Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sposito, Maria Encarnação Beltrão & Eda Maria Góes. 2013. Espaços fechados e cidades. Insegurança urbana e fragmentação.

São Paulo: Unesp, 365 p.
Sylvain Souchaud
p. 245-247
Référence(s) :

Sposito, Maria Encarnação Beltrão & Eda Maria Góes. 2013. Espaços fechados e cidades. Insegurança urbana e fragmentação. São Paulo: Unesp, 365 p.

Texte intégral

1Dans l’ouvrage Espaços fechados e cidades. Insegurança urbana e fragmentação, Maria Encarnação Beltrão Sposito, géographe, et Eda Maria Góes, historienne, se penchent sur le phénomène urbain des résidences fermées à partir d’enquêtes effectuées dans trois villes de l’intérieur de l’État de São Paulo, Presidente Prudente, Marília et São Carlos, où ce type d’habitat s’est développé depuis plusieurs décennies. Il s’agit d’une contribution importante et originale, par l’étendue des discussions théoriques menées et par l’apport de connaissances proposé sur la réalité des résidences fermées dans des villes de taille moyenne (autour de 200 000 habitants). Car ces formes d’habitat sont étroitement associées au contexte spatial de leur production et si, le plus souvent, leur développement a été étudié dans les grandes métropoles multimillionnaires, leurs spécificités dans les villes moyennes sont encore méconnues.

2La recherche à l’origine de cet ouvrage s’est construite autour de l’hypothèse que la question de l’insécurité a désormais une importance centrale dans le changement urbain, parce qu’elle génère des pratiques qui creusent les phénomènes de ségrégation et la fragmentation socio-spatiale des villes.

3En prenant pour objet les pratiques d’auto-ségrégation des populations des classes moyennes supérieures, en l’occurrence la mise à distance et l’enfermement dans des quartiers fortement normés du point de vue urbanistique et social, Sposito et Góes analysent dans le détail les formes d’usage et d’appropriation des espaces résidentiels fermés (espaços residenciais fechados) par leurs habitants. À une autre échelle, celle de l’ensemble de la ville, elles recherchent les formes d’interaction de ces quartiers avec d’autres lieux dans les agglomérations où ils sont situés. En revanche, les auteures laissent de côté les questions relatives à la production de ces espaces résidentiels, notamment les interactions entre les innombrables acteurs impliqués.

4Pour atteindre leurs objectifs, Sposito et Góes ont recueilli et analysé les témoignages de résidents de diverses cités fermées situées dans les trois villes. Dans 61 entretiens semi-directifs (27 à Marília, 17 à Presidente Prudente, 17 à São Carlos), les habitants expriment leurs expériences vécues, justifient leurs propres choix, détaillent leurs pratiques quotidiennes, en particulier spatiales : déplacements, parcours, lieux publics fréquentés. Ces données de première main sont analysées dans des discussions théoriques alimentées par une abondante littérature nationale et internationale, marquée par la géographie française et la sociologie argentine. L’ouvrage sera peut être jugé parfois trop théorique : il est vrai que bien souvent les matériaux de l’enquête alimentent de grandes discussions et l’on peut regretter qu’elles ne fassent pas l’objet d’une thématisation plus fine. Par ailleurs, le point de vue des usagers non résidents (personnels domestiques principalement) n’a pas été recueilli, et ce regard précieux d’individus extérieurs manque au tableau. Enfin, compte tenu des nombreux obstacles qui jalonnent une recherche de terrain dans les classes moyennes supérieures, un exposé plus précis de la procédure d’enquête et de ses inévitables biais aurait pu enrichir le propos.

5La première partie, assez courte, est l’occasion de présenter les principales orientations de la recherche. Les auteures précisent d’abord que la violence et, plus précisément, la manière dont les habitants se la représentent, qu’ils en aient ou non fait l’expérience, est une donnée de la réalité urbaine qu’il est nécessaire d’intégrer dans les enquêtes sur la ville d’autrefois ou d’aujourd’hui. Elles développent ensuite leurs choix méthodologiques notamment en ce qui concerne les entretiens. Enfin, elles exposent les dynamiques géographiques et démographiques des trois villes étudiées afin de contextualiser la formation et le développement des quartiers résidentiels fermés.

6Dans la seconde partie consacrée à l’analyse de l’espace urbain, Sposito et Góes montrent le rôle des quartiers fermés dans la production de la ville et dans son étalement. Ces programmes immobiliers se révèlent assez anciens car, dès les années 1970, ils surgissent ça et là dans chacune des trois cités choisies. Toutefois, ils ne sont pas à l’origine du mouvement de ségrégation socio-spatiale, phénomène déjà profondément inscrit dans la dynamique urbaine quand, dans les années 1990, les programmes de construction de résidences fermées se sont fortement développés. La violence, mesurée par différents indicateurs, n’est pas non plus corrélée avec leur extension. Les auteures démontrent également que quels que soient les pays, les villes où elles sont construites et les classes sociales qui les occupent, les résidences fermées présentent entre elles plus de similitudes que de différences : ce sont avant tout des produits économiques, dont la valeur ajoutée repose sur la communication autour de représentations partagées des notions de sécurité, de la qualité de vie au sein d’une classe moyenne supérieure émergente.

7La troisième partie est consacrée aux populations ayant fait le choix de s’installer dans des quartiers fermés. Les interactions sont envisagées à la fois avec la société urbaine globale et à l’intérieur même de chaque quartier. Les entretiens laissent voir une profonde remise en cause du politique, de ses représentants comme de ses institutions, jugés incapables de traiter la violence urbaine de manière préventive ou répressive. À partir de ce constat, une image spécifique de l’idée de la qualité de vie s’est forgée, liée au refus de l’expérience de la diversité urbaine. Cette préférence affirmée pour un entre soi idéalisé se révèle au quotidien très problématique, comme en témoignent les nombreux conflits de voisinages relatés dans les entretiens et analysés par les auteures.

8Enfin, dans une dense et ultime quatrième partie, Sposito et Góes concluent cette riche contribution sur les espaces résidentiels fermés par une analyse de l’évolution de la condition de citoyen dans le contexte de la fragmentation sociospatiale des villes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Souchaud, « Sposito, Maria Encarnação Beltrão & Eda Maria Góes. 2013. Espaços fechados e cidades. Insegurança urbana e fragmentação. », Brésil(s), 8 | 2015, 245-247.

Référence électronique

Sylvain Souchaud, « Sposito, Maria Encarnação Beltrão & Eda Maria Góes. 2013. Espaços fechados e cidades. Insegurança urbana e fragmentação. », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 02 juillet 2016. URL : http://bresils.revues.org/1754

Haut de page

Auteur

Sylvain Souchaud

IRD/URMIS (Université Paris Diderot)

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org