Navigation – Plan du site
Varia

Les images de la police politique (DOPS) : utilisations, appropriations et controverses

As imagens do DOPS-MG: usos, apropriações e disputas
Images of the Department of Political and Social Order (DOPS): Uses, Appropriations and Disputes
Rodrigo Patto Sá Motta
Traduction de Marlène Monteiro
p. 191-214

Résumés

Cet article est un essai exploratoire sur les images des DOPS (Délégations ou Départements de l’ordre politique et social), qui étaient les principaux organes de la police politique au Brésil durant la majeure partie du XXe siècle. Ces images permettent deux approches possibles : d’une part, l’analyse de quelques photographies produites ou saisies par la police et la façon dont elles ont servi aux activités de surveillance et de répression des « subversifs » ; d’autre part, l’élaboration de réflexions préliminaires à partir des images critiques sur les DOPS, dont le but était de dénoncer les actions de la police politique et de décrire les policiers sous des traits négatifs. Le but de ce texte est de contribuer à l’historiographie qui examine les imaginaires et les usages politiques des images, ainsi qu’à l’étude des mécanismes de fonctionnement des appareils de répression politique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit du portugais

Article reçu pour publication en janvier 2015 ; approuvé en mars 2015.

Texte intégral

  • 1 L’utilisation du substantif « politique » au masculin est devenue courante ces derniers temps. En g (...)

1Les images offrent deux pistes à l’historien de la politique ou du politique1. D’une part, elles peuvent être utilisées comme témoignages ou preuves pour l’étude des processus et événements dans une perspective historique. Ainsi, affiches, caricatures, photographies, films, monuments fournissent des informations contribuant à l’analyse de phénomènes tels que les guerres, les élections, les rituels, les révolutions, etc. D’autre part, elles peuvent aider à comprendre les projets politiques en débat sur la scène publique et, éventuellement, les cultures qui y sont liées. C’est le cas, lorsqu’elles sont utilisées pour exprimer, construire ou diffuser des valeurs et des idées, tout en créant des liens identitaires, en séduisant, en convaincant, autrement dit, lorsqu’elles sont une « arme » stratégique dans les batailles politiques. Dans ce cas, leur dimension représentative ou de témoignage cède le pas à leur fonction de communication et à leur capacité à modifier la réalité et à y inscrire une signification. Le présent article porte donc sur le sens que les messages visuels sont susceptibles d’attribuer au monde et sur la place qu’ils peuvent occuper dans les conflits de pouvoir. En ce sens, les images doivent être considérées moins comme des sources servant à la production de connaissances sur certains thèmes chers à l’histoire politique que comme objets d’étude en soi, sujets centraux de la recherche. Dès lors, l’attention aux particularités de leur langage s’avère déterminante. Il s’agira donc d’envisager les deux façons possibles de comprendre les images de nature politique : en tant que documents à explorer et interpréter en utilisant les informations qu’ils contiennent pour comprendre les processus en jeu ; en tant que facteurs de la construction de la réalité.

  • 2 Étant donné la structure fédéraliste de l’État du Brésil, les organes de la police politique furent (...)

2J’insiste sur le fait que ce texte n’a pas pour objet principal le débat théorique sur l’usage des archives photographiques dans la recherche, même s’il y fait régulièrement référence. Il s’attache essentiellement à explorer certaines pistes à partir des images des Departamentos de Ordem Política e Social – DOPS [Départements de l’ordre politique et social], en particulier celui de l’État du Minas Gerais (DOPS-MG), qui, en tant que police politique, ont surveillé et réprimé les ennemis de l’État durant des décennies (entre les années 1920 et 1980 environ). Bien que la majorité des documents cités appartienne à la police mineira, cette discussion dépasse le cas régional puisque les DOPS existaient dans presque tous les États brésiliens2.

3Le titre de cet article est volontairement ambigu parce que les images du DOPS y sont entendues dans un double sens, ce qui permettra deux démarches distinctes : dans un premier temps, j’analyserai les photographies produites, recueillies ou obtenues par la police, avec une attention particulière aux usages, appropriations, ainsi qu’aux controverses engendrées par cette pratique. Dans un second temps, j’examinerai l’image publique de la police qui a également fait l’objet de polémiques et de conflits. Le concept d’image est pris ici au sens large et inclut aussi bien le registre pictural (dans le cas présent la photographie et le dessin de caricature) que la perception publique d’un objet ou d’une personne donnés, en l’occurrence, la police. Enfin, le terme d’image doit aussi être entendu au sens de représentation mentale qui, construite principalement sur un mode verbal, ne trouve pas toujours de correspondance graphique, même si les quelques caricatures analysées ci-dessous vont dans cette direction.

4Dans un premier temps, on s’arrêtera sur les images collectées par le DOPS afin de donner un aperçu des ressources visuelles dont ce dernier disposait. Il est clair qu’il s’agit là d’une sélection puisque le fonds, aujourd’hui sous la responsabilité des Archives publiques du Minas Gerais, contient également d’autres types de documents visuels tels qu’affiches, posters, pamphlets, caricatures. Cette première partie s’articule autour de quatre questions. À quoi servaient les photographies du DOPS ? Comment étaient-elles produites ? Quelles furent les conséquences dans la société de la « fureur photographique » de la police politique ? Que peut faire l’historien avec ce matériel ?

  • 3 Comme le dit Susan Sontag, la photographie est une « trace, une sorte de stencil immédiat » du réel (...)

5Le deuxième temps de cette analyse est consacré à l’exploration d’un thème fascinant qui méritera à l’avenir des approches systématiques et rigoureuses : la construction de l’image publique du DOPS, processus dans lequel étaient engagés – avec d’évidentes intentions et implications politiques – à la fois les partisans et les ennemis de l’organe de répression. Dans cette partie, j’examinerai quelques caricatures publiées dans le journal Última Hora, qui exprimait l’opinion critique de la gauche et des secteurs démocratiques sur les DOPS. Ces documents visuels ont peut-être contribué à construire et/ou déconstruire l’image publique de la police politique. J’insiste sur la différence entre les deux types d’image – la photographie et le dessin de caricature – qui n’ont ni les mêmes pouvoirs de représentation et d’expression, ni le même langage. Il y aurait beaucoup à dire à ce sujet mais je me contenterai de mettre l’accent sur les larges possibilités de la charge caricaturale pour produire un discours critique grâce à l’humour, l’ironie, la métaphore (entre autres), ce qui s’explique par la liberté presque totale de l’artiste au moment où il crée son dessin. Certes, il est tributaire de conventions (graphiques, esthétiques, politiques) qui influent sur sa création, mais la feuille blanche lui permet de débrider son imagination pour créer les situations les plus diverses en se servant de personnages et de thèmes politiques. La photographie, elle, a une nature indicielle (Dubois 1990), elle est une « émanation du réel passé », une image à laquelle le référent adhère étroitement (Barthes 1995, 1112-1113 et 1170)3. Elle n’offre pas autant de liberté parce qu’elle est limitée par sa relation de proximité ou de contigüité avec le référent. Cela ne signifie pas, comme nous le savons tous, que la photographie est une représentation spéculaire du réel, ou qu’elle ne se prête pas à des manipulations et à la construction de significations pouvant produire de l’humour. Il existe des cas bien connus d’instrumentalisation politique de la photographie, qui vont de l’attribution de nouveaux sens à une image donnée, par le biais de la légende ou par d’autres moyens, à des falsifications grotesques. Cela étant, je suis d’accord avec les auteurs qui, s’inspirant de Charles Sanders Peirce, soulignent le caractère indiciel de la photographie (en particulier Dubois 1990), bien qu’elle puisse aussi faire appel à d’autres types de signes. Nous reviendrons plus loin sur cette question.

6Avant d’explorer les images de la police, une observation s’impose sur la nature de la collection. La police n’a pas remis aux Archives publiques du Minas Gerais une collection classée, tout juste des rouleaux de microfilms qui semblaient avoir été réalisés grossièrement, sans souci de préserver la disposition des documents originaux. Lorsqu’il était possible d’identifier des répertoires et des dossiers, les archivistes ont partiellement rétabli la mise en page originale mais, dans le cas contraire, il a été nécessaire de réordonnancer les documents. Ainsi, beaucoup de clichés qui apparaissent en séquence dans les microfilms se trouvent isolées, sans lien avec les répertoires, dossiers ou procès criminels (typologie caractéristique des procédures policières), ce qui ne facilite pas l’identification et la compréhension du contexte de production. La qualité est également mauvaise dans certains cas puisqu’il s’agit de photos anciennes qui, déjà mal conservées dans leur format d’origine, ont été transférées sur microfilm dans les années 1980, par la police elle-même, puis numérisées dans les années 2000 par les Archives publiques du Minas Gerais.

7Par ailleurs, il ne sera pas possible d’analyser en détail toutes les images reproduites ici. J’assume donc ce qui serait un péché capital pour la discipline des études de l’image : certaines d’entre elles serviront essentiellement à illustrer les procédés de la police. Dans d’autres cas, cependant, elles seront analysées plus en profondeur ou, du moins, je donnerai quelques pistes pour de futures recherches.

Brève présentation du fonds photographique du DOPS du Minas Gerais

8Les photographies conservées dans le fonds du DOPS-MG étaient principalement utilisées dans le cadre de trois types d’activité policière. Elles servaient tout d’abord à composer des rapports dont le but était de reconstituer des scènes de crimes ou d’actes de violence. Dans ces cas, les photographies servaient à documenter les événements et à instruire les procès criminels en montrant, par exemple, les lieux où s’étaient déroulés les conflits armés, les descentes de police dans les habitations occupées par les organisations de gauche ou les véhicules volés pour l’usage des guérilléros. La collection contient plus de rapports de ce type dans les années 1960-1970, à cause de la plus grande fréquence des conflits opposant la police à la gauche armée. On y voit les armes et munitions saisies, les impacts de balles, les véhicules, les corps, les vêtements, etc.

9Un autre usage récurrent des photographies consistait en la préparation de répertoires, documents de base pour le travail d’investigation. Les policiers de la section d’archivage du DOPS classaient les données recueillies ou produites sur telle ou telle personne (documents saisis, coupures de journaux, photographies, témoignages, etc.) dans les dossiers des suspects de crime politique. Bien entendu, les photographies de personnes soupçonnées ou faisant l’objet d’une enquête servaient au travail d’identification en vue de futures opérations d’arrestation. Et l’on sait que de nombreuses personnes furent interpellées grâce à ce genre de documents, en particulier pendant les deux dictatures, même si les images ne suffisaient pas toujours à retrouver les suspects recherchés. Les techniques photographiques d’identification des ennemis politiques de l’État, surtout le portrait, étaient issues des pratiques policières du XIXe siècle, notamment la photo d’identité judiciaire de face et de profil, technique attribuée à Bertillon (Fabris 2004, 40-47). Elles étaient utilisées aussi bien pour les crimes de droit commun que pour les crimes politiques. La photo 1, par exemple, montre des militants communistes, les principaux ennemis du DOPS à partir des années 1930, ce qui explique leur place prédominante dans les archives de la police.

10[Image non convertie]

Photo 1 – Portraits de communistes et liste des noms des personnes photographiées.
Fonds DOPS-MG, Arquivo Público Mineiro [Archives publiques du Minas Gerais] dorénavant APM.

11Le DOPS se servait aussi des photographies pour répertorier les événements et activités politiques en tous genres : réunions, congrès, rassemblements, grèves, marches, manifestations, etc. Dans ce cas, les clichés servaient à identifier les personnes présentes, celles qui semblaient suspectes ou faisaient l’objet d’une enquête et qui devenaient, par la suite, les cibles d’actions répressives. Ce troisième type d’utilisation était le plus fréquent et également le plus significatif dans la perspective qui nous intéresse ici. Par ailleurs, les policiers pouvaient également utiliser les images comme des indicateurs de l’impact social et de la capacité de certains leaders et groupes politiques à mobiliser la population.

  • 4 À la fin de la dictature Vargas, en 1945, durant une brève période de liberté, des groupes politiqu (...)

12Examinons quelques-unes des photographies de la campagne en faveur de l’amnistie organisée à Belo Horizonte et dans les villes voisines en 1956, à l’initiative de groupes de gauche touchés par la répression depuis 19464. Certains leaders sont parfois cadrés de près, afin d’être identifiés, et la police a elle-même inséré des légendes dans cette intention (photo 2). La banderole qui mentionne le leader communiste Luiz Carlos Prestes fait aussi office de légende, en quelque sorte, et ne pouvait échapper au regard ou au cadrage du photographe ; elle pouvait être interprétée comme la confirmation du lien entre les personnes photographiées et le parti communiste. Dans d’autres photos prises du même événement, le but est plutôt de mesurer la participation de la population au rassemblement. C’est pourquoi un autre type de cadrage est utilisé : le plan général permet de montrer la foule présente (photo 3).

13[Image non convertie]

Photo 2 – Rassemblement en faveur de l’amnistie. Communistes.
Banderole : « Amnistie pour Luiz C. Prestes ». Liste des noms des personnes photographiées : 1. Augusto Gilbert ; 2. Verduliano Domingos (Texaquinho) ; 3. Francisco Faria do Nascimento. Belo Horizonte, 1956.
Fonds DOPS-MG, APM.

14[Image non convertie]

Photo 3 – Public présent au rassemblement en faveur de l’amnistie, Belo Horizonte, 1956.
Fonds DOPS-MG, APM.

15Voici une manifestation d’employés de banque (photo 4), probablement pendant une grève de la fin des années 1950 ou du début des années 1960. Le groupe protestait sur le perron de l’église de São José, espace religieux paradoxalement très prisé par la gauche à Belo Horizonte entre 1945 et 1964. Dans ce cas, le caméraman a aussi choisi un plan général, la distance permettant de révéler toute la scène et donc d’évaluer le nombre de participants.

16[Image non convertie]

Photo 4 – Rassemblement organisé à l’église São José, lors du discours du leader syndical communiste des employés de banque, José Vieira Alves, et du député Hernani Maia.
Fonds DOPS-MG, APM.

  • 5 Bambirra et Riani allaient être élus députés régionaux pour le PTB [Parti travailliste brésilien] l (...)

17D’autres types d’événements étaient surveillés par la police. Cette fois, on est dans un espace clos et en présence d’un public diversifié, un mélange de politiciens et de syndicalistes. Il s’agit de la IIe Conférence syndicale organisée à Belo Horizonte au début de 1961, en présence du vice-président de l’époque, João Goulart (photo 5). La photographie est extraite d’une série de prises de vues de l’événement et montre le restaurant où eut probablement lieu le déjeuner ou le dîner réunissant participants et invités d’honneur. Goulart est entouré de politiciens et de syndicalistes. À sa droite se trouvent quelques leaders politiques appartenant en majorité au camp conservateur et modéré. Les chiffres 4 et 5, par exemple, désignent respectivement le maire de Belo Horizonte, Amintas de Barros, et le sénateur Camilo Nogueira da Gama. À gauche de Goulart se trouvent deux leaders syndicaux arrêtés lors du coup d’État de 1964 : le chiffre 1 désigne Sinval Bambirra, leader du secteur textile, et le chiffre 2, Clodsmith Riani (debout, le bras droit posé sur l’épaule de Goulart), dirigeant de celui de l’électricité5. Notons que la numérotation ajoutée sur l’image (un indice pour identifier les personnes dont les noms ont été notés au verso) est révélatrice de l’échelle de valeurs et de priorités du DOPS. La numérotation commence par la gauche, le chiffre 1 désignant le syndicaliste lié au PCB (Parti communiste brésilien) et le chiffre 2, un autre syndicaliste de gauche, également suspecté à l’époque d’être lié aux communistes. Ils venaient avant le vice-président lui-même, seulement désigné sous le chiffre 3.

18[Image non convertie]

Photo 5 – IIe Conférence syndicale, 1961.
Fonds DOPS-MG, APM.

19Si l’on met de côté le point de vue de la police, obsédée par le « péril rouge », on pourrait interpréter cet événement syndical et cette photographie comme une représentation symbolique de la stratégie politique de Goulart. Il avait mis en place une structure de pouvoir basée aussi bien sur les politiciens traditionnels que sur le mouvement syndical, pour tenter de s’appuyer sur les deux à la fois. Toutefois, à son grand dam (et à celui du pays), ses adversaires n’avaient d’yeux que pour le côté gauche de la « table présidentielle »…

20Le plus souvent, la police se servait de ces photographies pour identifier des suspects et des ennemis de l’État et/ou pour trouver les preuves de leurs agissements subversifs et du crime politique. Elles constituaient alors une aide pour le travail policier et, loin d’être destinées à l’espace public, elles étaient, à quelques exceptions près, conservées à l’abri dans les archives des institutions de répression. Ici, la photo est un indice au sens propre : elle indique, pointe un doigt accusateur vers les individus en ligne de mire. Étant donné le contexte et la logique de l’activité policière, la dimension indicielle de l’image photographique dont parle Philipe Dubois a, dans ce cas précis, d’autres implications. Elle peut aboutir à un acte d’accusation (indiciamento), à l’ouverture de procès criminels contre les personnes considérées comme subversives par la police. Dans ce cadre, la photographie comme indice peut se transformer en élément accusateur (indiciador).

21Notons que cette condition indicielle et accusatrice (susceptible d’entraîner la rédaction d’un acte d’accusation) de la photographie policière était également reconnue par ses cibles, dont les images étaient récupérées par les archives du DOPS. Indifférents au débat académique sur le caractère représentatif ou non de la photographie, à savoir, si elle est une parfaite reproduction du réel ou si elle n’est que l’expression de conventions arbitraires basées sur des systèmes codifiés, les sujets portraiturés par les caméras indiscrètes au service de la police avaient conscience du pouvoir de l’image photographique. Et quand ils le pouvaient, ils se faisaient entendre parce qu’ils savaient que l’existence de ces collections pouvait avoir de fâcheuses conséquences pour eux.

  • 6 Une des personnes accusées de commanditer les photos était un militant de groupes anticommunistes q (...)

22En ce sens, la conférence syndicale mentionnée plus haut eut des répercussions intéressantes et inattendues. Il y eut des protestations lorsque la presse et les mouvements de gauche apprirent que des personnes liées au DOPS avaient commandé une véritable enquête photographique sur l’événement. La dénonciation partit d’un quotidien publié à Belo Horizonte qui accusait : « Le DOPS a fiché en tant que communistes tous les participants au congrès des travailleurs. » Il ajoutait que la police avait contracté une agence de photographes privée pour ne pas éveiller les soupçons. L’incident eut des répercussions majeures du fait de la présence du gouverneur Magalhães Pinto et du vice-président João Goulart à l’événement. Le DOPS ouvrit une enquête et démentit toute implication, rejetant la responsabilité sur deux militants d’extrême-droite. Étant donné que ces photographies appartiennent aux archives du DOPS-MG, nous savons aujourd’hui qui mentait. Au-delà de la dénonciation publique du travail dissimulé des agents de la police politique, les protestations restèrent sans effet. Les articles du journal allèrent plus loin, accusant les policiers du DOPS de bastonner régulièrement les étudiants et les ouvriers. Comme on le verra, la police a dûment consigné ces critiques6.

  • 7 Les documents font partie de la collection des archives officielles des États-Unis. Voir National A (...)

23Cette histoire nous incite à poursuivre la réflexion sur la manière dont le fonds du DOPS a été constitué. Il se peut que des clichés aient été également obtenus en contractant des particuliers ou en achetant des planches à des professionnels qui couvraient ces événements pour revendre les photos aux participants. On trouve dans les collections beaucoup d’autres images de rassemblements et, souvent, les personnes posent tranquillement devant l’objectif sans se douter que leur portrait finira dans les archives policières. Dans une étude sur la police du Minas Gerais, réalisée en 1959, des conseillers états-uniens ont observé en détail la structure du DOPS-MG, notant tous les secteurs et subdivisions, ainsi que les équipements et l’organisation du personnel. Pourtant, curieusement, il n’est pas fait mention de la présence de photographes professionnels au sein du personnel qui comptait près de soixante fonctionnaires7.

24[Image non convertie]

Photo 6 – Communistes sous surveillance. Liste des noms des personnes photographiées : 1. Celius Aulicus Jardim ; 2. João Gomes Martins.
Fonds DOPS-MG, APM.

Photo 7 – Communiste, ancien député du PCB Claudino José da Silva.
Fonds DOPS-MG, APM.

  • 8 Lors d’un entretien avec un professeur détenu en 1964, il s’est avéré que la police du Minas Gerais (...)

25En ce qui concerne les photos d’identité judiciaire et les images en annexe des rapports d’enquête, autrement dit, les photographies prises dans des espaces clos ou dans des situations sous contrôle, la police politique faisait probablement appel aux services d’une autre division du Secrétariat régional de la sécurité (Secretaria Estadual de Segurança), le Département de la police technique (Departamento de Polícia Técnica). Pour documenter les événements externes, le recours à des photographes professionnels était certainement une pratique courante. Certaines images du fonds montrent cependant des personnes surveillées durant des actes quotidiens, apparemment banals, ce qui laisse à penser que les agents prenaient des photos à la sauvette (voir photos 6 et 7). Les suspects et les militants eux-mêmes représentaient une autre source importante, lorsque leurs collections étaient saisies au cours d’opérations de perquisition ou de répression, et étaient incorporées à la base d’images du DOPS8.

Les mouvements sociaux dans les fichiers d’images de la police

  • 9 Comme le souligne Boris Kossoy (2007, 107).
  • 10 À ce sujet, d’après la brillante argumentation de Carlo Ginzburg, le travail de l’historien repose (...)

26Quel usage l’historien peut-il faire de ces images produites ou saisies par le DOPS-MG, au-delà de l’analyse du fonctionnement de l’appareil répressif lui-même ? Les photos nous offrent d’autres possibilités d’analyse et de lecture, indépendamment des objectifs autoritaires de la police qui, soit dit en passant, n’imaginait pas que les historiens et le public auraient un jour accès à leur fonds. Paradoxalement, c’est grâce aux clichés du DOPS qu’il est aujourd’hui possible d’étudier et de mieux connaître les événements publics que la police cherchait à réprimer et étouffer pour empêcher le risque d’une répercussion sociale majeure9. Nous pouvons utiliser ces images pour nos recherches sur les mouvements sociaux et politiques qui étaient surveillés, et nous servir de la source indicielle, non à des fins accusatrices mais pour comprendre et analyser les processus et les événements historiques10.

27C’est le cas des rassemblements de la campagne d’amnistie de 1956, évoqués plus haut et qui constituaient un thème virtuellement méconnu de l’historiographie. L’ensemble des photographies du DOPS sur l’événement révèle une participation populaire non négligeable et la présence d’un bon nombre de pauvres, de Noirs et de femmes dont certaines sont avec leurs enfants (photos3 et 8). Leur adhésion à ces rassemblements s’explique en partie par la demande d’amnistie en faveur des « 51 mineurs de Nova Lima » (voir la banderole que tiennent les femmes dans la photo 8), un groupe d’ouvriers de la mine de Morro Velho licencié après la grève de 1948, jugée subversive par la justice. Le procès avait commencé dans un tribunal de droit commun et s’était achevé au Tribunal supérieur du travail (Tribunal Superior do Trabalho), lequel finit par donner raison aux patrons en annulant la garantie de sécurité de l’emploi pour les ouvriers incriminés, ce qui conduisit à leur licenciement. Beaucoup d’entre eux étaient des militants syndicaux et communistes (Grossi 1981, 180-187 ; Coelho 2004). Ce cas suscita une vive émotion dans la ville politisée de Nova Lima, la « cité rouge », et devint un emblème du PCB qui le reprit à son compte dans ses rassemblements de 1956 et l’associa à la campagne en faveur de Luiz Carlos Prestes, alors exposé à des poursuites judiciaires.

Photo 8 – Femmes présentes au rassemblement en faveur de l’amnistie. Banderoles [en partie illisibles]  : « Amnistie pour les 51 mineurs du Morro Velho » ; « Grande amnistie depuis 1945 et pour Luiz Carlos Prestes ». Légende : Rassemblement pro-amnistie.
Fonds DOPS-MG, APM.

28Beaucoup de femmes sont signalées sur les photos de la police (photo 9), ce qui est surprenant si l’on en croit les interprétations courantes selon lesquelles elles s’impliquaient peu dans la politique avant le coup d’État de 1964. Cela peut s’expliquer de deux façons : soit leur participation aux mouvements sociaux et de gauche était plus importante qu’on ne le pensait, soit le regard de la police, pour une raison ou une autre, insistait sur leur présence.

  • 11 L’homme à gauche, dans la figure n° 10, est José Gomes Pimenta, Dazinho, président du syndicat des (...)

29De fait, les photos du DOPS nous donnent à voir des personnages sociaux normalement exclus du monde de la politique institutionnelle, surtout en ces années-là. Outre des femmes, on peut voir des ouvriers (photo10)11, des paysans et des Noirs, membres des couches populaires qui, avant le coup d’État de 1964, revendiquaient une visibilité sur la scène publique.

Photo 9 – Femmes sous surveillance.
Liste des noms des personnes photographiées : 1. Gavino Madado Filho ; 2. Yara – des Écoles de beaux-arts de Belo Horizonte ; 3. Wilma, des Écoles de beaux-arts de Belo Horizonte ; 4. Felomena Ziller ; 5. Helia Ziller ; 6. Roedel ; 7. Simfurosa Ferriz. Fonds DOPS-MG, APM.

Photo 10 – Syndicalistes dans le collimateur de la police. Syndicat des travailleurs de l’industrie minière d’or et métaux précieux. Rue Bernardino 65. Nova Lima. 1. José Gomes Pimenta de Lima ; 2. (trésorier). Fonds DOPS-MG, APM.

30La série de photographies du DOPS-MG portant sur le Ier Congrès national d’agriculteurs et d’ouvriers agricoles, qui eut lieu en novembre 1961 à Belo Horizonte, constitue un autre type de matériel iconographique, lui aussi très riche (les photos de 11 à 15 sont extraites de cette série). Qui plus est, certaines images sont émouvantes, elles piquent notre sensibilité et évoquent le punctum tel que le définit Barthes (1995, 1126). Il en est une, en particulier (photo 12), d’un vieux paysan qui tient un discours avec un enfant dans les bras (son fils ? son petit-fils ?), peut-être pour signifier l’espoir d’un meilleur futur allant de pair avec la promesse de la réforme agraire.

Photo 11 – Vue partielle de l’assemblée plénière du « Congrès paysan ». Pancartes en partie illisibles : « La terre à qui la travaille » ; « Dans la loi ou par la force » ; « La terre ou la mort ».
Fonds DOPS-MG, APM.

Photo 12 – Participant tenant un discours au « Congrès paysan ». Fonds DOPS-MG, APM.

  • 12  Pour une analyse du Ier Congrès national d’agriculteurs et d’ouvriers agricoles, voir Camisasca (2 (...)

31Des centaines de personnes, venues de tout le pays, participèrent au « Congrès paysan », aussi bien à l’initiative des Ligues paysannes de Francisco Julião que du PCB12. Politiciens (João Goulart, Magalhães Pinto) et leaders étudiants étaient également présents, mus par le désir de tisser des liens avec les dirigeants des associations populaires. Certains rapports sur l’événement relatent la présence significative de personnes d’origine paysanne et de milieux humbles qui préconisaient une véritable invasion de Belo Horizonte, alors une paisible ville de fonctionnaires dominée par les valeurs de la classe moyenne, ce qui suscita peur et anxiété. Les photos permettent d’étayer ces mémoires, elles montrent des dizaines de travailleurs ruraux, modestement vêtus, en train de jouer un rôle central dans les activités et les débats de la rencontre, et occupant un espace extérieur à l’événement, à proximité du centre-ville.

Photo 13 – Participants du « Congrès paysan ».

Fonds DOPS-MG, APM.

Photo 14 – Participants du « Congrès paysan » sur le parvis de l’église S. José.
Fonds DOPS-MG, APM.

Photo 15 – Participants du « Congrès paysan », photographiés à l’extérieur.
Fonds DOPS-MG, APM.

Photo 16 – Rencontre d’étudiants, début des années 1960.
Fonds DOPS-MG, APM.

32Les archives policières comportent aussi des collections photographiques d’événements d’autres groupes sociaux, tout aussi craints par les défenseurs de l’ordre, mais qui contrastent avec les profils décrits jusqu’ici. C’est le cas de celles qui concernent les mouvements étudiants dont les représentations sont l’exact contrepoint de celles consacrées aux ouvriers et aux paysans. Les jeunes gens étudiant dans les universités formaient un groupe très actif, étroitement surveillé par la police. Leurs photographies (photo 16) révèlent une très grande différence du point de vue social et racial avec les images antérieures. On y voit des personnes bien habillées, bien coiffées et essentiellement blanches.

DOPS : la guerre des images

33Dans son zèle répressif, le DOPS a produit et accumulé des collections d’images conséquentes. Cependant, la police politique était incapable de contrôler les représentations que son action engendrait, et qui étaient souvent créées par ses propres ennemis. Dans cette bataille d’images, les DOPS désignaient vaguement leurs adversaires sous les termes de « communistes » ou « subversifs ». De son côté, et pour des raisons évidentes, la gauche répliquait par des dénonciations associant la police politique à l’usage de la violence et au non-respect des droits individuels.

34Toutefois, l’opposition employait aussi un autre argument. Pour elle, les agents de police étaient stupides et ignorants. Ce thème est récurrent dans les discours de la gauche qui identifiaient la droite à l’impéritie et à la bêtise. On le retrouve dans la figure caricaturale du gorille, construite à partir des années 1960 pour représenter les forces de droite, surtout les militaires (Motta 2008).

Caricature 1– « Jaguar et l’abécédaire saisi ». Última Hora, 22/02/64, p. 4.
Source : Bibliothèque publique Luiz de Bessa.

35Certains dessinateurs de presse, plus téméraires, représentaient le DOPS en mettant l’accent sur la sottise attribuée aux policiers. C’est ce qu’illustre la caricature 1 où Jaguar montre le policier inexpérimenté qui voit de la subversion dans n’importe quel texte saisi chez les suspects. Dans cet exemple, l’agent explique à son collègue que le texte d’un abécédaire (Ivo viu a uva [Ivo a vu le raisin]) contient sûrement un message codé à teneur communiste (« Ce doit être un code : Ivo veut dire communiste et Uva signifie réforme agraire »). Notons à ce propos que les conservateurs nourrissaient une aversion particulière aux méthodes d’alphabétisation du peuple, en particulier celles de Paulo Freire. Les attaques caricaturales de ce type allaient se multiplier pendant le régime militaire, après plusieurs épisodes de saisies de livres chez des militants et intellectuels.

36La caricature suivante, du même auteur (caricature 2), ridiculise l’action répressive du DOPS de Rio de Janeiro en référence à un incident notoire de cette époque. Au moment du coup d’État de 1964, une mission officielle du gouvernement chinois se trouvait au Brésil, à l’invitation du gouvernement Goulart, pour négocier des accords commerciaux. Cette visite relevait de la stratégie visant à réduire la dépendance du pays vis-à-vis des États-Unis et à ouvrir des marchés et des relations politiques avec le bloc socialiste et le groupe des non-alignés. Lors du coup d’État, neuf ressortissants chinois furent arrêtés et jugés, ce qui provoqua une polémique dans le pays ainsi que des protestations diplomatiques. Dans son interprétation sarcastique, Jaguar présente les policiers en charge de la prison comme des sots qui ne sauraient pas identifier les prétendus ennemis de la nation (« Parmi les Chinois que nous avons arrêtés, Monsieur, trois sont Japonais, un est Philippin et un du Ceará ») ou, selon une autre lecture possible, comme malveillants au point d’exagérer le nombre de représentants chinois accueillis par le gouvernement Goulart.

Caricature 2 – « Jaguar et les Chinois diaboliques ». Última Hora, 18/04/64, p. 3.
Source : Bibliothèque publique Luiz de Bessa.

37Il va sans dire que ces critiques offusquaient vivement les policiers, non seulement parce qu’elles insultaient leur amour-propre, mais aussi parce qu’elles « ternissaient l’image » de l’institution. Pendant les luttes politiques du début des années 1960, la gauche produisit aisément des images négatives des DOPS et les firent abondamment circuler. Elles contribuèrent à consolider dans l’imaginaire social des représentations à la fois sinistres et moqueuses de l’appareil répressif. Les policiers y répondirent pendant la dictature en emprisonnant certains caricaturistes et en détruisant quelques-unes des revues incriminées, sans parler de la censure. Cependant, ce qui est intéressant ici, c’est la dimension publique de ce conflit de représentations. Par chance, j’ai trouvé dans des archives aux États-Unis un texte rédigé par un enquêteur du DOPS du Minas Gerais, opportunité rare d’accéder au discours de la police. Ce texte est utile pour étudier la façon dont les agents percevaient la manière dont leur image était produite par l’opposition et comment ils tentaient de la corriger.

  • 13 L’article se présente comme le premier d’une série qui comporterait également des textes sur d’autr (...)

38Rédigé en 1971, le texte avait été commandé par le programme de police de l’Agence états-unienne pour le développement international (United States Agency for International Development – USAID), qui entraînait et équipait les forces de répression brésiliennes depuis 1960. Il devait être publié dans la revue de l’International Police Academy, la principale institution chargée aux États-Unis de l’entraînement de policiers étrangers. Dûment approuvé par le chef du DOPS-MG, l’article fut remis avec une série de photographies servant d’illustrations. Toutefois, dans l’introduction, l’auteur laisse entendre qu’une publication au Brésil pourrait être également envisagée dans le cadre de l’action de relations publiques de la police. En effet, ajoutait-il, il serait intéressant de s’adresser à un large public qui ne reçoit que des informations négatives sur le travail policier à cause des attaques diffamatoires ou mal informées de la grande presse13.

39Le texte décrit le DOPS du Minas Gerais comme un département de police moderne et hautement spécialisé qui a été aidé par les gouvernements de la « Révolution de mars » (1964). D’après l’article, la « Révolution » aurait instauré un véritable âge d’or pour les défenseurs de l’ordre politique et social qui auraient connu une période difficile dans le contexte politique précédent. L’auteur mentionne avec animosité la première moitié des années 1960, au cours desquelles la gauche se serait infiltrée partout, allant jusqu’à influencer le gouvernement de l’État qui, du coup, aurait marginalisé la police politique, lui refusant des conditions de travail décentes et sabotant ses équipements. Pire, en 1963, même le nom de l’institution avait été changé (Motta et al. 2003) pour celui de Département de surveillance sociale (Departamento de Vigilância Social) :

Dans cette conjoncture, l’image du DOPS était déformée par les protégés de la dictature syndicaliste et ses membres étaient présentés comme des bastonneurs d’ouvriers et des tortionnaires d’étudiants. On décrivait souvent certaines prisons construites par d’autres institutions comme l’œuvre d’éléments du DOPS et on prétendait que des prisonniers mouraient chaque jour dans ses « geôles infectes ».

40Toujours selon l’auteur, la victoire de 1964 aurait remis les choses en ordre. Des policiers dévoués qui, même dans des conditions hostiles, étaient demeurés vigilants à l’égard des ennemis de la patrie et des adeptes de « doctrines peu orthodoxes », auraient enfin retrouvé la place qui leur était due. Dans ce nouveau cadre politique, on avait même pu résoudre un problème d’« ordre sentimental » (sic) qui affectait profondément tous ceux qui ne parvenaient pas à s’habituer au changement de nom de leur département. Après des demandes insistantes auprès des autorités de la dictature, gain de cause avait été obtenu : on était revenu à l’ancienne dénomination de DOPS.

41Sans entrer plus en détail dans le contenu de ce texte, il importe surtout de souligner le soin de l’auteur à démontrer comment le DOPS du Minas Gerais s’était modernisé et développé après la victoire de 1964, bien loin de l’image propagée par ses détracteurs. Il ne s’agissait pas d’un antre archaïque de tortionnaires mais d’une institution d’avenir, œuvrant pour le maintien de l’ordre et la sécurité des familles. La police politique ne se souciait pas seulement de garantir la tranquillité des foyers, elle était au premier chef soucieuse du bien-être du peuple. Elle savait même inventer de nouveaux services sociaux (par exemple, pour la localisation d’enfants perdus, grâce à un système radio).

Photo 17 – Bâtiment du DOPS-MG. Source : NARA.

42Les photographies ajoutées à l’article comme, par exemple, celle du siège du DOPS du Minas Gerais (photo 17), viennent corroborer le message. Prise de nuit afin d’extraire le bâtiment de son environnement urbain, ce cliché révèle le caractère futuriste d’un édifice aux lignes géométriques dans le style de ceux de l’ère Kubitschek, icône du Brésil moderne. Inauguré en 1956, il participe de l’image que Juscelino Kubitschek s’était définitivement donné avec la construction de Brasília. Durant ses mandats antérieurs, quand il était maire de Belo Horizonte (1940-1945) et gouverneur du Minas Gerais (1950-1955), il avait déjà commandé plusieurs œuvres d’architecture moderne dont, probablement, l’édifice en question. L’auteur de cette photographie semble vouloir insister sur cette dimension, tout en ajoutant à son sujet une stature monumentale grâce à un cadrage amplifiant la profondeur de champ.

43Pour revenir au texte de l’article, celui-ci explique que le DOPS fut entièrement restructuré après 1964, ses effectifs augmentés et son infrastructure améliorée, avec l’acquisition de nouveaux équipements (« modernes » comme l’indiquent les légendes de certaines photos). Il ajoute que les fonctions et le champ d’action de l’institution furent développés, et que le service de surveillance s’étendit dorénavant aux villes de l’intérieur, grâce à des investissements dans les dispositifs de communication et à la création de brigades des stupéfiants. Les photographies étayant ce discours montrent les nouveaux instruments, notamment le centre de communications (photo 18), les véhicules neufs et les ambulances destinés aux opérations de répression politique (photo 19), le nouveau stand de tir, ainsi que la subdivision des chiens policiers, orgueil du Département.

Photo 18 – « Salle de la subdivision de radiocommunication, où l’on peut voir l’équipement de radio moderne utilisé par le DOPS/MG ». Source : NARA.

Photo 19 – Garage du DOPS-MG avec ses véhicules modernes, et une ambulance pour les secours d’urgence. Source : NARA.

44L’article mentionne également les cellules de détention du DOPS qui, contrairement aux dénonciations de la gauche, ne seraient pas des geôles infectes mais des installations confortables, disposant de sanitaires et, même, de postes de télévision – sans toutefois aller jusqu’à les montrer dans les illustrations jointes.

45Une des photographies attire le regard plus que les autres et me laisse perplexe parce qu’elle suggère des éléments contradictoires, ce qui rend son interprétation difficile et sujette à polémique. Elle synthétise, encore que paradoxalement, la tentative du DOPS de renvoyer une image positive de lui-même (photo 20).

Photo 20 – Le chien policier et l’Église moderne. « DOLAR – Une des unités canines du DOPS-MG, posant devant la fresque de Portinari, Église de Pampulha ».
Source : NARA.

46On y voit l’un des chiens dressés du Département devant l’église de Pampulha, le joyau architectural moderniste de Belo Horizonte et l’un de ses symboles. Ce bâtiment avait été construit dans les années 1940, alors que Kubitschek était maire de la ville, d’après un projet d’Oscar Niemeyer et des dessins du peintre Candido Portinari, tous deux militants communistes bien connus. En grande partie à cause de l’appartenance politique de ces derniers, les groupes conservateurs de la région exécraient ce bâtiment. En mettant le chien dressé par le DOPS-MG pour réprimer les ennemis de l’État devant l’Église « des communistes », le photographe a voulu démultiplier les signes de modernité. Pourtant, l’image perturbe et est contradictoire dans la mesure où elle en juxtapose deux significations distinctes et antagonistes.

  • 14 Je remercie Francisco Rogido d’avoir vérifié à la Librairie du Congrès les éditions de la revue de (...)

47Apparemment, le texte ne fut jamais publié14, ce qui peut être révélateur. Le DOPS et ses défenseurs n’ont pas réussi à déconstruire l’image de cruauté qui était au fond inhérente à ses pratiques. Durant des décennies, la police politique a veillé au maintien de l’ordre politique et social servant, parfois, d’autres intérêts. Invariablement, elle a opté pour la manière forte plutôt que pour la loi, allant jusqu’à recourir à la torture dans les moments les plus critiques, surtout pendant les deux dictatures. Par conséquent, il ne fait aucun doute que l’image sinistre des DOPS qui avait été construite par l’opposition était amplement justifiée.

48Il serait intéressant d’approfondir les recherches sur ces institutions politiques qui ont été des piliers de la répression de l’État brésilien. Heureusement, la police politique, du moins dans sa structure ostensible des DOPS, fut démantelée au cours du processus de re-démocratisation, après la dictature. Le renversement de son pouvoir est symbolisé par le fait que sa documentation, si jalousement conservée par les policiers, est à présent accessible au public et aux chercheurs. Il est vrai que les archives publiques n’en ont pas recueilli la totalité. Certains aspects de cette mémoire ont été détruits ou occultés, et l’État n’a pas encore ouvert les collections de certaines agences fédérales de répression très actives durant la dictature, surtout celles liées aux forces armées. Cependant, la documentation accessible est loin d’être négligeable, et elle doit être explorée et étudiée attentivement. De tels fonds, en particulier les archives des anciens DOPS ouvertes à la recherche, contiennent un riche matériel pouvant aussi bien servir à l’histoire politique qu’à l’histoire du politique, comme j’ai essayé de le montrer dans ce texte.

49Ridiculiser l’action de la police politique correspondait à la stratégie de lutte contre son pouvoir à une époque où celui-ci était redoutable. Aujourd’hui, la situation est différente et l’historien doit dépasser les images superficielles et les représentations caricaturales des DOPS pour pouvoir en révéler le fonctionnement et la violence répressive dans toute leur complexité. Il en va des progrès de l’enquête historiographique comme du débat politique.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland. 1995 [1980]. La Chambre Claire. Note sur la photographie. In Œuvres complètes, 1974-1980. Vol. III, 1101-1197. Paris : Éditions du Seuil.

Bastos, Teresa. 2010. « De algoz a guardiã: fotografias da Polícia Política no acervo do Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro. » Resgate 18: 67-86.

Camisasca, Marina Mesquita. 2009. « Camponeses mineiros em cena: mobilizações, disputas e confrontos (1961-64). » Dissertation de mestrado en histoire. Belo Horizonte : UFMG.

Coelho, Victor de Oliveira. 2004. « Nova Lima, 1948. A greve dos mineiros e o ardil anticomunista. » Dissertation de mestrado en histoire, Belo Horizonte : UFMG.

Dubois, Philippe. 1990. L’Acte photographique et autres essais. Paris : Éditions Nathan.

Fabris, Annateresa. 2004. Identidades virtuais: uma leitura do retrato fotográfico. Belo Horizonte: Editora da UFMG.

Ginzburg, Carlo. 1989. « Traces : racines d’un paradigme indiciaire. » In Mythes, emblèmes, traces : morphologie et histoire, 139-180. Paris : Flammarion.

Grossi, Yonne. 1981. Mina de Morro Velho: a extração do homem. Uma história de experiência operária. Rio de Janeiro: Paz e Terra.

Knauss, Paulo. 2008. « Aproximações disciplinares: história, arte e imagem. » Anos 90 15 (28): 151-168.

Kossoy, Boris. 2007. Os tempos da fotografia: o efêmero e o perpétuo. São Paulo: Ateliê Editorial.

Meneses, Ulpiano T. Bezerra de. 2003. « Fontes visuais, cultura visual, História visual. Balanço provisório, propostas cautelares. » Revista Brasileira de História 23 (45): 11-36.

Motta, Rodrigo Patto Sá. 2008. « A figura caricatural do gorila nos discursos da esquerda. » Artcultura 9: 195-212.

Motta, Rodrigo Patto Sá et al. 2003. « República, polícia e direito à informação. Os arquivos do DOPS-MG. » Varia Historia 29: 126-153.

Rosanvallon, Pierre. 2003. Pour une histoire conceptuelle du politique. Paris : Éditions du Seuil.

Sontag, Susan. 2000. Sur la photographie. Paris : Christian Bourgeois.

Haut de page

Notes

1 L’utilisation du substantif « politique » au masculin est devenue courante ces derniers temps. En général, cet usage permet d’exprimer un sens plus large que celui que comporte le terme au féminin, incluant ainsi l’univers des représentations et de l’imaginaire (Rosanvallon 2003). Cela dit, l’emploi de politique au masculin ne semble pas indispensable pour exprimer le développement du champ de la politique ; on peut garder l’expression traditionnelle et concevoir que, dorénavant, elle englobe aussi des questions et des phénomènes qui n’étaient pas pris en compte jusque-là.

2 Étant donné la structure fédéraliste de l’État du Brésil, les organes de la police politique furent créés à la fois par le pouvoir fédéral et par les États, processus qui débuta dans les années 1920 à São Paulo, dans le Distrito Federal [District Fédéral], État où se trouve la capitale du Brésil et où siège le gouvernement fédéral (alors situé à Rio de Janeiro) et dans le Minas Gerais. À l’origine de simples délégations, ces organes se développèrent et furent transformés en Départements de police pour l’ordre politique et social. Dans les années 1960, ils étaient présents dans pratiquement tous les États du pays. La dictature militaire (1964-1985) créa de nouvelles institutions de répression sous contrôle fédéral, mais les DOPS régionaux furent maintenus jusqu’à leur démantèlement, dans les années 1980, lors de la transition démocratique. Leurs collections documentaires furent alors transférées dans les archives publiques.

3 Comme le dit Susan Sontag, la photographie est une « trace, une sorte de stencil immédiat » du réel (Sontag 2000, 182).

4 À la fin de la dictature Vargas, en 1945, durant une brève période de liberté, des groupes politiques et sociaux purent s’organiser et le Parti communiste du Brésil (PCB) fut légalisé. Cependant, le gouvernement d’Eurico Dutra, élu en 1946, entama une nouvelle campagne de répression des mouvements de gauche et des mouvements sociaux, allant de pair avec des emprisonnements et une nouvelle interdiction du PCB. La campagne d’amnistie photographiée cherchait à défendre ces groupes, en particuliers les mineurs de Nova Lima (comme on le verra plus loin) et le leader communiste Luiz Carlos Prestes.

5 Bambirra et Riani allaient être élus députés régionaux pour le PTB [Parti travailliste brésilien] lors des élections de 1962, et compter parmi les premières personnes emprisonnées par le DOPS lui-même, au moment du coup d’État de 1964. Malgré leur immunité parlementaire, d’après les accusations et indices dont on dispose, il semblerait que les mauvais traitements ne leur aient pas été épargnés en prison. Quoi qu’il en soit, ils perdirent immédiatement leurs privilèges légaux parce que l’Assemblée avait révoqué leur mandat quelques jours après le coup d’État. Sur d’autres photographies, la police a noté la présence d’autres syndicalistes, et semble plus s’intéresser à la participation de communistes comme Roberto Morena, Anélio Marques et Luiz Tenório Lima.

6 Une des personnes accusées de commanditer les photos était un militant de groupes anticommunistes qui fut reconnu, lors d’entretiens récents, comme un participant aux interrogatoires menés au DOPS dans le contexte de la répression d’après 1964. Il est possible que les photos n’aient été récupérées par la police qu’après le coup d’État, mais il est aussi plausible qu’on ait eu recours à un expédient pour détourner l’attention du DOPS à un moment où le gouvernement fédéral et celui de l’État étaient sous l’influence de groupes de gauches qui faisaient effectivement pression pour que les tendances répressives de la police soient mieux contrôlées.

7 Les documents font partie de la collection des archives officielles des États-Unis. Voir National Archives and Records Administration, College Park, Maryland, NARA II, RG 286, 250-66-3-23, boîte 16, dossier 1.

8 Lors d’un entretien avec un professeur détenu en 1964, il s’est avéré que la police du Minas Gerais avait arrêté un photographe lié au PCB et avait saisi par la même occasion sa collection de photographies contenant des images de militants et d’activités organisées par ces derniers (Celson Diniz, entretien accordé à l’auteur entre décembre 2007 et avril 2008, Belo Horizonte). Il se peut que certaines des photographies reproduites ici aient été prises par ce photographe du PCB, mais il n’a pas encore été possible de confirmer cette information.

9 Comme le souligne Boris Kossoy (2007, 107).

10 À ce sujet, d’après la brillante argumentation de Carlo Ginzburg, le travail de l’historien repose sur un paradigme indiciel, tout comme celui d’autres professionnels tels que le médecin ou le détective. L’historien n’a accès à son objet d’étude que par le biais d’indices, d’archives qui livrent des traces d’une réalité passée et, dans le cas présent, les photographies sont l’indice par excellence. Si Ginzburg fait une analogie entre la tâche du détective (Sherlock Holmes de Conan Doyle) et celle de l’historien, on pourrait aisément étendre sa comparaison au travail du policier, ce qui nous place dans une situation inconfortable de proximité avec le rôle de la police politique. Plutôt que d’éluder ce constat, autant admettre les similarités entre les deux processus « d’investigation » (ce n’est pas par hasard que le terme est interchangeable). Ceci dit, j’insiste sur le fait que, contrairement au détective et au policier, l’historien n’a ni l’obligation ni la nécessité d’émettre des jugements définitifs, puisqu’il ne cherche pas de coupables mais tente plutôt de comprendre et d’expliquer des événements et des processus historiques (Ginzburg 1989).

11 L’homme à gauche, dans la figure n° 10, est José Gomes Pimenta, Dazinho, président du syndicat des mineurs de Nova Lima, qui allait être élu député de l’État (estadual) en 1962, et dont le mandat fut révoqué en 1964. La photo date probablement du début des années 1960, lorsqu’il présidait le syndicat.

12  Pour une analyse du Ier Congrès national d’agriculteurs et d’ouvriers agricoles, voir Camisasca (2009).

13 L’article se présente comme le premier d’une série qui comporterait également des textes sur d’autres organes de la police du Minas Gerais, et le public visé incluait les policiers de l’intérieur du pays, afin qu’ils puissent mieux connaître les divisions de l’institution. Le texte et les photos sont disponibles dans RG 286 : 250-65-6-02, boîte 2. NARA II.

14 Je remercie Francisco Rogido d’avoir vérifié à la Librairie du Congrès les éditions de la revue de l’International Police Academy publiées durant cette période. D’autres textes sur la police brésilienne ont été publiés, mais pas celui sur les DOPS-MG. Le fait que les États-uniens n’aient pas publié le texte qu’ils avaient eux-mêmes commandé est intriguant et incite à pousser plus avant cette réflexion.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo 7 – Communiste, ancien député du PCB Claudino José da Silva. Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 8 – Femmes présentes au rassemblement en faveur de l’amnistie. Banderoles [en partie illisibles]  : « Amnistie pour les 51 mineurs du Morro Velho » ; « Grande amnistie depuis 1945 et pour Luiz Carlos Prestes ». Légende : Rassemblement pro-amnistie.Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Photo 9 – Femmes sous surveillance.Liste des noms des personnes photographiées : 1. Gavino Madado Filho ; 2. Yara – des Écoles de beaux-arts de Belo Horizonte ; 3. Wilma, des Écoles de beaux-arts de Belo Horizonte ; 4. Felomena Ziller ; 5. Helia Ziller ; 6. Roedel ; 7. Simfurosa Ferriz. Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Photo 10 – Syndicalistes dans le collimateur de la police. Syndicat des travailleurs de l’industrie minière d’or et métaux précieux. Rue Bernardino 65. Nova Lima. 1. José Gomes Pimenta de Lima ; 2. (trésorier). Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Photo 11 – Vue partielle de l’assemblée plénière du « Congrès paysan ». Pancartes en partie illisibles : « La terre à qui la travaille » ; « Dans la loi ou par la force » ; « La terre ou la mort ».Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Photo 12 – Participant tenant un discours au « Congrès paysan ». Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Photo 13 – Participants du « Congrès paysan ».
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Photo 14 – Participants du « Congrès paysan » sur le parvis de l’église S. José.Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Photo 15 – Participants du « Congrès paysan », photographiés à l’extérieur. Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 16 – Rencontre d’étudiants, début des années 1960. Fonds DOPS-MG, APM.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Caricature 1– « Jaguar et l’abécédaire saisi ». Última Hora, 22/02/64, p. 4.Source : Bibliothèque publique Luiz de Bessa.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Caricature 2 – « Jaguar et les Chinois diaboliques ». Última Hora, 18/04/64, p. 3.Source : Bibliothèque publique Luiz de Bessa.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Photo 17 – Bâtiment du DOPS-MG. Source : NARA.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Photo 18 – « Salle de la subdivision de radiocommunication, où l’on peut voir l’équipement de radio moderne utilisé par le DOPS/MG ». Source : NARA.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Photo 19 – Garage du DOPS-MG avec ses véhicules modernes, et une ambulance pour les secours d’urgence. Source : NARA.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Photo 20 – Le chien policier et l’Église moderne. « DOLAR – Une des unités canines du DOPS-MG, posant devant la fresque de Portinari, Église de Pampulha ».Source : NARA.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1673/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodrigo Patto Sá Motta, « Les images de la police politique (DOPS) : utilisations, appropriations et controverses », Brésil(s), 8 | 2015, 191-214.

Référence électronique

Rodrigo Patto Sá Motta, « Les images de la police politique (DOPS) : utilisations, appropriations et controverses », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 août 2016. URL : http://bresils.revues.org/1673 ; DOI : 10.4000/bresils.1673

Haut de page

Auteur

Rodrigo Patto Sá Motta

Rodrigo Patto Sá Motta est professeur à l’Université fédérale du Minas Gerais (UFMG).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org