Navigation – Plan du site
Dossier – Classes sociales et rapports de classes

Les rapports de classe dans les approches ethnographiques de la sociologie brésilienne

As relações de classe nas abordagens etnográficas da sociologia brasileira
Class Relations in the Ethnographic Approches of the Brazilian Sociology
Nicolas Fayette
p. 17-36

Résumés

Ce texte discute l’apport d’enquêtes récentes sur les rapports de classe au Brésil. L’auteur fait le constat que les études ethnographiques sur le sujet sont rares en dépit de leur intérêt évident en termes de données et de perspectives d’analyse. Il le montre en se servant de textes consacrés aux étudiants pauvres à l’université, mais aussi en décrivant les pratiques de consommation populaires et les rapports de classe au sein d’établissements psychiatriques. Ces contributions montrent en particulier que les rapports de classe ne peuvent être devinés a priori puisqu’ils dépendent du contexte des interactions, des situations économiques et sociales locales et des représentations mutuelles des groupes en présence.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juin 2014 ; approuvé en mars 2015.

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre dans un autre contexte l’expression légèrement critique de Masson (2008, 121).
  • 2 On laissera de côté ici la production anthropologique brésilienne qui, du fait de l’extrême diversi (...)

1La rareté des études ethnographiques sur les classes sociales dans la sociologie brésilienne est un fait qui ne peut manquer de surprendre l’observateur extérieur. Il existe une longue tradition au Brésil de travaux de morphologie sociale ou d’études à dimensions historiques sur l’évolution des groupes sociaux (par exemple à l’Université de São Paulo dans la lignée de Florestan Fernandes). Le lecteur a également facilement accès à une littérature inspirée du marxisme attachée à un point de vue global sur les rapports de classe et mêlant « un mode de pensée juridique soucieux des délimitations des classes sociales à un substantialisme induit par une réification inhérente à l’utilisation de catégories formelles1 ». D’autre part, les travaux influencés par l’œuvre de Pierre Bourdieu – qui ont fait florès depuis les années 1980 notamment avec la reprise de la théorie des classes sociales sous-jacente aux analyses de La Distinction (1979) – nourrissent un nombre important d’enquêtes empiriques pour la plupart réalisées à partir d’entretiens formels ou d’analyses statistiques. Par contre, il est beaucoup plus rare de lire des recherches issues d’un fieldwork prenant comme sujet central les classes sociales ou les relações de classe 2.

  • 3 Pour une enquête récente sur l’histoire des rapports entre les sciences sociales brésiliennes et le (...)

2Si le temps et les investissements que représente l’insertion prolongée dans un milieu peuvent jouer en la défaveur du développement d’enquêtes ethnographiques (Masson & Suteau 2006), une « histoire des pratiques » de la sociologie brésilienne révèlerait sans doute plus spécifiquement des freins liés à la place prépondérante qu’ont occupée les discussions théoriques et politiques au sein de la formation universitaire et de la recherche (Brochier 2009). D’un point de vue thématique, il convient de prendre en compte le net reflux qu’a connu le concept de classe dans l’agenda international des sciences sociales depuis les années 1980, à la faveur d’une lecture progressivement pluridimensionnelle de la domination articulant les concepts de classe, de race et de genre (Dorlin 2009). Si cette nouvelle donne a incontestablement enrichi l’analyse des inégalités, elle a relégué au second rang l’étude des rapports de classe dans un champ intellectuel brésilien déjà fortement mobilisé contre le mythe politique de la « démocratie raciale », toujours vivace dans la perception qu’a la société brésilienne d’elle-même3. Il faut toutefois nuancer ce recul des études portant sur les classes sociales brésiliennes : si tel a été incontestablement le cas des analyses marxiennes, un intense débat touchant un secteur spécifique de la structure sociale a éclos au cours des quinze dernières années.

  • 4  C’est le cas du programme Bolsa família et des politiques de discriminations positives en directio (...)
  • 5  À titre d’exemple, l’étude de Comin et Barbosa (2011) discute des effets relatifs aux évolutions d (...)
  • 6 La reconnaissance des « nouvelles classes moyennes » est devenue un lieu commun des discours médiat (...)

3En effet, le Brésil a bénéficié sur cette période d’une forte croissance économique et mis en place – sous l’impulsion du président Lula durant son premier mandat – un certain nombre de réformes redistributives et de politiques de « discrimination positive » en direction des classes sociales défavorisées4. Ces politiques publiques, visant tout à la fois à éradiquer l’extrême pauvreté, à stimuler la demande intérieure (en favorisant l’accès au crédit) et à ajuster les qualifications professionnelles aux nouvelles exigences du marché du travail, ont conduit à des changements sociaux importants propres à questionner la structure et les rapports des classes5 : de façon classique, l’amélioration rapide des conditions matérielles d’existence d’une fraction substantielle des classes populaires, alliée à une scolarisation prolongée de leurs enfants, a fourni à la sociologie brésilienne le cadre d’un débat sur la « moyennisation » de la société. Cette focalisation thématique entretenue par ses enjeux médiatiques et politiques6 a su alimenter une controverse à proprement parler académique. D’un côté, une lecture « économique » de la classe moyenne utilise prioritairement le revenu et la consommation comme critères d’appartenance, la « nouvelle classe moyenne », dénommée « classe C » sur une échelle allant de A (+) à E (-), constituant le groupe social dorénavant majoritaire (Neri 2008). De l’autre, une lecture « sociologique » dénonce le réductionnisme d’une telle approche, incapable selon elle de prendre en considération les dominations culturelles et symboliques ainsi que le maintien des inégalités en termes d’espérances relatives de mobilité résidentielle, professionnelle ou scolaire vis-à-vis des « classes moyennes traditionnelles » (Scalon & Salata 2012).

4Toutefois, force est de constater que ce « retour des classes sociales » comme champ d’investigation de la sociologie brésilienne n’a pas bousculé les pratiques d’enquête héritées des années 1980 : les « formules de recherche » (Chapoulie 1991) des sociologues se composent très majoritairement d’analyses multivariées à partir de questionnaires ou de bases de données statistiques et d’entretiens le plus souvent semi-dirigés en situation formelle d’interview, que celles-ci discutent et défendent une théorie des classes sociales de tradition marxiste, wébérienne ou qu’elles cherchent à opérer leur synthèse (Bertoncelo 2010 et 2013). Or, l’activité de recherche du sociologue, identifiée à des méthodes de recueil, d’interprétation et de restitution des données (Masson 2008), conditionne les possibilités formelles d’appréhension des rapports sociaux. De ce point de vue, une formule de recherche relativement originale dans l’étude des rapports de classe au Brésil, l’enquête adoptant une démarche ethnographique, est particulièrement intéressante. Parce que l’observation représente sa facette la plus caractéristique (Peneff 2009), l’enquête ethnographique recèle un potentiel important de découvertes concernant la vie sociale des groupes concernés. En effet, en cherchant à « découvrir les catégories de description les plus efficaces, qui tiennent compte à la fois de ce que font les indigènes et de la signification, à leurs propres yeux, de ce qu’ils font » (Weber 2000, 89), les enquêtes constituées d’une part d’observation permettent de mettre au jour des relations concrètes et visibles et dépassent ainsi certaines limites que les discours sur les pratiques imposent en termes d’approches objectives de ces pratiques.

5Dans cet article, seront abordées de façon détaillée quatre enquêtes qui se confrontent à la question des inégalités sociales à partir d’instances de socialisation (quartier, travail, hôpital, université) qui, par définition, rendent possible une ethnographie des rapports de classe, c’est-à-dire une observation durable et répétée, non pas forcément des mêmes individus, mais des mêmes groupes sociaux. Dans un contexte fortement marqué par les changements sociaux évoqués plus haut, certaines de ces enquêtes tendent à actualiser la structure de classe de la société brésilienne en se focalisant sur les rapports sociaux d’une classe en particulier (Castilhos 2012 ; Souza 2010), tandis que d’autres privilégient l’analyse des interactions de classe que produit l’évolution des secteurs de la santé (Rosa & Campos 2013) et de l’éducation (Cigalo 2012) au sein d’organisations formelles. In fine, il s’agit ici de rendre compte des liens entre pratiques ethnographiques et raisonnements explicatifs lorsque l’objet de l’enquête porte en premier lieu sur les rapports de classe sociale. L’une des conséquences a été de distinguer les apports respectifs des types de fieldwork en matière d’étude des relations entre membres de classes sociales différentes et au sein d’une même classe.

Rapports sociaux et structure de classe

6Cette partie aborde la formule de recherche majoritaire des enquêtes ethnographiques qui traitent directement ou indirectement des rapports de classe brésiliens. Elle consiste à construire son objet d’enquête à partir d’une catégorie permettant d’étudier en profondeur les rapports sociaux d’une classe sociale. Ces catégories peuvent être de natures diverses. Par exemple, on y trouve fréquemment les quartiers d’habitation, les lieux de travail, les réseaux de sociabilité ou encore l’étude d’une profession. Ces enquêtes ont notamment permis d’enrichir la connaissance des classes populaires qui étaient souvent saisies, jusqu’à la fin des années 1970, à partir de la notion de classe ouvrière (Schwartz 1998 ; Sader & Paoli 1986). Comme cela a été rappelé plus haut, un pan important de la société brésilienne a connu depuis les années 2000 une nette augmentation de son niveau de vie, entraînant de nouvelles attentes et de nouvelles stratégies, mais aussi de nouvelles résistances des « anciennes » classes moyennes, renforçant les mécanismes de concurrence, notamment sur le marché scolaire public et privé (Costa & Koslinski 2011). En l’absence d’enquêtes transversales et/ou longitudinales importantes sur les classes sociales, la frontière entre classes populaires et « nouvelles classes moyennes » est particulièrement difficile à tracer. Des analyses des quartiers populaires montrent l’émergence d’une « élite populaire ». Ses conditions matérielles d’existence, son style de vie et les processus de distinction qu’elle met en œuvre vis-à-vis des fractions de classe subalternes se construisent à partir d’une identification aux valeurs de la classe moyenne, notamment en termes de rapport à la consommation (Chauvel & Mattos 2008).

7C’est dans cette perspective que Rodrigo Castilhos (2007) a réalisé dans les années 2000 une monographie d’un quartier populaire de Porto Alegre afin d’y étudier le rôle de la consommation dans les stratégies de distinction entre familles de ce quartier. Il y analyse les différents types de biens consommés, la forme que prend cette consommation, notamment à travers le crédit ou l’épargne, son usage différencié et les représentations qui l’accompagnent. Ces observations le conduisent à déterminer les propriétés des « subdivisions » à l’intérieur des classes populaires du quartier et à dégager les « éléments structurels de distinction » qui leur sont associés. Le premier élément structurel de distinction est le type d’activité professionnelle, déterminant à la fois les capacités économiques d’une famille mais reflétant aussi son statut social : avoir un travail fixe, légal et qui « rapporte » met à distance les familles les plus précaires qui en sont dépourvues. Un autre facteur de distinction est celui du « savoir dépenser » : les « élites » du quartier réprouvant le « gaspillage » dans les jeux, l’alcool ou l’alimentation au profit d’une consommation légitimée par le changement de statut qu’elle permettrait. Cette consommation, fondée sur l’investissement dans des « biens durables » (électroménager, voiture…) s’identifierait donc aux valeurs des classes moyennes. Enfin, un autre type de distinction se rapporte à la sociabilité, certaines familles cherchant à établir un réseau avec les « élites » du quartier. Aussi la hiérarchisation sociale se fonde tant sur l’ostentation, à travers par exemple la possession d’une voiture, une maison « mise en valeur » et « bien tenue », que sur un ethos valorisant la politesse, l’épargne ou encore la discipline des enfants.

  • 7 « La famille typique de la “ralé” est une famille monoparentale – avec un changement fréquent de fi (...)

8Le sociologue Jessé Souza et son équipe (Souza 2010) se sont consacrés à l’étude empirique de cette « nouvelle classe moyenne » pour, justement, réfuter cette appellation et la lecture strictement économique qui lui est associée. À partir d’un cadre analytique emprunté à Bourdieu, l’auteur estime que cette élite des classes subalternes est privée des propriétés dont sont dotées les classes moyennes comme leur « bonne volonté culturelle », leur capacité à se rapprocher des goûts des classes dominantes ou encore à adopter leur hexis corporelle. Si toutefois elle se distingue des classes les plus défavorisées – que l’auteur dans un texte antérieur (Souza 2009) nomme par provocation la ralé, la populace – c’est principalement en vertu du « capital familial » sur lequel elle s’appuie, qui consiste en une famille structurée et solidaire, contrairement à celle « typique » de la ralé qui serait quasi frappée d’anomie7. Ce « capital familial » serait notamment déterminant pour l’émergence d’une « éthique du travail » à partir de laquelle ces élites n’auraient pas rejoint les classes moyennes, mais se seraient muées en une nova classe trabalhadora. Jessé Souza défend moins une analyse en termes de mobilité entre deux classes sociales qu’un changement de propriétés d’une partie des classes dominées elles-mêmes, ce qui se traduit dans son travail par l’invention d’une nouvelle classe, à mi-chemin entre la ralé et les classes moyennes, composée de batalhadores, de « battants laborieux ». Ainsi, cette perspective d’une division extrêmement marquée entre les conditions d’existence des dominés est à rapprocher des analyses en termes d’underclass (Wilson 1994) qui empêchent, contrairement à la position précédente de Castilhos, d’envisager sous la même catégorie unifiante de « classes populaires » (Schwartz 1998) les segments de la ralé et de la nova classe trabalhadora.

9L’analyse prend appui sur des enquêtes ethnographiques dans des milieux professionnels tels que celui du télémarketing ou des marchés de rue. L’équipe de Jessé Souza reprend la théorie dispositionnelle de Bernard Lahire (2002) à partir de la présentation de récits de vie et d’observations de certains acteurs. La démarche des chercheurs consiste à déceler dans leur matériel empirique les « dispositions » spécifiques des batalhadores produites par la rencontre de l’habitus de classe de la ralé avec les éléments contextuels de leur trajectoire biographique. La relative homogénéité de ces dispositions reflèterait in fine une appartenance de classe commandée par les besoins du capitalisme financier postfordiste (responsabilisation individuelle des parcours professionnels, nouvelle culture managériale). À ce titre, les auteurs font la démonstration du caractère particulièrement éprouvant des conditions de travail qui sévissent dans les centres d’appel de télémarketing en analysant minutieusement une journée de travail type d’un jeune batalhador au bas de l’échelle de l’entreprise, c’est-à-dire d’un conseiller téléphonique. La pression psychologique des superviseurs, le contrôle permanent des attitudes et du travail réalisé, la cadence infernale des appels, les pauses courtes et chronométrées conduisent ce salarié à un état d’épuisement physique (tendinite, mal de tête…) et moral qui rappelle les conditions de travail des ouvriers de l’industrie. En conséquence, il lui est impossible de suivre une formation dans un établissement supérieur (privé) tant qu’il restera dans l’entreprise, contrairement à une autre enquêtée, superviseuse quant à elle, qui suit parallèlement un cursus de gestion des ressources humaines. Le parcours universitaire de cette dernière s’explique pour les auteurs par les injonctions parentales à l’effort et à la réalisation d’études, par ses conditions de travail moins difficiles que celles des conseillers téléphoniques et, surtout, par son « incorporation de nouveaux schémas économiques postfordistes qui prennent forme dans sa vision de sacrifice personnel au travail et de l’impossibilité de faire son chemin sans effort personnel » la conduisant à percevoir « sa domination non comme imposée de l’extérieur par un monde cruel mais comme quelque chose de voulu et d’intériorisé au même titre que son modèle de vie réussie » (Souza 2010, 77). Selon les auteurs, le « taylorisme du travail intellectuel » dont témoigne l’industrie du télémarketing donne à voir l’utilité réelle de la « démocratisation scolaire » touchant le lycée et les « petites études », à savoir « la constitution d’une véritable armée de réserve à la scolarité minimale adaptée au travail précaire » (Souza 2010, 63).

10C’est au sein du travail consacré au marché nordestin de Caruaru que l’équipe de Jessé Souza introduit un portrait général de la classe des batalhadores, séparant les salariés (vendeurs, techniciens, comptables, contremaîtres…) des entrepreneurs (petits indépendants du commerce, de l’industrie, de l’agriculture, de l’artisanat...). Ces deux fractions ont en commun :

1) Une origine familiale structurée, une enfance vécue avec le père et la mère ensemble sans difficultés matérielles pressantes ; 2) Une disposition pour le travail intense et honnête, qui s’accompagne d’un désir de dignité ; 3) Des capacités économiques de base pour le calcul et l’administration. (Souza 2010, 171)

11Toutefois les deux groupes seraient séparés par des habiletés différentes concernant le leadership ou la capacité à mobiliser ses forces pour « se dépasser ».

  • 8 « Ce n’est pas tant le dispositif lui-même qui surprend que son contenu et ce au plus près des indi (...)
  • 9 L’usage du concept de disposition est particulièrement extensif dans l’enquête de Jessé Souza, ce q (...)

12Ces conclusions sont le fruit d’une vaste enquête empirique – dont les différentes étapes, détaillées dans une note de bas de page, montrent qu’elle s’est appuyée sur des observations, des entretiens, des documents administratifs. Malheureusement, la recherche n’est restituée qu’à travers la construction d’un « idéal-type » du batalhador, personnage fictif nommé Pedro par les chercheurs, qui serait une sorte de synthèse idéale conçue à partir de l’ensemble du matériel empirique recueilli, sans qu’il soit toutefois donné au lecteur l’occasion de saisir les étapes de cette construction. Celle-ci repose sur le fait de déceler les dispositions de ces batalhadores à partir d’extraits d’entretiens se rapportant aux « pensées, sentiments et actions » (Souza 2010, 96) des acteurs expliquant leur trajectoire sociale spécifique. Pourtant, le passage de la théorie au travail d’interprétation interpelle le lecteur. Daniel Meier (2003), dans son compte-rendu de l’ouvrage Portraits sociologiques de Bernard Lahire, pose avec acuité les questions méthodologiques que soulève la théorie dispositionnelle8, lesquelles s’appliquent également au travail de Jessé Souza et de son équipe. En effet, nous ne savons rien des usages qui sont faits du matériel empirique conduisant à l’élaboration des dispositions9, aussi bien en termes d’interprétation des discours des acteurs et des observations réalisées, que du processus de catégorisation et de généralisation qu’elle induit.

  • 10 Bien entendu, dans la mesure où elles caractérisent « en creux » les groupes qui seraient immédiate (...)

13Fondamentalement, l’analyse vise à comprendre en quoi ce groupe social, malgré son apparente migration vers les classes moyennes, n’offre qu’une nouvelle expression d’une classe subalterne et subordonnée à l’évolution du capitalisme financier. Bien que les auteurs leur reconnaissent une certaine ascension économique (qu’ils distinguent de l’ascension sociale), les batalhadores ne feraient que s’écarter de la précarité immédiate touchant la ralé – sans en éliminer définitivement la menace – au prix d’une lutte quotidienne pour améliorer leurs conditions de vie. Si leur culture de classe apparaît fortement marquée par les injonctions à l’effort que détermine leur position dans le système productif postfordiste, leur style de vie semble s’écarter de celui des fractions les plus dominées – notamment par l’attention qu’ils portent à leur projet de vie, l’importance accordée à l’éducation pour leurs enfants ou leurs formes de consommation – sans pour autant adopter les normes culturelles distinctives des classes moyennes. Pour le dire autrement, les rapports de classe spécifiques de la nova classe trabalhadora se définissent par la dépossession radicale des groupes immédiatement subalternes – et dont, pourtant, ils sont en majorité issus – et témoignent, par la fragilité même de leurs nouvelles ressources économiques et culturelles, de leur impossibilité d’entrer réellement en concurrence avec les classes moyennes10, mais aussi d’une exposition immédiate aux risques de déclassement. Comme il est possible de le constater, les rapports de classe sont en l’espèce principalement déduits de l’exploration des rapports sociaux à l’intérieur de la classe ethnographiée. En effet, la mise en rapport des classes sociales n’est pas en elle-même observée mais inférée de la comparaison des attributs de chaque classe.

  • 11 Considérations qui, si elles sont envisagées comme des données de l’enquête, ne sont pas forcément (...)

14Les deux recherches examinées cherchent explicitement à analyser en profondeur les rapports sociaux d’une classe sociale. Pour cela, les chercheurs sont allés trouver la classe sociale visée là où ils pensaient qu’elle était. Cela a des répercussions importantes sur l’enquête. Se donner pour but principal l’objectivation des rapports « intra-classe », c’est logiquement partir des attributs donnés à cette classe avant enquête pour postérieurement en réorganiser l’agencement interne (1er cas) ou pour en remettre en question les frontières (2nd cas). La complexité de la démarche tient au fait que le concept de classe sociale est alors un concept structurant – parce que reconnu comme discriminant dans la construction du périmètre de l’objet – mais dont les attributs d’appartenance (sociaux, économiques, culturels…) devront être reconstruits au cours de l’enquête pour mesurer les écarts empiriques observés. Il est possible de décomposer (artificiellement) ce processus en trois séquences qui relèvent dans la pratique de ces enquêtes d’au moins trois usages du concept de classe sociale. Un premier usage sert à localiser un segment de la population dans l’espace social à partir d’une pluralité de savoirs antérieurs : scientifiques bien entendu, mais aussi influencés par les « questions de société », le débat politico-médiatique, l’expérience subjective du chercheur, son propre positionnement dans l’espace politique et académique11. Un deuxième usage permet d’utiliser la classe sociale comme une catégorie pertinente pour caractériser les attributs des acteurs. Le chercheur entreprend alors de sélectionner et d’organiser certains matériaux empiriques collectés en vue de donner une « morphologie » à la classe : pour cela on cherchera des attributs sociaux distinctifs partagés par des acteurs ou des groupes. Enfin, un troisième usage consiste à donner à la classe sociale une dimension de concept opératoire ayant valeur explicative des trajectoires, pratiques et représentations sociales : ce que les acteurs font est le produit de cette appartenance de classe dont les critères d’appartenance ont été précédemment construits par le chercheur.

15L’hétérogénéité des groupes observés dans ces enquêtes – qui tient à l’instabilité de leur position sociale du fait des dynamiques récentes de la société brésilienne – complexifie la deuxième séquence. En effet, la diversité des attributs sociaux des acteurs rend difficile l’établissement de critères univoques partagés par l’ensemble du groupe qu’implique en partie le concept de classe sociale. Les deux enquêtes examinées ici ont à ce titre adopté deux voies divergentes de réagencement de la structure sociale : soit, comme le réalise Castilhos, il s’agit de subsumer de nouvelles divisions et gradations sous la classe ethnographiée ; soit, comme le fait Souza, de rompre avec la classe précédente (et avec la conception à la fois plurielle et unitaire de classes populaires) afin de construire une nouvelle classe et les fractions qui la composent – classe sociale intermédiaire s’il en est, caractérisée par un rapport de classe pouvant être une passerelle pour les groupes qui lui sont subalternes et un barrage vis-à-vis des groupes dominants.

Interactions de classe et conjoncture sociale

16En se focalisant sur l’étude d’une classe en particulier, le type de fieldwork abordé ci-dessus a l’avantage d’établir une typologie des attributs sociaux reflétant la structure et les dynamiques des rapports sociaux à l’intérieur de la classe. Cependant, cette volonté d’étudier un espace social circonscrit présuppose une vision assez claire de la structure sociale dans son ensemble : la cartographie d’une classe particulière conduit à travailler ses frontières avec les autres classes sans pour autant que l’observation concrète de leurs rapports ne soit poursuivie par l’enquête. L’activité ethnographique semble alors être dépendante d’opérations de catégorisation et de généralisation qui, en l’espèce, permettent d’articuler les classes (et fractions de classe) entre elles.

  • 12 Notons que l’objet principal de ces enquêtes n’est pas l’institution elle-même, dont l’analyse déco (...)

17L’ambition des enquêtes qui vont être abordées à présent réside moins dans la caractérisation des attributs d’une classe que dans la compréhension de l’activité sociale produite par des interactions contextualisées, c’est-à-dire reflétant les logiques et les contraintes propres à la conjoncture sociale dans laquelle elle se déroule. L’idée de conjoncture, reprise par Hughes (1996) de Thomas (1937), renvoie à l’importance du contexte pour définir la situation des interactions sociales, rappelant que « le mode et le moment de l’action sont socialement définis » (Hughes 1996, 141). D’un point de vue méthodologique, ces enquêtes ont pour trait commun de saisir les relações de classe dans le cadre d’« observation(s) à découvert d’organisations formelles » (Peretz 2004), celles-ci s’étant déroulées au sein d’institutions brésiliennes marquées par une évolution substantielle de leur public12.

18Plus précisément, les articles « Saúde mental e classe social : CAPS, um serviço de classe e interclasses » de Lucia Cristina dos Santos Rosa et Rosana Teresa Onocko Campos (2013) et « Nerd and Barbarian: Race and Class Encounter Through Affirmative Action in a Brazilian University » d’André Cigalo (2012) analysent les rapports de classe entre des membres des classes populaires et des membres des classes moyennes brésiliennes à partir de deux dynamiques que reflètent les interactions sociales au sein des organisations ethnographiées : le premier article rend compte de ces rapports de classe dans une expérience de déclassement social de classes moyennes, tandis que l’autre présente ces rapports de classe dans une situation d’ascension sociale de classes populaires.

19Lucia Cristina dos Santos et Rosana Teresa Onocko Campos se sont intéressées aux formes que prennent les rapports de classe au sein de deux institutions publiques psychiatriques brésiliennes, l’une située dans le Nordeste et l’autre dans le Sud-Est. Les Centros de Atenção Psicossocial (CAPS), disséminés dans tout le pays, sont le produit des réformes profondes qu’ont connu les établissements d’enfermement publics brésiliens, « institutions totales » au sens d’Erving Goffman (1979), à la suite des mouvements antipsychiatriques des années 1970 ainsi que de la promulgation de la constitution démocratique de 1988. Toute l’originalité de cette recherche réside dans le fait qu’elle vise explicitement l’analyse des rapports de classe au sein d’un établissement psychiatrique à partir d’une observation des dimensions proprement sociales des relations des usagers (patients et familles) entre eux et avec le personnel. Pour cela, l’enquête de terrain, relativement longue (d’août 2011 à juillet 2012), s’est appuyée sur des techniques diverses alliant observation participante, entretiens semi-directifs, analyse documentaire et constitution de focus group. L’objectif des auteures consiste à :

analyser l’impact de l’universalisation du Système unique de santé dans le contexte brésilien à partir de l’utilisation des services des CAPS par d’autres classes ou fractions de classe, en explorant les manifestations et l’expérience des usagers, parents et professionnels des services étudiés à partir de leur origine de classe. (Rosa & Campos 2013, 321)

  • 13 Dans un premier temps, les chercheuses se sont penchées sur les formes de catégorisation institutio (...)

20Les équipes de travail des centres se répartissent entre professions médicales (niveau universitaire) appartenant majoritairement à la classe moyenne et « techniciens » (peu diplômés) s’identifiant davantage aux classes populaires, ce qui ne va pas sans entraîner des tensions à l’intérieur des équipes, essentiellement faute de reconnaissance du travail des seconds par les premiers. Les usagers des centres sont, quant à eux, principalement issus des classes populaires13. Cependant, certaines fractions des classes moyennes utilisent ces institutions de soin publiques, mais davantage par manque d’offre d’établissements psychiatriques privés que par choix, notamment dans le Nordeste. Leur usage est aussi plus circonscrit (assistance médicale, psychologique et psychopharmacologique) et plus occasionnel. Toutefois, leur présence n’échappe à personne, paradoxalement en raison de leur évitement quotidien des classes populaires à l’intérieur des services, ainsi que de leur propension à « dissimuler aux yeux de la société la personne de leur famille affectée d’un diagnostic de trouble mental » (Rosa & Campos 2013, 313). Si l’on ajoute à cela le peu de reconnaissance symbolique qu’elles accordent aux équipes de soin, la marginalisation de ces classes moyennes devient évidente.

21Toutefois les chercheuses ne s’arrêtent pas là. Il apparaît nettement que la position des membres des classes moyennes dans les CAPS leur donne les moyens de comprendre les différents rapports de classe qui s’y construisent. Pour cela, il faut se détacher d’une lecture réductrice d’un rapport de classe qui se construirait uniquement à partir d’une relation bipartite. En l’espèce, les rapports qu’entretiennent les médecins avec les classes moyennes ne peuvent se comprendre sans l’analyse du rapport particulier qu’ils ont avec les classes populaires. Les médecins affirment en effet que travailler avec les classes populaires exige de s’adapter à leur « langage », d’éviter les explications techniques et d’adopter une conduite plus souple, informelle, en somme « affectueuse », et qui témoignerait selon eux de « l’humanité » de leurs rapports avec les « pauvres ». Cette posture paternaliste qui repose essentiellement sur une conception de leur travail tournée vers l’assistance – les auteures évoquent un « esprit missionnaire » (Rosa & Campos 2013, 328) – contraste fortement avec celle qu’ils entretiennent avec les classes moyennes et, pour ainsi dire, l’éclaire en retour. En effet, ces dernières revendiquent le respect de leur « droit du patient » dans leur rapport à l’institution, ce qui se traduit par des exigences nouvelles pour les médecins : la relation médicale, largement imposée avec les classes populaires, devient négociée avec les classes moyennes. Ces nouveaux rapports, qu’ils soient l’héritage de la « citoyenneté » ou du « mercantilisme » des classes moyennes, n’en produisent pas moins un certain malaise dans le corps médical, qui jettent une lumière nouvelle sur les rapports de domination qui lient les médecins aux classes populaires. Aussi, de manière défensive, la plupart des praticiens estiment que les CAPS doivent se destiner aux « pauvres » et ne doivent pas être engorgés par des gens qui « peuvent payer » – c’est-à-dire qui peuvent aller dans le privé – entérinant de fait la conception d’un service public « de dernier recours », « faveur » accordée aux plus nécessiteux et non droit social fondamental financé par l’impôt des citoyens brésiliens.

22Du point de vue des familles de classes moyennes, il s’agit d’un rapport social objectivement contraint, produit de l’impossibilité d’éviter le parcours de soin des classes populaires. Ces personnes, en minorité dans l’institution, se coupent du reste du public et s’emploient à restaurer ou préserver leur statut auprès du corps médical. Or, cette volonté vient se heurter aux pratiques de travail des médecins définies avant tout par la relation spécifique que ces derniers entretiennent avec les classes populaires. Bref, prises dans le jeu des interactions de l’institution, ces familles voient leur statut menacé et leur parcours de soin aligné sur celui des classes populaires. Ainsi, leur fréquentation des CAPS, sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agisse d’un des effets d’un déclassement social (mais sans l’exclure non plus : les chercheuses n’ayant pas entrepris une enquête sur la trajectoire intra- ou intergénérationnelle de ces familles), prend bien la forme d’une expérience subjective du déclassement même si elle est limitée dans l’espace et dans le temps.

23Marquée également par une distance sociale importante entre les différents groupes sociaux étudiés, l’enquête d’André Cigalo (2012) présente toutefois un contexte fort différent de celui des CAPS. Les interactions de classe observées se déroulent en effet dans une dynamique d’ascension sociale des classes populaires sans pour autant qu’apparaisse menacé le groupe dominant auquel elles se confrontent.

  • 14 Littéralement : « personne ayant bénéficié d’une politique de quota ».
  • 15 À cette fin, Cigalo a réalisé une enquête ethnographique d’un an, d’août 2007 à juillet 2008. Outre (...)
  • 16 « À présent, la loi en cours à Rio de Janeiro réserve 20 % de n’importe quel cours pour les étudian (...)

24Son enquête prend pour objet les rapports de classe et de « race » entre les étudiants cotistas 14 et non-cotistas d’une classe de première année de droit, filière traditionnellement et historiquement composée de membres des classes dominantes, à l’Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ) suite à l’introduction en 2003 des lois de discrimination positive dans l’enseignement supérieur15. Sans entrer dans les détails de mesures qui ont alimenté de nombreuses controverses médiatiques, politiques et scientifiques, rappelons simplement que les politiques publiques brésiliennes ont opté pour des mesures de positive action fondées en partie sur des critères liés à l’auto-déclaration de sa « race » pour promouvoir l’accession des classes populaires aux universités publiques. À l’UERJ, première université brésilienne à avoir introduit ces politiques, les quotas se fondent à la fois sur la couleur de peau16, sur le revenu des familles, sur les résultats acquis au vestibular (le concours d’entrée propre à chaque université) ainsi que sur le lycée de provenance.

  • 17 Cette labellisation des individus entre « plots » et « barbares » se fait à l’intérieur même de la (...)

25L’article se focalise sur l’analyse des différentes formes de frontières, non étanches, que laissent envisager les rapports sociaux entre cotistas et non-cotistas, les premiers étant issus des classes populaires ou des petites classes moyennes et les seconds des classes moyennes supérieures ou supérieures. Au plus proche du professeur dans la salle de cours, il y a ceux « de devant », les « cones », les cotistas, et, au fond, les « barbares », c’est-à-dire les non-cotistas17. Le terme de cones – c’est-à-dire les « plots » – exprime l’idée de l’application au travail, de la rigueur, voire de la rigidité qui leur est nécessaire pour pouvoir suivre le déroulement des cours. Une étudiante classée parmi les « plots » explique :

Les plots ce sont ces choses que tu trouves parfois sur les travaux routiers pour montrer exactement aux conducteurs où ils doivent passer. On nous appelle les « plots » parce que nous sommes très appliqués en classe… Les plots sont ceux qui font tout de façon très consciencieuse (os que fazem tudo diretinho). (Cigalo 2012, 245)

26Se considérant d’un niveau plus faible que leurs camarades, les « plots » estiment nécessaire de porter une attention particulièrement soutenue au déroulement du cours et de noter avec précision son contenu. Rassemblés au plus près du professeur et loin de l’agitation du fond de classe où les « barbares » dissipés et bruyants perturberaient selon eux leur concentration, les « plots » s’emploient à prouver par leur diligence qu’ils ont mérité leur place à l’université. Pour autant, les résultats scolaires respectifs des deux groupes reflètent parfaitement les trajectoires sociales différenciées. Aussi, malgré leur flegme apparent, les « barbares », dont la formation antérieure s’est accomplie dans les meilleures écoles privées de la ville, surpassent facilement les « plots » d’un point de vue scolaire. À cette division d’hexis et d’attitude s’ajoute celle du style vestimentaire en cours : formel, quasi-professionnel (costumes, chaussures par exemple) pour les « plots » ; très décontracté pour les « barbares » (bermuda, tee-shirt…). Une nouvelle fois, il s’agit pour les « plots » d’une stratégie de légitimation visant à effacer les stigmates qu’ils portent avec eux en entrant à l’université. Certains enquêtés « plots » y voient plutôt une singerie et la différence objective du coût de ces vêtements – marques onéreuses versus communes et bon marché – rétablit inévitablement la distance sociale que cet effort pensait réduire.

27Selon les étudiants, ce qui expliquerait la propension à se sociabiliser avec son groupe et à éviter l’autre tiendrait aux affinités que les membres entretiennent entre eux, celles-ci s’exprimant de manières fort diverses. Par exemple, venir à l’université soit en transport en commun soit en voiture marque une fracture symbolique importante entre les groupes, qui peut se manifester dans leurs interactions, certains « barbares » exprimant par exemple leur « horreur » à l’idée de prendre les transports en commun. Ces affinités renvoient objectivement aux conditions matérielles d’existence de chacun, aux possibilités même d’adopter la conduite de l’un ou l’autre groupe et dénotent une volonté de rendre ces contraintes invisibles. Impossible en effet pour les « plots » de sortir dans les endroits fréquentés par les « barbares », financièrement inaccessibles, géographiquement éloignés de leurs quartiers populaires, ni de s’adonner aux mêmes loisirs ou de participer aux mêmes excursions qu’eux.

  • 18  La prise en considération du critère racial permet de le confirmer. L’auteur envisage la question (...)

28Pourtant, selon l’auteur, ce tableau présente une généralisation imparfaite des rapports sociaux entre les groupes et restitue mal leur complexité et leur hétérogénéité. Tout d’abord, le statut administratif de cotista ne se superpose pas parfaitement avec celui, indigène, de « plots ». Certains étudiants issus des milieux privilégiés et appartenant au groupe des « barbares » sont des cotistas. Aussi, c’est bien l’appartenance à une classe sociale qui définit sa place dans tel ou tel groupe18.

29Par ailleurs, si les interactions sociales entre « plots » et « barbares » sont faibles, elles ne sont pas pour autant inexistantes. Rappelons que l’enquête porte sur une classe de première année, ce qui signifie objectivement qu’il s’agit des premiers mois d’une sociabilité quotidienne tout à fait nouvelle pour des individus qui ont connu des trajectoires scolaires jusqu’à lors parfaitement séparées. En observant l’appartenance de classe des étudiants à présent en troisième ou quatrième année, c’est-à-dire en adoptant une lecture longitudinale de l’évolution des rapports de classe entre les deux groupes à partir de leur socialisation réciproque, on constate un rapprochement mutuel, un assouplissement de leurs rapports, ainsi qu’un net affaissement des discours discriminatoires, notamment racistes à l’endroit des cotistas. L’auteur parle à ce propos de l’émergence d’une sociabilité « interclasse » et « interraciale » qui, même s’il s’agit d’une pratique minoritaire, peut se manifester aussi bien à l’intérieur du cadre universitaire qu’à certaines occasions spéciales à l’extérieur, tels qu’anniversaires ou préparation collective aux examens au domicile d’un étudiant.

30Cette analyse diachronique des rapports de classe se révèle particulièrement intéressante pour notre propos. En effet, Cigalo constate que les relations qu’entretiennent des étudiants des classes moyennes avec les cotistas issus des classes populaires deviennent au cours du temps non plus problématiques mais désirées. Pourquoi ? En premier lieu parce que ces étudiants des classes moyennes ont une certaine proximité avec l’idéal de la démocratie raciale brésilienne et revendiquent à ce titre une ouverture à la diversité sociale et raciale en accord avec les politiques publiques de discrimination positive mises en place (c’est du moins la position discursive qu’ils adoptent). En second lieu, et surtout, parce que ces étudiants ne se définissent pas dans l’espace social en fonction des cotistas qui, malgré l’ascension sociale dont ils font preuve en accédant à l’université, ne représentent aucunement une menace pour eux. Au contraire, ces étudiants de classe moyenne y trouvent une source d’enrichissement valorisant leur expérience universitaire et professionnelle, avec comme sous-entendu l’acquisition de valeurs dont d’autres étudiants seraient privés. De fait, ils s’inscrivent dans une stratégie de distinction non avec les classes sociales qui leur sont subalternes, mais avec celles qui leur sont mitoyennes ou supérieures. Ces concurrents directs sont les étudiants des universités privées d’élite de la ville, ceux de l’Université catholique de Rio de Janeiro (Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro, PUC-RJ) par exemple, à qui sont adressés deux ordres de critique. Le premier concerne l’effort, le mérite individuel : la relation marchande les liant à leur université rend leur réussite suspecte et ce d’autant plus que leurs parents seraient à même de leur assurer un bon emploi si cette dernière venait malgré tout à faire défaut. Le second dénonce l’indifférence du public de ces universités privées prestigieuses à la réalité brésilienne et à ses contrastes sociaux, ce qui renvoie à une dénonciation de leur individualisme.

31Dans la mesure où ces étudiants de classe moyenne se rendent compte que la scolarisation universitaire des classes populaires ne vient pas menacer leur trajectoire sociale – ou, pour le dire autrement, ne vient pas remettre en question l’ordre social – les formes de discrimination à leur endroit deviennent de moins en moins justifiées. Un racisme peut perdurer chez certains, mais il n’a pas le même ressort. Du côté des étudiants issus des classes défavorisées, une légitimité se construit peu à peu et l’angoisse des déséquilibres sociaux qui prévalait à leur arrivée s’estompe. De fait, les formes de « paranoïa » sociale (soit l’anticipation d’une discrimination d’après certains « plots ») qui tendaient paradoxalement à entretenir à l’université la ségrégation sociale dont ils étaient victimes à l’extérieur s’affaiblissent au fur et à mesure du contact avec les autres classes sociales. Par ailleurs, dans certaines filières universitaires, des activistes étudiants noirs travaillent à la conscientisation des mécanismes discriminatoires et participent aussi au processus de légitimation.

32Bref, les déséquilibres sociaux défavorables aux « plots » se manifestent dans un contexte de mobilité sociale ascendante capable de transformer les coûts psychologiques et moraux de la confrontation en investissements ou sacrifices nécessaires, tandis que les membres des classes moyennes peuvent, à peu de frais, utiliser pour leur propre reproduction sociale une plus-value morale ou politique qui les distinguera des classes sociales (ou fractions de celles-ci) objectivement les plus proches.

33Ces deux articles présentent l’intérêt de poser que les tensions ou les ententes interclasses ne peuvent être devinées a priori mais se révèlent par observation. Celle-ci a été mise en œuvre dans un cadre organisationnel pesant sur les modalités de rencontre des acteurs. Les positions sociales sont saisies par les sociologues à partir de l’observation de situations rapportées aux relations : i) entre les différentes professions ; ii) de ces dernières avec le public ; iii) du public lui-même. Plus précisément, les rapports de classe s’expriment à travers le jeu des interactions, structuré autour des missions que les acteurs prêtent à l’institution, des règles et hiérarchies que celle-ci tente d’imposer et de la co-construction d’attributs supposés ou réels que les groupes sociaux s’assignent à eux-mêmes et qu’ils assignent aux autres. En conséquence, ces enquêtes envisagent les rapports de classe comme le produit d’un processus jalonné par les différentes expériences interactionnelles des acteurs : les rapports de classe ne sont pas réductibles à la confrontation d’attributs de classe mais se découvrent dans l’observation des aménagements d’une relation sociale contextualisée.

Conclusion

34Si ces quatre études s’inscrivent pleinement dans le champ de l’ethnographie des classes sociales, elles affichent toutefois des différences notables dans la construction et le traitement de leurs données, ce que soulignent les interprétations réservées aux rapports de classe.

35D’un côté, l’exploration des rapports sociaux d’une classe a été observée au travers des différentes manifestations de sa hiérarchie interne. Les tensions classificatoires, auxquelles mènent inévitablement la réunion d’une pluralité de pratiques et de représentations sous une même catégorie, sont résolues par la préservation de critères généraux sous lesquels s’interprétera le particulier (classes populaires) ou encore par la généralisation du particulier en faisant d’un groupe social une classe en soi (batalhadores). Relevant à la fois de l’observation des différenciations sociales et de leur requalification en catégories, ce processus de classification ne peut néanmoins échapper à une dynamique centrifuge : inévitablement les chercheurs devront affronter les ambiguïtés que peuvent entretenir certains groupes sociaux à la marge des catégories centrales qu’ils constituent. Il faut comprendre leur construction des rapports de classe à partir des difficultés induites par ce raisonnement appliqué au matériel empirique : si d’un côté, la logique spatiale d’un quartier définit comme populaire ne fait que déplacer la question – dans quelle mesure une frontière spatiale recouvre-t-elle une frontière sociale ? –, la construction des bornes inférieures et supérieures de la classe des batalhadores fait quant à elle appel à une logique de division structurelle l’éloignant des justifications produites par l’ethnographie.

36Parce que les deux enquêtes finales opèrent par l’observation in situ des rapports de classe, l’ethnographie rend compte d’une démarche visant à rapporter les comportements des groupes sociaux aux situations sociales particulières dans lesquelles ils se manifestent. Comme l’expriment Stéphane Beaud et Florence Weber (1999, 488) :

Les écarts objectifs entre classes prennent toute leur signification et développent tous leurs effets dans des situations concrètes de la vie quotidienne. Les rapports de classe ne sont pas une construction théorique ou politique, mais ce sont d’abord les modalités de perception des différences et des rencontres entre individus.

37À ce titre, l’enquête de Rosa et Campos montre qu’il est possible d’interpréter les différentes pratiques et représentations en présence non pas en tant que confrontation d’attributs de classe mais à partir d’une co-construction contextuelle et multipartite des différents groupes sociaux. De son côté, le travail de Cigalo met en avant la dimension matérielle et diachronique de la construction des rapports de classe ; l’observation de l’actualisation quotidienne des termes des interactions sociales permettant in fine l’objectivation des écarts – situés et provisoires – entre les classes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Beaud, Stéphane & Florence Weber. 1999. « Classes sociales et rapports de classe. » In Nouveau manuel des sciences économiques et sociales, dirigé par Pascale Combemale et Jean-Paul Piriou, 483-492. Paris : La Découverte.

Becker, Howard S. 2002. Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales. Paris : La Découverte [éd. originale (1998) : Tricks of the Trade: How to Think about Your Research While You’re Doing it. Chicago: Chicago University Press].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bertoncelo, Edison. 2010. « Classes sociais e estilos de vida na sociedade brasileira. » Thèse de sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.
DOI : 10.11606/T.8.2010.tde-02052011-161849

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bertoncelo, Edison. 2013. « Classes e práticas sociais. » Revista brasileira de ciências sociais 81: 185-211.
DOI : 10.1590/S0102-69092013000100012

Bourdieu, Pierre. 1979. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Minuit.

Brochier, Christophe. 2009. « Pratiquer l’enquête de terrain au Brésil. Expériences personnelles et histoire des recherches empiriques (1930-1970). » Habilitation à diriger des recherches en sociologie. Lyon : Université Lumière Lyon 2.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Brochier, Christophe. 2014. « Le concept de “démocratie raciale” dans l’histoire intellectuelle brésilienne. » Revue de synthèse 135 : 123-150.
DOI : 10.1007/s11873-014-0246-y

Castilhos, Rodrigo. 2007. « Subindo o morro: consumo, posição social e distinção entre famílias de classes populares. » Dissertation de mestrado. Porto Alegre : Université fédérale du Rio Grande do Sul.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Chapoulie, Jean-Michel. 1991. « La seconde fondation de la sociologie française. Les États-Unis et la classe ouvrière. » Revue française de sociologie 32 : 321-364.
DOI : 10.2307/3322321

Chauvel, Marie Agnès & Marina Zornoff de Mattos. 2008. « Consumidores de baixa renda: uma revisão dos achados de estudos feitos no Brasil. » Cadernos EBAPE.BR 6: 1-17.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Cigalo, André. 2012. « Nerd and Barbarian: Race and Class Encounter through Affirmative Action in a Brazilian University. » Journal of Latin American Studies 44: 235-260.
DOI : 10.1017/S0022216X12000028

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Comin, Alvaro & Rogério Barbosa. 2011. « Trabalhar para estudar: sobre a pertinência da noção de transição escola-trabalho no Brasil. » Novos estudos – CEBRAP 91: 75-95.
DOI : 10.1590/S0101-33002011000300004

Costa, Marcio da & Mariane Koslinski. 2011. « Quase-mercado oculto: disputa por escolas “comuns” no Rio de Janeiro. » Cadernos de pesquisa 142: 246-266.

Coulangeon, Philippe & Julien Duval. 2013. Trente ans après La distinction de Pierre Bourdieu. Paris : La Découverte.

Dorlin, Elsa. 2009. Sexe, race et classe. Pour une épistémologie de la domination. Paris : PUF.

Goffman, Erving. 1979. Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus. Paris : Éditions de Minuit [éd. originale (1961) : Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates. New York: Doubleday].

Gonçalves, Alice Ferreira & Lea Carvalho Rodrigues. 2007. « Ethnographie, anthropologie et contemporanéité : quelques questions sur le cas brésilien. » Journal des anthropologues 110-111. http://jda.revues.org/930 (consulté le 14 septembre 2015).

Grignon, Claude & Jean-Claude Passeron. 1989. Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris : Seuil.

Hughes, Everett. 1996. Le Regard sociologique. Essais choisis. Paris : Éditions de l’EHESS.

Lahire, Bernard. 2002. Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles. Paris : Nathan.

Leite Lopes, Jose Sergio. 2005. « Le rôle de Pierre Bourdieu dans le renouveau des enquêtes ethnologiques et sociologiques au Brésil. » In Le Symbolique et le social. La réception internationale de Pierre Bourdieu, dirigé par Jacques Dubois, Pascal Durand & Yves Winkin, 103-112. Liège : PUL.

Masson, Philippe. 2008. Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945. Paris : La Découverte.

Masson, Philippe & Marc Suteau. 2006. « Histoire, sociologie, ethnographie. D’autres lignes de partage. » Communication au colloque Travail et organisation : recherches croisant ethnographie et histoire, MSH Aix-en-Provence, manuscrit.

Montero, Paula. 2004. « Antropologia no Brasil: tendências e debates. » In O campo da antropologia no Brasil, dirigé par Gustavo Lins Ribeiro & Wilson Trajano Filho, 117-142. Rio de Janeiro/Brasília: Contra Capa Livraria/Associação Brasileira de Antropologia.

Meier, Daniel. 2003. « Compte-rendu de Portraits sociologiques (2002) par Bernard Lahire. » ethnographiques.org. http://www.ethnographiques.org/2003/Meier (consulté le 14 septembre 2015).

Neri, Marcelo. 2008. A nova classe média. Rio de Janeiro: FGV/CPS.

Peneff, Jean. 2009. Le Goût de l’observation. Comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales. Paris : La Découverte.

Peretz, Henri. 2004. Les Méthodes en sociologie. L’observation. Paris : La Découverte.

Rosa, Lucia Cristina dos Santos & Rosana Teresa Onocko Campos. 2013. « Saúde mental e classe social: CAPS, um serviço de classe e interclasses. » Serviço social & Sociedade 114: 311-331.

Sader, Eder & Maria Célia Paoli. 1986. « Sobre “classes populares” no pensamento sociológico brasileiro » In A aventura antropológica. Teoria e pesquisa, dirigé par Ruth Cardoso, 39-67. Rio de Janeiro: Paz e Terra.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Scalon, Celi. & André Salata. 2012. « Uma nova classe média no Brasil da última década? O debate a partir da perspectiva sociológica. » Sociedade e Estado 27: 387-407.
DOI : 10.1590/S0102-69922012000200009

Schwartz, Olivier. 1998. « La notion de “classes populaires”. » Habilitation à diriger des recherches en sociologie. Saint-Quentin-en-Yvelines : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sinhoretto, Jacqueline. 2006. « Ir aonde o povo está. Etnografia de uma reforma da justiça. » Thèse de sociologie. São Paulo : Université de São Paulo.
DOI : 10.11606/T.8.2007.tde-26042007-190252

Souza, Jessé. 2009. A ralé brasileira: quem é e como vive. Belo Horizonte: UFMG.

Souza, Jessé. 2010. Os batalhadores brasileiros. Nova classe média ou nova classe trabalhadora? Belo Horizonte: UFMG.

Thomas, William Isaac. 1937. Primitive Behavior: An Introduction to the Social Sciences. New York: McGraw-Hill Book Co.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Weber, Florence. 2000. « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage. » Genèses 41 : 85-107.
DOI : 10.3406/genes.2000.1649

Wilson, William Julius. 1994. Les Oubliés de l’Amérique. Paris : Desclée de Brouwer [éd. originale (1987) : The Truly Disadvantaged. The Inner City, the Underclass, and Public Policy. Chicago: University of Chicago Press].

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre dans un autre contexte l’expression légèrement critique de Masson (2008, 121).

2 On laissera de côté ici la production anthropologique brésilienne qui, du fait de l’extrême diversité de ses pratiques d’enquête et de ses perspectives conceptuelles, exigerait sans aucun doute un traitement spécifique et approfondi. Notons toutefois la place originale occupée par le Museu Nacional (Université fédérale de Rio de Janeiro) dans le développement de monographies portant sur les classes sociales en milieu rural au cours des années 1970, influencées notamment par les travaux de Pierre Bourdieu (Leite Lopes 2005), mais aussi dans la production d’une anthropologie urbaine proche de certains auteurs de l’École de Chicago (Howard S. Becker et Erving Goffman en tête) autour de la figure de Gilberto Velho. Par ailleurs, certains auteurs comme Paula Montero (2004) constatent une tendance actuelle de l’anthropologie sociale brésilienne à délaisser les dimensions les plus descriptives de la démarche ethnographique pour « des études qui se constituent en une adaptation des théories et des concepts de l’analyse ethnographique à des problèmes contemporains des sociétés modernes » mais aussi une tendance à se consacrer davantage à « l’analyse de l’exercice de la politique et du fonctionnement de l’État et des institutions juridiques, avec une diminution importante des préoccupations antérieures relatives aux questions d’inégalité sociale, de pauvreté et de classes » (Gonçalves & Rodrigues 2007).

3 Pour une enquête récente sur l’histoire des rapports entre les sciences sociales brésiliennes et le « mythe de la démocratie raciale », voir Brochier (2014).

4  C’est le cas du programme Bolsa família et des politiques de discriminations positives en direction des universités privées (programme ProUni essentiellement fondé sur le revenu des familles) et publiques (établissement de quotas – notamment raciaux – à la discrétion des universités).

5  À titre d’exemple, l’étude de Comin et Barbosa (2011) discute des effets relatifs aux évolutions du marché du travail et de l’enseignement supérieur sur la mobilité sociale récente qu’ont connue les classes défavorisées de la société brésilienne. L’hypothèse retenue par les auteurs est que cette mobilité sociale résulterait davantage d’une meilleure insertion des classes populaires sur le marché du travail, laquelle permettrait en retour une formation continue et « diplômante » au sein d’universités privées précisément destinées à assurer cette fonction, plutôt que des effets consécutifs de l’obtention d’un diplôme de l’enseignement supérieur. En d’autres termes, la réduction des écarts de salaire entre catégories a permis le développement de nouvelles stratégies professionnelles et scolaires : c’est le marché du travail qui a contribué au financement de la formation continue privée de ces classes sociales. Aussi, selon le mot des chercheurs, il semblerait que l’on assiste à l’expansion récente d’une figure originale, celle de « travailleurs qui étudient », bien moins que celle « d’étudiants qui travaillent ».

6 La reconnaissance des « nouvelles classes moyennes » est devenue un lieu commun des discours médiatiques et électoraux rapprochant, à travers l’image de progrès économique et d’accession à la modernité d’une « société de classe moyenne », les libéraux et le Partido dos Trabalhadores (PT) au pouvoir. Il est important de souligner la concomitance de ces enjeux politiques et du débat académique divisant les « réponses » que les intellectuels désirent y apporter.

7 « La famille typique de la “ralé” est une famille monoparentale – avec un changement fréquent de figure masculine – faisant face à des graves problèmes d’alcoolisme, d’abus sexuels systématiques et caractérisée par une scission qui coupe cette classe en son milieu entre pauvres honnêtes et pauvres délinquants. C’est, par excellence, la classe victime de l’abandon social et politique ; sort que la société brésilienne réserve à ses membres les plus démunis depuis des siècles. » (Souza 2010, 50)

8 « Ce n’est pas tant le dispositif lui-même qui surprend que son contenu et ce au plus près des individus : celui des observables. Ni dans les entretiens ni dans la partie finale, l’auteur n’explique la substance repérable et concrète de ce qu’il entend, par exemple, par “spontanéisme”, “ascétisme” ou “remise de soi”. Le souci empirique trouve là une limite : comment les différents enquêteurs passent des paroles d’acteurs aux interprétations, c’est-à-dire à l’imputation de l’enquêté dans une catégorie dispositionnelle ? Cette absence d’indices concrets pose ensuite le problème de la clé de lecture commune d’une disposition. En d’autres termes, on se demande si tous les enquêteurs parlent de la même chose lorsqu’ils utilisent les mêmes notions… » (Meier 2003)

9 L’usage du concept de disposition est particulièrement extensif dans l’enquête de Jessé Souza, ce qui, de toute évidence, appauvrit sa portée analytique. Par exemple, on trouve des dispositions à « l’apprentissage par l’expérience », « la projection dans le futur », « l’acquisition de biens “supérieurs” », « l’épargne », « la construction d’une image positive du commerce », « l’autocontrôle », « sortir de la campagne », « traitement des clients », « la sobriété » (alcool) ou, encore, des dispositions « sportive », « émotionnelle », « cognitive », etc. Par ailleurs, ces dispositions peuvent être particulièrement normatives : dispositions à la « cordialité », la « persévérance », la « dignité », « honnêteté », la « décence », etc. Voir notamment le tableau synthétique des dispositions du batalhador pages 99-101.

10 Bien entendu, dans la mesure où elles caractérisent « en creux » les groupes qui seraient immédiatement subalternes, un des enjeux fondamentaux est la délimitation et la caractérisation des classes moyennes elles-mêmes. Or, en structurant et uniformisant les classes moyennes brésiliennes essentiellement autour des luttes de classement que certaines de leurs composantes mènent avec les groupes les plus dominants de l’espace social, on s’expose inévitablement à en élever le prix d’entrée. Cette manière d’appréhender la société brésilienne, essentiellement commandée par une théorie des classes sociales construite à partir de la société française des années 1960-70, comporte au moins trois risques : 1) celui d’une lecture ethnocentrique des attributs que devraient posséder les classes moyennes brésiliennes ; 2) celui d’une lecture misérabiliste et dominocentrique des cultures des classes populaires (Grignon & Passeron 1989) ; 3) enfin, celui d’une lecture a priori de leurs rapports passés au filtre de la théorie. Il ne s’agit pas ici d’affirmer que ce type de structuration relationnelle des classes sociales ne fonctionnerait pas a priori pour l’ensemble de la société brésilienne. Nous constatons simplement l’absence d’enquêtes empiriques qui soient actuellement en mesure de l’étayer de façon transversale et longitudinale. Pour une confrontation des analyses de La Distinction à la société française actuelle, voir Coulangeon & Duval (2013).

11 Considérations qui, si elles sont envisagées comme des données de l’enquête, ne sont pas forcément néfastes au processus heuristique. C’est le point de vue de Howard S. Becker (2002, 51) : « Nos représentations n’ont pas nécessairement besoin d’être exactes. Du moment qu’on finit par les vérifier par rapport à la réalité, certaines représentations inexactes des choses peuvent se révéler très utiles, en nous montrant comment les choses pourraient être si elles allaient d’une manière dont on est à peu près sûr qu’elles ne vont pas. »

12 Notons que l’objet principal de ces enquêtes n’est pas l’institution elle-même, dont l’analyse découlerait de l’observation quotidienne de son fonctionnement, tel que cela a pu être réalisé dans le champ de la sociologie du droit. Voir, par exemple, Sinhoretto (2006).

13 Dans un premier temps, les chercheuses se sont penchées sur les formes de catégorisation institutionnelle opérées dans les deux centres. Celle-ci se fait par l’usage du concept de classe sociale de façon épurée, se fondant principalement sur sa dimension économique. Qu’elles soient nommées A, B, C dans la région Sud-Est ou classe alta, média e baixa dans le Nordeste, la même lecture prédomine : ce sont principalement les revenus domestiques, fondés sur l’échelle du recensement démographique (Censo Demográfico/IBGE), qui en définissent l’appartenance. Pour autant, les chercheuses ont pu constater la prégnance de l’interprétation marxiste du concept de classe sociale chez les professionnels de ces deux centres, divisant les classes sociales en fonction de l’insertion dans le marché du travail (Sud-Est) ou de la fonction occupée dans les rapports de production (Nordeste). Aussi est-il bienvenu que les chercheuses ne se soient pas contentées de reprendre les catégorisations institutionnelles mais se soient penchées sur la façon dont les enquêtés concevaient la classe en interaction avec leurs pairs et avec les utilisateurs des services.

14 Littéralement : « personne ayant bénéficié d’une politique de quota ».

15 À cette fin, Cigalo a réalisé une enquête ethnographique d’un an, d’août 2007 à juillet 2008. Outre sa présence durant les cours, sa socialisation avec les enquêtés s’est faite durant les pauses de la journée, notamment celle de midi qui pouvait rassembler jusqu’à 80 étudiants. Il a également participé à leurs loisirs à l’extérieur de l’université au cours de l’année. Bref, son travail a consisté en une observation participante de longue durée dans et hors l’université, agrémentée d’entretiens formels et informels, priorisant les individus issus des classes les plus populaires, en n’adoptant pas uniquement le critère de la couleur de peau. Il s’est également lié (avec réalisation d’entretiens) avec le personnel académique, administratif et de service, mais aussi avec d’autres étudiants, cotistas ou pas, d’autres départements de l’université de façon à pouvoir confronter ses résultats au cadre plus général de l’établissement.

16 « À présent, la loi en cours à Rio de Janeiro réserve 20 % de n’importe quel cours pour les étudiants qui se sont auto-identifiés comme “Noirs” et encore 20 % pour les étudiants provenant des écoles publiques, tandis que 5 % sont réservés aux minorités Indiennes, aux personnes atteintes d’un handicap et autres catégories résiduelles combinées. » (Cigalo 2012, 243)

17 Cette labellisation des individus entre « plots » et « barbares » se fait à l’intérieur même de la classe. Ces appellations indigènes signifient à chacun et pour tous l’appartenance ou non au groupe des cotistas et se traduit par une spatialisation des groupes dans la classe matérialisant à la fois la distance et la proximité sociale des uns et des autres.

18  La prise en considération du critère racial permet de le confirmer. L’auteur envisage la question de la race comme un effet « aggravant » mais pas fondateur de l’exclusion que ces groupes entretiennent entre eux, en témoignent les nombreuses blagues qui circulent sur l’étudiant cotista noir du groupe des « barbares », appartenant lui-même à la classe moyenne (jusqu’à être présenté comme « l’esclave » des « barbares » à qui sont réservées les tâches ingrates du groupe) tandis que les cotistas blancs de ce même groupe en sont davantage épargnés. Est aussi posée la question de savoir si, inversement, la « blancheur » transforme les rapports de classe qu’un étudiant cotista blanc et pauvre entretient avec le groupe des « barbares ». La trajectoire de cet étudiant présenté comme charismatique, qui reconnaît qu’être blanc, blond, aux yeux bleus « aide dans la vie », est particulièrement éloquente. Fréquemment invité par les « barbares » en début d’année, ses ressources financières limitées l’ont empêché de participer à leurs activités et l’ont inévitablement conduit à migrer de nouveau vers les « plots ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Fayette, « Les rapports de classe dans les approches ethnographiques de la sociologie brésilienne », Brésil(s), 8 | 2015, 17-36.

Référence électronique

Nicolas Fayette, « Les rapports de classe dans les approches ethnographiques de la sociologie brésilienne », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://bresils.revues.org/1743 ; DOI : 10.4000/bresils.1743

Haut de page

Auteur

Nicolas Fayette

Nicolas Fayette est doctorant en sociologie à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL–Paris 3 Sorbonne-Nouvelle) et membre du Centre de recherche et de documentation des Amériques (CREDA-UMR 7227). Sa recherche doctorale porte sur les rapports pédagogiques et sociaux en milieu scolaire à São Paulo.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org