Navigation – Plan du site
Dossier – Classes sociales et rapports de classes

Outils statistiques, outils d’analyse : les nomenclatures socioprofessionnelles et les classes sociales en Europe et au Brésil

Ferramentas estatísticas, ferramentas de reflexão: nomenclaturas socioprofissionais e classes sociais na Europa e no Brasil
Statistical Tools, Tools for Analysis: Socio-Professional Nomenclatures and Social Classes in Europe and Brazil
Frédéric Lebaron et Lucas Page Pereira
p. 37-72

Résumés

Cet article entend à la fois donner des informations pratiques sur l’usage et les limites des nomenclatures socioprofessionnelles au Brésil (et en France) et analyser de façon réflexive les raisons de la faible utilisation – ou du déclin – de ces outils dans ces mêmes pays. Pour cela, après avoir posé quelques problèmes relatifs à la visibilité et à la comparabilité de telles nomenclatures, on s’intéressera d’abord aux changements dont elles ont souffert récemment en Europe et, à la suite, à la mise en place et à l’actualisation des nomenclatures de profession dans la statistique brésilienne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2015 ; approuvé en septembre 2015.

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, l’analyse en termes de « classes sociales » recommence à occuper le devant de la scène au sein d’un ordre néolibéral fait d’inégalités grandissantes, de constitution de groupes d’élites transnationaux, de recompositions de l’espace économique global avec l’émergence de la Chine, plus largement des « BRICS » et l’affirmation de la puissance des firmes transnationales (Bidet et al. 2012). Dans ce contexte nouveau, le cas brésilien est particulièrement intéressant, puisqu’il est caractérisé par des dynamiques inégalitaires spécifiques : les inégalités économiques et sociales y sont toujours très importantes, notamment par comparaison avec les pays européens, mais elles ne connaissent pas la même tendance à l’accentuation (Rocha 2008 et 2013).

2Dans quelle mesure les classes sociales brésiliennes sont-elles aujourd’hui des « objets » visibles, notamment à travers leur quantification, dans l’espace public et au sein des sciences sociales, en premier lieu en sociologie ? Comment cette visibilité y est-elle rendue possible et, à l’opposé, limitée par divers obstacles ?

3En nous appuyant notamment sur les analyses d’Alain Desrosières (2003 et 2014), nous cherchons non seulement à proposer une première réponse à ces deux questions, mais aussi à développer une perspective analytique et méthodologique nouvelle visant à penser de façon plus globale les enjeux de ce « retour des classes sociales » dans le contexte brésilien, en liant étroitement cette situation à l’utilisation des nomenclatures socioprofessionnelles qui les « opérationnalisent » et à celle de leur internationalisation.

4Après avoir évoqué le contexte, puis les enjeux de la construction de statistiques nationales dans le domaine des inégalités socioprofessionnelles, nous montrerons que la situation brésilienne se caractérise encore aujourd’hui par une faible visibilité relative de celles-ci en dépit de l’intensité encore énorme des écarts sociaux et économiques et de la multiplication des nomenclatures qui sont utilisées dans différentes sphères. En conclusion, nous plaiderons pour un renouveau de l’intérêt pour les nomenclatures, à la fois dans la perspective d’une sociologie de la quantification et dans celle d’une sociologie quantitative des inégalités, l’une et l’autre devant désormais se déployer dans une approche globale.

Le contexte : faible institutionnalisation des statistiques socioprofessionnelles et « invisibilisation » des classes sociales

5Les statistiques nationales sur la répartition de la population active par grands groupes professionnels harmonisés (Classification internationale type des professions, CITP - ISCO en anglais) sont regroupées par le Bureau international du travail (BIT) qui les rend accessibles via sa base de données LABORSTA. En théorie, il est donc possible d’accéder en quelques clics à des informations sur les structures socioprofessionnelles de tous les pays du monde.

6Une visite sur le site du BIT (fig. 1 et annexe 1) permet toutefois de constater rapidement que, pour le Brésil, seules des données de 2000, 2004 et 2007 ventilées selon la nomenclature CITP de 1988 sont facilement téléchargeables sur la base LABORSTA en mars 2015, la nomenclature n’étant déployée qu’en anglais, français et espagnol.

7Sur les 90,786 millions d’actifs recensés en 2007, les deux groupes les plus nombreux sont les « agriculteurs et ouvriers qualifiés de l’agriculture et de la pêche », soit 16,185 millions d’actifs, et les « ouvriers et employés non qualifiés » (16,073 millions), devant les « personnel des services et vendeurs de magasin et de marché » (13,579 millions).

8Les données téléchargeables sont fournies par sexe et peuvent être également croisées, par une requête, avec la nomenclature des secteurs (ISIC), ce qui permet d’avoir une représentation plus précise des structures socioprofessionnelles par secteurs d’activité (annexes 1 et 2). Les séries chronologiques accessibles sont très incomplètes.

9Les données françaises comparables (fig. 1 et annexe 2) sur le même site Web correspondant à l’année 2007 ne sont fournies que pour la population en emploi de 15 ans et plus : on constate alors que, sur les 27,786 millions de personnes en emploi recensées, le groupe le plus nombreux est celui des « professions intermédiaires » avec 4,596 millions, devant les « personnels des services et vendeurs de magasin et de marché » (avec 3,265 millions) et les « employés de type administratif » (3,098 millions). Les « ouvriers et employés non qualifiés » sont 2,442 millions et les « agriculteurs et ouvriers qualifiés de l’agriculture et de la pêche » sont moins de 1 million (938 milles).

Figure 1 - Population active par profession (CITP-88), 2007

Figure 1 - Population active par profession (CITP-88), 2007

Source : Laborsta, Enquête sur la main-d’oeuvre.
*1 Membres de l'exécutif et des corps législatifs, cadres supérieurs de l'administration publique, dirigeants et cadres supérieurs d'entreprise

10En dépit de leur caractère relativement daté (les données ont environ sept ans) et de l’usage – sur cette plate-forme informatique – du seul niveau d’agrégation le plus élevé de l’ISCO-1988, le site Web du BIT permet malgré tout de faire apparaître les grands traits des « structures de classes » spécifiques aux deux pays, avec d’un côté une société où l’on observe encore un poids prédominant des classes populaires moins qualifiées, notamment rurales mais aussi urbaines « informelles » et, de l’autre, un poids relatif beaucoup plus important des catégories moyennes et supérieures, typique d’une société « postfordiste ». Encore faut-il pour cela surmonter les obstacles des langues différentes, de données incomplètement harmonisées (avec la restriction pour la France aux seuls actifs employés de 15 ans et plus) et dépourvues de tout commentaire sociologique ou économique.

  • 1  Le phénomène est parallèle au déclin des mots « prolétariat », « classe ouvrière », « classes soci (...)

11Le site du BIT est le seul à fournir des statistiques harmonisées, chaque pays représentant – ou ne représentant pas – « sa » structure socioprofessionnelle de façon particulière à travers ses propres instituts nationaux de statistique. Deux enjeux s’entrecroisent ici : celui des nomenclatures « socioprofessionnelles » comme instruments statistiques légitimes dans une société donnée (Desrosières 2003) et celui de la problématisation et de l’analyse du social à travers le regroupement en catégories ou classes sociales (Chauvel 2001), thème notamment développé à propos de la « classe ouvrière » et de son invisibilité relative dans la France contemporaine (Beaud & Pialoux 1999). Le déclin de l’analyse en termes de classes sociales, qui a accompagné la remise en cause du marxisme politique et intellectuel dans de nombreux pays, s’est en effet traduit, parallèlement, par une perte d’intérêt pour les nomenclatures socioprofessionnelles permettant d’analyser le niveau et l’évolution des inégalités sociales et, plus largement, des pratiques, du point de vue des groupes socioéconomiques pertinents1. Cette évolution correspond à l’entrée dans une phase « néolibérale » de définition de l’action des États et de leur appareil statistique : l’« invisibilisation » statistique des groupes contribue manifestement à l’invisibilisation sociologique, mais aussi syndicale et politique, et au déclin de la notion de « classe », tout autant que l’inverse. Il reste que cette invisibilisation est un phénomène que l’on observe dans chaque pays, mais qui est encore plus fort à l’échelle transnationale, comme si l’idée-même de structure de classes y était encore moins pertinente. Cela semble pour le moins surprenant à l’époque de la mondialisation, où les rapports de classes, aussi, tendent à transcender les frontières nationales.

  • 2  Le projet ESeG incite justement à mener ce travail à l’échelle de l’UE comme nous le verrons plus (...)

12Enfin, rares sont les tentatives de comparaison critique des structures de classes qui ne partent pas du postulat d’une certaine « incommensurabilité » liée à la spécificité des rapports sociaux nationaux, fondée sur des arguments qui peuvent être à la fois socio-historiques, culturels et « constructivistes » (Desrosières & Thèvenot 1996)2.

Spécificités nationales des catégories professionnelles et internationalisation des structures de classe

13La tendance à l’internationalisation des structures de classe est loin d’impliquer que celles-ci soient facilement comparables d’un pays à l’autre. L’une des difficultés tient, précisément, à la spécificité des catégories professionnelles qui résulte d’histoires nationales particulières et rend souvent opaques les désignations socioprofessionnelles d’un contexte à l’autre.

14Le sens et la position relative d’une catégorie professionnelle déterminée sont, en particulier, soumis à des variations liées à la manière dont chaque pays réglemente l’exercice d’une profession et à la logique qui préside à l’architecture du système de classification. Les médecins généralistes au sein des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE (encadré no 1), sont par exemple classés parmi les professions libérales de la santé. Ils sont distingués, premièrement, par rapport aux médecins spécialistes mais aussi aux chirurgiens-dentistes, psychologues, psychanalystes, vétérinaires, psychothérapeutes et pharmaciens. Si ces dernières disjonctions sont liées aux différents métiers réalisés par chacun de ces professionnels, la première, entre généralistes et spécialistes, est moins évidente. En effet, elle exprime le fait que les médecins généralistes ne pratiquent pas de manière exclusive une spécialité reconnue par le Conseil de l’Ordre, mais aussi le fait qu’ils ne peuvent pas bénéficier de tarifs d’honoraires alloués aux médecins libéraux spécialistes, au regard de la réglementation de la Sécurité sociale (INSEE 2003).

Encadré no 1 – Les médecins dans la nomenclature des PCS de l’INSEE

Encadré no 1 – Les médecins dans la nomenclature des PCS de l’INSEE

15Lorsqu’on cherche les médecins généralistes dans le cadre la Classification brésilienne des professions (CBP-2002) de l’IBGE (encadré no 2), on se rend compte qu’ils n’existent pas en tant que catégorie dans le quatrième et plus fin niveau d’agrégation statistique utilisé.

  • 3  Il faut noter, pourtant, qu’aux yeux du Conseil fédéral de médecine, la distinction la plus import (...)

16En fait, puisque les catégories de la CBP-2002 sont construites à partir de l’activité des professionnels dans l’exercice de leurs métiers, les distinctions opérées sont celles entre ceux qui réalisent seulement des consultations dans des cabinets ou dans des hôpitaux (médecins cliniciens), ceux qui réalisent aussi des interventions chirurgicales et implantations d’orthèses et prothèses (médecins spécialisés en chirurgie) et ceux qui réalisent en plus des consultations des procédures diagnostiques et thérapeutiques – médecins spécialisés en diagnostic et thérapeutique (MTE 2002). Ainsi, la médecine générale n’est qu’une des formes reconnues de l’exercice de la médecine clinique aux yeux des statisticiens de l’IBGE3.

Encadré n2 – Les médecins dans la CBP-2002 de l’IBGE

Encadré no 2 – Les médecins dans la CBP-2002 de l’IBGE
  • 4  Dans ce sens, on note en particulier que l’ensemble des psychologues, psychanalystes et psychothér (...)

17Cette représentation « objectiviste » a une deuxième conséquence qu’on perçoit immédiatement : pour prendre en compte l’ensemble des catégories qui appartiennent à la famille des professions libérales de la santé (311) dans les PCS, il faut remonter jusqu’au deuxième niveau de l’architecture de la CBP-2002 – mais, en le faisant, on agrandit le spectre des professions prises en compte dans la CBP-2002 et absentes dans la famille 311 de la PCS (comme les professionnels de l’économie domestique, les infirmières et les phonologues)4.

  • 5  Pour une première approximation entre les structures socio-occupationnelles de la France et du Bré (...)
  • 6  Parmi une abondante littérature, voir Nolan, Chunhang & Zhang (2007), Antunes & Braga (2009), Sala (...)

18Souligner ainsi l’attention nécessaire aux conditions opérationnelles de la comparaison à l’échelle internationale ne signifie pas, pourtant, que celle-ci ne serait possible que d’une façon schématique et qu’elle ne mériterait pas d’être tentée. Bien au contraire, lorsque les conditions sont remplies, il devient plus aisé de comprendre les mouvements internes aux structures socioprofessionnelles de chaque pays au cours du temps et leurs relations5, surtout à un moment où les entreprises atteignent fréquemment l’échelle transnationale6.

  • 7  Voir par exemple Marshall (1997).
  • 8  Ces nomenclatures sont utilisées notamment dans le cadre du Research Committee 28 de l’Association (...)

19De nombreuses tentatives visant à comparer les structures sociales nationales ont déjà été menées. Mais, à l’instar des travaux issus de la tradition britannique d’analyse des classes et de la mobilité autour de John Goldthorpe7, elles se situent rarement à l’échelle transnationale et elles privilégient une comparaison quantitative des processus (mobilité, homogamie, etc.) au détriment de la comparaison socio-historique des structures de classes proprement dites. Cette tradition, tout comme les travaux d’inspiration marxiste menés par des auteurs comme Erik Olin Wright, ont cependant eu le mérite de souligner certains enjeux de la comparaison et de l’analyse globale des structures de classe, sans pour autant être parvenues à susciter un large intérêt pour leur dynamique transnationale8.

20On peut ainsi se demander dans quelle mesure l’usage de nomenclatures socioprofessionnelles constitue un indicateur fiable, ou en tout cas digne d’intérêt, d’un certain état de la constitution de l’enjeu de classe dans différents contextes nationaux. On se demandera en particulier si l’invisibilisation des structures de classe n’est pas une composante essentielle de l’ordre néolibéral, par opposition à une période – que l’on peut qualifier, par simplification, de « keynésienne » ou de « planificatrice » – où l’enjeu des inégalités socioéconomiques était beaucoup plus fermement constitué dans l’espace public et dans les sciences sociales, notamment parce qu’il correspondait à une composante politico-idéologique fondamentale de l’ordre mondial, avec la concurrence du bloc soviétique et la présence idéologique plus forte du marxisme.

21Des travaux récents ont fait apparaître un déclin de l’usage des nomenclatures socioprofessionnelles en France (Pierru & Spire 2008) ainsi que leur faible présence à l’échelle européenne (Penissat & Rowell 2012). Cette évolution a eu lieu dans un pays où, pourtant, une forte tradition de lecture de la réalité à travers les nomenclatures socioprofessionnelles s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui et a, en quelque sorte, survécu au basculement progressif dans l’ordre néolibéral au cours des années 1980. À l’ère de la financiarisation, les inégalités sociales disparaissent de la scène et, paradoxalement, elles ne redeviennent aujourd’hui visibles que sous l’angle des inégalités abyssales de revenus ou de patrimoines, illustré par le succès des travaux de Thomas Piketty.

22Le contexte international en matière de nomenclatures socioprofessionnelles a, de plus, été marqué par la rénovation de la classification internationale type des professions en 2008. Celle-ci n’a pas remis en cause la structure de l’ISCO précédente (encadré n° 3) mais a précisé les distinctions professionnelles dans le secteur tertiaire et dans le monde informel.

Encadré no 3 – La Classification internationale type des professions (CITP-08)

Encadré no 3 – La Classification internationale type des professions (CITP-08)

Tableau n° 1 – Architecture de la CITP-08

Grands Groupes

Niveaux de compétence

Sous-grands groupes

Sous-groupes

Groupes de base

1

Directeurs, cadres de direction et gérants

3 et 4

4

11

31

2

Professions intellectuelles et scientifiques

4

6

27

92

3

Professions intermédiaires

3

5

20

84

4

Employés de type administratif

2

4

8

29

5

Personnel des services directs aux particuliers, commerçants et vendeurs

2

4

13

40

6

Agriculteurs et ouvriers qualifiés de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche

2

3

9

18

7

Métiers qualifiés de l’industrie et de l’artisanat

2

5

14

66

8

Conducteurs d’installations et de machines,

et ouvriers de l’assemblage

2

3

14

40

9

Professions élémentaires

1

6

11

33

0

Professions militaires

1, 2 ou 4

3

3

3

Source : Élaboration propre à partir des informations du BIT (OIT 2007 ; ILO 2012).

23Depuis les années 1990 se développe en Europe un effort d’harmonisation des outils statistiques visant à construire des « catégories sociales basées sur la profession et les caractéristiques de l’emploi ayant une valeur explicative des comportements » (Amar & Meron 2015) qui a conduit à la création des European Socio-economic Groups (EseG). Selon les pays, comme le montrent Alexandra Filhon et al. (2013), les pratiques en matière d’usage des nomenclatures socioprofessionnelles sont en effet très diverses.

  • 9  Pour une critique de l’ESeC, voir Brousse et al. (2010), Brousse (2008), Penissat & Rowell (2012), (...)

24L’ESeG suit la voie ouverte par les efforts qui ont produit, en 2006, l’European Socio-economic Classification (ESeC). Son ambition était, à la fois, de dépasser les limites dues au cadre théorique qui a orienté la construction de l’ESeC (Harrison & Rose 2010) et de prendre comme référence centrale la CTIP-089. Cette tentative nouvelle de représenter de manière unifiée la structure socioprofessionnelle européenne (Penissat & Rowell 2012) résulte d’une demande d’Eurostat qui a mandaté l’INSEE, l’institut statistique français, pour piloter une équipe visant à mettre en œuvre ce projet dans le cadre de l’ESSnet ESeG.

25Combinaison de la CITP-ISCO 2008 et de la variable statut d’emploi qui distingue indépendants et salariés, cette nomenclature compte 9 positions au niveau I, le plus agrégé (dont 7 actifs) et 42 au niveau II (annexe n° 3). Cette proximité structurelle entre l’EseG et l’ISCO-08 rend possible une plus grande adaptabilité de la nomenclature aux situations nationales ou régionales très différentes, et laisse également une plus grande marge de manœuvre aux chercheurs qui souhaitent travailler à des niveaux plus détaillés.

26Elle a permis dans les premiers travaux menés de faire apparaître des différences notables de structures selon les zones (fig. n2), à partir des Labour Force Surveys, comme l’ont bien montré Michel Amar, François Gleizes et Monique Meron (2014). Elle repose sur une combinaison entre l’ISCO 2008, le critère du statut d’emploi (indépendant/salarié) et, au niveau le plus fin, a fait l’objet de discussions poursuivant le type de raisonnement adopté lors de la création des PCS françaises. Adoptée par Eurostat en juillet 2014, la nomenclature doit encore être implémentée dans les enquêtes européennes et adoptée par les instituts nationaux.

Figure no 2 – Répartition des actifs ayant un emploi selon les catégories socioéconomiques par grandes régions européennes

Figure no 2 – Répartition des actifs ayant un emploi selon les catégories socioéconomiques par grandes régions européennes
  • 10  Sur la « visibilité » ou l’« invisibilité » des inégalités et des rapports de classe au Brésil, co (...)

27Le cas du Brésil est, dès lors, intéressant à plusieurs titres : le caractère plus informel et fortement polarisé de la structure de classes brésilienne est très fréquemment évoqué dans la littérature sociologique. Il rend particulièrement aigu l’enjeu de la « visibilité » des classes sociales (Perosa, Lebaron & Leite 2015), dans un pays où leur existence, à côté des inégalités ethniques, saute immédiatement aux yeux de l’observateur, même le plus class-blind (aveugle aux classes)10.

Brésil : les classes invisibles dans une société de classes ?

28Il y a peu d’informations qui rendent possible l’évaluation de l’efficience du système de formation ou de certains de ses programmes constitutifs. Les programmes de formation se fondent rarement sur des études du marché de travail ou sont orientés par celles-là. Il n’y a aucun accompagnement systématique des formations et des conditions que trouvent ceux qui ont été formés sur le marché du travail, après avoir finalisé leur formation. En outre, les programmes de formation ne sont pas, en général, articulés avec les rares agences officielles pour l’emploi en fonctionnement. Logiquement, c’est la conséquence d’un problème plus général : la rareté de l’information sur les conditions du marché et sur les modifications de ces conditions. Une classification des professions cohérente et compréhensive est essentielle à l’amélioration des statistiques sur la main-d’œuvre et les méthodes de planification, ainsi qu’au fonctionnement effectif du Service national pour l’emploi. (IPEA 1973, 18-54)

  • 11  Cette catégorie, nécessairement schématique, est reprise de Desrosières (2003). Elle mériterait un (...)

29Cela fait plus de quarante ans que le rédacteur du Projet BRA/70/550 a exposé ainsi les entraves qui justifiaient l’aide technico-institutionnelle du PNUD, de l’UNESCO et du BIT à la planification éducationnelle et aux études sur le marché du travail. À l’apogée de l’État keynésien11, on considérait comme nécessaire le développement d’outils rendant possible la réduction du degré d’incertitude dans le champ de l’action gouvernementale – dans le cas présent, la formation de la main-d’œuvre pour « […] transformer une situation caractérisée par un excès de l’offre de main-d’œuvre sans spécialisation en une situation de rareté de ce type de main-d’œuvre » (IPEA 1973, 16) ; et la réduction du flux migratoire des régions à haute pression populationnelle et faible taux de productivité.

  • 12  MTE (1977). Bien qu’on ait choisi de traduire ocupações par « professions », en référence aux trad (...)
  • 13  Voir spécialement la première partie.
  • 14  Il faut souligner que ce texte a une portée beaucoup plus large, réalisant une très bonne synthèse (...)
  • 15  Il existe peu d’études menées en sciences sociales au Brésil avec des données agrégées et une appr (...)

30Un des premiers résultats du projet BRA/70/550 fut la création, à partir de la CITP-68, de la Classification brésilienne des professions, publiée en 197712. La CBP-1977 eut, pourtant, une infime répercussion sur le débat public, un impact dérisoire sur les politiques de planification et ne suscita qu’un usage restreint dans les analyses des classes sociales. D’un côté, la vieille méfiance des groupes dominant l’État brésilien vis-à-vis de toute forme d’action collective populaire (Cardoso 2010)13 s’est exprimée durant la dictature militaire (1964 1985) au travers, entre autres, d’une politique de déstabilisation de l’action des syndicats (Alves 1985). L’un des moments en fut l’isolement de la confection de la CBP- 1977 et la neutralisation du potentiel politique de la lutte de et pour le classement (Desrosières & Thévenot 1979). D’un autre côté, comme le note Antonio Sérgio Guimarães, pour les sciences sociales dans les années 1970, « il s’agissait de comprendre l’autonomie des revendications ouvrières émergentes. Dans les années 1980, on cherchait à comprendre la force des déterminations des “bases” sur le rôle des syndicats et les revendications de droits subjectifs et collectifs par l’ensemble des “organisations populaires” » (Guimarães 2002, 30)14, questions qui ont été étudiées surtout à partir d’enquêtes qualitatives15.

31L’usage de la CBP-1977 a été encore plus fragilisé avec la longue période de stagnation à partir des années 1980. D’un côté, la récession a conduit à l’interruption, en 1982 et pour des raisons budgétaires, des mises à jour de la classification (Walker & Oliveira 1990, 19 et seq.). D’un autre côté, l’accélération de l’inflation a amené une réduction de la part des revenus du travail dans le revenu total et une élévation de l’inégalité entre les salaires (Baltar 1996). L’ensemble de ces éléments, ajoutés aux changements technologiques et organisationnels de la décennie et à l’ouverture de l’économie brésilienne, ont rendu évident le décalage entre la CBP et le marché du travail.

  • 16  C’est-à-dire le Service national de l’apprentissage industriel (SENAI), la Fondation Institut de r (...)

32Afin de réadapter la CBP et de lui donner un élan nouveau, les travaux conduisant à son actualisation ont commencé, en 1996 et ont été publiés en 2002. La nouvelle CBP a été développée par le ministère du Travail et de l’Emploi (MTE), en partenariat avec l’IBGE, le BIT et d’autres organisations non-gouvernementales brésiliennes16. L’architecture générale de la CBP-2002 a, quant à elle, été développée à partir de la structure de la CITP-88. Elle est organisée en 10 grands groupes, 48 sous-groupes principaux, 192 sous-groupes et 607 familles de professions où sont rassemblés 2 511 professions et 7 419 titres synonymes.

  • 17  Voir « Bases conceituais » (MTE 2010).
  • 18  Par exemple, la famille des professionnels de l’information (2612) regroupe ceux qui « […] rendent (...)

33La première innovation de la CBP-2002 est précisément le glissement d’une classification des professions à une classification des familles de professions. Cela signifie qu’au niveau le plus désagrégé (quatre chiffres), la CBO-2002 est un ensemble structuré de situations semblables d’emplois et/ou de travaux sur la base des activités effectivement réalisées par la personne qui l’exerce17, et non plus sur la base des noms des professions, des fonctions ou des métiers exercés, comme c’était le cas auparavant18.

  • 19  Selon ce que nous indique Claudia Paiva, la responsable de la CBP-2002 auprès du ministère du Trav (...)

34La deuxième innovation est directement liée à la première : chacune de ces familles de professions a été élaborée, à l’aide de la méthode dite Developing a Curriculum (Dacum)19,

[…] par un groupe de 8 à 12 travailleurs du domaine d’activité, au cours d’ateliers de travail d’une durée de trois jours – deux jours de description et un jour de validation par un comité lui aussi constitué de travailleurs du domaine d’activité. Au total, ont été effectuées 1 800 réunions/jour, dans plusieurs régions du Brésil, avec la participation d’environ 7 000 travailleurs salariés ou indépendants, […] 3 000 entreprises, 1 000 syndicats et d’autres organisations de classe. (MTE 2010,7)

  • 20  Il faut souligner, pourtant, que la CBP-2002 soulève certaines difficultés pour la construction de (...)

35Une fois de plus, la CBP est constituée comme un moyen essentiel à la conduite des politiques de formation et de gestion du marché du travail (Paiva 2002). S’il est vrai que la CBP-2002 est devenue une référence pour un ensemble significatif d’institutions et, par conséquent, pour les recherches réalisées à partir des informations produites par ces institutions20, cela ne signifie pourtant pas que les catégories professionnelles ont pu être constituées en tant que principes de mise en relation et d’équivalence entre les personnes (Desrosières & Thévenot 1996, 89 et seq.), et en tant qu’outil d’une approche synthétique des « milieux sociaux » (Desrosières 1984, 8-22).

36D’une part, la « démocratie de faible intensité », fruit de la dictature (Teles & Safatle 2010), les deux décennies de stagnation économique et de précarisation du travail et les nouvelles orientations de l’action syndicale (Antunes 1995 ; Grün 2013) font que la CBP-2002 est essentiellement un « document normalisateur de reconnaissance (au sens classificatoire) » (MTE 2010, 1 – c’est nous qui soulignons) n’impliquant aucune reconnaissance de droits pour les professions classées et donnant seulement aux travailleurs le sentiment d’être « appuyés et valorisés par le fait d’avoir accès à un document fait par le gouvernement, identifiant et reconnaissant leur métier » (MTE 2010a).

  • 21  À partir du recensement réalisé en 2000, les enquêtes de l’IBGE utilisent une version plus agrégée (...)
  • 22  Créée en 1984, l’Association brésilienne des entreprises de sondage est « l’entité privée qui repr (...)
  • 23  Le Critère de classification économique Brésil est une stratégie de segmentation des groupes socia (...)
  • 24  Le débat autour de la construction des versions agrégées des professions sociologiquement pertinen (...)

37D’autre part, indépendamment de sa permanente actualisation et du développement d’une structure de classification compatible avec la CITP-0821, du point de vue du débat public et académique, les catégories professionnelles sont restées à l’ombre des stratifications d’influence américaine, centrées sur le potentiel de consommation (spécialement la segmentation des pouvoirs d’achats établie par l’Association brésilienne des entreprises de recherche – ABEP22 – connue comme « Critère Brésil23 ») ainsi que des classifications (socio‑)logiques construites à partir de cadres théoriques spécifiques24.

  • 25  Neri affirme que « les sociologues peuvent se détendre, car on ne parle pas des classes sociales ( (...)
  • 26  Cet indicateur a pour référence les recherches réalisées par l’institut Gallup dans le monde. L’IF (...)

38L’influence du premier type de classification développé à partir du Critère Brésil a eu son dernier avatar dans les débats autour des changements sociaux vécus par la société brésilienne dans la première décennie des années 2000 et qui ont été marqués par la naissance (ou non) d’une nouvelle classe moyenne ou « nouvelle classe C ». Ces expressions, forgées par Marcelo Neri, président de l’IPEA à l’époque, ont été construites en termes essentiellement « économicistes », renonçant à un usage sociologique des classes, puisque « […] l’argent dans la poche serait […] la partie la plus sensible de l’anatomie humaine25 ». En effet, Neri propose une « définition » de la classe moyenne par le croisement de l’analyse des perspectives des individus (mesurées à travers le Future Felicity Index, IFF26) avec leur potentiel de consommation. Pour lui, la classe moyenne serait cette tranche de la population qui a une perspective de mobilité sociale ascendante et qui a, en moyenne, le revenu per capita moyen des ménages de la société. Pour éviter des tranches statistiquement inconsistantes, Neri polarise les groupes de revenus selon la stratégie de Joan Esteban, Carlos Gradín et Debraj Ray (Esteban, Gradín & Ray 2007 ; Esteban & Ray 1994 ; Scorzafave & Castro 2007) et évalue la relation entre les flux et les stocks de revenus pour chacun des groupes. Ainsi, Neri présente une stratification à travers les tranches de revenus des ménages per capita polarisées.

  • 27  C’est dans la même perspective que la recherche de Bolivar Lamounier et Amaury de Souza (2009) a é (...)
  • 28  Ces critiques peuvent être rassemblées, grosso modo, en trois groupes. Le premier d’entre eux est (...)

39Cette lecture de la société brésilienne – validée socialement dans les secteurs attelés à l’analyse de marché, aux grands moyens de communication et par les agences de marketing (politiques et entrepreneuriales)27 – a fait l’objet de critiques assez sévères provenant des différents groupes de chercheurs en sciences sociales qui ont mis en question non seulement l’équivalence immédiate entre classe et tranche de revenu, mais aussi les effets politico-idéologiques de ces travaux28.

40En ce qui concerne les structures de classe construites à partir de l’agrégation théoriquement orientée des professions, nous porterons notre attention sur les deux schémas les plus courants aujourd’hui dans la sociologie quantitative brésilienne, construits à partir du schéma néowebérien et du schéma néomarxiste. Le premier, développé par Maria Celi Scalon et Carlos A. Costa Ribeiro (Ribeiro & Scalon 2001 ; Ribeiro 2007) à partir des travaux de John Goldthorpe (spécialement l’EGP et le projet CASMIN) et de Nelson do Valle Silva, présente une structure de 19 classes en sa version la plus désagrégée (annexe 4, tableau 2). Il sépare les propriétaires des non-propriétaires, ceux qui ont un contrat de travail restreint (labour contract) de ceux qui ont un contrat en délégant des responsabilités (service relationship), les employés urbains des ouvriers urbains et des travailleurs ruraux. Il croise ces variables avec le niveau de qualification et le secteur d’activité.

41De son côté, le schéma néo-marxiste développé par José Alcides Figueiredo Santos (2002 et 2010) à partir des travaux de Erik Olin Wright présente une structure de 16 situations de classe en sa version la plus désagrégée (annexe 4, tableau 3). Il est organisé autour des droits et des pouvoirs sur les actifs productifs tangibles et intangibles, et souligne les rapports d’exploitation et de domination. Ainsi, il sépare les classes privilégiées qui contrôlent des actifs productifs, les petits auto-entrepreneurs non-précarisés, les employés et ouvriers non-destitués, et les positions les plus dépourvues d’actifs.

  • 29  Il ne s’agit pas ici de défendre ou de critiquer la pertinence sociologique et/ou statistique des (...)

42Lorsqu’on compare la distribution relative de la population active brésilienne par l’intermédiaire de ces différents schémas de « classe29 », on se rend compte immédiatement des distorsions particulières qu’ils produisent (voir infra encadré 4 et annexe 4). En effet, par rapport à la distribution des groupes et sous-groupes de catégories professionnelles de la CBP-2002 – où l’image d’une société centrée sur des professions très peu qualifiées prend forme avec le poids des ouvriers agricoles (8,88 %), des ouvriers de l’extraction et du bâtiment (8,58 %) et des domestiques, éboueurs et balayeurs (7,66 % parmi les 20,2 % du personnel des services directs aux particuliers) –, Marcelo Neri donne l’image d’une société dont la « classe C » regrouperait plus de 50 % des individus, c’est-à-dire une société de « classe moyenne » (au moins au sens statistique du terme).

43Le schéma néo-marxiste fait apparaître une organisation sociale où non seulement le poids des « travailleurs typiques » est assez élevé (32,1 %) mais aussi où ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre représentent presque 80 % des individus. Le schéma néo-wébérien, quant à lui, montre une société où l’on ne trouve pas de différences marquantes dans le poids démographique de chaque classe, à l’exception de la sous-représentation manifeste des petits propriétaires ruraux avec employés (0,5 %) et de la plus forte segmentation du secteur non-manuel non-propriétaire urbain. Enfin, le schéma ESeG offre une représentation intermédiaire entre les deux précédents, mais en donnant une place plus marquante aux petits entrepreneurs (20,4 %) et aux différents sous-groupes des professions intellectuelles et scientifiques, tout en conservant le poids de presque 30 % des groupes dont les activités sont peu qualifiées.

44Comment comprendre alors la position que les catégories professionnelles occupent dans les sciences sociales brésiliennes ? En analysant le peu de visibilité et la faible importance quantitative des recherches en mobilité sociale au Brésil, domaine dans lequel l’usage des catégories professionnelles est essentiel, Nelson do Valle Silva indique qu’il faudrait prendre en compte trois éléments. Le premier serait la prédominance d’une certaine version du marxisme dans les recherches brésiliennes, pour laquelle le sujet obscurcirait les vrais problèmes de classe (dans la mesure où il n’y aurait pas de passerelles consistantes entre classe et catégorie professionnelle). À cet argument, Sonia Larangeira (1999) ajoute la « crise de paradigme » associée à la réception des problématiques issues des prises de position des « nouveaux philosophes » au milieu des années 1980, spécialement le débat autour de la relation entre État et société civile.

Encadré 4 – Distribution relative de la population active brésilienne selon les différents schémas de « classe »

Encadré 4 – Distribution relative de la population active brésilienne selon les différents schémas de « classe »

4.1 - Distribution relative des catégories professionnelles de la CBP-2002 (Brésil, 2012)
Source : Élaboré à partir de la PNAD (2012).

4.2- Distribution relative des catégories de classe dans la version de Marcelo Neri (Brésil, 2009)
Source : Élaboré à partir de Neri (2010).

4.3 - Distribution relative des catégories de classe dans la version néo-wébérienne (Brésil, 2007)
Source : Élaboré à partir de Scalon & Santos (2010).

4.4 - Distribution relative des catégories de classe dans la version néo-marxiste (Brésil, 2008)
Source : Élaboré à partir de Scalon & Santos (2010).

4.5 - Distribution relative des catégories de classe dans la version de l’ESeG (Brésil, 2012)
Source : Élaboré à partir de la PNAD (2012).

45Les deux autres arguments de Silva sont fortement liés : l’identification entre les analyses quantitatives et la sociologie fonctionnaliste américaine résulterait de l’incapacité technique et de l’inappétence pour la statistique des sociologues brésiliens. Ces arguments ont été étendus à toutes les recherches quantitatives en sciences sociales par Gláucio Soares (2005) qui déplore le caractère extrêmement minoritaire des articles et des thèses présents dans les principales revues et universités brésiliennes mobilisant des méthodes quantitatives sophistiquées. Il pense, lui aussi, que le « déficit de formation » est la racine du bas degré d’internationalisation des chercheurs brésiliens – confondant assez souvent recherche qualitative et « essayisme » – et de leur décalage par rapport aux études internationales : faute de formation, une bonne partie de ces spécialistes ne seraient pas capables de lire ces travaux.

  • 30  Selon Wanderley Guilherme dos Santos, la « citoyenneté régulée » est « [...] un concept de citoyen (...)
  • 31  Un bon exemple actuel du décalage entre la CBP et le droit du travail est le débat autour du PL 42 (...)

46Il y a, selon nous, un autre élément important. La position obscurcie des catégories professionnelles en tant qu’indicateur des « groupes sociaux » au Brésil, pourrait être liée à l’instauration d’une « citoyenneté régulée30 » dans le processus de formation du monde du travail. Celle-ci a eu pour conséquence, selon Adalberto Cardoso (2010), l’institutionnalisation et la centralisation des luttes de classes au sein de l’État. L’importation des catégories dans les registres officiels a fait qu’elles reflètent très peu les dynamiques d’une société marquée par la légalisation partielle de certains segments de la main-d’œuvre urbaine. En outre, la CBP ne prétendait pas (et ne prétend pas) traduire et/ou intervenir dans l’état des luttes des différents secteurs de la classe travailleuse pour l’accès, la mise en place et l’expansion des droits sous tutelle de l’État, vu qu’elle ne possédait (et ne possède) pas un effet légal, de sorte qu’elle a toujours occupé une place assez secondaire dans les revendications des travailleurs et syndicats demandant de meilleures conditions de vie et de travail31.

  • 32  Pour une analyse des éléments constitutifs de l’ordre néolibéral, voir entre autres Lebaron (2003) (...)
  • 33  Cependant, il ne faut pas négliger non plus l’importance attribuée par les chercheurs brésiliens à (...)

47Il ne faut pas négliger non plus, dans le destin de la CBP-2002, la prépondérance de l’économétrie au sein de l’État néolibéral (Desrosières 2003). Celle-ci est centrée sur l’analyse des effets dits « toutes choses égales par ailleurs » de variables numériques, spécialement du revenu et du diplôme : pensées dans les cadres cognitifs de la théorie des choix rationnels et du capital humain32, les catégories socioprofessionnelles sont, au mieux, ce qu’il faut expliquer et non un élément d’explication33.

48Ainsi, au Brésil, la faible objectivation des structures de classe dans une nomenclature qui reste peu connue, reconnue et mobilisée par les acteurs n’est pas associée à un intérêt limité pour les structures de classes de la part des sociologues et des sciences sociales. Elle permet surtout de rendre compte du paradoxe d’une société dans laquelle les enjeux de classe sont omniprésents et l’appareil statistique officiel reste peu mobilisé par les chercheurs et les acteurs sociaux pour définir les groupes et leurs rapports, mesurer les inégalités et les dynamiques qui les caractérisent. À l’opposé, la France est caractérisée, depuis les années 1950, par une plus forte intégration entre l’appareil statistique, le jeu des acteurs sociaux et la recherche en sciences sociales. À l’échelle de l’Europe cependant, l’harmonisation lacunaire des statistiques sociales, mollement portées par les acteurs politiques et sociaux, conduit aussi à une situation de faible visibilité, qui rapproche finalement la situation européenne de celle du Brésil. Les inégalités de classe y sont également importantes, mais elles sont redoublées par des inégalités entre pays tout aussi profondes. La faiblesse de l’unification sociale de l’Europe conduit ainsi à une autre forme d’invisibilisation des classes sociales. Dans les deux cas (Europe et Brésil), la problématisation et l’objectivation des structures sociales sont faiblement adossées à l’utilisation d’une nomenclature pouvant être interprétée comme instrument d’analyse des réalités de classes.

Conclusion : vers une perspective globale ?

49L’impulsion internationale qui a résulté de la rénovation de l’ISCO en 2008, puis de la création récente de l’ESeG par Eurostat, pourrait se traduire par des évolutions dans les différents contextes nationaux, d’autant qu’elle survient au moment-même où le rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi met l’accent sur la nécessité de mesures des inégalités économiques et sociales et promeut une réforme radicale de la statistique publique (Stiglitz, Sen & Fitoussi 2009). Plus encore, elle devrait inciter à développer le projet d’une nomenclature des groupes sociaux à l’échelle transnationale. La situation actuelle de crise de l’ordre néolibéral est sans doute propice à la rénovation et à la mobilisation d’une analyse de classes, dans la mesure où le renouveau de l’attention aux nomenclatures s’accompagne d’un très fort regain d’intérêt pour les inégalités socioéconomiques, en comparaison internationale mais aussi dans une perspective globale.

  • 34  Cela correspond au thème d’un séminaire de recherche du laboratoire Printemps, animé par Céline Du (...)
  • 35  Pour une présentation générale de l’ESeG, voir Amar, Gleizes & Meron (2014), Amar & Meron (2015).

50La perspective proposée ici consiste précisément à articuler une sociologie de la quantification et une sociologie quantitative des inégalités34. Dans le cas brésilien, il s’agit surtout de mettre en valeur les catégories professionnelles déjà présentes dans les statistiques publiques et de rendre possible des comparaisons internationales plus étendues, en pensant le Brésil comme un « cas particulier des possibles » en matière de rapports de classe, caractérisé par leur omniprésence sociale et leur visibilité politique relativement faible. On pourrait ainsi appréhender la réalité brésilienne à partir du cadre des European Socio-economic Groups (ESeG)35 et, réciproquement, mieux comprendre la portée et les limites d’une nomenclature européenne à partir de la réalité d’un pays émergent aux rapports de classe singuliers.

51Une sociologie globale pourrait ainsi, à l’avenir, se nourrir de la confrontation non seulement des données, mais aussi des nomenclatures et de leur histoire. Cela contribuerait à rendre possible un travail plus systématique dans la perspective de l’analyse de processus sociaux globaux.

Annexe 1 – Population active totale du Brésil par industrie et par profession (milliers), 2007

Annexe 1 – Population active totale du Brésil par industrie et par profession (milliers), 2007

Source : Laborsta, (BA) Enquête sur la main-d’œuvre.
*1- Membres de l’exécutif et des corps législatifs, cadres supérieurs de l’administration publique, dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise.

Annexe 2 – Population active totale de la France par industrie et par profession (milliers), 2007

Annexe 2 – Population active totale de la France par industrie et par profession (milliers), 2007

Source : Laborsta, (BA) Enquête sur la main-d’œuvre.
*1 - Membres de l’exécutif et des corps législatifs, cadres supérieurs de l’administration publique, dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise.

Annexe 3 – Architecture générale de l’EseG et sa correspondance à la CITP-08

Annexe 3 – Architecture générale de l’EseG et sa correspondance à la CITP-08

Source : Élaboré à partir de Groupe de travail de l’ESeG (2015).

Annexe 4 – Tableaux de la distribution relative de la population active brésilienne selon les différents schémas de « classe »

Titre du grand groupe

%

Titre des principaux sous-groupes

%

0. Membres de l’armée et auxiliaires

1,02

01-Militaires de l’aéronautique

02- Militaires de l’armée

03- Militaires de la marine

04- Policiers militaires

05- Pompiers militaires

0,11

0,24

0,08

0,51

0,08

1. Dirigeants en général (public et privé)

4,9

11- Cadres supérieurs et dirigeants (public)

12- Cadres supérieurs et dirigeants (privé)

13-Gérants

0,30

1,29

3,32

2. Professions intellectuelles et scientifiques

8,94

20- Spécialistes poli-scientifiques

21- Spécialistes des sciences exactes, physique et ingénierie

22- Spécialistes des sciences biologiques et de la santé

23- Professeurs (avec niveau supérieur)

24- Spécialistes des sciences juridiques

25- Spécialistes des sciences sociales et humaines

26- Communicateurs, artistes et religieux

0,01

0,93

1,26

3,48

0,74

1,45

1,07

3. Professions intermédiaires

6,71

30- Techniciens polyvalents

31- Techniciens des sciences exactes, physique et ingénierie

32- Techniciens des sciences biologiques, biochimiques et de la santé

33- Professeurs (sans niveau supérieur)

34- Techniciens dans les services de transport

35- Techniciens dans les sciences administratives

37- Techniciens dans les services culturels, des communications et du sport

39- Autres technicien

0,04

1,41

1,18

0,81

0,09

2,40

0,49

0,29

4. Employés des services administratifs

10,01

41- Employés de bureau

42- Employés de réception, caissiers et assimilés

6,88

3,13

5. Employés des services directs aux particuliers, commerçants et vendeurs

30,44

51- Personnels des services directs aux particuliers

52- Commerçants et vendeurs

20,20

10,24

6. Agriculteurs et ouvriers de l’agriculture

13,82

61- Agriculteurs et éleveurs

62- Ouvriers agricoles

63- Pêcheurs, chasseurs et trappeurs

64- Conducteurs de matériels motorisés agricoles et forestier

3,68

8,88

0,92

0,34

7. Ouvriers dans la production des biens et services industrieux et de réparation et manutention

19,71

71- Métiers de l’extraction et du bâtiment

72- Métiers de la métallurgie, de la construction mécanique et assimilés

73- Monteurs et réparateurs, électronique et télécommunications

74- Mécaniciens-réparateurs d’instruments de précision et de musique

75- Joailliers, potiers, souffleurs de verre et assimilés

76- Ouvriers de l’industrie textile, de l’habillement, du cuir et des arts graphiques

77- Ouvriers de l’industrie du bois, du meuble et assimilés

78- Conducteurs d’installations et de machines, et ouvriers de l’assemblage

8,58

1,87

0,30

0,02

0,09

2,69

0,71

5,45

8. Ouvriers de l’industrie dans des processus continus et autres industries

1,91

81- Ouvriers des industries de processus continus et d’autres industries

82- Conducteurs des industries sidérurgiques et du bâtiment

83- Conducteurs des industries de production de cellulose, de papier, de carton et assimilés

84- Conducteurs de l’industrie agroalimentaire

86- Conducteurs d’installations de traitement et distribution d’énergie, de l’eau et assimilés

87- Autres ouvriers industriels élémentaires

0,33

0,25

0,06

1,05

0,09

0,13

9. Ouvriers de réparation et manutention mécanique

2,54

91- Mécaniciens et ajusteurs

95- Installateurs et réparateurs, équipements électriques

99- Autres ouvriers de la conservation, manutention et réparation

1,79

0,32

0,43

Total

100,00

100,00

1 – Distribution relative des catégories professionnelles de le CBP-2002 (Brésil, 2012)
Source : Élaboré à partir des données de la PNAD (2012).

Secteur

%

Code

Nom

%

Classes non-manuelles non-propriétaires urbaines

29,90

I

II

IIIa1

IIIa2

IIIb1

IIIb2

Cadres administratifs, haut niveau

Cadres administratifs, bas niveau

Non-manuels de routine, haut niveau (bureau)

Non-manuels de routine, haut niveau (supervision)

Non-manuels de routine, bas niveau (bureau)

Non-manuels de routine, bas niveau (services)

4,20

5,10

7,30

3,60

7,30

2,40

Classes propriétaires urbaines

8,20

IVa

IVb

Classes propriétaires, employeurs

Petits propriétaires sans employés

3,60

4,60

Classes propriétaires rurales

5,30

IVc2

IVc1

Petits propriétaires ruraux sans employés

Petits propriétaires ruraux avec employés

4,80

0,50

Classes manuelles non-propriétaires urbaines

50,90

V

VIa

VIb

VIc

VIIa1

VIIa2

VIIa3

VIIa4

Techniciens et superviseurs du travail manuel

Manuels qualifiés, industrie moderne

Manuels qualifiés, industrie traditionnelle

Manuels qualifiés, services

Manuels non-qualifiés, industrie

Manuels non-qualifiés, services

Manuels non-qualifiés, service domestique

Manuels non-qualifiés, ambulants

3,10

5,90

7,70

4,70

6,50

9,80

10,60

2,60

Classes rurales

5,70

VIIb

Travailleurs manuels ruraux

5,70

Total

100,00

100,00

2 – Distribution relative des catégories de classe dans la version néo-webienne (Brésil, 2007)
Source : Élaboré à partir de Scalon & Santos (2010)..

%

Code

Positions de classe

%

Position de classe privilegiée

11,20

1.1

1.2

1.3

1.4

1.5

Capitaliste et fermier

Spécialiste auto-entrepreneur

Gérant

Employé spécialiste

Petit employeur

0,50

1,00

2,50

3,70

3,50

Controleurs de peu d’actifs*

9,60

2.1

2.2

Auto-entrepreneur avec des actifs

Auto-entrepreneur agricole

7,00

2,60

Classe travailleuse non-démunie

40,00

3.1

3.2

3.3

Employé qualifié

Superviseur

Travailleur typique

6,60

1,30

32,10

Positions de classe démunies

39,20

4.1

4.2

4.3

4.4

4.5

4.6

Travailleur élémentaire

Auto-entrepreneur précaire

Employé domestique

Travailleur agricole précaire

Travailleur de subsistance

Travailleur excédent

9,90

7,60

6,90

1,60

4,00

9,20

Total

100,00

100,00

3 – Distribution relative des catégories de classe dans la version néo-marxiste (Brésil, 2008)
Source : Élaboré à partir de Scalon & Santos (2010).
* Les travailleurs non-rémunérés incorporés à l’entreprise ne sont pas comptés.

Groupes

%

Sous-groupes

%

1. Cadres dirigreants

5,31

1.1- Chefs d’entreprises, hors hotellerie, restauration, commerce

1.2- Chefs d’entreprises, hotellerie, restauration, commerce

1.3- Cadres dirigeants salariés, hors hotellerie, restauration, commerce

1.4- Cadres dirigeants et gérants, hotellerie, restauration, commerce

1,09

1,28

0,97

1,96

2. Professions intellectuelles et scientifiques

9,75

2.1- Ingénieurs et spécialistes des sciences, des techniques, des technologies de l’information et des communications

2.2- Médecins et professionnels de santé

2.3- Cadres administratifs, financiers et commerciaux

2.4- Professionnels de la justice, des sciences sociales et de la culture

2.5- Enseignants et professionnels de l’enseignement

0,94

1,25

0,98

2,28

4,30

3. Professions intermédiaires salariées

10,64

3.1- Professions intermédiaires des sciences, des techniques, des technologies de l’information et des communications

3.2- Professions intermédiaires salariées de la santé

3.3- Professions intermédiaires de finance, vente et administration

3.4- Professions intermédiaires des services juridiques, des services sociaux et assimilés

3.5- Sous-officiers des forces armées

2,33

1,12

6,39

0,28

0,53

4. Petits entrepreneurs (non-salariés)

20,40

4.1- Exploitants agricoles

4.2- Commerçants et assimilés

4.3- Artisans

4,42

8,15

7,83

5. Employés qualifiés

9,93

5.1- Employés de bureau et assimilés

5.2- Employés de réception, guichetiers et assimilés

5.3- Aides-soignants, gardes d’enfants et aides-enseignants

5.4- Personnels des services de protection et de sécurité et des armées

2,54

3,31

1,76

2,32

6. Ouvriers qualifiés salariés

14,52

6.1- Ouvriers qualifiés de la construction, sauf électriciens

6.2- Ouvriers qualifiés de l’alimentation, du travail sur bois, de l’habillement

6.3- Ouvriers qualifiés de la métallurgie, de la construction mécanique, de l’imprimerie, de l’électricité et de l’électronique

6.4- Conducteurs de machines et d’installations fixes, ouvriers qualifiés de l’assemblage

6.5- Conducteurs de véhicules et de matériels et engins mobiles

4,50

2,96

3,09

0,63

3,34

7. Salariés peu qualifiés

29,45

7.1- Personnels de services et employés de commerces

7.2- Ouviers peu qualifiés et manœuvres

7.3- Agents d’entretien

7.4- Ouvriers agricoles

4,87

0.96

14,09

9,53

Total

100,00

100,00

4 – Distribution relative des catégories de classe dans la version ESeG (Brésil, 2012)

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Alves, Maria Helena Moreira. 1985. Estado e oposição no Brasil (1964-1984). Petrópolis: Vozes.

Amar, Michel, François Gleizes & Monique Meron. 2014. « Les Européens au travail en sept catégories socio-économiques. » In La France dans l’Union européenne – Insee Références – Édition 2014. http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?id=642&nivgeo=0 (consulté le 10 mars 2015).

Amar, Michel & Monique Meron. 2015. « Présentation des travaux de l’ESSnet ESeG au CNIS, 10 avril 2014. » http://www.cnis.fr/files/content/sites/Cnis/files/Fichiers/commissions/emploi_qualification_revenus_du_travail/2014/documents_preparatoires/DPR_2014_1re_reunion_COM_emploi_ESSnet_EseG.PDF (consulté le 10 mars 2015).

Antunes, Ricardo. 1995. O novo sindicalismo no Brasil. Campinas: Pontes.

Antunes, Ricardo & Ruy Braga, dir. 2009. Infoproletários: degradação real do trabalho virtual. São Paulo: Boitempo.

Antunes, Davi, Denis Gimenez & Waldir Quadros. 2013. « Afinal, somos um país de classe média? Mercado de trabalho, renda e transformações sociais no Brasil dos anos 2000. » In A « nova classe média » no Brasil como conceito e projeto político, dirigé par Dawid Danilo Bartelt, 32-41. Rio de Janeiro: Fundação Heinrich Böll.

Baltar, Paulo Eduardo de Andrade. 1996. « Estagnação da economia, abertura e crise do emprego urbano no Brasil. » Economia e Sociedade 6: 75-111.

Beaud, Stéphane & Michel Pialoux.1999. Retour sur la condition ouvrière. Paris : Fayard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bertoncelo, Edson Ricardo Emiliano. 2010. « Classes sociais e estilo de vida na sociedade brasileira. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.
DOI : 10.11606/T.8.2010.tde-02052011-161849

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bidet, Alexandra et al. 2012. « Ce que la socio-économie fait aux classes sociales : renouveau ou disparition ? » Revue française de socio-économie 10. http://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2012-2-page-219.htm (consulté le 7 avril 2015).
DOI : 10.3917/rfse.010.0219

Brousse, Cécile. 2008. « ESeC, projet européen de classification socio-économique. » Courrier des statistiques 125 : 27-36

Brousse, Cécile et al. 2010. « L’évaluation du prototype ESeC : le bilan tiré de l’expérience française. » INSEE – DSDS, Document de travail, n° F1005. http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/docs_doc_travail/docf1005.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Cardoso, Adalberto. 2010. Formação da sociedade do trabalho no Brasil: uma investigação sobre a persistência secular das desigualdades. Rio de Janeiro: Editora da FGV.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Chauvel, Louis. 2001. « Le retour des classes sociales ? » Revue de l’OFCE 79 : 315-359.
DOI : 10.3917/reof.079.0315

Conselho Regional de Medicina de São Paulo (CREMESP). 2012. « Salário médico. » Jornal do CREMESP 291: 8-9.

Dardot, Pierre & Christian Laval. 2010. La Nouvelle Raison du monde : essai sur la société néolibérale. Paris : La Découverte.

Desrosières, Alain. 1984. « Des individus aux ménages : l’étude des milieux sociaux par les catégories socioprofessionnelles. » Données sociales, INSEE : 8-21.

Desrosières, Alain. 2003. « Historiciser l’action publique, l’État, le marché et les statistiques. » In Histoire de l’action publique, dirigé par Pascale Laborier & Danny Trom, 207-221. Paris : PUF.

Desrosières, Alain. 2014. Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques. Paris : La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Desrosières, Alain & Laurent Thévenot. 1979. « Les mots et les chiffres : les nomenclatures socio-professionnelles. » Économie et Statistique 110 : 49-65.
DOI : 10.3406/estat.1979.4260

Desrosières, Alain & Laurent Thévenot. 1996. « Les catégories socioprofessionnelles. » Paris : La Découverte.

Erikson, Robert, John Harry Goldthorpe & Lucienne Portocarero. 1979. « Intergenerational Class Mobility in Three Western European Societies. » British Journal of Sociology 30: 415-441.

Esteban, Joan & Debraj Ray. 1994. « On the Measure of Polarization. » Econometrica 62: 819-852.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Esteban, Joan, Carlos Gradín & Debraj Ray. 2007. « An Extension of a Measure of Polarization with an Application to the Income Distribution of Five OECD Countries. » Journal of Economic Inequality 5: 1-19.
DOI : 10.1007/s10888-006-9032-x

Filhon, Alexandra et al. 2013. « Un projet de nomenclature socioprofessionnelle européenne. » Sociologie 4. https://sociologie.revues.org/2033 (consulté le 9 septembre 2015).

Franco, Gustavo H. B. 2013. « Índices de felicidade e desenvolvimento econômico. » In Grandes lições, dirigé par Artur Santos Silva & António Pinto Ribeiro, 183-212. Lisboa: Tinta-Da-China.

Garcia-Parpet, Marie-France & Julien Duval, dir. 2012. Dossier « Sociologie et économie des biens symboliques. » Revue française de socio-économie. 10. http://rfse.univ-lille1.fr/spip.php?article130 (consulté le 7 avril 2015).

Greenwood, Adriana Mata. 2004. « Updating the International Standard Classification of Occupations, ISCO-08. » http://unstats.un.org/unsd/class/intercop/training/escwa04/escwa04-9.PDF (consulté le 16 mars 2015).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Grün, Roberto. 2013. « A dominação financeira no Brasil contemporâneo. » Tempo social 25: 179-213.
DOI : 10.1590/S0103-20702013000100010

Guimarães, Antonio Sérgio Alfredo. 2002. Classes, raças e democracia. São Paulo: Editora 34.

Hasenbalg, Carlos & Nelson do Valle Silva. 1988. Estrutura social, mobilidade e raça. Rio de Janeiro: Vértice.

Hasenbalg, Carlos & Nelson do Valle Silva. 2003. Origens e destinos. Desigualdades sociais ao longo da vida. Rio de Janeiro: Topbooks.

Harrison, Eric & David Rose, dir. 2010. Social Class in Europe: An Introduction to the European Socio-Economic Classification. New York: Routledge.

Helliwell, John, Richard Layard et Jeffrey Sachs, dir. 2012. « World Happiness Report. » http://issuu.com/earthinstitute/docs/world-happiness-report (consulté le 29 septembre 2015).

Hetzel, Anne-Marie, Josette Lefèvre, René Mouriaux & Maurice Tournier. 1998. Le Syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990). Paris : Syllepse.

Husson, Michel. 2013. « La formation d’une classe ouvrière mondiale. » Note Hussonet 64. http://hussonet.free.fr/classow.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hutchinson, Bertrand. 1957. « The Social Grading of Occupations in Brazil. » British Journal of Sociology 8: 176-189.
DOI : 10.2307/587369

Hutchinson, Bertrand. 1960. Mobilidade e trabalho. Rio de Janeiro: Centro Brasileiro de Pesquisas Educacionais.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE). 2006. Isaac Kerstenetzky: legado e perfil. Rio de Janeiro: IBGE/Centro de Documentação e Disseminação de Informações. http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/monografias/GEBIS%20-%20RJ/ColecaoMemoriaInstitucional/08-Legado%20e%20Perfil%20-%20Isaac%20Kerstenetzky.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). 2003. « PCS 2003 – Profession 311b Médecins libéraux généralistes. » http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---dcomm/---publ/documents/publication/wcms_172572.pdf (consulté le 10 mars 2015).

Instituto de Planejamento Econômico e Social (IPEA). 1973. Planejamento de recursos humanos: projeto do governo brasileiro, em cooperação com o Programa das Nações Unidas para o Desenvolvimento (BRA/70/550). Brasília: IPEA.

International Labour Organization (ILO). 2012. International Standard Classification of Occupations: Structure, Group Definitions and Correspondence Tables. ISCO-08. Vol. 1. International Labour Office: Genève. http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---dcomm/---publ/documents/publication/wcms_172572.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Jorge, Ângela Filgueiras et al. 1984. « Categorias sócio-ocupacionais: uma perspectiva para análise da força de trbalho e da distribuição de rendimentos no Brasil. » IBGE/Departamento de Estudos e Indicadores Sociais. http://www.abep.nepo.unicamp.br/docs/anais/pdf/1984/T84V01A03.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Kerstenetzky, Celia Lessa & Christiane Barbosa Eluan Uchôa. 2013. « Moradia inadequada, escolaridade insuficiente, crédito limitado: em busca da nova classe média. » In A « nova classe média » no Brasil como conceito e projeto político, dirigé par Dawid Bartelt, 16-31. Rio de Janeiro: Fundação Heinrich Böll.

LABORSTA. Base des données. http://laborsta.ilo.org (consulté le 7 avril 2015).

Lamounier, Bolívar & Amaury de Souza. 2009. A classe média brasileira: ambições, valores e projetos. Rio de Janeiro: Elsevier.

Larangeira, Sônia M. G. 1999. « Mobilidade Social (Comentário Crítico). » In O que ler na ciência social brasileira (1970-1995), dirigé par Sergio Miceli, 95-107. São Paulo: Sumaré.

Lebaron, Frédéric. 2003. Le Savant, le politique et la mondialisation. Bellecombe-en-Bauges : Croquant.

Lima, Lunie Imamura de & Pedro José Steiner Neto. 2010. « Tipologia de empresas de pesquisa de mercado no Brasil: uma análise das empresas associadas à ABEP. » Revista Científica Eletrônica OPET 3: 1-22. http://www.opet.com.br/faculdade/revista-cc-adm/pdf/n3/TIPOLOGIA-DE-EMPRESAS-DE-PESQUISA-DE-MERCADO-NO-BRASIL.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Lopes, Juarez Brandão. 1971. Sociedade industrial no Brasil. São Paulo: DIFEL.

Marshall, Gordon. 1997. Repositioning Class. Inequality in Industrial Societies. Londres: Sage.

Mills, Charles Wright, 1956. White Collar: the American Middle Classes. New York: Oxford University Press.

Ministério do Trabalho e do Emprego (MTE). 1977. Classificação Brasileira de Ocupações: CBO. Brasília: Secretaria de Emprego e Salário.

Ministério do Trabalho e do Emprego (MTE). 2002. Classificação Brasileira de Ocupações: CBOhttp://www.sine.rn.gov.br/contentproducao/aplicacao/sine/arquivos/pdf/cbo2002livro1.pdfhttp://www.sine.rn.gov.br/contentproducao/aplicacao/sine/arquivos/pdf/cbo2002livro2.pdfhttp://www.sine.rn.gov.br/contentproducao/aplicacao/sine/arquivos/pdf/cbo2002livro3.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Ministério do Trabalho e do Emprego (MTE). 2010. Classificação Brasileira de Ocupações: CBO. 3 vols. Brasília: MTE, SPPE. http://wp.ufpel.edu.br/observatoriosocial/files/2014/09/CBO-Livro-1.pdfhttp://wp.ufpel.edu.br/observatoriosocial/files/2014/09/CBO-Livro-2.pdfwww.mtecbo.gov.br/cbosite/pages/download?tipoDownload=3 (consulté le 9 septembre 2015).

Minitério do Trabalho e do Emprego (MTE). 2010a. Edital de chamada pública de parcerias SPPE/MTE no 22/2010. http://portal.mte.gov.br/data/files/FF8080812B
D96D6A012BE35B079A48CB/chp_SPPE_22_2010.pdf
(consulté le 9 septembre 2015).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Neyret, Guy & Hedda Faucheux. 2002. « Extraits du rapport “Évaluation de la pertinence des catégories socioprofessionnelles”. » Sociétés contemporaines 45/46 : 131-155.
DOI : 10.3917/soco.045.0131

Neri, Marcelo. 2008. « O índice da felicidade futura (IFF). » O Valor Econômico A11, 9 septembre.

Neri, Marcelo. 2010. A nova classe média brasileira: o lado brilhante dos pobres (the bright side of the poor). Rio de Janeiro: FGV/CPS.

Neri, Marcelo. 2012. A nova classe média: o lado brilhante da base da pirâmide. São Paulo: Saraiva.

Nolan, Peter, Liu Chunhang & Jin Zhang. 2007. Global Business Revolution and the Cascade Effect: Systems Integration in the Aerospace, Beverages and Retail Industries. Basingstoke: Palgrave.

Organisation internationale du travail (OIT). 2007. « Rapport de la Réunion d’experts des statistiques du travail. » Genève : Bureau International du Travail (BIT). http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_norm/---relconf/documents/meetingdocument/wcms_091171.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Paiva, Cláudia. « A nova classificação brasileira de ocupações – CBO 2000. » 2002. In Mercado de trabalho e dinâmica ocupacional: seminário internacional. Brasília: SENAI. http://www.senai.br/repertorio/mercado/trans/claudiapaiva.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Pastore, José. 1979. Desigualdade e mobilidade social no Brasil. São Paulo: T. A. Queiroz.

Pastore, José & Nelson do Valle Silva. 2000. Mobilidade social no Brasil. São Paulo: Makron.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Penissat, Étienne & Jay Rowell. 2012. « Note de recherche sur la fabrique de la nomenclature socio-économique européenne EseC. » Actes de la recherche en sciences sociales 191/192 : 126-135.
DOI : 10.3917/arss.191.0126

Pereira, Edmeire C. & Ângela Maria Oliveira. 2004. « Os bibliotecários e os profissionais independentes em informação à luz da nova Classificação Brasileira de Ocupações (CBO 2002). » Revista Eletrônica de Biblioteconomia e Ciência da Informação 18: 107-124.

Perosa, Graziela Serroni, Frédéric Lebaron & Cristiane Kerches da Silva Leite. 2015. « O espaço das desigualdades educativas em São Paulo. » Pró-Posições 26: 99-118.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Pierru, Emmanuel & Alexis Spire. 2008. « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles. » Revue française de science politique 58 : 457-481.
DOI : 10.3917/rfsp.583.0457

Pochmann, Marcio. 2012. Nova classe média? O trabalho na base da pirâmide social brasileira. São Paulo: Boitempo.

Pochmann, Marcio. 2014. O mito da grande classe média: capitalismo e estrutura social. São Paulo: Boitempo.

Préteceille, Edmond & Luiz Cesar de Queiroz Ribeiro. 1999. « Tendências da segregação social em metrópoles globais e desiguais: Paris e Rio de Jnaeiro nos anos 1980. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 40: 143-162.

Quadros, Waldir. 2008. « Estratificação social no Brasil: o efeito demográfico. »Textos para discussão. IE/UNICAMP 151: 1-15. http://www.eco.unicamp.br/docdownload/publicacoes/textosdiscussao/texto151.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Quadros, Waldir. 2008a. « A evolução da estrutura social brasileira: notas metodológicas. » Textos para discussão. IE/UNICAMP 148: 1-45. http://www.eco.unicamp.br/docdownload/publicacoes/textosdiscussao/texto148.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Quadros, Waldir. 2015. « Paralisia econômica, retrocesso social e eleições. » Textos para discussão. IE/UNICAMP 249: 1-12. http://plataformapoliticasocial.com.br/wp-content/uploads/2015/01/TD_WaldirQuadros012015.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1965. « Les classes sociales dans le Brésil actuel. » Cahiers Internationaux de Sociologie 39 : 37-69.

Ribeiro, Carlos Antonio Costa. 2007. Estrutura de classe e mobilidade social no Brasil. São Paulo: EDUSC.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Ribeiro, Carlos Antonio Costa & Maria Celi Scalon. 2001. « Mobilidade de classes no Brasil em perspectiva comparada. » Dados 44. http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0011-52582001000100004&script=sci_arttext (consulté le 9 septembre 2015).
DOI : 10.1590/S0011-52582001000100004

Ribeiro, Luiz Cesar de Queiroz & Luciana Corrêa do Lago. 2000. « O espaço social das grandes metrópoles brasileiras: Rio de Janeiro, São Paulo e Belo Horizonte. » Cadernos Metrópole 4: 173-203. http://revistas.pucsp.br/index.php/metropole/article/view/9300/6904 (consulté le 9 septembre 2015).

Rocha, Sônia. 2008. O Brasil dividido. Espacialização alternativa e pobreza. Rio de Janeiro: Publit.

Rocha, Sonia. 2013. Allocations sociales et pauvreté au Brésil. Le bon combat ? Paris : Éditions de la MSH.

Salama, Pierre. 2012. Les Économies émergentes latino-américaines : entre cigales et fourmis, Paris : Armand Colin.

Salata, André Ricardo. 2012. « Notas sobre a tese da nova classe média brasileira. » Observatório das Metrópoles. http://www.observatoriodasmetropoles.net/download/texto_andre_salata_classe_media.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Salata, André Ricardo. 2014. « Identidades e classificações: um estudo sobre classe média no Brasil. » In Anais do 38º Encontro Anual da ANPOCS: GT03 – As classes sociais no Brasil contemporâneo. http://www.anpocs.org/portal/index.php?option=com_docman&task=doc_details&gid=8840&Itemid=456 (consulté le 9 septembre 2015).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Salata, André Ricardo. 2014a. « Quem é classe média no Brasil? Um estudo sobre identidades de classe. » Thèse de sociologie. Rio de Janeiro : UFRJ.
DOI : 10.1590/00115258201540

Salata, André Ricardo & Maria Celi Scalon. 2012. « Uma nova classe média no Brasil da última década? O debate a partir da perspectiva sociológica. » Revista Sociedade e Estado 27: 387-407.

Santos, Wanderley Guilherme dos. 1979. Cidadania e justiça. Rio de Janeiro: Campus.

Santos, José Alcides Figueiredo. 2002. Estrutura de posições de classe no Brasil. Belo Horizonte: Editora da UFMG.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Santos, José Alcides Figueiredo. 2010. « Comprehending the Class Structure Specificity in Brazil. » South African Review of Sociology 41: 24-44.
DOI : 10.1080/21528586.2010.516119

Santos, José Alcides Figueiredo & Maria Celi Scalon. 2010. « Desigualdade, classe e estratificação social. » In Horizonte das Ciências Sociais: Sociologia, dirigé par Carlos Benedito Martins & Heloisa Helena T. de Souza Martins, 79-106. São Paulo: Barcarolla.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Scalon, Maria Celi. 1998. « Mapeando estratos: critérios para escolha de uma classificação. » Dados 41: 337-376.
DOI : 10.1590/S0011-52581998000200003

Scalon, Maria Celi. 1999. Mobilidade social no Brasil: padrões e tendências. Rio de Janeiro: Revan.

Scalon, Maria Celi. 2013. « Social Stratification and Its Transformation in Brazil. » In Handbook on Social Stratification in the BRIC Countries. Change and Perspective, dirigé par Li Peilin, Celi Scalon, M. K. Gorshkov & K. L. Sharma, 3-19. Singapure/Londres/New Jersey: World Scientific.

Scheffer, Mário, dir. 2011. Demografia médica: dados gerais e descrição de desigualdade. São Paulo: CREMESP/CFM.

Scheffer, Mário, dir. 2013. Demografia médica: cenários e indicadores de distribuição. São Paulo: CREMESP/CFM.

Scorzafave, Luiz Guilherme & Sueli Aparecida Correa e Castro. 2007. « Ricos? Pobres? Uma análise da polarização da renda para o Brasil 1981-2003. » Pesquisa e Planejamento Econômico 37 (2): 283-298.

Scott, John. 1996. Stratification and Power: Structure of Class, Status and Command. Cambridge: Polity Press.

Silva, Nelson do Valle. 1974. Posição social das ocupações. IBGE, miméo. http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv14077.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Silva, Nelson do Valle. 1979. « Duas faces da mobilidade » In Dados n. 21: 49-67.

Silva, Nelson do Valle. 1992. Uma classificação ocupacional para o estudo da mobilidade e da situação do trabalho no Brasil. Rio de Janeiro: Iuperj/LNCC, manuscrit.

Silva, Nelson do Valle. 1999. « Mobilidade social. » In O que ler na ciência social brasileira (1970-1995), dirigé par Sergio Miceli, 55-94. São Paulo: Editora Sumaré.

Soares, Gláucio Ary Dillon. 2005. « O calcanhar metodológico da ciência política no Brasil. » Sociologia, Problemas e Práticas 48: 27-52.

Souza, Jessé. 2000. A modernização seletiva: uma reinterpretação do dilema brasileiro. Brasília: Editora da UnB.

Souza, Jessé, dir. 2006. A invisibilidade da desigualdade brasileira. Belo Horizonte: Editora da UFMG.

Souza, Jessé. 2009. A ralé brasileira: quem é e como vive. Belo Horizonte: Editora da UFMG.

Souza, Jessé, dir. 2012. Os batalhadores brasileiros: nova classe média ou nova classe trabalhadora? Belo Horizonte: Editora da UFMG.

Souza, Jessé. 2013. « Em defesa da sociologia: o economicismo e a invisibilidade das classes sociais. » Revista brasileira de sociologia 1: 129-158.

Stiglitz, Joseph E., Amartya Sen & Jean-Paul Fitoussi. 2009. Rapport de la commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social. http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/dossiers_web/stiglitz/doc-commission/RAPPORT_francais.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Teles, Edson & Vladimir Pinheiro Safatle, dir. 2010. O que resta da ditadura: a exceção brasileira. São Paulo: Boitempo.

Uchôa, Christiane Barbosa Eluan. 2014. « Introduzindo a perspectiva do estilo de vida no debate sobre a assim chamada nova classe média. » Thèse de doctorat en sociologie. Niterói: UFF.

Uchôa, Christiane Barbosa Eluan & Celia Lessa Kerstenetzky. 2012. « É a “nova classe média” classe média? O que diz a Pesquisa de Orçamentos Familiares (2008-2009). » CEDE. Texto para Discussão 66. http://www.proac.uff.br/cede/sites/default/files/TD66.pdf (consulté le 9 septembre 2015).

Uchôa, Christiane Barbosa Eluan, Celia Lessa Kerstenetzky & Nelson do Valle Silva. 2013. « Padrões de consumo e estilos de vida: em busca da nova classe média. » In Anais do 37º Encontro Anual da ANPOCS : ST33 – As classes sociais no Brasil contemporâneo. http://www.anpocs.org/portal/index.php?option=com_docman&task=doc_details&gid=8635&Itemid=459 (consulté le 9 septembre 2015).

Walker, Robert K. & Luiz Severino Macedo de Oliveira. 1990. « Ex-Post Impact. Evaluation of Human Resources Development-Related Areas of a Series of Four Projects in Brazil: 1970-1990. » Report to United Nations Development Program.

Xavier Sobrinho, Guilherme Gaspar de Freitas. 2011. « Classe C e sua alardeada ascensão: Nova? Classe? Média? » Indicadores Econômicos FEE 38: 67-80.

Haut de page

Notes

1  Le phénomène est parallèle au déclin des mots « prolétariat », « classe ouvrière », « classes sociales » dans l’espace public et, en particulier au sein des organisations syndicales en France (Hetzel, Lefèvre, Mouriaux & Tournier 1998).

2  Le projet ESeG incite justement à mener ce travail à l’échelle de l’UE comme nous le verrons plus loin.

3  Il faut noter, pourtant, qu’aux yeux du Conseil fédéral de médecine, la distinction la plus importante est celle entre les médecins généralistes et les médecins spécialistes qui, d’ailleurs, ont des caractéristiques (âge, genre, revenus, origines, etc.) et distributions au sein du territoire brésilien bien différentes. Voir Scheffer (2011 et 2013) et CREMESP (2012).

4  Dans ce sens, on note en particulier que l’ensemble des psychologues, psychanalystes et psychothérapeutes sont, selon l’INSEE, des professionnels de la santé, parce qu’ils réalisent des activités de soin et d’accompagnement des patients touchés par un certain genre de pathologies et ces activités sont normalement réalisées de manière indépendante alors que, pour l’IBGE, ils sont des professionnels des sciences sociales et humaines (au même titre que les sociologues ou les philosophes), parce que leurs activités sont centrées sur les comportements des êtres humains et se réalisent strictement à travers la parole. Ainsi, dans un cas l’accent est mis sur la fonction de la profession (le soin de quelqu’un de « malade » en vue d’une guérison), dans l’autre sur l’activité prétendument objective des professionnels dans l’exercice du métier (la « guérison » par la parole).

5  Pour une première approximation entre les structures socio-occupationnelles de la France et du Brésil, voir Préteceille & Ribeiro (1999), repris dans Ribeiro & Lago (2000).

6  Parmi une abondante littérature, voir Nolan, Chunhang & Zhang (2007), Antunes & Braga (2009), Salama (2012), Husson (2013).

7  Voir par exemple Marshall (1997).

8  Ces nomenclatures sont utilisées notamment dans le cadre du Research Committee 28 de l’Association internationale de sociologie. Voir Marshall (1997).

9  Pour une critique de l’ESeC, voir Brousse et al. (2010), Brousse (2008), Penissat & Rowell (2012), Filhon et al. (2013).

10  Sur la « visibilité » ou l’« invisibilité » des inégalités et des rapports de classe au Brésil, comparer Cardoso (2010) et Souza (2006).

11  Cette catégorie, nécessairement schématique, est reprise de Desrosières (2003). Elle mériterait une discussion approfondie qui n’entre pas dans le cadre de cet article.

12  MTE (1977). Bien qu’on ait choisi de traduire ocupações par « professions », en référence aux traductions de la nomenclature du BIT, il faut souligner que les deux termes ne désignent pas forcément les mêmes objets. En effet, comme l’ont déjà remarqué Edmond Préteceille et Luiz Cesar de Queiroz Ribeiro (1999), le fait que l’IBGE utilise le terme « occupation » (et non « profession ») exprime le fort degré d’instabilité et le bas niveau d’institutionnalisation des relations de travail au Brésil.

13  Voir spécialement la première partie.

14  Il faut souligner que ce texte a une portée beaucoup plus large, réalisant une très bonne synthèse des débats autour des classes sociales dans les sciences sociales brésiliennes entre les décennies 1940 et 1990.

15  Il existe peu d’études menées en sciences sociales au Brésil avec des données agrégées et une approche quantitative jusqu’au milieu des années 1970, à l’exception des travaux de Bertram Hutchinson (1960), Maria Isaura Pereira de Queiroz (1965) et Juarez Brandão Lopes (1971). En effet, selon ce que nous indique Carlos Antonio Costa Ribeiro, « la majorité des recensements, à l’exception de celui de 1960, fournissait seulement des tableaux déjà publiés et non les bases de données qui rendraient possible d’élaborer de nouvelles classifications. Sans ces données, l’étude et l’analyse du développement de la structure de classes au Brésil étaient assez limitées. C’est seulement à partir de 1973, avec la réalisation par l’IBGE de la première Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios (PNAD) [Recherche nationale par échantillon des ménages], représentative de la population nationale, que les chercheurs en sciences sociales ont pu accéder à des données fiables pour décrire la structure de classes nationale et sa relation avec d’autres formes d’inégalités observées dans le pays » (Ribeiro 2007, 102). Il faut ajouter que toute la dynamique des enquêtes réalisées par l’IBGE (comme les délimitations des thématiques, les politiques d’accès aux données, la relation de l’IBGE avec d’autres institutions, etc.) a été très fortement renouvelée sous la direction de l’économiste Isaac Kerstenetzky qui a présidé la Fondation IBGE entre 1970 et 1979 (IBGE 2006).

16  C’est-à-dire le Service national de l’apprentissage industriel (SENAI), la Fondation Institut de recherches économiques (FIPE-USP), la Fondation pour le développement de l’UNICAMP (FUNCAMP) et la Fondation pour le développement de la recherche (FUNDEP-UFMG).

17  Voir « Bases conceituais » (MTE 2010).

18  Par exemple, la famille des professionnels de l’information (2612) regroupe ceux qui « […] rendent disponibles des informations sur n’importe quel support ; gèrent des unités comme les bibliothèques, centres de documentation, centres d’information et analogues, et aussi des réseaux et systèmes d’information. Ils font le traitement technique et développent des ressources informatiques ; disséminent des informations avec l’objectif de faciliter l’accès et la production des connaissances ; réalisent des études et recherches ; réalisent la diffusion culturelle ; réalisent des actions éducatives » (MTE 2010). Ainsi, la famille 2612 regroupe entre autres les bibliothécaires, les bibliographes, les gestionnaires d’information, les scientifiques de l’information, les documentalistes, les spécialistes en documentation, les analystes d’information en réseaux. Pour une critique plus détaillée de cette famille de professions de la CBO-2002, voir Pereira & Oliveira (2004).

19  Selon ce que nous indique Claudia Paiva, la responsable de la CBP-2002 auprès du ministère du Travail et de l’Emplois (Dacum) : « C’est une méthode d’analyse des professions, Developing a Curriculum, très utilisée aux États-Unis et au Canada ; c’est la méthode de l’entreprise CAPRA, qui a eu beaucoup de succès et aujourd’hui nous est familière. […] Cette méthode s’adapte parfaitement aux objectifs qu’on avait, parce qu’elle utilise une méthodologie qui incorpore aux tâches de description l’ensemble des travailleurs qui réalisent des fonctions dans les professions sélectionnées, au lieu de laisser à un expert la description d’une réalité qui n’est pas vécue, en changeant aussi la manière dont on travaille la description par rapport à celle de la CBP-1977. » (Paiva 2002, 23)

20  Il faut souligner, pourtant, que la CBP-2002 soulève certaines difficultés pour la construction des séries historiques, surtout par l’emploi des différents niveaux d’agrégation et, marginalement, du fait de l’extinction/création des professions.

21  À partir du recensement réalisé en 2000, les enquêtes de l’IBGE utilisent une version plus agrégée de la CBP-2002, intitulée Classificação de Ocupações Domiciliares [Classification des professions domiciliaires] – COD. Pour rendre plus faciles les comparaisons internationales, la COD a incorporé les actualisations de la CITP-08 à partir de 2010, ce qui les rend compatibles au deuxième niveau de la nomenclature. Il faut noter, pourtant, que si officiellement la COD-2010 devrait être utilisée dans toutes les enquêtes de l’IBGE, lorsqu’on regarde l’Annexe I (Composition des groupements des professions) de la PNAD 2012 ou 2013, on voit qu’en effet la version actualisée de la nomenclature n’a pas été mise en place.

22  Créée en 1984, l’Association brésilienne des entreprises de sondage est « l’entité privée qui représente l’activité de sondage de marché, d’opinion et des médias dans le pays. Elle a son siège à São Paulo et compte aujourd’hui [2010] environ 180 entreprises associées, regroupant plus de 90 % des parts de ce marché. Près de 20 d’entre elles ont des liens de partenariat et de participations avec des groupes internationaux » (Limas & Steiner Neto 2010, 3).

23  Le Critère de classification économique Brésil est une stratégie de segmentation des groupes sociaux selon la mesure du volume de certains biens et services et du diplôme du chef de ménage. La mensuration se fait en attribuant à chaque bien, service ou diplôme une pondération déterminée dont la somme de l’ensemble correspond à une certaine tranche de pouvoir d’achat. Dans la version actuelle, l’ABEP segmente la société brésilienne selon les groupes de pouvoir d’achat suivants : E, D, C2, C1, B2, B1, A2, A1.

24  Le débat autour de la construction des versions agrégées des professions sociologiquement pertinentes pour la compréhension des dynamiques de la société brésilienne est assez vaste et dépasse les objectifs de cet article. En dehors des schémas de classe qui seront présentés à la suite du texte (voir infra), on se limitera ici à mentionner les travaux séminaux de Nelson do Valle Silva qui a développé, dans un premier temps, une échelle métrique pour mesurer les statuts socioéconomiques des professions au travers du volume typique de « culture » (mesuré au travers de l’éducation formelle) et des « opportunités dans la vie » (mesurées par le revenu) caractéristiques des individus qui les exercent (Silva 1974). Plus tard, il a développé une structure de 18 classes à partir de l’agrégation de l’ensemble des catégories professionnelles selon le degré d’homogénéité des positions sur le marché et dans le travail (Silva 1992 ; Hasenbalg & Silva 1988). Celles-ci ont été ensuite synthétisées par Celi Scalon dans un schéma avec neuf classes (Scalon 1999). On peut mentionner également, entre autres, l’Échelle de prestige des professions de Bertram Hutchinson (1957 et 1960), l’Échelle ordinale de similarités de statuts socioéconomiques de José Pastore (Pastore 1979 ; Pastore & Silva 2000), l’agrégation des professions à partir de l’insertion dans la production en 46 classes proposée par Angela Filgueiras Jorge et al. (1984).

25  Neri affirme que « les sociologues peuvent se détendre, car on ne parle pas des classes sociales (classe ouvrière, bourgeoisie, capitalistes, etc.) mais des tranches économiques, c’est-à-dire, de l’argent dans la poche qui serait, selon les économistes, la partie la plus sensible de l’anatomie humaine » (Neri 2012, 17).

26  Cet indicateur a pour référence les recherches réalisées par l’institut Gallup dans le monde. L’IFF est construit à partir de questions directement destinées à mesurer le degré de satisfaction des interviewés dans le présent et par rapport au passé (5 ans) et au futur (5 ans), avec pour référence la « meilleure vie » qu’ils peuvent imaginer pour eux-mêmes. Cet indicateur est intégré dans le « World Happiness Report », coordonné par les économistes John Helliwell, Richard Layard et Jeffrey Sachs (2012). Voir aussi : Franco (2013) et Neri (2008).

27  C’est dans la même perspective que la recherche de Bolivar Lamounier et Amaury de Souza (2009) a été réalisée sous le patronage de la Confédération nationale de l’industrie (CNI). L’unique question que cette recherche ajoute aux résultats présentés auparavant par Neri est celle de la durabilité de ce « nouveau » groupe social. En effet, la persistance des indicateurs d’expansion de la nouvelle classe moyenne dépendrait à la fois des facteurs économiques (essentiellement, d’une plus grande déréglementation de l’économie et d’une réduction de l’intervention de l’État dans l’économie, à l’exemple de ce qui a été fait dans les années 1990), du renforcement, au travers du système éducatif et de la réduction des impôts, d’un ethos entrepreneurial et d’une éthique du travail et de la potentialisation de la capacité de cette « nouvelle » frange de la population à faire valoir son capital social pour qu’elle puisse donner une expression politique à ses valeurs et attentes. Celles-ci, comme celles de la « vielle classe moyenne », seraient caractérisées par la volonté d’arrêter « l’échelle de transgression » caractéristique du « patrimonialisme », de la corruption et de la mentalité étatique. Pour une critique détaillée de cette recherche, voir la Conclusão de Souza (2012).

28  Ces critiques peuvent être rassemblées, grosso modo, en trois groupes. Le premier d’entre eux est celui rattaché à l’Institut d’économie de l’UNICAMP qui, partant d’une hiérarchie des professions (Pochmann 2012 et 2014) et d’une analyse des classes moyennes centrée sur les formulations de Clifford Wrigth Mills (Antunes, Gimenes & Quadros 2013 ; Quadros 2008, 2008a et 2015), montre une stratification plus détaillée et statistiquement plus fine, mais essentiellement économiciste. Le second, derrière l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), établit une critique des deux visions et s’oriente vers une analyse quantitative structurée selon le modèle établi par Erikison, Goldthorpe & Portocarero (1979) en la croisant avec des variables liées au standard de consommation (Salata & Scalon 2012 ; Salata 2014 et 2014a). Enfin, les groupes issus de l’Université fédérale Fluminense (UFF) et de l’Université fédérale de Juiz de Fora (UFJF) formulent leur critique à partir de la combinaison des strates de revenus avec d’autres variables liées à la consommation, au niveau d’éducation, à l’accès au crédit et à la race. Cette série de recherches qui se dit inspirée des travaux de Bourdieu parvient effectivement à expliciter les limites des analyses essentiellement économiques – par exemple, le fait que 3,6 % des foyers (environ 390 000) avec des revenus de « nouvelle classe moyenne » enquêtés dans l’État de Rio de Janeiro ne disposent pas de toilettes ; ou que moins de 15 % des personnes de 19 à 29 ans aient fréquenté l’enseignement supérieur (Uchôa & Kerstenetzky 2012 ; Kerstenetzky & Uchôa 2013 ; Uchôa 2014) – et à présenter une série de caractéristiques qualitatives spécifiques de quelques groupes sociaux dénommés par eux les « racailles » (Souza 2009) et les « batailleurs » (Souza 2012 et 2013).

29  Il ne s’agit pas ici de défendre ou de critiquer la pertinence sociologique et/ou statistique des différents schémas, ce qui est impossible sans la mobilisation d’un ensemble d’autres variables, méthodes et problématiques qui échappent aux prétentions de cet article. On se propose ici seulement d’indiquer quelques-unes des conséquences de choix théoriques différents. Une discussion plus détaillée de ces schémas est développée par Bertoncelo (2010).

30  Selon Wanderley Guilherme dos Santos, la « citoyenneté régulée » est « [...] un concept de citoyenneté dont les racines se trouvent non dans un code des valeurs politiques, mais dans un système de stratification des professions, et […], en plus, ce système de stratification professionnelle est défini par une norme légale. En d’autres termes, sont citoyens tous les membres d’une communauté qui se trouvent localisés au sein de n’importe laquelle des professions reconnues et définies dans la loi. Ainsi, l’extension de la citoyenneté se fait plutôt au travers de la réglementation des nouvelles professions et/ou occupations et, par conséquent, par l’extension de la portée des droits associés à ces professions, et l’expansion des valeurs inhérentes au concept de membre de la communauté. La citoyenneté est intégrée à la profession et les droits du citoyen se limitent aux droits procurés par la place qu’il occupe dans le processus productif, tel qu’il est reconnu par la loi. Ainsi, tous les autres, dont la profession est ignorée par la loi, deviennent des pré-citoyens » (Santos 1979, apud. Cardoso 2010, 169). Il faut y ajouter qu’Adalberto Cardoso souligne trois autres aspects importants de cette conception : la législation du travail au Brésil a créé un continuum entre exclusion et inclusion de sorte qu’une même personne peut, tout au long de sa vie, alterner des périodes de citoyenneté et de pré-citoyenneté ; les droits sont ainsi vécus comme des privilèges et l’inclusion comme une promesse. La citoyenneté régulée établit en droit le modèle d’homme que ses promoteurs voulaient faire exister.

31  Un bon exemple actuel du décalage entre la CBP et le droit du travail est le débat autour du PL 4211/2012 (appelé aussi PL Gabriela Leite) qui propose la réglementation de la prostitution en tant que profession car, même si elle n’a pas encore été « légalisée », elle est déjà reconnue par la CBP depuis 2005.

32  Pour une analyse des éléments constitutifs de l’ordre néolibéral, voir entre autres Lebaron (2003), Dardot & Laval (2010).

33  Cependant, il ne faut pas négliger non plus l’importance attribuée par les chercheurs brésiliens à la comparaison internationale rendue possible grâce à leurs modèles théoriques.

34  Cela correspond au thème d’un séminaire de recherche du laboratoire Printemps, animé par Céline Dumoulin et Nicolas Robette. Nos réflexions doivent beaucoup aux discussions et réflexions menées dans le cadre de ce séminaire.

35  Pour une présentation générale de l’ESeG, voir Amar, Gleizes & Meron (2014), Amar & Meron (2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Population active par profession (CITP-88), 2007
Légende Source : Laborsta, Enquête sur la main-d’oeuvre. *1 Membres de l'exécutif et des corps législatifs, cadres supérieurs de l'administration publique, dirigeants et cadres supérieurs d'entreprise
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Encadré no 1 – Les médecins dans la nomenclature des PCS de l’INSEE
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Encadré n2 – Les médecins dans la CBP-2002 de l’IBGE
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Encadré no 3 – La Classification internationale type des professions (CITP-08)
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure no 2 – Répartition des actifs ayant un emploi selon les catégories socioéconomiques par grandes régions européennes
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Encadré 4 – Distribution relative de la population active brésilienne selon les différents schémas de « classe »
Légende 4.1 - Distribution relative des catégories professionnelles de la CBP-2002 (Brésil, 2012)Source : Élaboré à partir de la PNAD (2012).
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 4.2- Distribution relative des catégories de classe dans la version de Marcelo Neri (Brésil, 2009)Source : Élaboré à partir de Neri (2010).
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 4.3 - Distribution relative des catégories de classe dans la version néo-wébérienne (Brésil, 2007)Source : Élaboré à partir de Scalon & Santos (2010).
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende 4.4 - Distribution relative des catégories de classe dans la version néo-marxiste (Brésil, 2008)Source : Élaboré à partir de Scalon & Santos (2010).
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende 4.5 - Distribution relative des catégories de classe dans la version de l’ESeG (Brésil, 2012)Source : Élaboré à partir de la PNAD (2012).
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Annexe 1 – Population active totale du Brésil par industrie et par profession (milliers), 2007
Légende Source : Laborsta, (BA) Enquête sur la main-d’œuvre.*1- Membres de l’exécutif et des corps législatifs, cadres supérieurs de l’administration publique, dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Annexe 2 – Population active totale de la France par industrie et par profession (milliers), 2007
Légende Source : Laborsta, (BA) Enquête sur la main-d’œuvre.*1 - Membres de l’exécutif et des corps législatifs, cadres supérieurs de l’administration publique, dirigeants et cadres supérieurs d’entreprise.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Annexe 3 – Architecture générale de l’EseG et sa correspondance à la CITP-08
Légende Source : Élaboré à partir de Groupe de travail de l’ESeG (2015).
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/1721/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Lebaron et Lucas Page Pereira, « Outils statistiques, outils d’analyse : les nomenclatures socioprofessionnelles et les classes sociales en Europe et au Brésil », Brésil(s), 8 | 2015, 37-72.

Référence électronique

Frédéric Lebaron et Lucas Page Pereira, « Outils statistiques, outils d’analyse : les nomenclatures socioprofessionnelles et les classes sociales en Europe et au Brésil », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://bresils.revues.org/1721 ; DOI : 10.4000/bresils.1721

Haut de page

Auteurs

Frédéric Lebaron

Frédéric Lebaron est professeur de sociologie à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Articles du même auteur

Lucas Page Pereira

Lucas Page Pereira est doctorant en sociologie dans la même université.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org