Navigation – Plan du site
Varia

De la « Semaine révolutionnaire » à la « Révolution » de 1964 : itinéraires, réseaux et lieux de sociabilité de la « génération de 1922 »

Da « Semana revolucionária » à « Revolução » de 1964: itinerários, redes e espaços de sociabilidade da « geração de 1922 »
From the « Revolutionary Week » to the 1964 « Revolution »: the Itineraries, Networks and Spaces of Sociability of the « Generation of 1922 »
Diogo Arruda Carneiro da Cunha
p. 215-241

Résumés

Étudier les droites au Brésil – ou, dans un sens plus large, le conservatisme – n’est pas chose aisée. Cela est d’autant plus vrai quand il s’agit du domaine de la culture, en particulier dans les années 1960 et 1970. L’indéniable essor de la gauche dans la création artistique laissa dans l’ombre une élite culturelle conservatrice qui fut pourtant très active depuis la dictature de Vargas jusqu’au régime militaire. Identifier les intellectuels de cette élite à partir des itinéraires de ses membres, de ses réseaux et de ses lieux de sociabilité est le premier objectif de cet article. Le second est d’ébaucher un profil de cet acteur méconnu – ou oublié – de la vie politique brésilienne des années 1960 et 1970. Pour ce faire, nous avons mené une étude de cas : nous avons fait une prosopographie des membres de l’Académie brésilienne des Lettres entre 1961 et 1979 en repérant leur lieu de naissance et leur origine sociale, les études qu’ils ont suivies, les activités exercées, les lieux de sociabilité fréquentés et les postes politiques et administratifs qu’ils ont occupés. En plus de révéler un secteur important du champ intellectuel brésilien des années 1960 et 1970 – issu en grande partie d’une même génération, que nous appelons ici « génération de 1922 », connue particulièrement pour son rôle dans le renouveau culturel des années 1920 et pour sa participation à la dictature de Getúlio Vargas –, l’emprunt de la voie prosopographique nous a permis de saisir la formation de ce réseau et de donner une perception plus fine des rapports que ses membres entretenaient entre eux, d’une part, et avec le pouvoir politique, d’autre part.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en février 2015 ; approuvé en juin 2015.

Texte intégral

  • 1 Bien que l’usage du terme « droite » au singulier soit plus courant au Brésil, nous préférons l’uti (...)

1Que les études sur les droites1 aient été négligées en Amérique latine est aujourd’hui un consensus largement partagé. Le Brésil n’échappe pas à cette critique et est un bon exemple de la complexité de ce sujet réputé « sensible ». Comme le rappelle Power (2000, 94), la préoccupation affichée par de nombreux secteurs de la société et par l’écrasante majorité de la classe politique de ne pas s’identifier à la droite a conduit Antonio Flávio Pierucci (1987, 38 apud Power 2000, 93) à inventer le terme de direita envergonhada [droite complexée] pour la désigner. Leôncio Martins Rodrigues a réalisé une enquête auprès de l’Assemblée constituante de 1986 et a constaté qu’à peine 6 % des députés se définissaient comme de droite. Le chercheur a commenté sarcastiquement ses résultats en suggérant qu’en « ne tenant compte que de la façon selon laquelle les députés se placent sur l’échiquier politique, le Brésil serait un pays sans droite » (Rodrigues 1987, 99 apud Power 2000, 94). Ces exemples en disent long sur la difficulté et l’urgence de mener des recherches sur les hommes politiques, les acteurs et les sensibilités de droite pour mieux les cerner et les comprendre.

2La difficulté d’étudier la place des droites ou, dans un sens plus large, du conservatisme dans la vie culturelle, en particulier durant les années 1960 et 1970, est encore plus grande. L’indéniable essor de la gauche dans la création artistique a laissé dans l’ombre une élite conservatrice, issue d’une même génération que nous appelons ici « génération de 1922 », qui fut pourtant très active culturellement et politiquement depuis la dictature de Vargas jusqu’au régime militaire. Identifier ces intellectuels à partir de leurs itinéraires, de leurs réseaux et de leurs lieux de sociabilité est l’objectif de cet article. Il devrait permettre de dresser un profil de cet acteur méconnu ou oublié de la vie politique brésilienne des années 1960 et 1970. La notion d’intellectuel conservateur est certes floue et imprécise. Au risque de trop la simplifier, on peut la définir, dans le cadre de cette analyse, comme faisant référence aux hommes et femmes réfractaires aux changements progressistes dans les domaines politiques et sociaux et, par voie de conséquence, aux forces et gouvernements de gauche, qu’ils soient réformistes ou révolutionnaires.

  • 2 L’ABL fut créée en 1897 par le groupe d’écrivains qui fréquentaient la rédaction de la Revista Braz (...)

3Compte tenu de l’impossibilité d’étudier la totalité des hommes et des femmes susceptibles d’être regroupés sous l’étiquette « intellectuel conservateur » pendant la dictature militaire, une délimitation rigoureuse du choix des acteurs a été adoptée. Poursuivant une étude antérieure sur l’Académie brésilienne des Lettres (ABL) pendant la dictature militaire (Cunha 2014), nous avons dressé une prosopographie des personnes qui ont fait partie de cette institution entre 1961 et 19792. Le choix de l’ABL se justifie pour deux raisons. D’abord, parce qu’elle accueillit, tout au long du XXe siècle, les principaux noms de l’intelligentsia brésilienne et fut le principal lieu de leur consécration, au moins jusqu’aux années 1950. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une institution manifestement conservatrice. Malgré son apolitisme officiel, son projet est de « conserver la littérature et les “vraies” valeurs de la culture brésilienne ». De plus, l’écrasante majorité de ses membres est issue des élites conservatrices brésiliennes. Enfin, le refus d’une prise de position politique, dans le cas de l’ABL, particulièrement pendant les périodes dictatoriales, relève d’une dimension tout aussi conservatrice. Comme le dit Daniel Roche (1988, 159), l’« innocence politique » de ce genre d’académie est une question qui peut se poser en d’autres termes. Il faudrait examiner, d’après lui, comment la politique est réintroduite dans le cénacle de l’institution, moins par la réflexion que par les habitudes et les manières (Roche 1988, 160).

4S’il n’y eut pas de discours, du haut de la tribune académique, pour ou contre le régime militaire, il y eut des visites, des dons faits par le régime et la valorisation d’une mémoire et d’une conception de la culture brésilienne d’une portée hautement politique. L’ABL contribua à diffuser une vision de la vie sociale qui reposait sur l’acceptation de l’ordre établi comme seule solution viable pour le pays, sur l’intégration sociale et sur l’effacement des conflits. Pour reprendre les mots de Roche, elle fut le « couronnement culturel » d’un ordre politique. Il s’agit donc d’une étude de cas. Certes, tous les intellectuels conservateurs ne faisaient pas partie de l’ABL et il y eut même des « notables » qui n’y sont jamais entrés, à l’instar de Gilberto Freyre ; cependant, elle reste un excellent laboratoire pour étudier l’élite culturelle conservatrice brésilienne.

5Nous sommes revenus sur la trajectoire de chacun des « immortels » de cette période en repérant son lieu de naissance et son origine sociale, les études qu’il a suivies, les activités exercées, les lieux de sociabilité fréquentés et les postes politiques et administratifs qu’il a occupés. L’emprunt de la voie prosopographique nous a permis de mettre à jour un secteur important du champ intellectuel brésilien des années 1960 et 1970, issu en grande partie d’une même génération connue plus particulièrement pour son rôle dans le renouveau des années 1920 et pour sa participation à la dictature imposée par Getúlio Vargas. De cette manière, nous avons pu aussi saisir le processus de formation de ce réseau et donner une perception plus fine des rapports que ses membres entretenaient, d’une part entre eux et, d’autre part, avec le pouvoir politique.

Intellectuels et oligarchie politique : origines et formation

  • 3 Adelmar Tavares, Álvaro Lins, Antônio Carneiro Leão, Assis Chateaubriand, Austregésilo de Athayde, (...)
  • 4 Adonias Filho, Afrânio Coutinho, Clementino Fraga, Herberto Sales, Hermes Lima, Jorge Amado, Luís V (...)
  • 5 Aníbal Freire da Fonseca, Genolino Amado, Gilberto Amado.
  • 6 Josué Montello, Odylo Costa, filho (son nom est écrit avec une virgule suivi de « filho » en minusc (...)
  • 7 Rachel de Queiróz, Raimundo Magalhães Júnior.
  • 8 Aurélio Buarque de Holanda et Pontes de Miranda.
  • 9 Aurélio de Lyra Tavares et José Américo de Almeida.
  • 10 Peregrino Júnior.
  • 11 Deolindo Couto.

6L’examen des trajectoires des académiciens montre qu’une importante partie d’entre eux était originaire d’une aristocratie politique qui connut un progressif déclin dans les premières décennies du XXe siècle. Leur lieu de naissance et leur niveau d’études en disent beaucoup. Presque la moitié, 32 sur 71, provient du Nordeste dont dix du Pernambouc3 et huit du Bahia4. Les grandes familles des oligarchies foncières de ces États sont longtemps restées riches et influentes malgré le transfert des activités les plus lucratives vers les États du Sud-Est du pays. Le Pernambouc, avec ses grandes dynasties dont les modes de vie ont été si bien dépeints par Gilberto Freyre dans Casa-grande & senzala (1933), avait été le premier producteur de sucre mondial durant la période coloniale. Les quatorze autres académiciens nordestins venaient des sept autres États de la région : trois de Sergipe5, trois du Maranhão6, deux du Ceará7, deux de l’Alagoas8, deux de Paraíba9, un du Rio Grande do Norte10 et un du Piauí11.

  • 12 Alceu Amoroso Lima, Américo Jacobina Lacombe, Antônio Houaiss, Carlos Chagas Filho, Elmano Cardim, (...)
  • 13 Cândido Motta Filho, Cassiano Ricardo, Francisco de Assis Barbosa, Guilherme de Almeida, José Carlo (...)
  • 14 Abgar Renault, Afonso Arinos de Melo Franco, Afonso Pena Júnior, Antônio da Silva Melo, Cyro dos An (...)

7L’autre moitié, soit 33 personnalités au total, était presque toute issue du Sud-Est : quinze de Rio de Janeiro12 et huit seulement de São Paulo13, l’État brésilien le plus peuplé, le plus riche et le plus vaste. Cela confirme que ce groupe d’hommes venait plutôt d’une aristocratie politique que d’une élite économique. Le Minas Gerais, qui connut un important développement au XVIIIe siècle grâce à l’or et aux pierres précieuses qui y furent découvertes, est l’un des plus grands États du Brésil et le deuxième le plus peuplé après São Paulo. Son poids politique, les révoltes qui ont fait partie de son histoire ainsi que le prestige de l’Escola de Minas, fondée par D. Pedro II en 1872, expliquent sa forte tradition intellectuelle. Parmi les académiciens des décennies 1960 et 1970, on trouve dix Mineiros14.

8Toutefois, comme l’affirme Angela de Castro Gomes (1996, 44), « l’Empire (et la République) des lettres est septentrional et, naturellement, Rio de Janeiro est sa Mecque ». Et, en effet, les mémoires de ces hommes révèlent leur désir, dès qu’ils découvrent leur vocation d’écrivain, de partir vivre à Rio de Janeiro. Osvaldo Orico, par exemple, né en 1900 au Pará, écrivait :

  • 15 L’auteur ne précise pas ce qui se passa en 1919, au Pará, qui l’obligea à quitter son État natal.
  • 16 Il s’agit d’une compagnie maritime.

Quand les événements politiques de 1919 me forcèrent à déménager15, je fis comme dans la chanson de Dorival Caymmi : « J’ai pris un Ita do Norte 16, je vais à Rio pour y vivre. » Si je me rappelle bien, ce ne fut pas vraiment un Ita mais un vieux cargo Lóid (sic), L’Acre, qui transporta mon corps. Parce que ma pensée était déjà dans la métropole depuis longtemps. Avec la vente des livres et de quelques costumes qui restaient dans mon placard, j’achetai un billet de troisième [classe]. Zé Santos, reporter maritime de la Folha do Norte, me trouva une place en première classe. Ainsi, je laissai le port de Belém un matin de décembre 1919 pour tenter l’aventure à Rio. (Orico s. d., 18)

9Orico est le seul académicien né au Pará. Le Nord, comme le Centre-Ouest d’où vinrent Bernardo Élis, étaient deux régions peu développées du Brésil, terres de « frontières » couvertes par la forêt primaire, peuplées d’Indiens et dépourvues d’infrastructures. Elles ne fournirent chacune qu’un académicien. De même, dans la périphérie sud du pays – formée par les États de Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul – on n’en trouve que quatre : Álvaro Moreyra, Augusto Meyer, João Neves da Fontoura et Vianna Moog.

10Issus de différents États, les académiciens firent dans leur grande majorité leurs études primaires et secondaires dans des lycées et collèges de leur ville natale et ces établissements ne peuvent pas être considérés comme des lieux importants de sociabilité. L’exception est le prestigieux Colégio Pedro II. Créé en 1837 à Rio de Janeiro, il fut l’établissement préféré de l’élite jusqu’au début du XXe siècle. Avec un curriculum inspiré des études classiques françaises, il donna dès le début la priorité aux langues et aux littératures antiques et modernes, à l’étude de la religion, de l’histoire, de la philosophie et de la rhétorique, au détriment des mathématiques et des sciences naturelles. On peut retenir trois traits caractéristiques de cet établissement : la place donnée aux humanités, des professeurs de très haut niveau surveillés de près par l’Empereur, et l’exigence que les étudiants apprennent par cœur un certain nombre de textes.

11Le prestige de ce lycée peut être mesuré par le trait d’esprit d’un monarchiste cité par Needell, qui affirmait qu’il n’y avait au Brésil que deux situations enviables : celle de sénateur de l’Empire et celle de professeur du Colégio Pedro II (Marinho & Inneco 1938, 66 apud Needell 1994, 77). Plusieurs personnalités issues de l’élite impériale, et qui allaient ensuite devenir de prestigieux conseillers, ministres, banquiers, avocats et médecins, y étudièrent. Ce fut aussi le cas, bien que dans une moindre proportion, pendant la République. Parmi le groupe que nous étudions, onze académiciens ont fréquenté Pedro II, soit en tant qu’élèves, soit en tant que professeurs, soit les deux successivement : Abgar Renault, Afonso Arinos de Melo Franco, Afrânio Coutinho, Alceu Amoroso Lima, Álvaro Lins, Aurélio Buarque de Holanda, Carlos Chagas Filho, Elmano Cardim, Manuel Bandeira, Maurício de Medeiros, Rodrigo Octávio Filho.

12Presque la totalité de ces hommes continuèrent leurs études dans l’enseignement supérieur. Ce n’est pas un aspect négligeable dans un pays où 80 % de la population ne savait ni lire ni écrire à la fin du XIXe siècle. C’était le privilège d’une infime minorité. Pour certains, comme Alceu Amoroso Lima, fils d’un riche industriel, le chemin était aisé. Il suivit une formation au Colégio Pedro II où il fut l’élève de Coelho Neto, puis entra à la Faculté de droit de Rio de Janeiro. Entre ces années de formation universitaire étaient intercalés de longs séjours à Paris, comme il le rappelle dans ses mémoires :

J’ai passé presque toute l’année 1914 à Paris. Je résidais avenue Kléber, à deux pas de la place de l’Étoile, aujourd’hui Charles-de-Gaulle, à l’hôtel Majestic. [...] Je passais mes fins d’après-midi à discuter avec des amis brésiliens et argentins tandis que le matin je fréquentais le Collège de France où je suivais les cours d’Henri Bergson. (Lima 1973, 61)

13Pour d’autres, dont les familles étaient issues de l’ancienne aristocratie en décadence, la formation universitaire ne fut possible que grâce aux relations familiales ou politiques, comme en témoignent les mémoires de Gilberto Amado (1954 et 1955). Sur nos soixante-et-onze académiciens, soixante suivirent une formation universitaire. Cinquante-et-un étudièrent le droit et huit la médecine. Par ailleurs, Aurélio de Lyra Tavares obtint un diplôme d’ingénieur, Antônio Houaiss un de lettres classiques et João Cabral de Melo Neto suivit la formation offerte aux diplomates à l’Institut Rio Branco.

14Les traditionnelles facultés de droit furent donc le premier et un des plus importants espaces de sociabilité de cette génération d’académiciens. Ces établissements étaient des lieux d’effervescence et de débats où se forma la grande majorité des hommes politiques et des intellectuels brésiliens jusqu’à la première moitié du XXe siècle. Jusqu’à cette date, droit, politique et journalisme étaient indissociables. Le célèbre juriste Hermes Lima, élu à l’ABL en 1968, écrit dans ses mémoires :

Il me manquait quatre examens et j’avais pris la décision d’étudier le droit ; je n’avais jamais pensé étudier autre chose. Né et élevé au milieu de conversations politiques, admirant ceux qui se faisaient remarquer dans la vie publique, lisant des romans que mon père, de temps à autres, essayait de me cacher, comme cette alors diabolique Histoire d’un baiser de Pérez Escrisch, je rêvais de l’auréole d’académicienet de magistrat. [...] À l’époque de la faculté, on sentait déjà les répercussions des courants, tendances et reflets du turbulent après-guerre de 1918. Nous étions plus liés à la génération précédente par les classiques de la littérature française et portugaise du XIXe siècle que par les inquiétudes, ne serait-ce que théoriques, des doctrines politiques et sociales qui commençaient à émerger. (Lima 1974, 17)

15La faculté de droit de Rio de Janeiro est celle où se formèrent le plus grand nombre de futurs académiciens des années 1960 et 1970 : vingt au total. À Recife, un important centre d’élaboration d’idées au XIXe siècle, ils furent douze. On en compte moins pour São Paulo, huit, malgré le prestige de la faculté du Largo de São Francisco. Quatre académiciens firent leurs études à la faculté de droit de Belo Horizonte, le même nombre que pour celle du Bahia. Finalement, deux étudièrent le droit à Porto Alegre et un seul à Goiás.

  • 17 Les informations présentées dans les tableaux sur les années de formations des académiciens et sur (...)

16Les années de formation permettent de dater les premières rencontres de cette génération (voir tableaux 1 et 2)17.

Tableau 1 : Facultés de droit

Années de formation

Académiciens

Rio de Janeiro

1900-1910

Álvaro Moreyra (vers le milieu des années 1900) et Levi Carneiro (vers 1900).

1910-1920

Alceu Amoroso Lima (entre 1908 et 1913 environ) ; Austregésilo de Athayde (entre 1917 et 1922 environ) ; Cassiano Ricardo (finit la licence commencée en 1917 à São Paulo) ; Elmano Cardim (entre 1909 et 1914 environ) ; Ribeiro Couto (finit, en 1919, la licence commencée à São Paulo) ; Rodrigo Octávio Filho (1909-1914).

1920-1930

Afonso Arinos de Melo Franco (entre 1922 et 1927 environ) ; Américo Jacobina Lacombe (entre 1926 et 1931 environ) ; Aurélio de Lyra Tavares (entre 1924 et 1929 environ) ; Genolino Amado (entre 1920 et 1924 environ) ; Jorge Amado (entre 1925 et 1930 environ) ; Osvaldo Orico (entre 1918 et 1922 environ) ; Otávio de Farias (1927-1931) ; Pedro Calmon (entre 1922 et 1926).

1930-1940

Francisco de Assis Barbosa (entre 1931 et 1936).

Recife

1900-1910

Adelmar Tavares (entre 1904 et 1909 environ) ; Aníbal Freire da Fonseca (entre 1898 et 1903 environ) ; Antônio Carneiro Leão (entre 1906 et 1911 environ) ; Gilberto Amado (entre 1905 et 1910 environ) ; José Américo de Almeida (entre 1903 et 1908 environ) ; Pontes de Miranda (entre 1906 et 1911 environ).

1910-1920

Assis Chateaubriand (entre 1910 et 1915 environ) ; Barbosa Lima Sobrinho (entre 1913 et 1917).

1920-1930

Múcio Leão (entre 1924 et 1929 environ).

1930-1940

Álvaro Lins (entre 1930 et 1935 environ) ; Aurélio Buarque de Holanda (entre 1931 et 1936 environ) ; Mauro Mota (entre 1932 et 1937 environ).

São Paulo

1900-1910

Guilherme de Almeida (entre 1907 et 1912 environ) ; José Carlos de Macedo Soares (entre 1900 et 1905 environ).

1910-1920

Cândido Motta Filho (entre 1914 et 1919 environ) ; Cassiano Ricardo (débute la licence en 1913 avant de déménager à Rio de Janeiro) ; Fernando de Azevedo (?) ; Menotti del Picchia (entre 1909 et 1913 environ) ; Ribeiro Couto (débute la licence en 1915 avant de déménager à Rio de Janeiro).

1930-1940

Miguel Reale (entre 1929 et 1934 environ).

Bahia

1920-1930

Genolino Amado (entre 1919 et 1923 environ) ; Hermes Lima (fin des années 1910) ; Luís Vianna Filho (entre 1925 et 1929) ; Pedro Calmon (entre 1920 et 1926).

Porto Alegre

1910-1920

João Neves da Fontoura (années 1910).

1920-1930

Vianna Moog (1925-1930).

17On ne saurait imaginer qu’au début de leur vie adulte, dans des établissements où les débats politiques étaient permanents, ces futurs académiciens, écrivant dans les mêmes revues, participant aux mêmes associations et s’engageant dans les combats politiques du moment, n’aient pas commencé à tisser entre eux des liens d’amitié. Alceu Amoroso Lima (1973, 43) se souvient d’avoir été élu, peu après son entrée à la faculté vers 1908, directeur de la revue Época et d’avoir engagé Rodrigo Octávio Filho en tant que secrétaire de rédaction. Plus de six décennies plus tard, en 1969, il écrivait à sa fille à l’occasion de l’enterrement de ce dernier :

  • 18 Référence à Austregésilo de Athayde. Le terme portugais xará est utilisé pour désigner deux personn (...)

Trop de gens et peu d’espace à l’enterrement de Rodrigo. C’est si vrai que je n’ai même pas vu que Dom Marcos célébrait les funérailles. J’ai discuté avec Américo Lacombe, avec le xará 18 et d’autres. Il y avait chez tous un sentiment profond et aussi visible. Malgré les inévitables conversations, on respirait un air de vide, de perte, de départ d’un homme exceptionnel, et qui marqua tout le monde par sa modestie, par son détachement, par son authenticité et par son manque absolu d’autopromotion : exactement l’opposé des opportunistes qui grimpent jusqu’aux hautes positions par leur adulation des puissants, même s’ils ont de la valeur, comme, par exemple Josué Montello, le type même du carriériste, de haute valeur, amplement récompensé par des sinécures, et je pourrais en citer plusieurs autres peut-être moins représentatifs, mais non moins opportunistes, comme... est-ce que je sais ? (Lima 2013, 137)

18Dans une moindre mesure, les facultés de médecine ont été aussi un important lieu de sociabilité : les huit académiciens qui en viennent suivirent une formation soit à Rio de Janeiro, soit dans le Minas Gerais, soit dans la Bahia.

Tableau 2 : Facultés de médecine

Années de formation

Académiciens

Rio de Janeiro

1910-1920

Antônio da Silva Melo (entre 1910 et 1914 environ, conclusion de la formation en Allemagne).

1920-1930

Carlos Chagas Filho (entre 1926 et 1931 environ) ; Ivan Lins (1925-1930) ; Peregrino Júnior (entre 1924 et 1929) ; Deolindo Couto (vers les années 1920).

Bahia

1910-1920

Clementino Fraga (entre 1898 et 1903 environ).

1920-1930

Vianna Moog (1925-1930).

Minas Gerais

1920-1930

João Guimarães Rosa (entre 1925 et 1930 environ).

L’événement-fondateur : le modernisme et la Semaine d’art moderne de 1922

19Bien que la notion de génération suscite des opinions mitigées et que son usage comporte certains risques, elle s’est avérée être un outil efficace et opératoire pour l’étude des clercs. Jean-François Sirinelli, lui-même auteur d’un ouvrage remarquable qui met cette notion au cœur de l’analyse (1988), en donne deux raisons. En premier lieu, dans le milieu intellectuel, les processus de transmission culturelle sont essentiels. Un intellectuel se définit toujours par référence à un héritage, soit pour le revendiquer soit pour le renier. Ainsi, éclairer les effets d’âge devient, dans certains cas, une clé explicative car ils sont souvent des engrenages déterminants du fonctionnement de ce milieu. En second lieu, ces mêmes processus sont parfois suffisamment puissants pour engendrer des « phénomènes de génération », c’est-à-dire l’apparition d’une cohorte démographique unie par un événement-fondateur et qui, pour cette raison, acquiert une existence autonome. Comme le rappelle Sirinelli, les répercussions de l’événement-fondateur ne sont pas éternelles et font référence à la gestation de la génération en question et à ses premières années d’existence dont elle tire un bagage génétique et une mémoire collective (Sirinelli 2003, 255).

20Concernant les acteurs sur lesquels nous travaillons, le modernisme a eu l’effet d’un événement-fondateur. Il est resté une référence politique et culturelle pour la majorité d’entre eux et ils ne cessèrent, pendant la dictature militaire, d’en faire un usage politique en amalgamant la Semaine d’art moderne de 1922 et le coup d’État de 1964. Miguel Reale, par exemple, soutenait que la « révolution politique de 1964 » avait été l’aboutissement du « processus révolutionnaire déclenché en 1922 » se référant pour cette dernière date à la Semaine et non, comme on pourrait le croire, au mouvement insurrectionnel des Tenentes [lieutenants] (Reale 1965, 6).

21Le modernisme a provoqué au Brésil la révision critique de l’imitation des modèles européens. Les canons littéraires dominants ne furent pas les seuls à être mis en cause. Plusieurs domaines des arts et des savoirs connurent de sérieuses révisions. Toute une tradition de l’historiographie littéraire ramène le modernisme à la seule Semaine (13-17 février 1922). Toutefois, comme le suggèrent Mônica Pimenta Velloso (2003) et Angela de Castro Gomes (1993), il doit être considéré comme un processus complexe et caractérisé par de multiples dimensions, débutant dès la fin du XIXe siècle.

22Il existait au Brésil, à cette époque, un mouvement formé par des intellectuels porteurs de nouvelles idées, connus sous l’étiquette « génération de 1870 », que le critique littéraire José Veríssimo avait déjà définis comme « modernistes » (Velloso 2003, 354). Malgré leur diversité, ils s’entendaient tous pour affirmer que le Brésil devait sortir de son archaïsme pour entrer dans la culture occidentale. Dans ce but, plusieurs d’entre eux cherchèrent à définir la Nation en prenant comme point de départ des questions jugées cruciales : quels éléments définissent le Brésil ? Quelle est, dans un contexte international, sa singularité ?

23Ces intellectuels étaient alors persuadés que les traits spécifiques du Brésil se trouvaient à l’« état de nature » dans le peuple. Toutefois, c’était à eux, intellectuels, que revenait la tâche de les « révéler » et de les « façonner », une mission qu’ils pouvaient mener à bien grâce à leur savoir scientifique. L’objectif était d’autant plus politique qu’ils entendaient ainsi créer une identité nationale, condition préalable à la construction de la Nation.

24Si les intellectuels étaient préoccupés par ce que pouvait être le « national » depuis la fin du XIXe siècle, la Grande Guerre vint bouleverser la façon dont ils pensaient le Brésil. À la fin du conflit, l’idée que l’Europe était un modèle de civilisation fut fortement remise en cause et la nécessité de créer une nation avec des institutions « adaptées à la réalité brésilienne » devint un impératif. La création d’un « peuple brésilien » relevait de la même urgence car c’était lui qui assurerait l’unité du pays. Il existe donc une continuité entre 1870 et 1922, un demi-siècle pendant lequel une pensée moderne s’élabore progressivement. Ce fut précisément la « période de réceptivité » – terme que Wilhelm Dilthey utilise pour définir les années ou les jeunes gens sont en train de s’éveiller à la conscience politique (Dilthey 1947, 42 apud Winock 1989, 17) – de la génération intellectuelle que nous avons choisi d’étudier. À partir de 1922, les idées avancées par la branche conservatrice du mouvement, notamment le groupe verde-amarelo [vert-jaune], en référence aux couleurs du drapeau brésilien, fournirent les principales visions idéologiques de la nation ainsi que les fondements d’une culture conservatrice qui se voulait nationale et authentique.

25Cependant, on aurait tort de sous-estimer l’impact de 1922. Un article de Menotti del Picchia, paru le lendemain de la clôture de la Semaine, le 18 février, en donne la mesure :

  • 19 En français dans l’original.
  • 20 Référence au célèbre compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos.
  • 21 Menotti del Picchia, « A vitória », Correio Paulistano, São Paulo, 18 février 1922. Republié dans P (...)

Avec le triomphe d’hier, la glorieuse Semaine d’art moderne s’est terminée. Qu’est-ce qui en demeure ? Debout – en train de germer – la grande Idée. Du côté des vaincus, on a entendu quelques aboiements de chiens et caquètements de poules... Je n’aurais jamais cru, en raison de l’éducation de notre peuple, qu’il pourrait y avoir des gens qui arrivent à se rabaisser à la triste condition d’animal pour manifester leur haine. Cette humiliante situation, choisie par quelques ratés19 qui démissionnèrent de leur condition d’homme, donne bien la mesure de leur propre mentalité. D’un côté, des artistes célèbres disaient des vers, récitaient des textes en prose, créant une ambiance faite d’harmonies. De l’autre, quelques individus arrivèrent au point de ridiculiser le genre humain puisqu’ils ne conservèrent de ce dernier que son « aspect extérieur », aboyant et caquetant [...] Ce sont ceux-là qui voulurent la mort de la cause glorieuse de la Réforme. C’est ridicule. Cela fait de la peine... [...] Ce n’est pas grave, Tiradentes fut pendu parce qu’il rêva de la République parmi des roitelets. Wagner fut sifflé, ainsi que son critique admirateur à São Paulo20, seulement parce qu’il essaya d’ouvrir de nouveaux horizons à la musique. Rodin fut raillé uniquement pour avoir asséné un coup de marteau génial à la froideur académique. En compensation – et telle est la consécration de notre idée – tout ce que São Paulo comptait de plus érudit, de plus aristocratique, de plus raffiné, tous ceux qui dans cette contrée n’aboient pas, ne caquètent pas, ne mordent pas, applaudirent chaleureusement les libérateurs de l’Art.21

  • 22 Menotti del Picchia, « 1922-1932 : a revolta dos intelectuais », Folha da Manhã, São Paulo, 15 janv (...)
  • 23 Menotti del Picchia, « A semana revolucionária », A Gazeta, São Paulo, 9 février 1952. Republié dan (...)

26Cet extrait illustre bien la tension existant entre ceux qui, en 1922, prirent parti pour les modernistes et ceux qui s’opposèrent à eux. Il met également en lumière l’impact de ce tournant artistique sur les acteurs de l’époque. La violence des propos de Menotti del Picchia envers ceux qui critiquaient ce renouvellement, les comparant à de animaux, est frappante. Par ailleurs, la relation entre 1922 et des événements historiques tels que la Réforme, et le parallèle entre les modernistes et des noms comme ceux de Wagner ou Rodin, montrent comment le critique – et certainement un grand nombre d’intellectuels de sa génération – avait vécu ce qui venait de s’achever. Une stratégie de confrontation avec ceux qui formaient, dans un premier moment, un groupe d’opposition lui semblait inévitable. Le sentiment de rupture était si radical que, pour Picchia, ces derniers ne pouvaient être que des bêtes restées figées dans le passé, agressant des esprits dont le talent était comparable à celui des plus grands artistes de l’humanité. Au-delà de cette réaction immédiate, il devint clair au fil des années qu’on était en face d’un moment fondateur qui acquit avec le temps une dimension de plus en plus politique. En attestent deux autres articles de Picchia, que nous ne discuterons pas ici pour des raisons d’espace : « 1922-1932 : la révolte des intellectuels », publié au lendemain de la défaite de São Paulo en 193222, et « La semaine révolutionnaire », qui parut en 1952, à l’occasion du trentième anniversaire de l’événement23. Pour plusieurs des hommes de cette génération, la Semaine fut un « événement fondateur » et la perception d’un temps nouveau ne fut pas construite a posteriori. Comme le montre clairement le premier article cité, elle fut perçue dès le lendemain de sa clôture.

27C’est en 1924 que les divergences entre les principales conceptions du national éclatèrent au grand jour (Gomes 1993, 69). Pour les verde-amarelos, la brasilidade était conçue comme un retour au passé considéré comme le seul dépositaire des « vraies » traditions de la Nation. Le poème en forme d’épopée, Martim Cererê, écrit par Cassiano Ricardo et publié en 1928, en est l’illustration la plus achevée (Velloso 1993, 90). Après 1924, le courant le plus conservateur se divisa entre, d’une part, un mouvement proche du fascisme, l’Ação Integralista Brasileira (AIB) et, d’autre part, un mouvement « nationaliste », sans référence à l’extrême droite européenne mais non moins réactionnaire que l’AIB. Les trois leaders verde-amarelos – Cassiano Ricardo, Menotti del Picchia et Cândido Mota Filho – créèrent le groupe Bandeira dans la décennie de 1930 et occupèrent des postes dans la haute administration pendant l’Estado Novo (1937-1945).

28La majorité des académiciens considérés ici a vécu les années qui précèdent et suivent 1922. Certes, l’événement ne put être ressenti de la même façon par Menotti del Picchia, qui avait alors trente ans et par Adonias Filho qui n’était qu’un enfant de sept ans. Pourtant, les uns et les autres ont été marqués par les mêmes préoccupations. La façon dont les académiciens évoquent l’importance du modernisme et de la Semaine de 1922 dans leur trajectoire intellectuelle et politique atteste que ce moment fut bien fondateur pour cette génération, dont la logique n’était pas l’âge mais le partage d’une même expérience et de mêmes préoccupations intellectuelles. La question dominante qui les souda en tant que « communauté de système idéologique » (Winock 1989, 19) dans la première moitié du siècle – à savoir la définition du national et l’organisation de la Nation par des institutions « adaptées à la réalité brésilienne » – demeura au centre de leur vision du monde pendant la dictature militaire.

Activités professionnelles et lieux de sociabilité intellectuelle : la formation des réseaux

29Les intellectuels forment une élite restreinte qui fréquente en général les mêmes lieux : facultés, cafés, rédactions des journaux, associations littéraires, Itamaraty (ministère des Affaires étrangères), partis politiques, gouvernement. Par voie de conséquence, les réseaux se tissent très tôt, y compris entre intellectuels et hommes politiques car, pour la génération en question, les deux sphères n’étaient pas encore tout à fait séparées. Les allusions aux amitiés, construites souvent pendant l’enfance, sont constantes dans les mémoires et autobiographies des académiciens. À partir de leurs récits de vie, nous avons essayé d’identifier les principaux lieux de sociabilité que ceux de la « génération de 1922 » ont fréquentés. Ces documents nous ont permis d’identifier cinq milieux qu’on ne saurait dissocier des métiers qu’ils exerçaient : (i) le Colégio Pedro II et les facultés de droit, examinées précédemment ; (ii) les rédactions des journaux ; (iii) l’ensemble constitué par les académies, associations d’écrivains, instituts et fondations culturels ; (iv) l’Itamaraty ; (v) le monde politique car ces hommes ont souvent travaillé pour les mêmes gouvernements et milité dans les mêmes organisations et partis.

30Après les facultés de droit, le deuxième lieu de sociabilité important fut donc les rédactions des journaux. Comme l’écrivait Hermes Lima, exprimant le sentiment de plusieurs membres de sa génération :

La séduction que le journalisme exerçait sur moi était puissante et, un jour, lors de ma première année à la faculté de droit, armé d’une chronique, je suis allé à la rencontre d’Homero Pires, professeur de la faculté, dans le beau bâtiment de l’Association commerciale où il travaillait comme secrétaire. Je lui ai avoué être un lecteur d’Anatole France, d’Eça de Queiróz et d’Antônio Torres. […] Homero fut accueillant, bienveillant, il eut envers moi dès qu’il me vit une sympathie spontanée qui se transforma en une amitié qui ne fut interrompue que par la mort. J’ai commencé à travailler et signer des articles dans O Imparcial où, à cette époque, débutait également Pedro Calmon, dont la vocation d’historien brillait déjà. (Lima 1974, 19)

31Pendant la première moitié du XXe siècle, comme le rappelle Angela de Castro Gomes (1996, 46), les journaux et revues constituaient les nouveaux « salons » qui faisaient connaître les hommes de lettres à un public plus large et, de surcroît, leur apportaient une source de revenus. Les périodiques étaient une porte d’entrée dans le marché du travail intellectuel, une professionnalisation qui élargissait les contacts et, souvent, la possibilité d’une ascension politique et sociale. Pour ceux qui disposaient d’une position privilégiée, les journaux étaient des entreprises financières et un véhicule de diffusion d’idées assez prestigieux. Même les intellectuels les moins fortunés faisaient de gros efforts pour en acheter ou même créer les leurs : c’était à la fois un emploi et une tribune, le début d’une carrière mais aussi un lieu de consécration et de diffusion systématique de la production intellectuelle.

32Le journalisme était supposé jouer – c’était déjà l’avis des intellectuels de l’époque – un rôle majeur dans la formation de l’opinion publique. Par conséquent, c’était une activité perçue comme essentielle et parallèle à la vie politique proprement dite. L’absence d’une sphère publique au Brésil, selon les critiques faites dès la fin du XIXe siècle, aurait été la faute des journalistes, jugés trop opportunistes et accusés de ne pas faire leur travail. Nombreux étaient les intellectuels qui pensaient que l’existence d’une opinion est nécessaire au bon fonctionnement du système représentatif, à cause du poids qu’elle exerce dans les prises de décisions. De plus, la participation aux journaux et revues n’était pas uniquement une stratégie d’ascension intellectuelle. En absence de médias de masse comme allaient l’être plus tard la radio puis la télévision, la presse écrite était l’unique lieu où circulaient les idées. Elle donnait à certains une position dans l’espace social et mettait l’accent sur tel ou tel thème. Pour un intellectuel, la participation à un journal était vitale.

33Parmi les académiciens, tous ou presque ont, à un moment ou à un autre, écrit régulièrement dans un périodique. Si, pour certains comme Austregésilo de Athayde ou Odylo Costa Filho, c’était le métier principal, pour beaucoup d’autres il s’agissait d’une activité qu’ils menaient en parallèle avec la politique, l’enseignement, la diplomatie ou l’écriture de romans.

34En analysant les itinéraires de nos 71 académiciens, nous avons constaté qu’ils ont écrit dans 123 organes de presse différents, journaux et revues confondus. Dans cet ensemble, nous trouvons, bien évidemment, de minuscules feuilles régionales à faible tirage et qui ont eu une durée de vie assez courte. Parmi les quotidiens qui comptèrent le plus grand nombre de collaborateurs académiciens, il y a le Correio da Manhã avec treize d’entre eux, le Jornal do Brasil avec dix (Barbosa Lima Sobrinho y écrivit pendant presque soixante-dix ans), le Jornal do Commercio et le Diário de Notícias qui en comptèrent chacun neuf et le Correio Paulistano, huit.

35Il est important de souligner qu’entre les années 1950 et 1970 la presse brésilienne passa par un processus de modernisation et de professionnalisation. Ce fut à ce moment que les journaux commencèrent à vivre essentiellement des revenus apportés par la publicité. En outre, il y eut pendant ces deux décennies une concentration des médias dorénavant gérés comme de grandes entreprises à la recherche de profits. Les petits journaux, qu’ils soient politisés ou à caractère populaire, commencèrent à disparaître ou à être absorbés par les grands conglomérats. Alzira Alves de Abreu (2002, 17) cite l’exemple de la presse carioca : si en 1950 il y avait vingt-deux journaux, ils n’étaient plus que seize en 1960 et sept en 1970. Concentrés aux mains d’un petit nombre de groupes, voire de familles, ultraconservateurs, ils jouèrent un rôle notable dans le soutien au coup d’État de 1964 et à la dictature militaire.

36Les innombrables associations littéraires, instituts de recherche, académies des lettres régionales, sociétés, fondations et institutions culturelles, auxquels nous avons ajouté les universités, forment une troisième catégorie de lieux de sociabilité pour notre génération. Dans ses mémoires, le critique littéraire Álvaro Moreyra, élu à l’ABL le 13 août 1959, se souvient avec humour de ce « circuit intellectuel » :

Il y a l’Académie elle-même. Il y a l’Académie carioca. Il y a la Fédération des académies des lettres. Il y a la Fondation Graça Aranha. Il y a la Société Felipe d’Oliveira. Il y a le Pen Club. Il y a aussi le cabinet médical de Jorge de Lima. Chaque académie compte quarante membres, incomplets en général, puisque la mort en taquine une dizaine. La Fondation retient huit compagnons, moins Peregrino Júnior, qui n’en peut plus. La Société, entre les absents et les présents, en conserve quinze. Le Pen Club attend que les Brésiliens accomplissent leur devoir. Le cabinet médical ouvre la porte à toutes les compréhensions. [...] Dans les académies on boit du thé. À la Fondation, du jus d’orange. À la Société, du café. Au Pen, tout ce qu’on veut. Au cabinet médical, des injections. Les académies, la Fondation, la Société, le Pen distribuent des prix en espèces. Le cabinet médical, non. Mais il donne droit à un télescope. À travers le télescope, les poches vides, écrivains et artistes regardent les bidonvilles, la Guanabara, Niterói et, avec un peu d’obstination, le ciel... (Moreyra 1955 apud Gomes 1993, 73)

37Les 71 académiciens étudiés ont été membres de 149 institutions culturelles : 18 associations littéraires, dont neuf internationales et neuf nationales ; 34 instituts, dont cinq internationaux, quatorze nationaux et quinze régionaux ; 52 académies, dont 32 internationales, neuf nationales et onze régionales ; treize universités, dont une étrangère et douze brésiliennes ; 27 sociétés, dont douze internationales, quatorze nationales et une régionale ; cinq fondations, toutes de niveau national. Beaucoup d’académiciens participaient à plusieurs de ces institutions, ce qui explique les chiffres élevés de fréquentation de chacune.

38Le grand nombre et la diversité de ces lieux rendent difficile l’évaluation de l’importance et de l’influence de chacun d’entre eux pour les différents milieux intellectuels ou professionnels concernés. Il faudrait aussi chercher à savoir s’ils ont été pérennes ou non. En dehors des indications dans les sources sur la participation de tel ou tel académicien à une association ou société spécifique, nous n’avons trouvé aucune trace de la grande majorité d’entre eux. Toutefois, il y a des exceptions. C’est le cas, par exemple, de l’Académie des sciences de Lisbonne : sur nos 71 académiciens, seize en étaient membres. Le Pen Club du Brésil est un deuxième exemple avec six académiciens. Un certain nombre d’immortels enseignèrent à l’Université du Brésil, devenue l’Université fédérale de Rio de Janeiro, et une référence spéciale doit être faite à Pedro Calmon qui en fut le président (reitor) pendant 18 ans (1948-1966). D’autres importantes institutions furent créées par des académiciens, comme la Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro (PUC-Rio) par Alceu Amoroso Lima, l’Institut brésilien de philosophie (IBF) par Miguel Reale ou l’ordre des avocats brésiliens (OAB) par Levi Carneiro.

39Ce recensement permet de donner une idée du poids relatif de chacun en termes de réseaux et d’influence. Certes, le nombre d’associations auxquelles les académiciens ont appartenu n’est pas directement proportionnel à leur notoriété politique ou intellectuelle. Il faut donc nuancer les données. Par exemple, un intellectuel aussi prestigieux qu’Alceu Amoroso Lima a fait partie de peu d’associations. D’autres en rejoignirent plusieurs sans pour autant peser politiquement, se contentant de mener leurs propres travaux. Ce fut le cas notamment des célèbres médecins Carlos Chagas Filho et Deolindo Couto. Toutefois, certains académiciens ont tissé des liens politiques et intellectuels importants comme, entre autres, Miguel Reale et José Carlos de Macedo Soares.

40Parmi ces lieux de sociabilité l’Institut historique et géographique brésilien (IHGB) mérite un regard particulier. Cette institution, l’ABL et le Conseil fédéral de la culture (CFC) forment ensemble ce que j’ai appelé une « structure culturelle conservatrice » (Cunha 2014, 130) dans laquelle circulaient les élites de droite. Les militaires eurent recours à ceux qui les fréquentaient, non seulement pour l’élaboration de la politique culturelle du régime, mais également pour pourvoir les postes de la haute administration ou se doter de conseillers politiques écoutés.

41La fondation de l’IHGB remonte à la première moitié du XIXe siècle avec, pour objectif, d’écrire l’histoire du Brésil à partir des grandes « figures » (vultos) et personnages, exaltés en tant que héros nationaux. Il est important de souligner qu’il devint le lieu préféré de l’empereur qui en fut nommé « protecteur ». Le recrutement se faisait largement parmi les élites politiques et était davantage déterminé par des critères sociaux que par des compétences intellectuelles. Il attestait, de plus, des continuités entre la période coloniale et le Brésil impérial. Qu’attendait-on de cet institut ? D’abord, un rôle pédagogique qui, d’après Armelle Enders (2012, 74), allait rester une chimère ; ensuite et surtout, le rassemblement en son sein d’éminents conseillers des princes et du peuple, dimension qu’il ne négligea jamais. On attendait des historiens les lignes directrices qui font se rejoindre le passé et le futur de la nation, mais aussi des résultats pratiques, immédiatement applicables à la politique indigène, aux intérêts économiques et aux litiges frontaliers (Schwarcz 1998, 159).

  • 24 Afonso Arinos de Melo Franco, Américo Jacobina Lacombe, Aníbal Freire, Antônio Carneiro Leão, Aurél (...)

42Jusque vers la moitié du XXe siècle, l’Institut conserva ce rôle. C’était l’une des institutions savantes les plus respectées du pays et, avec l’ABL, l’un des deux principaux lieux de consécration intellectuelle. Il est aussi important de signaler que l’IHGB fut profondément lié à l’ABL, dès la création de celle-ci, en 1897. En effet, une grande partie de ses fondateurs était déjà membres de l’IHGB, lien qui allait se maintenir au fil du temps. Seize de nos académiciens en faisaient partie24.

43La troisième composante de la « structure culturelle conservatrice » est le Conseil fédéral de la culture (CFC). Il présente une différence majeure par rapport à l’ABL et à l’IHGB. Au contraire de ces deux institutions, dont la création précède le coup d’État de 1964 et qui ont une histoire indépendante des dictatures du XXe siècle, le CFC fut créé par le régime militaire.L’idée de disposer d’un organisme pour lui confier l’élaboration d’une politique culturelle est venue de Josué Montello, membre de l’ABL, qui en fit la proposition au ministre de l’Éducation et de la Culture, Moniz de Aragão. Le Conseil fut officialisé le 12 novembre 1966 et entama ses activités au début de l’année suivante. Il préparait des textes normatifs et prodiguait des conseils au ministre. Son principal objectif était de permettre à l’État de structurer une action culturelle (Maia 2010, 19). Sa priorité était de renforcer les domaines considérés comme fondamentaux dans la préservation de la mémoire nationale, ce qui ne recoupait pas les activités menées habituellement par la gauche. Au contraire, il se restreignit aux niches occupées depuis longtemps par les conservateurs de l’ABL et de l’IHGB : il s’agissait de préserver, défendre et faire connaître le patrimoine. Pour les membres du CFC, l’action de l’État devait privilégier les champs de la culture brésilienne considérés comme essentiels : les ensembles architecturaux, les œuvres littéraires, le folklore (Maia 2010, 23). Quarante personnalités passèrent par cette institution au cours de son existence, dont l’écrasante majorité faisait également partie de l’ABL et de l’IHGB. Il ne serait pas excessif de dire que le CFC fut une sorte de « bras armé » des intellectuels de droite pendant la dictature militaire. Ceux-ci y introduisirent des pratiques propres aux deux autres institutions comme les hommages, les commémorations et l’auto-vénération. Ce fut le moyen le plus efficace qu’ils trouvèrent pour conduire une politique culturelle dont les idées étaient depuis longtemps défendues au sein de l’ABL et de l’IHGB.

44La relation étroite que ces élites entretiennent avec l’Itamaraty – cet autre lieu de sociabilité – est ancienne. Dans son discours d’investiture à l’ABL, en 1900, celui que Gilberto Freyre considérait comme son « maître », le célèbre Oliveira Lima, établissait ainsi le rapport entre le métier de diplomate et celui de l’historien :

L’association de la diplomatie et de l’histoire offrait du temps pour la recherche, la consultation des archives, la constitution d’une bibliothèque et la publication de nombreux textes. [...] La diplomatie, en l’absence de dossiers pressants, constitue une activité qui favorise le travail de l’historien, particulièrement parce que sa fonction de représentation peut et doit être exercée par ses écrits. (Malaitan 2001, 176 apud Peixoto 2010, 103)

45Le « gros Don Quichotte », comme Freyre (1968) l’appelait, faisait certes partie d’une autre génération. Toutefois, ses mots révèlent que la diplomatie était une fonction qui attirait – et attire toujours – grand nombre d’intellectuels. Elle apportait un revenu important, donnait l’opportunité de vivre à l’étranger – n’oublions pas que vivre en Europe, à Paris en particulier, était le rêve des élites lettrées – et, comme le dit Lima, donnait du temps pour écrire et réaliser des recherches « en l’absence de dossiers pressants ». Parmi les écrivains-diplomates célèbres, on pourrait citer Gonçalves de Magalhães (1811-1882), Joaquim Nabuco (1849-1910), Aluízio de Azevedo (1857-1913) et Graça Aranha (1868-1931). Celui qui est considéré comme le père de la diplomatie brésilienne, le baron de Rio Branco, était lui-même à la fois un homme politique et un homme de lettres. Pendant son règne à la tête des affaires étrangères (1900-1912), il contribua à attirer encore plus d’intellectuels vers la carrière, choisissant de nombreux écrivains comme conseillers et les nommant dans différentes ambassades.

  • 25 Voici la liste complète des académiciens qui ont occupé des postes dans la diplomatie : Afonso Arin (...)

46Le rapport que chacun de ces écrivains-diplomates entretint avec la fonction et, particulièrement, l’impact que celle-ci put avoir sur leurs œuvres est extrêmement variable. Toujours est-il que, pour la génération d’académiciens que nous étudions, l’Itamaraty fut un lieu autour duquel gravitèrent un grand nombre d’entre eux. D’importantes personnalités occupèrent des postes importants dans différentes ambassades brésiliennes, participèrent à des missions diplomatiques et certains furent des ambassadeurs célèbres. Nous trouvons également des académiciens qui, très connus par leurs œuvres, étaient en fait des diplomates de carrière. C’est le cas du philologue Antonio Houaiss, de João Guimarães Rosa, du poète João Cabral de Melo Neto25.

47On ne peut clore cet article sans faire une mise au point finale sur la relation que cette génération d’académiciens a entretenue avec la politique. On l’a dit, jusqu’au milieu du XXe siècle ces deux mondes se confondaient souvent. Cette situation ne se transforma que dans les années 1960, avec la professionnalisation des intellectuels devenus enseignants-chercheurs. Pour les personnalités sur lesquelles nous travaillons, nées à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, cette distinction entre travail intellectuel et politique n’existait pas. Il allait de soi que l’écriture de livres ou d’articles pour la presse devait être menée en parallèle avec des responsabilités politiques.

  • 26 Sur les informations recueillies dans ce tableau, voir note 18.

48Cinquante-cinq de nos soixante-et-onze académiciens exercèrent au moins une fonction politique pendant leur vie et la majorité d’entre eux en exerça plusieurs. Nous entendons pas là les postes électifs – gouvernement d’un État, mairie d’une ville ou siège à l’Assemblée nationale, aux assemblées des États ou dans les conseils municipaux – mais aussi les postes dans les différents gouvernements ou dans la haute administration pour lesquels ils furent en général nommés directement par le président de la République ou le gouverneur de l’État : ministères, secrétariats d’État, ambassades, différents tribunaux ou cours de justice, commissions et conseils. Le tableau no 3 précise les responsabilités politiques de chaque académicien au cours de sa vie26.

Tableau 3 : Responsabilités politiques des académiciens

Académicien

Responsabilités politiques

Abgar Renault

Député estadual [du congrès d’un État de la fédération] (Minas Gerais, 1927-1934) ; secrétaire à l’Intérieur et à la Justice de l’État du Minas Gerais (1931-1933) ; conseiller auprès du département de l’Éducation et de la Culture de Rio de Janeiro (1935-1937) ; membre de la direction du Département national de l’Éducation (1938) ; participation à la rédaction du code pénal et civil (invité par le ministre de la Justice Francisco Campos en 1939) ; membre de la Commission d’études et des affaires des États (ministère de la Justice, 1939) ; directeur-général du Département national de l’Éducation (1940-1946) ; secrétaire à l’Éducation de l’État du Minas Gerais (1948-1950 et 1956-1961) ; participation à la création de l’UNESCO et membre de la délégation brésilienne lors des assemblées générales de cet organisme (1960, 1962, 1964, 1966, 1982 et 1983) ; ministre de l’Éducation et de la Culture (1955-1956) ; membre du Conseil fédéral de l’Éducation (à partir de 1962 et son vice-président, 1964-1966) ; membre de la Cour des comptes (1967-1973 et son président, 1971-1973) ; membre du Conseil fédéral de l’Éducation (1976-1982).

Adelmar Tavares

Président de la Cour de justice de seconde instance (1948-1950).

Adonias Filho

Président de la Bibliothèque nationale (1961-1970) ; membre du Conseil fédéral de la Culture (à partir de 1967).

Afonso Arinos de Melo Franco

Participation à la fondation du parti de droite União Democrática Nacional (UDN) et rédacteur de son manifeste inaugural ; député fédéral (UDN, 1947-1958) ; sénateur (UDN, 1958-1966 et Parti du front libéral, PFL, 1986-1990) ; ministre des Affaires étrangères (1961-1962)  ; chargé par le gouverneur du Minas Gerais, Magalhães Pinto, de négocier la reconnaissance internationale d’un « État de belligérance » en cas d’éclatement d’une guerre civile lors du coup d’État de 1964 ; organisateur de l’Alliance rénovatrice nationale (ARENA), parti politique de soutien au régime militaire fondé en 1965 ; membre du Conseil fédéral de la Culture (1967) ; président de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution promulguée en 1988.

Afonso Pena Júnior

Député estadual du Minas Gerais (1902-1910 et 1918-1922) ; secrétaire à l’Intérieur d’État du Minas Gerais (1919-1922) ; député fédéral (1924-1928) ; ministre de la Justice et de l’Intérieur (1925-1926) ; ministre du Tribunal Superior Eleitoral en 1932 (cour de justice chargée des élections, 1932) ; représentant du pouvoir exécutif à la Commission mixte pour la réforme économique et financière (1935).

Álvaro Lins

Secrétaire d’État de l’État du Pernambouc (1934-1937) ; conseiller technique de la division culturelle de l’Itamaraty (à partir de 1946) ; chef du cabinet-civil de la présidence de la République (1955-1956).

Américo Jacobina Lacombe

Membre du Conseil national de l’Éducation (1931-1939) ; directeur de la Casa de Rui Barbosa (1939-1967) et, ensuite, son président quand celle-ci devient une fondation (1967-1992).

Aníbal Freire

Député estadual (1906-1910) ; Secrétaire d’État de l’État de Pernambouc (1908-1909) ; député fédéral (1909-1934) ; ministre de l’Économie (1925-1926) ; membre du Conseil national de l’Éducation (1934-1940) ; Conseiller-général de la République (1938-1940, chargé de conseiller juridiquement le pouvoir exécutif) ; ministre de la Cour suprême (1940-1951).

Antonio Carneiro Leão

Directeur-général de l’Instruction publique (Rio de Janeiro, 1922-1926) ; secrétaire à l’Intérieur, à la Justice et à l’Éducation du Pernambouc (1929-1930).

Antonio Houaiss

Ministre de la Culture (1993).

Assis Chateaubriand

Sénateur (1952-1958).

Aurélio de Lyra Tavares

Membre de la Junte qui gouverna le Brésil entre la maladie de Costa e Silva et l’investiture de Médici (août-octobre 1969).

Barbosa Lima Sobrinho

Député fédéral (1935-1937, 1946-1948, 1958-1962) ; président de l’Institut du sucre et de l’alcool (1938-1945) ; gouverneur du Pernambouc (1948-1951).

Cândido Motta Filho

Fondateur du courant Action nationale (extrême-droite) à l’intérieur du Parti républicain paulista (PRP, années 1930) ; Chef de cabinet du maire de São Paulo (1933) ; député estadual (São Paulo, 1934) ; directeur du Département de la presse et de la propagande (DIP, début des années 1940) ; Chef de cabinet du ministre du Travail et ministre du Travail par intérim (1946-1950) ; ministre de l’Éducation (1954-1955) ; président du Parti républicain (droite, 1955) ; ministre de la Cour suprême (1956-1968) ; président du Superior Tribunal Eleitoral (1964-1966).

Cassiano Ricardo

Directeur du Département de la presse et de la propagande (DIP) vers la fin des années 1930 ; membre du Conseil fédéral de la culture (CFC).

Clementino Fraga

Député fédéral (1921-1928) ; directeur du Département national de la santé publique (à partir de 1926) ; secrétaire-général de Santé et Assistance (Rio de Janeiro, 1937-1945) ; candidat battu aux élections de 1950 et 1954 pour un siège à l’Assemblée nationale (pour le parti de droite UDN).

Cyro dos Anjos

Membre du cabinet du secrétaire aux Finances de l’État du Minas Gerais (1931-1935) ; membre du cabinet du gouverneur du Minas Gerais (1935-1938) ; directeur de la Presse officielle (1938-1940) ; membre du Conseil administratif de l’État (1940-1942) et son président (1942-1945) ; conseiller du ministre de la Justice (1946-1950) ; membre de l’Institut des pensions et assistance aux fonctionnaires (1946-1950) ; sous-chef du cabinet civil de la présidence de la République (1956-1960) ; conseiller à la Cour des comptes (à partir de la fin des années 1950).

Deolindo Couto

Président du Conseil national de l’Éducation ; membre du Conseil fédéral de la Culture.

Fernando de Azevedo

Directeur-général de l’Instruction publique à Rio de Janeiro (1926-1930) ; directeur-général de l’Instruction publique de São Paulo (1933) ; secrétaire à l’Éducation et à la Santé de l’État de São Paulo (1947) ; secrétaire à l’Éducation et à la Culture de l’État de São Paulo (1961).

Francisco de Assis Barbosa

Conseiller de documentation de la présidence de la République (1956-1960) ; membre du Conseil fédéral de la Culture.

Genolino Amado

Directeur de l’Agence nationale, une agence de presse créée par Getúlio Vargas (1954).

Gilberto Amado

Député fédéral (1915-1927) ; sénateur (1927-1930) ; conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères (à partir de 1934).

Herberto Sales

Directeur de l’Institut national du livre (1974-1984) ; conseiller de la présidence de la République (1986-1990).

Hermes Lima

Secrétaire et membre du cabinet du gouverneur du Bahia (1924-1926) ; fondateur du parti Gauche Démocratique (ED, 1945) ; député fédéral (1946-1950) ; chef du cabinet civil de la présidence de la République (1961) ; ministre du Travail (1962) ; premier ministre et ministre des Affaires étrangères (cumulatif, 1962) ; ministre des Affaires étrangères (1962-1963) ; membre du Conseil fédéral de l’Éducation (à partir de 1963) ; ministre de la Cour suprême (1963-1968).

Ivan Lins

Secrétaire de l’Institut de technologie (ministère de l’Agriculture, 1932) ; membre de la Cour des comptes (1942-1974).

João Guimarães Rosa

Chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères (1946 et 1951-1953).

João Neves da Fontoura

Député estadual (1921-1925) ; maire de Cachoeira (Rio Grande do Sul, 1925-1928) ; député fédéral (1928-1937 et 1946-1950) ; ministre des Affaires étrangères (1946 et 1951-1953).

Jorge Amado

Député fédéral (1945-1947).

José Américo de Almeida

Conseiller juridique de l’État de Paraíba (1922) ; secrétaire-général et secrétaire à l’Intérieur de l’État du Paraíba (1928-1930) ; président du Paraíba lors de la Révolution de 1930 ; ministre des Transports et des Travaux publics (1930-1934 et 1953-1954) ; sénateur (1935) ; ministre de la Cour des comptes (1935-1947) ; fondateur du parti Union Démocratique Nationale (UDN, droite) et son président (1947) ; gouverneur du Paraíba (1950-1955).

José Cândido de Carvalho

Directeur du Service de diffusion de la Radio nationale (attachée au ministère de l’Éducation et de la Culture, 1974) ; conseiller estadual de la Culture de Rio de Janeiro (1975) ; président de la Fondation nationale de l’art (FUNARTE, 1976-1981).

José Carlos de Macedo Soares

Secrétaire à l’Intérieur de l’État de São Paulo (1931) ; membre de la Commission d’études financières et économique des États et municipalités (1931) ; député fédéral (1934-1937) ; ministre des Affaires étrangères (1935-1937 et 1955-1958) ; ministre de la Justice (1937) ; président de l’Institut brésilien de géographie et statistique (IBGE, 1938-1951 et 1955-1958) ; interventor [gouverneur désigné, non-élu] de São Paulo (1945 et 1947).

Levi Carneiro

Conseiller général de la République (1932-1934) ; député fédéral (1934-1937) ; conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères (1947) ; membre de la Cour internationale de justice de La Haye (jusqu’à 1955) ; membre de l’équipe de juristes qui rédigea la Constitution de 1967.

Josué Montello

Inspecteur général de l’enseignement commercial (Rio de Janeiro, 1937) ; directeur-général de la Bibliothèque nationale (à partir de 1947) ; directeur du Service national du théâtre ; secrétaire-général de l’État du Maranhão (1946) ; sous-chef de la Maison civile de la présidence de la République (1956-1957) ; directeur-général du Musée historique national ; fondateur et directeur du Musée de la République ; membre du Conseil fédéral de la Culture (son président en 1967-1968) ; membre de la direction de la Bibliothèque de l’armée (1961-1968) ; membre du Conseil fédéral de l’Éducation (1961-1967).

Luís Vianna Filho

Député estadual de l’État du Bahia (1934) ; participation à la formation du parti Union démocratique nationale (UDN, droite, 1945) ; député fédéral (1946-1964) ; chef du cabinet-civil de la présidence de la République (1964-1967) ; ministre de la Justice par intérim (1965) ; gouverneur du Bahia (1967-1971) ; sénateur (1974-1990).

Mário Palmério

Député fédéral (1950-1962).

Maurício de Medeiros

Député estadual (1915-1921) ; député fédéral (1921-1927) ; ministre de la Santé (1955-1958).

Mauro Mota

Membre du Conseil fédéral de la Culture.

Menotti del Picchia

Député estadual (São Paulo, 1926-1932) ; directeur de la section pauliste du Département de la presse et de la propagande (DIP, 1939) ; député fédéral (PTB, 1950-1958).

Miguel Reale

Membre du Conseil administratif de l’État de São Paulo (1942-1944) ; secrétaire à la Justice de l’État de São Paulo (1947 et 1963) ; membre de la Commission de haut niveau chargée de réviser la Constitution de 1967 (1969) ; conseiller juridique du ministre des Affaires étrangères (1970) ; président de l’Université de São Paulo (1970-1974) ; membre du Conseil fédéral de la Culture (années 1970).

Múcio Leão

Membre du cabinet du ministre de l’Économie (1925) ; président de la Commission du théâtre du ministère de l’Éducation (1939).

Odylo Costa, filho

Attaché de presse du président Café Filho (1955) ; directeur de la Radio nationale ; surintendant des entreprises incorporées au patrimoine public.

Osvaldo Orico

Conseiller principal d’éducation de la surintendance de l’Enseignement commercial (1934-1937) ; directeur de l’Éducation et de la Culture de l’État du Pará (1936) ; directeur de la Division d’éducation extrascolaire du ministère de l’Éducation (1937-1945) ; député fédéral (Parti social-démocrate, PSD, 1950-1954).

Octávio de Farias

Membre du Conseil fédéral de la Culture (1969-1980).

Paulo Carneiro

Fonctionnaire du ministère de l’Agriculture ; secrétaire à l’Agriculture de l’État du Pernambouc (années 1930).

Pedro Calmon

Député estadual de Bahia (1928-1932) ; député fédéral (1934-1937) ; ministre de l’Éducation et de la Santé (1948-1951) ; ministre de l’Éducation et de la Culture (1956-1960) ; membre du Conseil fédéral de la Culture (1967-1969).

Raimundo Magalhães Jr.

Conseiller municipal (Parti socialiste brésilien, PSB, 1950-1958).

Peregrino Júnior

Membre du Conseil national de l’Éducation ; membre du Conseil fédéral de la Culture.

Rachel de Queiróz

Membre du Conseil fédéral de la Culture.

Rodrigo Octávio Filho

Membre de la Commission législative du Gouvernement provisoire (début des années 1930).

Vianna Moog

Membre du Conseil fédéral de la Culture.

Viriato Correia

Député estadual (élu en 1911) ; député fédéral (1927-1934).

49Malgré des exceptions, les données présentées dans le tableau 3 montrent que presque tous ces itinéraires politiques sont situés très à droite : les académiciens forment des groupes conservateurs au lendemain de la Semaine de 1922 ; ils participent – ou sont proches – des groupes catholiques réactionnaires et des fascistes, comme l’AIB ; ils occupent des postes de responsabilité dans l’Estado Novo ; ils entrent dans le parti de droite UDN ou dans la branche droitière du Parti social-démocrate (PSD, centre-droit) lors de la démocratisation de 1945. Après 1964, ils continuent à occuper des postes dans la haute administration tant au niveau de la Fédération que des États. Comme on peut le constater, il y eut une continuité entre les deux dictatures brésiliennes du XXe siècle : un personnel politique très lettré donna à ces régimes leurs fondements intellectuels et idéologiques. Ainsi, malgré les apparences d’une « hégémonie culturelle de la gauche », le pouvoir est resté en permanence du côté des élites conservatrices.

En guise de conclusion

50À partir d’une étude de cas concernant les membres de l’ABL nous nous sommes proposé, au début de cet article, de retracer l’itinéraire de ce groupe majoritairement conservateur que nous avons identifié comme faisant partie d’une même génération, celle de 1922. Nous avons dessiné le profil de cet « immortel » qui correspond, en grande partie, à l’intellectuel conservateur pendant la dictature militaire. L’analyse prosopographique nous a permis d’identifier un secteur du champ intellectuel brésilien éclipsé, à cette époque, par l’hégémonie de la gauche dans le domaine culturel (Schwarz 1978 ; Ridenti 2000 ; Napolitano 2001) et par le surgissement de la figure de l’enseignant-chercheur (Pécaut 1989 ; Motta 2014). Bien qu’en voie de disparition, la génération des lettrés héritière du XIXe siècle conservait une force et un pouvoir d’influence non négligeables. Né à la Belle Époque, cet intellectuel conservateur, membre de la « génération de 1922 », participa à l’élaboration des idées « modernes » pendant sa « période de réceptivité », et la Semaine d’art moderne de 1922 fut pour lui un événement fondateur. Les questions dominantes pour cette génération portaient sur les éléments constitutifs de la Nation et la définition de la culture brésilienne. Sur le plan des engagements politiques, la priorité accordée à ces questions aura comme corollaire le soutien aux régimes que chaque académicien pensait le mieux « adapté » au Brésil et le plus capable de forger et soutenir cette Nation, démocratiquement ou non.

51Issu d’une aristocratie politique souvent en déclin, l’académicien de la « génération de 1922 » a joui d’une scolarité de haut niveau et a fait ses études dans une faculté de droit. Cette dernière, où se recrutaient les élites politiques et intellectuelles du pays, fut son premier lieu de sociabilité. Il y noua ses premiers contacts, participant aux débats politiques, publiant dans les revues ou entrant dans les associations d’étudiants. Il resserra ses liens d’amitié en rejoignant tel ou tel de ces innombrables sociétés, académies, instituts et cénacles littéraires, des plus petits et éphémères jusqu’aux plus prestigieux comme l’IHGB. En parallèle à sa licence en droit, il écrivit dans les journaux, ce qui put devenir son activité principale. Finalement, il fut un homme politique, ayant assumé des responsabilités pouvant aller d’un poste de confiance attribué grâce à d’anciennes relations intra-oligarchiques, jusqu’à un ministère ou à un gouvernement d’État. L’académicien des années 1960 et 1970 avait été à la fois un journaliste, un érudit et un homme d’action, figures qui disparurent au même moment que la dictature militaire. Il laissa la place à un autre « type » d’intellectuel, l’enseignant-chercheur « spécialiste » – sociologue, politologue, économiste – ayant préparé un doctorat en Europe ou aux États-Unis et auteur d’une production scientifique reconnue par ses pairs.

52Nous voudrions, pour terminer, souligner le caractère encore exploratoire de cette réflexion. L’itinéraire de cette génération ayant été brièvement retracé et un profil de l’intellectuel conservateur ayant été ébauché, plusieurs questions restent en suspens. Peut-on établir une « typologie » des intellectuels brésiliens ? Comment décrire ce champ à partir de la seconde moitié du XXe siècle ? Quelles étaient ses composantes ? Comment analyser ses mutations et, par voie de conséquence, son rôle ? Quelles ont été les formes d’engagement qui y ont prévalu ? Étaient-elles différentes selon que l’on était à droite ou à gauche ? Comment le nouveau « type » d’intellectuel, l’enseignant-chercheur, s’est-il engagé dans le débat public ? Bref, peut-on distinguer des « modalités » de l’engagement ? Autant de questions dont les réponses apporteraient une compréhension plus fine de l’histoire des intellectuels brésiliens au XXe siècle et de leurs rapports avec le pouvoir politique.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Alzira Alves. 2002. A modernização da imprensa (1970-2000). Rio de Janeiro: Jorge Zahar.

Amado, Gilberto. 1954. História da minha infância. Rio de Janeiro: Livraria José Olympo Editora.

Amado, Gilberto. 1955. Minha Formação no Recife. Rio de Janeiro: Livraria José Olympo Editora.

Azevedo, Fernando de. 1971. História da minha vida. Rio de Janeiro: Livraria José Olympo Editora.

Bandeira, Manuel. 1984. Itinerário de Pasárgada. Rio de Janeiro: Editora Nova Fronteira.

Calmon, Pedro. 1995. Memórias. Rio de Janeiro: Editora Nova Fronteira.

Cunha, Diogo Arruda Carneiro da. 2014. « Les intellectuels conservateurs entre le culturel et le politique : l’Académie Brésilienne des Lettres pendant la dictature militaire (1964-1979). » Thèse de doctorat en Histoire. Paris : Université Paris I (Panthéon-Sorbonne).

Dilthey, Wilhelm. 1947. Le Monde de l’Esprit. Histoire des sciences humaines. Tome 1. Paris : Aubier-Montaigne.

Enders, Armelle. 2012. Plutarque au Brésil. Passé, héros et politique (1822-1922). Paris : Les Indes Savantes.

Franco, Afonso Arinos de Melo. 1978. Um som do outro sino. Um breviário liberal. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Freyre, Gilberto. 1933. Casa-grande & senzala: formação da família brasileira sob o regime de economia patriarcal. Rio de Janeiro: Maia & Schmidt.

Freyre, Gilberto. 1968. Oliveira Lima, Don Quixote gordo. Recife: UFPE.

Freyre, Gilberto. 1987. Perfil de Euclides da Cunha e outros perfis. Rio de Janeiro: Editora Record.

Gomes, Angela de Castro. 1993. « Essa gente do Rio... os intelectuais cariocas e o modernismo. » Estudos Históricos 6: 62-77.

Gomes, Angela de Castro. 1996. História e historiadores. Rio de Janeiro: FGV.

Lima, Alceu Amoroso. 1973. Memórias improvisadas. Diálogos com Medeiros Lima. Petrópolis: Editora Vozes.

Lima, Alceu Amoroso. 2013. Diário de um ano de trevas. Cartas de Alceu Amoroso Lima para sua filha madre Maria Teresa: janeiro de 1969 - fevereiro de 1970, éd. établie par Frei Betto & Alceu Amoroso Lima Filho. Rio de Janeiro: Instituto Moreira Salles.

Lima, Hermes. 1974. Travessia. Rio de Janeiro: Livraria José Olympo Editora.

Maia, Tatyana de Amaral. 2010. « “Cardeais da cultura nacional”: o Conselho Federal de Cultura e o papel cívico das políticas culturais na ditadura civil-militar (1967-1975). » Thèse de doctorat en Histoire. Rio de Janeiro : Université de l’État de Rio de Janeiro.

Malaitan, Teresa 2001. Oliveira Lima e a construção da nacionalidade. Bauru: Edusc.

Marinho, Ignesil & Luís Inneco. 1938. O Colégio Pedro II cem anos depois. Rio de Janeiro: Villas-Boas.

Montello, Josué. 1987. Diário da Tarde. Rio de Janeiro: Livraria José Olympio Editôra.

Montello, Josué. 1991. Diário do Entardecer. Rio de Janeiro: Nova Fronteira

Moreyra, Álvaro. 1955. As amargas, não… (lembranças). Rio de Janeiro: Ed. Lux.

Motta, Rodrigo Patto Sá. 2014. As universidades e o regime militar. Rio de Janeiro: Zahar.

Motta Filho, Cândido. 1971. Contagem regressiva. Memórias. Rio de Janeiro: Livraria José Olympio Editôra.

Motta Filho, Cândido. 1977. Dias lidos e vividos. Memórias 2. Rio de Janeiro: Livraria José Olympio Editora.

Napolitano, Marcos. 2001. Cultura Brasileira: utopia e massificação (1950-1980). São Paulo: Editora Contexto.

Needell, Jeffrey. 1994. Belle Époque tropical. São Paulo: Companhia das Letras [éd. originale (1987) : A Tropical Belle Époque. Elite Culture and Society in Turn-of-the-Century Rio de Janeiro. New York: Cambridge University Press].

Orico, Osvaldo. s. d. Da forja à Academia. Rio de Janeiro: Livraria José Olympo Editora.

Pécaut, Daniel. 1989. Entre le peuple et la nation. Les intellectuels et la politique au Brésil. Paris : Éditions de la MSH.

Peixoto, Fernanda Arêas. 2010. « Letras y diplomacia en Brasil: una aproximación en tres tiempos. » In Historia de los intelectuales en América Latina II. Los avatares de la « ciudad letrada » en el siglo XX, dirigé par Carlos Altamirano, 98-118. Buenos Aires: Katz.

Picchia, Menotti del. s. d. A longa viagem. São Paulo: Livraria Martins Editôra.

Picchia, Menotti del. 1992. A « semana » revolucionária. Campinas: Pontes.

Pierucci, Antônio Flávio. 1987. « As bases da Nova Direita. » Novos EstudosCEBRAP 19: 26-45.

Power, Timothy J. 2000. The Political Right in Postauthoritarian Brazil. Elites, Institutions, and Democratization. Pennsylvania: The Pennsylvania University Press.

Queiróz, Rachel de. 1998. Tantos anos. São Paulo: Siciliano.

Reale, Miguel. 1965. Os imperativos da revolução de março. São Paulo: Livraria Martins Editôra.

Reale, Miguel. 1987. Memórias. Destinos cruzados. São Paulo: Saraiva.

Ricardo, Cassiano. 1928. Martim Cererê ou o Brasil dos Meninos, dos Poetas e dos Heróis. São Paulo: Editorial Helios.

Ricardo, Cassiano. 1970. Viagem no tempo e no espaço. Memórias. Rio de Janeiro: Livraria José Olympio Editôra.

Ridenti, Marcelo. 2000. Em busca do povo brasileiro. Artistas da revolução, do CPC à era da TV. Rio de Janeiro/São Paulo: Editora Record.

Roche, Daniel. 1988. Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle. Paris : Fayard.

Rodrigues, Leôncio Martins. 1987. Quem é quem na Constituinte: uma análise sócio-política dos partidos e deputados. São Paulo: OESP/Maltese.

Schwarcz, Lilia Moritz. 1998. As Barbas do Imperador: D. Pedro II, um monarca nos trópicos. São Paulo: Companhia das Letras.

Schwarz, Roberto. 1978. O « pai de família » e outros estudos. Rio de Janeiro: Paz e Terra.

Sirinelli, Jean-François. 1988. Génération intellectuelle. Khâgneux et Normaliens dans l’entre-deux-guerres. Paris : Fayard.

Sirinelli, Jean-François. 2003. « Os intelectuais. » In Por uma história política, dirigé par René Rémond, 231-269. Rio de Janeiro: FGV.

Tavares, Aurélio de Lyra. 1977. O Brasil de minha geração. 2 vols. Rio de Janeiro: Biblioteca do Exército Editora.

Velloso, Monica Pimenta. 1993. « Brasilidade verde-amarela: nacionalismo e regionalismo paulista. » Estudos Históricos 6: 89-112.

Velloso, Monica Pimenta. 2003. « O modernismo e a questão nacional. » In O Brasil Republicano 1. O tempo do liberalismo excludente, da proclamação da República à Revolução de 1930, dirigé par Jorge Ferreira & Lucilia de Almeida Neves Delgado, 351-386. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Winnock, Michel. 1989. « Les générations intellectuelles. » Vingtième siècle, revue d’histoire 22 : 17-38.

Sites web consultés

Centro de Pesquisa e Documentação de História Contemporânea do Brasil (CPDOC), Fondation Getúlio Vargas : http://cpdoc.fgv.br/acervo/dhbb (dernière consultation le 5 octobre 2015) et http://cpdoc.fgv.br (dernière consultation le 12 février 2015).

Académie Brésilienne des Lettres : http://www.academia.org.br/abl/cgi/cgilua.exe/sys/start.htm?tpl=home (dernière consultation le 12 février 2015) et http://www.academia.org.br (dernière consultation le 5 octobre 2015).

Haut de page

Notes

1 Bien que l’usage du terme « droite » au singulier soit plus courant au Brésil, nous préférons l’utiliser au pluriel. Cela met en évidence la pluralité des courants susceptibles d’être classés à droite et contribue à démythifier l’idée selon laquelle il y aurait une droite homogène d’un côté, et des gauches, plurielles et hétérogènes, de l’autre.

2 L’ABL fut créée en 1897 par le groupe d’écrivains qui fréquentaient la rédaction de la Revista Brazileira. Le contexte de sa fondation est aujourd’hui bien connu. Toutefois, au fur et à mesure qu’on avance dans le XXe siècle, les informations sur l’institution se raréfient et se concentrent sur des événements ponctuels ou des faits divers du monde académique. Il est néanmoins important de souligner que l’ABL réussit à sortir de la précarité financière pour devenir un lieu de consécration intellectuelle chargé par l’État de légiférer sur la langue, côtoyé par les élites, et dont les cérémonies allaient devenir autant d’événements prisés de la haute société. À la veille de la Révolution de 1930, l’ABL était devenue l’institution des lettres du pays par excellence et le porte-parole officiel de la littérature brésilienne. Notre hypothèse est qu’elle perdit au fil des années de son influence et de son public et que le déclin de son rayonnement est dû à des mutations importantes dans les champs politique et culturel à partir des années 1950, qui virent l’apparition de nouveaux « types » d’intellectuels ainsi que la montée en nombre et en importance des universités fédérales.

3 Adelmar Tavares, Álvaro Lins, Antônio Carneiro Leão, Assis Chateaubriand, Austregésilo de Athayde, Barbosa Lima Sobrinho, João Cabral de Melo Neto, Manuel Bandeira, Mauro Mota, Múcio Leão.

4 Adonias Filho, Afrânio Coutinho, Clementino Fraga, Herberto Sales, Hermes Lima, Jorge Amado, Luís Vianna Filho, Pedro Calmon.

5 Aníbal Freire da Fonseca, Genolino Amado, Gilberto Amado.

6 Josué Montello, Odylo Costa, filho (son nom est écrit avec une virgule suivi de « filho » en minuscule), Viriato Correa.

7 Rachel de Queiróz, Raimundo Magalhães Júnior.

8 Aurélio Buarque de Holanda et Pontes de Miranda.

9 Aurélio de Lyra Tavares et José Américo de Almeida.

10 Peregrino Júnior.

11 Deolindo Couto.

12 Alceu Amoroso Lima, Américo Jacobina Lacombe, Antônio Houaiss, Carlos Chagas Filho, Elmano Cardim, Joracy Camargo, José Cândido de Carvalho, José Honório Rodrigues, Levi Carneiro, Luís Edmundo, Marques Rebelo, Maurício de Medeiros, Octávio de Farias, Paulo Carneiro, Rodrigo Octávio Filho.

13 Cândido Motta Filho, Cassiano Ricardo, Francisco de Assis Barbosa, Guilherme de Almeida, José Carlos de Macedo Soares, Menotti del Picchia, Miguel Reale, Ribeiro Couto.

14 Abgar Renault, Afonso Arinos de Melo Franco, Afonso Pena Júnior, Antônio da Silva Melo, Cyro dos Anjos, Fernando de Azevedo, Ivan Lins, João Guimarães Rosa, Mário Palmério, Otto Lara Resende.

15 L’auteur ne précise pas ce qui se passa en 1919, au Pará, qui l’obligea à quitter son État natal.

16 Il s’agit d’une compagnie maritime.

17 Les informations présentées dans les tableaux sur les années de formations des académiciens et sur les fonctions politiques qu’ils ont exercées furent extraites du croisement des mémoires des académiciens avec le Dicionário histórico-biográfico de la Fondation Getúlio Vargas (http://cpdoc.fgv.br/acervo/dhbbet, dernière consultation le 5 octobre 2015), des notices biographiques des académiciens fournies par le site de l’ABL (http://www.academia.org.br, dernière consultation le 5 octobre 2015). Mémoires consultées : Franco (1978) ; Lima (1973) ; Tavares (1977) ; Motta Filho (1971 et 1977) ; Ricardo (1970) ; Azevedo (1971) ; Amado (1954 et 1955) ; Lima (1974) ; Montello (1987 et 1991) ; Bandeira (1984) ; Picchia (s. d.) ; Reale (1987) ; Orico (s. d.) ; Calmon (1995) ; Queiróz (1998).

18 Référence à Austregésilo de Athayde. Le terme portugais xará est utilisé pour désigner deux personnes qui ont le même nom. En l’occurrence Athayde était aussi le pseudonyme d’Alceu Amoroso Lima qui s’est fait connaître comme Tristão de Ataíde.

19 En français dans l’original.

20 Référence au célèbre compositeur brésilien Heitor Villa-Lobos.

21 Menotti del Picchia, « A vitória », Correio Paulistano, São Paulo, 18 février 1922. Republié dans Picchia (1992, 25-26).

22 Menotti del Picchia, « 1922-1932 : a revolta dos intelectuais », Folha da Manhã, São Paulo, 15 janvier 1932. Republié dans Picchia (1992, 27-31).

23 Menotti del Picchia, « A semana revolucionária », A Gazeta, São Paulo, 9 février 1952. Republié dans Picchia (1992, 35-36).

24 Afonso Arinos de Melo Franco, Américo Jacobina Lacombe, Aníbal Freire, Antônio Carneiro Leão, Aurélio de Lyra Tavares, Barbosa Lima Sobrinho, Cândido Motta Filho, Elmano Cardim, Francisco de Assis Barbosa, João Carlos de Macedo Soares, José Honório Rodrigues, Josué Montello, Levi Carneiro, Luís Vianna Filho, Raimundo Magalhães Júnior.

25 Voici la liste complète des académiciens qui ont occupé des postes dans la diplomatie : Afonso Arinos de Melo Franco, Assis Chateaubriand, Álvaro Lins, Aurélio de Lyra Tavares, Carlos Chagas Filho, Pontes de Miranda, Mário Palmério, Osvaldo Orico, João Cabral de Melo Neto, Austregésilo de Athayde, José Carlos de Macedo Soares, João Guimarães Rosa, Humberto Sales, Hermes Lima, Levi Carneiro, Clodomir Vianna Moog, Rachel de Queiróz, Gilbert Amado, Josué Montello, José Honório Rodrigues, Antonio Houaiss e Paulo Carneiro.

26 Sur les informations recueillies dans ce tableau, voir note 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diogo Arruda Carneiro da Cunha, « De la « Semaine révolutionnaire » à la « Révolution » de 1964 : itinéraires, réseaux et lieux de sociabilité de la « génération de 1922 » », Brésil(s), 8 | 2015, 215-241.

Référence électronique

Diogo Arruda Carneiro da Cunha, « De la « Semaine révolutionnaire » à la « Révolution » de 1964 : itinéraires, réseaux et lieux de sociabilité de la « génération de 1922 » », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 mai 2016. URL : http://bresils.revues.org/1687 ; DOI : 10.4000/bresils.1687

Haut de page

Auteur

Diogo Arruda Carneiro da Cunha

Diogo Arruda Carneiro da Cunha, historien, est professeur à l’Université catholique de Pernambouc (UNICAP).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org