet de l’époque de publication), l’analyse nous incite à nous méfier de la tendance à imaginer que les consommateurs de mode sont particulièrement créatifs, originaux ou spontanés dans leurs pratiques de consommation.

42Ce regard critique a le mérite de mettre globalement en doute l’idée que c’est la mode en elle-même qui communique l’identité individuelle ou qui produit la démocratisation. Mais il souligne trop peu sans doute la question du pouvoir. Le théoricien des classes Andrew Sayer (2005, 959) affirme que les inégalités de classe empêchent les individus d’accéder réellement aux pratiques et aux biens qui leur conféreraient respect et reconnaissance.

43Lipovetsky (1987, 60) souligne le sentiment de dignité que l’on pourrait ressentir en portant des vêtements de mode qui suscitent une reconnaissance sociale positive. Le contraire peut arriver aussi. Comme l’écrit Crane (2000, 247), « l’ordre du jour social de la mode parle toujours directement et au nom de certains groupes sociaux et en exclut d’autres ». Les études ethnographiques de Nenga (2003) et Rafferty (2011) offrent également une vision fine des conflits internes impliquant le sentiment de valeur et de dignité associé à l’habillement. Bien que la mode soit littéralement superficielle, se vêtir met en jeu la présentation de soi dans des sociétés de classes où la tenue peut être une source d’exclusion.

Conclusion

44Retournons une dernière fois à la question de savoir pourquoi la classe moyenne de Recife, à l’époque de mes séjours, faisait autant d’efforts pour maintenir les distinctions par la mode. C’est le moment de se tourner vers Pierre Bourdieu, sociologue des distinctions, qui a regardé le statut et la consommation sans perdre de vue la dimension structurelle des choses. Il déclare dans Esquisse d’une théorie de la pratique (1972, 189) :

On peut voir dans les systèmes de dispositions individuels des variantes structurales de l’habitus de groupe ou de classe, systématiquement organisées dans les différences même qui les séparent et où s’expriment les différences entre les trajectoires et les positions à l’intérieur ou à l’extérieur de la classe : le style « personnel », c’est-à-dire cette marque particulière que portent tous les produits d’un même habitus, pratiques ou œuvres, n’est jamais qu’un écart, lui-même réglé et parfois codifié, par rapport au style propre à une époque ou à une classe…

45Bourdieu s’interroge sur l’insuffisante reconnaissance des bases sociales sous-jacentes aux classifications de mode et de goût. Toutefois, si suivre les règles de classe n’est pas reconnu de façon consciente ou ouverte, l’existence du conformisme apparaît nettement en cas d’infraction. C’est de cela qu’il est question, de mon point de vue, à Recife. La classe moyenne semblait y assumer collectivement des règles de classe, exprimées parfois de façon orale, à travers des sanctions portant sur le vêtement. De quoi s’agit-il dans ce cas ? Bourdieu (1979, 282) répond que « la réalité du monde social est partiellement en jeu dans les luttes qui opposent les agents à propos de la représentation de leur position dans le monde social et, par-là, de ce monde… Les classes moyennes ont partie liée avec le symbolique ». Cette position nous semble convaincante.

46Roberto DaMatta a, lui aussi, mis en évidence l’importance du souci de la position sociale au Brésil, laquelle se manifeste par une conscience très élevée de toutes les règles et des ressources qui contribuent à son maintien ou à sa perte. Selon DaMatta (1991, 153), l’ancienne aristocratie, confrontée à ce qui semblait une « égalité intolérable » après la venue du capitalisme et des lois libérales au Brésil, s’y est opposée en adoptant tout un ensemble de manières de faire susceptibles de rétablir la hiérarchie sociale notamment dans l’aménagement des intérieurs, dans l’habillement et les soins du corps.

47Ce phénomène était évident à Recife pendant les années 1970 et 1980 : la vieille bourgeoisie et la nouvelle classe moyenne cultivaient ces contre-coutumes. J’illustrerai ce point par une dernière anecdote qui restitue bien l’atmosphère dominante de l’époque. Je fis un jour la connaissance d’une architecte lors de la fête qu’elle donnait en l’honneur d’un politicien connu, dans sa maison coloniale du quartier d’Apipucos, typique du cadre de la bourgeoisie traditionnelle. J’appris par son assistante à l’université, qui était mon amie, que cette dame se faisait dessiner et coudre tous ses vêtements. Cela était d’autant plus intéressant pour elle que sa couturière ne lui coutait qu’un salaire minimum.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Abaza, Mona. 2007. « Shifting Landscapes of Fashion in Contemporary Egypt. » Fashion Theory 11 (2-3): 281-298.
DOI : 10.2752/136270407X202817

Andrade, Rita. 2005. « Mappin Stores: Adding an English Touch to the São Paulo Fashion Scene. » In The Latin American Fashion Reader, dirigé par Regina A. Root, 176-187. Oxford & New York: Berg.

Baldwin, Frances Elizabeth. 1926. Sumptuary Legislation and Personal Regulation in England. Baltimore: Johns Hopkins Press.

Barnard, Malcolm. 2007. Fashion Theory: A Reader. New York: Routledge.

Barthes, Roland. 1967. Système de la mode. Paris : Seuil.

Bell, Quentin. 1976. On Human Finery: The Classic Study of Fashion Through the Ages. New York: Schocken Books.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Blanco, José. 2014. « SJO: Mapping Fashion and Masculinities in the Costa Rican Capital. » Fashion Theory 18 (5): 569-600.
DOI : 10.2752/175174114X14042383562146

Blau, Herbert. 1999. Nothing in Itself: Complexions of Fashion. Bloomington: Indiana University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bourdieu, Pierre. 1972. Esquisse d’une théorie de la pratique. Genève : Librairie Droz.
DOI : 10.3917/droz.bourd.1972.01

Bourdieu, Pierre. 1979. La Distinction : critique sociale du jugement. Paris : Minuit.

Calhoun, Craig, Edward LiPuma & Moishe Postone. 1993. Bourdieu: Critical Perspectives. Chicago: Chicago University Press.

Campbell, Colin. 1994. « Capitalism, Consumption and the Problem of Motives. » In Consumption and Identity, dirigé par Jonathan Friedman, 23-46. Chur (Switzerland): Harwood Academic Publishers.

Clark, John, Stuart Hall, Tony Jefferson & Brian Roberts. 1981. « Subculture, Cultures and Class. » in Culture, Ideology and Social Process, dirigé par Tony Bennett, Graham Martin, Colin Mercer & Janet Woolacott, 53-79. Londres: Batsford Academic and Education Ltd./The Open University Press.

Craik, Jennifer. 1994. The Face of Fashion: Cultural Studies in Fashion. Londres/New York: Routledge.

Craik, Jennifer. 2005. Uniforms Exposed: From Conformity to Transgression. Oxford/New York: Berg.

Crane, Diana. 2000. Fashion and Its Social Agendas: Class, Gender, and Identity in Clothing. Chicago: University of Chicago Press.

DaMatta, Roberto. 1991. Carnivals, Rogues and Heroes. An Interpretation of the Brazilian Dilemma. Notre Dame: University of Notre Dame Press [éd. originale (1979) : Carnavais, malandros e heróis: para uma sociologia do dilemma brasileiro. Rio de Janeiro: Zahar].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Davis, Fred. 1989. « Of Maids’ Uniforms and Blue Jeans: The Drama of Status Ambivalences in Clothing and Fashion. » Qualitative Sociology 12 (4): 337-355.
DOI : 10.1007/BF00989396

Davis, Fred. 1992. Fashion, Culture and Identity. Chicago: Chicago University Press.

Duarte, Iris. 1989. « Household Workers in the Dominican Republic. » In Muchachas No More: Household Workers in Latin America and the Caribbean, dirigé par Elsa Chaney & Mary Garcia Castro, 197-220. Philadelphia: Temple University Press.

Ewen, Stuart & Elizabeth Ewen. 1982. Channels of Desire: Mass Images and the Shaping of American Consciousness. New York: McGraw-Hill.

Farias, Zaira Ary. 1988. Domesticidade: « cativeiro » feminino? Rio de Janeiro: Achiame.

Fontaine, Pierre-Michel. 1985. Race, Class and Power in Brazil. Los Angeles: Regents of the University of California.

Freeman, Carla. 2000. High Tech and High Heels in the Global Economy: Women, Work and Pink-Collar Identities in the Caribbean. Durham: Duke University Press.

Galvez, Thelma & Rosalba Todaro 1989. « Housework for Pay in Chile: Not Just another Job. » In Muchachas No More: Household Workers in Latin America and the Caribbean, dirigé par Elsa Chaney & Mary Garcia Castro, 307-322. Philadelphia: Temple University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gill, Lesley. 1993. « “Proper Women” and City Pleasures: Gender, Class and Contested Meanings in La Paz. » American Ethnologist 20 (1): 72-88.
DOI : 10.1525/ae.1993.20.1.02a00040

Hasenbalg, Carlos. 1979. Discriminação e desigualdades raciais no Brasil. Rio de Janeiro: Graal.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hurlock, Elizabeth B. 1929. The Psychology of Dress: An Analysis of Fashion and Its Motive. New York: The Ronald Press Co.
DOI : 10.1037/13382-000

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Jones, Carla. 2007. « Materializing Piety: Gendered Anxieties about Faithful Consumption in Contemporary Urban Indonesia. » American Ethnologist 37 (4): 617-637.
DOI : 10.1111/j.1548-1425.2010.01275.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Leshkowich, Anne Marie & Carla Jones. 2003. « What Happens When Asian Chic Becomes Chic in Asia? » Fashion theory 7 (3-4): 281-300.
DOI : 10.2752/136270403778051970

Liechty, Mark. 2003 Suitably Modern: Making Middle-Class Culture in a New Consumer Society. Princeton: Princeton University Press.

Lipovetsky, Gilles. 1987. L’Empire de l’éphémère : la mode et son destin dans les sociétés modernes. Paris : Gallimard.

Lurie, Alison. 1981. The Language of Clothes. New York: Random House.

Maynard, Margaret. 2004. Dress and Globalisation. Manchester/New York: Manchester University Press.

McCracken, Grant. 1990. Culture and Consumption: New Approaches to the Symbolic Character of Consumer Goods and Activities. Bloomington: Indiana University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Nag, Dulali. 1991. « Fashion, Gender, and the Bengali Middle Class. » Public Culture 3 (2): 93-112.
DOI : 10.1215/08992363-3-2-93

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Nenga, Sandi Kawecka. 2003. « Social Class and Structures of Feeling in Women’s Childhood Memories of Clothing, Food and Leisure.  » Journal of Contemporary Ethnography 32 (2):16-199.
DOI : 10.1177/0891241602250884

Owensby, Brian P. 1999. Intimate Ironies: Modernity and the Making of Middle-Class Lives in Brazil. Stanford: Stanford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Owensby, Brian P. 2013. « Domesticating Modernity: Markets, Home, and Morality in the Middle Class in Rio de Janeiro and São Paulo, 1930s and 1940s. » In Latin America’s Middle Class: Unsettled Debates and New Histories, dirigé par David S. Parker & Louise E. Walker, 129-150. Lanham (MD): Lexington Books.
DOI : 10.1177/009614429802400303

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Rafferty, Karen. 2011. « Class-Based Emotions and the Allure of Fashion Consumption. » Journal of Consumer Culture 11 (2): 239-260.
DOI : 10.1177/1469540511403398

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Ribeiro, Carlos Antonio Costa. 2012. « Quatro décadas de mobilidade social no Brasil. » DADOS 55 (3): 641-679.
DOI : 10.1590/S0011-52582012000300003

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Rubbo, Ann & Michael Taussig. 1977. « Up off Their Knees: Servanthood in Southwest Colombia. » Latin American Perspectives 19 (4): 5-23.
DOI : 10.1177/0094582X8301000402

Sapir, Edward. 1931. « Fashion. » Encyclopaedia of the Social Sciences 6: 139-144. New York: Macmillan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sayer, Andrew. 2005. « Class, Moral Worth and Recognition. » Sociology 395: 947-963.
DOI : 10.1177/0038038505058376

Schellekens, Thea & Anja Van Der Shoot. 1989. « Household Workers in Peru: The Difficult Road to Organization. » In Muchachas No More: Household Workers in Latin America and the Caribbean, dirigé par Elsa Chaney & Mary Garcia Castro, 291-306. Philadelphia: Temple University Press.

Sheriff, Robin. 2001. Dreaming Equality: Color, Race and Racism in Urban Brazil. New Brunswick: Rutgers University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Simmel, Georg. 1957 [1904]. « Fashion. » The American Journal of Sociology LXII: 41-558.
DOI : 10.1086/222102

Veblen, Thorstein. 1934 [1899]. The Theory of the Leisure Class. New York: Modern Library.

Villaça, Nizia. 2005. « As She Walks to the Sea: A Semiology of Rio de Janeiro. » In The Latin American Fashion Reader, dirigé par Regina A. Root, 188-198. Oxford/New York: Berg.

Weiner, Annette & Jane Schneider. 1989. Cloth and Human Experience. Washington: Smithsonian Institute Press.

Haut de page

Notes

1  Voir aussi Craik (2005).

2 Voir aussi Barnard (2007, 413).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maureen O’Dougherty, « Ostentations vestimentaires affirmées et refusées : l’habillement à Recife comme marque de distinction sociale », Brésil(s), 8 | 2015, 143-163.

Référence électronique

Maureen O’Dougherty, « Ostentations vestimentaires affirmées et refusées : l’habillement à Recife comme marque de distinction sociale », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 27 août 2016. URL : http://bresils.revues.org/1647 ; DOI : 10.4000/bresils.1647

Haut de page

Auteur

Maureen O’Dougherty

Maureen O’Dougherty est professeur d’anthropologie à la Metropolitan State University à Saint-Paul (Minnesota)

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org