Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Saglio-Yatzimirsky, Marie-Caroline & Frédéric Landy, dir. 2013. Megacity Slums. Social Exclusion and Urban Policies in Brazil and in India.

London: Imperial College Press, 2013, 464 p.
Amanda S. A. Dias
p. 247-250
Référence(s) :

Saglio-Yatzimirsky, Marie-Caroline & Frédéric Landy, dir. 2013. Megacity Slums. Social Exclusion and Urban Policies in Brazil and in India. London: Imperial College Press, 2013, 464 p.

Texte intégral

1Issu du projet Social Exclusion, Territories, and Urban Policies (SETUP), Megacity Slums est un ouvrage précieux pour toute personne s’interrogeant sur la croissance des bidonvilles au sein des métropoles contemporaines, plus précisément sur leur gestion par les différents pouvoirs locaux et nationaux. Adoptant une démarche comparative, le livre se penche sur les cas de l’Inde et du Brésil. Coïncidence ou non, depuis la fin du XIXe siècle les plus grandes agglomérations de ces géants de l’Asie du Sud et de l’Amérique du Sud connaissent une croissance parallèle. À la fin du XXe siècle, Delhi, Mumbai, São Paulo et Rio de Janeiro abritent entre onze et vingt millions de personnes. Ayant grandi rapidement et sans planification adéquate, les quatre mégalopoles font face à des défis critiques, dont la pauvreté urbaine et les questions d’ordre environnemental. Directement visibles sur leur paysage urbain, les bidonvilles semblent cristalliser ces menaces, du moins aux yeux des sociétés environnantes et des gouvernements dans lesquels ils sont insérés.

2Dans cet ouvrage, il n’est pas question de considérer les bidonvilles comme des réservoirs de la pauvreté urbaine, mais comme des indicateurs de la précarité du logement. Cette distinction permet aux auteurs de s’intéresser aux bidonvilles et à l’exclusion sociale, deux concepts qui ne renvoient pas forcément à la même réalité. Au-delà d’une lecture qui se livre à l’examen des bidonvilles, ces espaces sont envisagés comme portes d’entrée pour l’analyse des politiques urbaines et des questions de logement et d’environnement dans les quatre mégalopoles. « Les politiques publiques soulagent-elles ou amplifientelles l’exclusion sociale ? L’absence de politique publique est-elle un type de politique en soi ? La ségrégation est-elle la raison ou la conséquence des politiques urbaines ? » Voici les principales questions auxquelles l’ouvrage s’affronte.

3Le projet réunit des spécialistes du droit, de l’histoire, de l’urbanisme, de la géographie et de l’anthropologie. L’interdisciplinarité se révèle essentielle dans leur approche, notamment du fait de l’emploi de méthodes de recherche diversifiées. Enquêtes qualitatives et quantitatives, analyses de plans aussi bien que de textes juridiques et travail ethnographique se combinent ici pour tenir compte de la complexité des réalités étudiées.

4C’est autour d’un constat que les participants du projet se sont rencontrés : l’abondante littérature sur la croissance des mégapoles au Brésil et en Inde, ainsi que sur leurs conséquences en termes d’exclusion socio-spatiale, ne prend pas suffisamment en compte les politiques publiques et leurs connections avec l’éviction sociale ; de même, la perspective spatiale est fréquemment négligée. L’ouvrage se propose donc de combler ces lacunes. C’est certainement son apport principal. La perspective spatiale apparaît d’emblée comme la clé ayant permis à l’équipe de souligner les dynamiques multidimensionnelles qui sont en jeu. Les trois thèmes – exclusion sociale, politiques urbaines et espace – sont placés au cœur des études menées. Traitées par paires, leurs interconnections sont analysées de près.

5Le livre est composé de neuf chapitres, chacun abordant une thématique différente. Après une longue introduction où sont présentées les hypothèses de recherche et les bases théoriques du projet ayant donné naissance au livre, le deuxième chapitre présente les paysages urbains au niveau national et au niveau local. La notion de « bidonville » (slum) est également éclairée, révélant une situation plus complexe que ce que le simple usage des statistiques pourrait laisser croire. En bref, le fait de vivre dans un bidonville n’implique pas nécessairement l’exclusion sociale et inversement. Le troisième chapitre traite de la question des éventuels conflits entre les diverses lois et normes régissant le logement au sein des métropoles. Il se centre sur le Brésil, où la législation et le débat sont plus avancés. Il ressort de cette analyse que légitimité et légalité ne coïncident pas forcément : le « droit de la ville » (right of the city) ne se confond pas avec le « droit à la ville » (right to the city). Le chapitre quatre se constitue en miroir face au précédent. On s’y penche surtout sur les politiques urbaines en Inde (notamment dégagement, relogement et réhabilitation in situ des bidonvilles) qui se révèlent en évolution rapide, en fonction des contextes spécifiques mais aussi des réseaux d’acteurs et des intérêts en jeu. Le chapitre cinq rajoute la question environnementale à la discussion, en l’analysant dans son interaction avec les politiques de logement. Les contradictions et le manque de coordination entre les actions concernant le droit de se loger et celles dédiées à la conservation de l’environnement sont clairement exposées. En Inde comme au Brésil, les gouvernements locaux tolèrent davantage les menaces contre l’équilibre naturel lorsque celles-ci sont le fait des couches sociales favorisées et des spéculateurs immobiliers.

6Pour contrebalancer un regard qui jusqu’ici se portait du haut vers le bas, les trois derniers chapitres sont dédiés aux acteurs en jeu, principalement aux habitants des villes. Le chapitre six se consacre à l’analyse du « système d’acteurs » impliqué dans la gestion controversée d’un parc national urbain en Inde (Sanjay Gandhi National Park, Mumbai). Le chapitre sept se penche sur les effets souvent pervers de la démolition des bidonvilles au niveau local, à partir de l’expérience des familles affectées dans les deux pays. Enfin, le huitième chapitre est dédié aux mobilisations sociales concernant les bidonvilles en Inde et au Brésil, qu’elles concernent les habitants ou des agents extérieurs.

7Cet ouvrage est l’occasion d’une riche discussion sur l’intérêt et la faisabilité de la démarche comparative à large échelle. Dans un projet d’une telle ampleur, l’une des questions qui se pose est celle de la possibilité et de l’efficacité de la coopération entre les différents membres de l’équipe. Si le travail comparatif a d’abord été envisagé sous la forme de « duos » travaillant sur le même thème dans les deux pays, cela n’a pu être systématiquement le cas. La comparaison a donc été conduite de manière plus informelle, à travers des conférences, des échanges virtuels et des visites collectives sur les terrains. Les difficultés qu’implique l’orchestration des différentes enquêtes se laissent entrevoir pendant la lecture de l’ouvrage. Malgré un souci évident d’harmonisation, le travail comparatif porte ses fruits de manière plus évidente dans certains chapitres que dans d’autres. De plus, quelques-uns sont plus centrés sur un pays que sur l’autre, ce que les auteurs justifient par un choix méthodologique privilégiant les recherches qualitatives. On peut enfin regretter que l’ethnographie ne soit pas davantage convoquée dans la majorité des textes qui forment l’ouvrage, hormis les trois derniers.

8Au-delà de ces considérations d’ordre méthodologique, on ne peut, dans cette brève recension, rendre compte de la richesse de cette analyse qui aborde les diverses dimensions de la prise en main des bidonvilles par les autorités indiennes et brésiliennes. Malgré la complexité de la tâche, les auteurs envisagent avec raison la comparaison comme une approche généralisante dépassant la pure description. Pour contourner la difficulté de comparer faits et statistiques issus de deux pays différents, ils se penchent sur les processus. La mise en parallèle des espaces urbains leur a permis notamment de juxtaposer trois d’entre eux particulièrement dynamiques : la division des territoires, les mécanismes d’exclusion sociale et les réponses des divers acteurs publics. C’est à partir de l’analyse de leurs interrelations que les résultats de ce vaste projet sont examinés.

9Les similarités et différences qui en ressortent sont soulignées dans la conclusion, surtout en ce qui concerne les politiques urbaines. Brièvement, il apparaît qu’en Inde comme au Brésil la ségrégation peut être aggravée, plutôt que soulagée, par les politiques urbaines ; et que la réhabilitation, plutôt que le délogement, se répand progressivement, notamment grâce à une augmentation du nombre d’acteurs parlant au nom des pauvres. En ce qui concerne les différences, la violence dans les deux pays n’est pas de la même nature. Au Brésil elle émane surtout d’acteurs illégaux ; les politiques urbaines y sont plus effectives pour lutter contre l’exclusion du logement qu’en Inde, où la violence est engendrée par des agents légaux dans des programmes d’éradication de la pauvreté et de nettoyage des zones investies par les bidonvilles. Les auteurs observent aussi des différences entre les villes analysées. À Rio, la régularisation des territoires informels se mène d’abord au niveau municipal, avant que l’État puis le pouvoir fédéral adoptent des stratégies similaires. Il y a également des différences importantes entre les deux villes indiennes examinées : à Dehli prévalent les programmes de démolition et relogement, alors qu’à Mumbai les initiatives de réhabilitation sont plus courantes.

10Avec l’objectif affiché d’éclairer les personnes qui essayent de définir et développer des politiques urbaines appropriées pour lutter contre l’exclusion sociale, ces résultats sont résumés dans un tableau puis analysés à partir du concept de « justice spatiale ». L’ouvrage a le mérite d’ouvrir des perspectives sur la réflexion à poursuivre quant aux interrelations entre espace et justice sociale. Car, comme les enquêtes menées au sein de ce projet le montrent, la justice (et l’injustice) sociale se traduisent dans l’espace et, inversement, l’espace peut être générateur de justice (ou d’injustice) sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amanda S. A. Dias, « Saglio-Yatzimirsky, Marie-Caroline & Frédéric Landy, dir. 2013. Megacity Slums. Social Exclusion and Urban Policies in Brazil and in India. », Brésil(s), 8 | 2015, 247-250.

Référence électronique

Amanda S. A. Dias, « Saglio-Yatzimirsky, Marie-Caroline & Frédéric Landy, dir. 2013. Megacity Slums. Social Exclusion and Urban Policies in Brazil and in India. », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 août 2016. URL : http://bresils.revues.org/1758

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org