Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cardoso, Fernando Henrique. 2013. Pensadores que inventaram o Brasil.

São Paulo: Companhia das Letras, 336 p. [Ces penseurs qui ont inventé le Brésil, à paraître prochainement aux éditions Le Poisson volant]
Gabriela Nunes Ferreira
p. 250-252
Référence(s) :

Cardoso, Fernando Henrique. 2013. Pensadores que inventaram o Brasil. São Paulo: Companhia das Letras, 336 p. [Ces penseurs qui ont inventé le Brésil, à paraître prochainement aux éditions Le Poisson volant]

Texte intégral

1Pensadores que inventaram o Brasil (Les penseurs qui ont inventé le Brésil) est composé de dix-huit essais portant sur dix ténors de la pensée sociale brésilienne. Fernando Henrique Cardoso y « raconte » la manière dont la question nationale a été formulée dans son pays.

2Comme il le signale dès l’introduction, les textes rassemblés dans cet ouvrage, écrits entre 1978 et 2013, sont plus ou moins étoffés et de styles relativement différents les uns des autres. Certains prennent une tournure plus personnelle, notamment ceux qui concernent des auteurs avec qui Cardoso a eu un contact direct, comme Florestan Fernandes et Antonio Candido – ses maîtres puis ses collègues à la Faculté de philosophie de l’Université de São Paulo (USP) –, Celso Furtado, Sérgio Buarque de Holanda ou Caio Prado Jr. D’autres ont un ton plus lointain et académique, comme les essais sur Joaquim Nabuco, Gilberto Freyre ou Raymundo Faoro.

3Qu’est ce qui rassemble ces intellectuels et justifie leur présence dans ce volume ? Pour Fernando Henrique Cardoso, ils ont en commun de s’être affrontés à la question nationale, au problème de la formation du Brésil. Ils ont tous, d’une manière ou d’une autre et à différents moments (entre la fin du XIXe siècle et les années 1970), cherché à répondre aux questions suivantes : que sommes-nous ? Que pouvons-nous être ?

4La toile de fond de l’ouvrage est donc celle des débats intellectuels qui se poursuivent au Brésil depuis plus d’un siècle. Nous voyons naître ce qui va devenir la préoccupation centrale de l’intelligentsia : la formation nationale. Nous la voyons s’étendre à des questions telles que l’héritage colonial, l’esclavage, les profondes différences régionales, la formation du peuple brésilien et de son identité. Nous découvrons, surtout à travers l’essai sur Celso Furtado, comment la problématique du développement devient prioritaire dès les années 1950 et comment l’économie s’installe alors comme instrument-clé de l’analyse. Pour Fernando Henrique Cardoso lui-même ainsi que pour sa propre génération durant la décennie 1960, la « question nationale » était déjà relativement résolue. De nouveaux thèmes ont alors gagné en urgence par la force même des circonstances politiques, en particulier celle du combat pour la démocratie. Et, vers la fin du XXe siècle, d’autres débats se sont ouverts pour répondre au défi de la mondialisation.

5Sur la base de ce continuum, se déploient plusieurs développements parallèles, plusieurs histoires. En premier lieu, le lecteur découvre la pensée des dix intellectuels convoqués – Joaquim Nabuco, Euclides da Cunha, Paulo Prado, Gilberto Freyre, Sérgio Buarque de Holanda, Caio Prado Jr., Antonio Candido, Florestan Fernandes, Celso Furtado et Raymundo Faoro – comme autant de variations sur le thème principal. Avec clarté et un sens aigu de la synthèse, Fernando Henrique Cardoso en donne sa lecture et montre en quel sens chacun a été un « inventeur du Brésil ». Toutefois, il fait aussi référence aux principales interprétations formulées par d’autres chercheurs. De plus, comme le souligne José Murilo de Carvalho dans sa postface, plusieurs essais avancent de vives critiques tout en maintenant le souci de saisir les contributions de chacun au débat. C’est le cas, par exemple, dans les pages consacrées à Gilberto Freyre. Malgré les observations sur les contradictions de son argumentation et, surtout, sur le conservatisme inhérent à son analyse des relations entre maîtres et esclaves, Fernando Henrique Cardoso reconnaît le caractère « révolutionnaire » de la pensée du Pernambucano. En effet, précise-t-il, il a mis en lumière l’importance de la vie quotidienne et privée dans l’appréhension des rapports sociaux et attribué – contre les normes de l’époque – un sens positif au métissage racial. Ainsi, l’œuvre de Freyre est devenue classique en construisant le mythe d’une identité brésilienne résultant de ce processus de mélanges des races et des cultures. À Raymundo Faoro, il reproche le poids excessif attribué à l’action de la haute bureaucratie (estamento burocrático), tout en faisant l’éloge du dévoilement du caractère patrimonialiste de l’État brésilien. Dans son analyse, Fernando Henrique cherche à situer les œuvres dans leurs contextes respectifs de production et de réception, fuyant l’anachronisme ; néanmoins, il se demande aussi, à divers moments, dans quelle mesure ces textes continuent à nous interpeller aujourd’hui.

6Un autre développement, se poursuivant dans plusieurs essais du livre, est celui qui porte sur l’institutionnalisation des sciences sociales au Brésil. Comme le souligne José Murilo de Carvalho, cette histoire ne pouvait être abordée qu’à partir de l’USP qui, indéniablement, a joué un rôle-clé dans ce processus. On s’en rend compte à partir des témoignages personnels de Cardoso sur Florestan Fernandes et Antonio Candido mais aussi à partir de l’analyse de l’œuvre de Gilberto Freyre qui a été la cible privilégiée des critiques de « l’École de sociologie pauliste ». Peu d’images sont aussi éloquentes que celle du tablier blanc évoquée dans plusieurs essais. Porté par les enseignants de la Faculté de philosophie, il symbolisait l’affirmation de la sociologie comme science. Pour eux, régie par des principes et des méthodes rigoureux, possédant une base empirique solide, elle s’était substituée aux études de nature plus impressionniste du passé.

7Cela nous conduit directement à une autre strate narrative de l’ouvrage, celle de Fernando Henrique Cardoso lui-même, sociologue et homme public brésilien. On y découvre en effet les étapes de sa formation avec son admission à l’École de philosophie de l’USP en 1949 ; les influences intellectuelles dont il bénéficie à divers moments de son parcours ; les événements politiques qui ont marqué sa vie, comme le coup d’État militaire de 1964, qui l’a d’abord conduit au Chili – où il a connu de plus près Celso Furtado – et l’a lancé dans la lutte pour la démocratie. En fait, la vision de Cardoso sur le Brésil imprègne tous les textes car les analyses sont menées en dialogue avec sa propre pensée. À travers les caractéristiques mises en évidence et valorisées chez les intellectuels rassemblés, les valeurs chères à l’auteur nous apparaissent aussi. À propos de Florestan Fernandes, par exemple, il note que la passion idéologique n’a jamais étouffé la perspicacité du sociologue : malgré la forte influence du marxisme sur sa pensée, il a su reconnaître l’importance du libéralisme dans la formation du Brésil. Avec Antonio Candido, il nous rappelle l’heureuse combinaison de la profonde réflexion théorique et de la « passion pour le concret ». De Sérgio Buarque et Raymundo Faoro, il retient la défense de la démocratie présente dans leurs œuvres. Dans l’essai sur Joaquim Nabuco, qui ouvre le livre, ce dernier est présenté comme l’analyste des problèmes sociaux les plus profonds du Brésil, mais aussi comme l’homme politique, engagé dans l’action visant à la transformation sociale. Peut-on dessiner un meilleur autoportrait de Fernando Henrique Cardoso ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriela Nunes Ferreira, « Cardoso, Fernando Henrique. 2013. Pensadores que inventaram o Brasil.  », Brésil(s), 8 | 2015, 250-252.

Référence électronique

Gabriela Nunes Ferreira, « Cardoso, Fernando Henrique. 2013. Pensadores que inventaram o Brasil.  », Brésil(s) [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 mai 2016. URL : http://bresils.revues.org/1763

Haut de page

Auteur

Gabriela Nunes Ferreira

Université fédérale de São Paulo (Unifesp)

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org