Navigation – Plan du site
Dossier – Esclavage contemporain

Géographies du travail esclave rural contemporain

Geografias do trabalho escravo rural contemporâneo
Geographies of Modern Rural Slavery
Hervé Théry, Neli Aparecida de Mello, Eduardo Paulon Girardi et Julio Hato

Résumés

L’article analyse l’esclavage dans les campagnes brésiliennes en cartographiant les données disponibles sur les libérations de travailleurs esclaves et les dénonciations de cas d’esclavage. Il analyse la répartition du phénomène, identifie les situations liées à l’esclavage et construit des indices synthétiques de probabilité de présence d’esclaves et de vulnérabilité au recrutement. Il espère ainsi contribuer à la lutte contre l’esclavage rural, faciliter sa répression et sa prévention.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

labor, slavery, mapping, Brazil

Palavras chaves :

trabalho, escravidão, mapeamento, Brasil
Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juillet 2015 ; approuvé en janvier 2016

Texte intégral

  • 1 Cet article est une synthèse de l’Atlas do trabalho escravo réalisé par les auteurs pour le Bureau (...)

1Le Brésil est un des grands pays dits émergents et il n'en est donc que plus honteux de constater qu'on y trouve encore des milliers de travailleurs dont les conditions de travail sont assimilables à celles des esclaves de naguère. Dans cette étude1, nous examinons les formes contemporaines de l’esclavage qui existent encore dans certaines régions rurales du Brésil, où les travailleurs exécutent des tâches pénibles dans des conditions inhumaines, sans recevoir un paiement approprié pour leur travail et surtout sans pouvoir le quitter librement.

2Pour permettre l’interprétation de la réalité dans laquelle le travail esclave est inséré, les informations disponibles sur ce phénomène ont été transformées en cartes, en particulier les données sur les libérations de travailleurs esclaves et les dénonciations de cas d’esclavage. Nous avons ensuite examiné les structures, les flux et les tendances révélés par cette cartographie, ce qui permet : a) de comprendre la distribution du phénomène au Brésil ; b) d’identifier les situations qui favorisent ou inhibent l’esclavage des travailleurs ; c) de construire des indices synthétiques qui évaluent la probabilité de présence d’esclaves et la vulnérabilité au recrutement. Le recours à des données postérieures à celles utilisées dans l'étude originelle (1995-2006) nous a permis de confirmer ces résultats et de détecter des évolutions récentes (2007-2012). Nous espérons ainsi contribuer à la lutte contre l’esclavage en milieu rural en facilitant à la fois la répression et la prévention de ce crime.

Définitions

3La recherche a été menée à la demande de l'OIT (sigle en portugais du Bureau International du Travail) qui suit dans le monde entier les diverses formes de travail. Au Brésil l’organisation travaille en partenariat avec le ministère du Travail et de l’Emploi (MTE), la Police fédérale (PF), la Commission pastorale de la terre, de l’Église catholique (CPT) et d’autres institutions pour sauver les personnes qui sont soumises à diverses formes de ce que l'OIT qualifie de « travail esclave » ou de « conditions de travail analogues à l’esclavage ». Nous avons donc pour ce travail adopté la définition retenue par l’OIT pour qui :

La caractéristique la plus visible du travail esclave est le manque de liberté. Les quatre façons les plus courantes de restreindre cette liberté sont : la servitude pour dettes, la confiscation de documents d’identité, l’accès difficile au site et la présence de gardes armés. Ces caractéristiques sont souvent accompagnées de conditions inhumaines de vie et de travail et du mépris absolu de la dignité d’une personne. (OIT 2005).

4Organisation internationale, pour pouvoir agir au Brésil l'OIT s'appuie sur la législation brésilienne, sur la base de laquelle ont été conclus les divers accords de partenariat et qui fixe les sanctions juridiques. La loi n° 10 803 du 11 décembre 2003, modifie l’article 149 du décret n° 2 848 du 7 décembre 1940 ; elle stipule que le travail esclave consiste en :

Réduire quelqu’un à une condition analogue à l’esclavage, le soumettre au travail forcé ou à une journée de travail épuisante, le soumettre à des conditions de travail dégradantes, ou restreindre ses déplacements, par quelque moyen que ce soit, en raison de sa dette envers l’employeur ou ses agents responsables.

  • 2 Au Brésil, il a été aboli en 1888.

5Peut-on pour autant parler d’esclavage dans le Brésil contemporain ? La question a de fait suscité de nombreux débats dans les sciences sociales, certains chercheurs considérant, d’un côté, qu’il s’agit d’un anachronisme dans les pays où l’esclavage a été aboli de longue date2, d’autres estimant que certaines situations d’exploitation peuvent effectivement être apparentées à ce que fut historiquement l’esclavage. Divers auteurs ont étudié le travail forcé et l’ont conceptualisé de différentes manières : pour Eduardo França Paiva (2005), parler de travail esclave dans le Brésil contemporain est un anachronisme. Il ajoute : « Diminuer la capacité de l’autre et lui ôter toute responsabilité pour devenir son protecteur et son sauveur relève d’une pratique ancienne. Cela a toujours été la stratégie de domination dont se sont servis les puissants de ce monde, quelles que fussent leur couleur, leurs croyances ou leurs tendances politiques. » Il serait du plus grand intérêt d’étudier la genèse et la diffusion au Brésil de ces diverses définitions, à la fois comme catégories d’analyse scientifique et comme bases de l’action publique et de celle des ONG. Car de façon plus pragmatique que les universitaires spécialistes de sciences sociales, ces dernières ont cherché à définir des critères qui puissent guider leur action. Pour Anti-Slavery International (ASI), quelques caractéristiques permettent de distinguer l’esclavage d’autres formes de violation des droits de l’homme, le travailleur esclave étant défini par quatre aspects fondamentaux :

i) quand il est forcé de travailler par l’oppression physique ou psychologique, ii) quand il est possédé ou contrôlé par un « employeur », habituellement par la pression mentale ou psychique, ou par des menaces de violence, iii) quand il est déshumanisé, traité comme un objet ou acheté et vendu comme un « bien » et iv) quand il est contraint physiquement ou subit des restrictions à son droit d’aller et venir. (ASI 1999)

6La CPT l'utilise constamment dans sa revue Caderno Conflitos no Campo – Brasil comme principal critère pour caractériser la main-d’œuvre esclave :

La soumission du travailleur. Cette sujétion peut être physique et mentale. Moyens d’atteindre la soumission : la dette croissante et impossible à payer. (CPT 1995, 46). [...] Les éléments qui caractérisent la restriction de la liberté, que ce soit par des mécanismes d’endettement ou par la force (propriétaires ou employés armés, meurtres, passages à tabac, et pratiques d’intimidation). (Vieira & Esterci 2003, 138)

7Les formes de restriction à la liberté des travailleurs sont en effet diverses, allant de l’isolement géographique au comportement menaçant des employeurs. Les aliments doivent être achetés dans les magasins des propriétaires, à des prix très élevés, ce qui contribue à accroître les dettes, qui s’ajoutent au paiement du voyage, des outils et d’équipements de protection (qui devraient être fournis par l’employeur). Les activités développées par les travailleurs asservis sont physiquement dures, souvent associées à des conditions de vie dégradantes car, généralement, ils vivent dans des cabanes ou dans des logements communautaires, dans lesquels les conditions d’hygiène sont désastreuses.

  • 3 La première étape de la préparation des cartes a été effectuée à l’aide des logiciels Cartes et Don (...)

8Pour établir des corrélations entre les données sur la main-d’œuvre esclave et leur contexte économique et social, nous avons d’abord analysé les principales caractéristiques du travail esclave au Brésil, offrant ainsi une base solide pour construire les hypothèses. Par l’analyse conjointe des données sur le travail des esclaves et d’autres facteurs nous cherchons a) à orienter la recherche de cas similaires, puisque pour le moment, sur le terrain, les actions sont uniquement fondées sur des dénonciations et b) à contribuer à des politiques visant à prévenir l’esclavage, en détectant les régions les plus vulnérables au recrutement des travailleurs. Pour ce faire, nous avons élaboré des cartes thématiques3 et de synthèses fondées sur des techniques d'analyse multivariée. Ces données ont été interprétées et représentées à l’échelle la plus détaillée possible, celle des communes ou, le cas échéant, celle des microrégions ou des États fédérés.

  • 4 Une limitation atténuée par le fait que certains des membres de l'équipe avaient plusieurs décennie (...)

9On notera qu'en parallèle à notre travail essentiellement statistique et cartographique, qui ne disposait ni des délais ni des moyens logistiques de mener des recherches de terrain4, l'OIT avait confié une étude anthropologique à une autre équipe coordonnée par Leonardo Sakamoto. Celle-ci, reposant sur des entretiens avec des travailleurs libérés, des gatos (intermédiaires chargés de les recruter et de les convoyer jusqu'au lieu de travail) et même certains employeurs, donne la parole aux acteurs concernés et analyse leur discours et leurs relations complexes. Il est en effet bien établi que la domination exercée sur les travailleurs par les gatos et les fazendeiros repose sur des mécanismes de domination personnelle, un type de relation patron-client ou ce que Pierre Bourdieu définit comme violence symbolique. Dans la plupart des cas, le gato est en effet une personne connue ayant des liens de parenté ou de voisinage avec les travailleurs asservis. Nous conseillons donc, pour bien comprendre le phénomène, de se reporter à ces travaux anthropologiques, les deux approches étant évidemment complémentaires.

Mesures

10Deux bases de données sur le travail esclave sont les principales sources sur ce phénomène : celles de la CPT et du MTE. La CPT a été à l’origine du processus puisque, depuis les années 1980, elle enregistre les dénonciations de cas de travail forcé, ignorées par l’État jusqu’en 1995, lorsque le ministère du Travail a commencé à inspecter les cas signalés. En 1995, ce dernier a créé le Groupe spécial d’inspection mobile, lié au groupe de répression du travail forcé (GETRAF) et au Secrétariat d’État à l’Inspection du travail (SIT). Le groupe mobile, avec l’aide de la police fédérale, effectue des inspections sur les lieux où lui ont été signalés des cas d’esclavage. Si le constat est positif, les travailleurs sont libérés, des amendes infligées à l’employeur qui, de plus, doit effectuer le paiement immédiat des salaires et des impôts. Ensuite, les ouvriers sont renvoyés à leur lieu d’origine, aux frais de l’employeur, et ils bénéficient de trois mois d'indemnités de chômage.

11Les données du MTE ont trait aux travailleurs libérés par le groupe mobile de 1995 à 2008. Le nombre réel de travailleurs esclaves est certainement plus élevé, car il n’est pas possible de vérifier toutes les plaintes et, dans certains cas, les opérations échouent parce qu’une fuite se produit. De ce fait les contrôleurs et la police sont souvent devancés par les propriétaires qui, ayant eu connaissance de l’enquête, ont eu le temps de préparer le terrain.

12Avant la création du groupe mobile, les dénonciations n’étaient en général pas vérifiées, en raison des craintes des équipes pour leur sécurité, de la situation économique et des omissions ou de l’indifférence des contrôleurs, qui entretenaient des relations d’amitié avec les accusés.

13Entre 1990 et 2006, la CPT a enregistré des plaintes concernant 133 656 travailleurs forcés et, entre 1995 et 2006, le département du Travail en a libéré 17 961. L’analyse des données de 1996 à 2006 montre que, depuis 2001, il y a eu une augmentation significative du nombre de personnes concernées par des dénonciations (CPT) et de personnes libérées (MTE). L’action du groupe mobile, en liaison avec la CPT, a eu des résultats. Son rayon d’action couvre désormais onze États de la fédération brésilienne (sur 27). Dans un premier temps nous concentrerons notre analyse sur les données de la période 1995 à 2006, celles de 2007 et 2008 étant utilisées à titre de vérification.

Répartition du travail esclave

14La configuration territoriale du travail esclave peut être élaborée grâce à l’analyse des origines géographiques des travailleurs, des lieux où ils ont été libérés, des lieux mentionnés dans les plaintes et de leurs lieux de résidence après leur libération (carte n° 1). Les travailleurs libérés viennent de tout le pays, à l’exception des États situés à l’extrême ouest. Il existe cependant une importante zone de concentration dans les États de Maranhão, Piauí, dans le nord du Tocantins (région connue sous le nom de « bec de perroquet ») et dans le nord-est du Pará. Un deuxième groupe est originaire du « polygone de la sécheresse », principalement du nord-nord-ouest de Minas Gerais et des régions centrale et occidentale de Bahia. Un troisième axe se dessine dans le centre du Goiás, l’ouest du Paraná et de Santa Catarina et les régions côtières, avec des effectifs plus faibles.

15La deuxième des quatre cartes porte sur le lieu de résidence des travailleurs après leur libération. Ce sont les villes où ils reçoivent leurs indemnités de chômage, pour lesquelles des données ne sont disponibles qu’à partir de 2002. Selon cette source, le plus grand nombre d’entre eux vivaient alors dans les bourgades situées au long de la route transamazonienne et dans les communes voisines du Pará, du Tocantins, du Maranhão et du Piauí. Cependant, d’autres concentrations apparaissent sur les axes routiers principaux des États du Mato Grosso, du Goiás et du Tocantins ainsi que dans les régions nord-nord-ouest de Minas Gerais et ouest de Bahia.

16Un autre aspect mis en évidence par la troisième carte est la concentration des communes où ont eu lieu des libérations de travailleurs esclaves. Entre 1995 et 2006, seuls cinq États n'ont pas connu de libérations : le Roraima et l’Amapá, en Amazonie, et le Pernambuco, l’Alagoas et le Sergipe, dans le Nordeste. Dans les 22 autres, même les plus riches, le phénomène est présent, bien que beaucoup de travailleurs aient été libérés dans l’État du Pará, suivi par le Mato Grosso, puis par l’ouest de Bahia et le centre-sud du Goiás. Il est intéressant de noter qu’alors que les travailleurs libérés proviennent principalement de l’est du Pará, dans les États du Mato Grosso et de Bahia on observe une dispersion sur tout le territoire.

17À l’examen des données des dénonciations enregistrées par la CPT, représentées sur la quatrième carte, il apparaît que la configuration est un peu différente de celle du nombre d’esclaves. La majorité absolue se situe dans l’État du Pará, suivi par l’ouest de Bahia, le Mato Grosso, l’est de São Paulo et le sud-ouest de Minas Gerais. Seuls les États de l’Amazonas, du Roraima, du Ceará, de la Paraíba et du Sergipe n’ont pas enregistré de dénonciations de cas de travail esclave.

18La comparaison des deux dernières cartes permet de voir la différence entre les dénonciations et les libérations dans l’État de Bahia : alors que les dénonciations sont concentrées dans l’ouest, les libérations sont disséminées dans tout l’État. Le Minas Gerais est un autre cas où apparaît une grande différence entre de nombreuses dénonciations et peu de libérations.

Carte n° 1 – Répartition des travailleurs esclaves

Carte n° 1 – Répartition des travailleurs esclaves

D’où viennent et où vont les travailleurs esclaves ?

19La carte n º 2 montre le déplacement des travailleurs depuis leur État natal jusqu’à celui où ils ont été libérés du travail esclave. Le plus grand flux de migration – environ 800 travailleurs – est celui qui mène du Maranhão au Pará. Le deuxième va du Tocantins au Pará, il concerne environ 600 travailleurs libérés, le troisième est constitué par environ 400 travailleurs qui ont migré du Maranhão vers le Tocantins. Une quatrième catégorie de flux, de moins de 200 travailleurs, montre les sorties du Paraná, du District Fédéral, de Bahia, de l’Alagoas et du Maranhão vers le Mato Grosso.

Carte n° 2 – Flux de travailleurs

Carte n° 2 – Flux de travailleurs

20Si l’on se focalise sur un secteur plus petit, les quatre principaux États où se concentre le phénomène du travail esclave, on perçoit les liens entre le lieu de naissance et le lieu de libération. À cette échelle, le processus de libération des travailleurs esclaves est hautement concentré dans les États du Pará et du Mato Grosso (carte n° 3) alors que les lieux d’origine sont surtout le Maranhão et le Tocantins, le nombre de travailleurs nés dans les États du Mato Grosso et du Pará étant très bas.

Carte n° 3 – Lieux de naissance et de libération dans le Pará, le Maranhão, le Mato Grosso et le Tocantins

Carte n° 3 – Lieux de naissance et de libération dans le Pará, le Maranhão, le Mato Grosso et le Tocantins

Travail esclave et activités économiques

21En analysant les données issues des dénonciations, les informations tirées de la revue Caderno de Conflitos no Campo de la CPT depuis 1986 et les registres de travailleurs libérés par le groupe mobile de surveillance du ministère du Travail, à partir de 1995, on remarque que le travail esclave se concentre principalement dans quelques activités économiques : la production de charbon de bois, la sidérurgie (fabrication de fonte au charbon de bois), l'orpaillage, les scieries, les tuileries et briqueteries. La carte n° 4 met en parallèle trois activités également concernées (l’élevage bovin, la production de charbon de bois et celle de bois) avec le déboisement.

22La croissance du nombre de bovins par microrégion entre 2000 et 2005 dessine un grand arc qui a pratiquement la même forme que l’« arc du déboisement » au sud de l’Amazonie, les couleurs chaudes (du jaune au rouge) montrant les régions où le cheptel a augmenté, les froides (bleu clair et foncé) celles où il a diminué : l’accélération de la croissance du nombre de bovins coïncide largement avec les régions de libération de travailleurs, spécialement dans le sud-est du Pará.

Carte n° 4 – Bovins, charbon de bois, bois et déboisement

Carte n° 4 – Bovins, charbon de bois, bois et déboisement

23Pour le charbon de bois, les données montrent une concentration dans quatre régions : la plus grande d’entre elles se situe dans l’ouest de Bahia, suivie par le Mato Grosso do Sul, le Maranhão et le Pará. Or, il est notoire que les conditions de travail dans la production du charbon de bois sont extrêmement précaires, l’activité y est le plus souvent illégale, ce qui facilite le recrutement de travailleurs asservis. Dans la région de Rondon do Pará, par exemple, elle a commencé à se développer dans les années 1980, avec des charbonnières, pour la plupart illégales, utilisant des fours du type « rabo quente », qui carbonisent les résidus de production des pâturages, des plantations, du déboisement primaire et secondaire. La majeure partie du charbon est destinée aux entreprises sidérurgiques et la majorité des charbonneries utilisent des résidus de bois pour produire du charbon. L'emploi de travail esclave dans ce secteur a été intense dans les années 1990 mais sa répression et la crise dans le secteur de l'acier ont conduit à une réduction de cette activité et du nombre de cas concernés.

24La production de bois d'œuvre est l'une des plus liées à une exploitation illégale des ressources naturelles, principalement en Amazonie, où la majorité absolue du bois est produite illégalement, sans plan de gestion sylvicole. L’hypothèse précédente est valide ici aussi : si l’activité est illégale, on peut s'attendre à ce que la situation des travailleurs qui y sont impliqués le soit également.

25Dans ces secteurs économiques et dans d’autres, le déboisement concentre une grande partie de la pratique du travail esclave. La corrélation entre les deux situations est en effet très forte (comme le montre leur coïncidence territoriale) et l’utilisation de ce type de travail dans la phase initiale du déboisement (nettoyage du sous-bois, ouverture de layons, etc.) est bien établie. Bien que la carte du déboisement se limite à l’Amazonie légale, elle couvre les principaux secteurs de concentration du travail esclave, l’Amazonie orientale et le nord du Centre-Ouest.

26Le soja est souvent accusé d’être un des principaux coupables de la dévastation de l’Amazonie, il y est entré en se déplaçant depuis le Sud, où avait commencé sa production dans les années 1970, après avoir parcouru toutes les savanes arborées des cerrados. Ses producteurs nient toute responsabilité dans le déboisement et plus encore dans l’utilisation de travail forcé. Ce dernier point est confirmé par les données disponibles : les régions où se situe aujourd’hui le gros de la production de soja ne coïncident pas, ou ne coïncident que très partiellement, avec les concentrations de personnes en situation de travail esclave.

27Deux raisons peuvent être avancées : le front de déboisement, ouvert en utilisant beaucoup de main-d’œuvre et de travail esclave, a déjà dépassé ces régions et le système de production de soja, hautement capitalisé, préfère faire appel à la mécanisation, qui exige des travailleurs plus qualifiés. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de travailleurs à libérer dans ces régions, mais qu’ils doivent être cherchés dans les marges du système, là où il est encore en cours de constitution, et non dans son cœur productif.

28Dans les régions de canne à sucre et de distilleries on ne trouve que très peu de cas de travail esclave, ce qui ne veut pas dire que la situation des ouvriers, notamment celle des coupeurs de canne, ne soit pas très dure : les conditions de logement sont précaires et tous les ans on déplore nombre de morts par épuisement. Toutefois, comme ces secteurs sont très surveillés (ils sont proches des grandes villes du pays et sont de plus en plus entre les mains de sociétés étrangères) ils ont pris le parti d'être le plus « propres » possible, de veiller à ne pas tomber sous le coup de la loi, en particulier en ne restreignant pas la liberté de mouvement des travailleurs. Ceux-ci se soumettent en effet volontairement et en pleine connaissance de cause à des conditions de travail très dures (paiement au rendement, logements spartiates) pour rapporter une plus grande partie de leur maigre salaire dans leur région d'origine. De surcroît, à la fois pour des raisons techniques et pour se libérer définitivement de toute critique dans ce domaine, les producteurs de canne ont de plus en plus recours à des machines pour récolter la canne, chacune d'entre elles remplaçant une centaine de travailleurs. À court terme il n'y aura donc plus de risque d'esclavage – ni hélas d'emploi pour les travailleurs non qualifiés – dans ce secteur…

Travail esclave, violence et fronts pionniers

29Violence et travail esclave sont, sans aucun doute, des pathologies sociales en étroite corrélation. Une étude menée par la Délégation régionale du Travail du Pará (2006) met en lumière un ensemble complexe de variables qui contribuent fortement à la présence simultanée des deux situations. La violence est l'une des caractéristiques qui marquent le plus la lutte pour la terre au Brésil : si, entre les années 1960 et 1970, le foyer principal en était le Nordeste, à partir de 1972, il s’est déplacé vers l’Amazonie, atteignant tant les posseiros (agriculteurs sans titre de propriété) que les Indiens.

30Dans l’État du Pará, des épisodes comme celui d’Eldorado de Carajás (en 1996, qui entraîna la mort de 19 paysans sans terre) sont encore dans la mémoire publique. Si nous associons le nombre de travailleurs libérés avec le taux d’homicides (carte nº 5), ses niveaux les plus élevés (entre 40 et 165 pour cent mille personnes) apparaissent dans le sud-est du Pará et dans le nord du Mato Grosso. Autre variable significative, le taux d’homicides par arme à feu présente une configuration semblable, avec néanmoins des valeurs un peu plus basses, le maximum atteignant 130 pour cent mille personnes. Ici encore se singularisent le Pará, le nord du Mato Grosso, tout le Mato Grosso do Sul, le Goiás, le Roraima et le Pernambuco (dans ce dernier cas il s'agit de la principale région de production de cannabis, laquelle s'accompagne de multiples violences, mais sans travail esclave).

Carte n°5 – Taux d’homicides et nombre de travailleurs libérés

Carte n°5 – Taux d’homicides et nombre de travailleurs libérés

31Quand nous introduisons une autre variable dans la corrélation avec le travail esclave, l’année de création de la commune (carte nº 6), apparaît la même forte concentration dans l’est du Pará. Les communes créées entre 1997 et 2001 sont localisées principalement dans le nord du Mato Grosso, le Rondônia, le Roraima et le Pará. Ce processus est une résultante non seulement de la croissance économique des régions du front pionnier, mais aussi de l’action politique d’une partie de ses habitants, qui veulent l’indépendance de « leur » ville par rapport à une ville éloignée, dont les intérêts – selon eux – ne coïncident plus avec les leurs. Esprit pionnier, volonté d’indépendance, courage face à des situations difficiles font partie du même complexe social, politique et économique, dont la face obscure est la présence permanente de la violence et du travail esclave.

Carte n°6 – Année de création de la commune et nombre de travailleurs libérés

Carte n°6 – Année de création de la commune et nombre de travailleurs libérés

Mise en relation des facteurs

  • 5 L'Atlas do trabalho escravo comporte de nombreuses autres cartes analytiques de ce type.

32Après avoir analysé un par un les aspects du travail esclave tels qu’on peut les percevoir dans les données disponibles, et tenté quelques mises en relation avec des facteurs présumés explicatifs5, il faut maintenant aller plus loin. Traiter conjointement un grand nombre de variables économiques et sociales, par des méthodes appropriées, permet de mettre en lumière le contexte dans lequel se développe ce phénomène. On pourrait même ici parler d'un syndrome social, dont le travail esclave n’est que le symptôme le plus aigu.

  • 6 Le município (équivalent grosso modo de la commune) où la valeur est la plus haute se voit attribue (...)

33Nous avons tout d’abord rassemblé et testé une série de variables et d’indicateurs synthétiques produits soit par des organismes producteurs de statistiques (IBGE, IPEA, etc.) soit par des spécialistes reconnus des sciences sociales (liste sur le graphique n° 1). Après avoir sélectionné celles que nous avons jugées pertinentes, et les avoir réduites à une métrique commune6, nous les avons soumises toutes ensemble, avec les variables représentatives du travail esclave, à une analyse factorielle, de façon à faire ressortir les convergences et divergences de facteurs.

  • 7 Les sigles utilisés dans les légendes du graphique sont développés à la fin de l’article, comme c’e (...)

Graphique n° 1 – Plans factoriels 1-2 et 3-47

Graphique n° 1 – Plans factoriels 1-2 et 3-47

34La structure qui ressort la première (facteur 1, représentant 34,4% de la variance totale) oppose nettement deux parties du pays, celle qui bénéficie des meilleurs indices sociaux et celle où la situation sociale est nettement moins bonne, et qui a constitué la base électorale du président Luís Inácio Lula da Silva en 2006et de la présidente Dilma Rousseff en 2010 et 2014. La première rassemble les régions Sud-Est, Sud et Centre-Ouest, la seconde l’essentiel des régions Nordeste et Nord (Amazonie), le Brésil le plus développé et celui qui l’est le moins. Il s’agit là d’une des partitions les plus fortes du pays, sur laquelle le travail esclave ne peut évidemment pas peser, les variables qui le représentent sont donc centrées sur la moyenne, mais on notera (et cela n’est pas sans rapport avec cette situation moyenne) que de ces deux régions de concentration principales – Amazonie orientale et Mato Grosso –, l’une fait partie du premier ensemble et l’autre du second.

35Le deuxième axe (12,3% de la variance) est en revanche fortement déterminé par les variables liées au travail esclave et à la violence, du côté négatif (vers le bas du graphique n° 1). Sur la carte n° 7 les couleurs froides (gamme de bleus) dessinent exactement les contours de la région marquée tant par le travail esclave que par les violences rurales. Sur les axes 3 et 4 (8,6% et 6,7% de la variance), les variables du travail esclave et de violence se distinguent. Les premières marquent le côté négatif (en bleu) des deux axes, alors que les variables de violence ouverte (homicides et décès causés par des armes à feu) se détachent nettement du côté positif (couleurs chaudes), principalement sur l’axe 4.

36Les phénomènes du travail esclave et de la violence sont donc assez forts pour marquer – en second rang, il est vrai – une analyse où elles sont mêlées à d’autres facteurs sociaux plus synthétiques.

Carte n° 7 – Facteurs 2 et 4 de l’analyse factorielle

Carte n° 7 – Facteurs 2 et 4 de l’analyse factorielle

Indices de risque d’esclavage et de vulnérabilité au recrutement

37Comment une analyse statistique et cartographique du travail esclave peut-elle – dans une modeste mesure – contribuer à la lutte contre ce syndrome pernicieux ? On peut élaborer, à partir de données accessibles, un indice de probabilité de présence de travail esclave, indépendamment des dénonciations. Un tel indice aiderait à estimer l'ampleur du phénomène dans les régions où il est probable qu’il existe, bien qu’aucune opération n’y ait encore été menée, voire aider à orienter des recherches là où on peut supposer que des cas de travail esclave peuvent exister.

  • 8 L’indice a été élaboré de la manière suivante : on a d’abord regroupé entre elles les variables éco (...)

38Le test de la valeur de l’indice8 est que les régions qu’il désigne soient effectivement le plus possible celles où des situations de travail esclave ont été constatées. La carte n° 8 représente cet indice et correspond à ces exigences : les cas constatés (moyenne des données MTE et CPT) sont bien situés dans les plages de couleurs les plus fortes – celles où l’indice est à son maximum – et très peu d’entre eux dans les zones claires (indice bas). Les zones de plages sombres sans cas constatés sont celles où l’on peut supposer – hors du littoral ou des environs de Brasília, où les conditions sociales sont différentes – que des cas de travail esclave pourraient être détectés si des recherches y étaient faites.

39Les situations critiques se situent principalement dans un ensemble de quatre États (Pará, Maranhão, Tocantins et Mato Grosso). Et c’est dans l’ouest du Pará et le nord-ouest du Mato Grosso qu’apparaissent des communes où l’indice est élevé mais où peu ou pas de cas de travail esclave ont été dénoncés et repérés : ils sont situés sur l’avant du front de défrichement, là où on embauche pour débroussailler la forêt avant d’abattre les arbres, justement une des fonctions où le recours aux travailleurs en situation d’esclavage est fréquent. On comprend bien que les dénonciations et les actions qui en découlent soient rares, ce sont des lieux très peu accessibles, mais on peut penser que des recherches menées dans ces régions, sans attendre de dénonciations, seraient probablement fructueuses.

Carte n°8 – Indice de risque d’esclavage et nombre de travailleurs libérés

Carte n°8 – Indice de risque d’esclavage et nombre de travailleurs libérés

40Détecter les cas de travail esclave sans attendre les dénonciations est évidemment un progrès, mais on peut espérer, par les mêmes méthodes, faire un pas de plus : identifier les régions où existe un risque sérieux de recrutement de travailleurs qui se retrouveront en situation d’esclavage, autrement dit une vulnérabilité au recrutement d’esclaves (aliciamento).

  • 9 L’indice est composé de la moyenne de variables dont nous avons conclu, après les avoir testées, qu (...)

41À l’échelle nationale, la coïncidence entre les plages de haut indice de vulnérabilité9 et les lieux où sont nés les travailleurs libérés de situation d’esclavage (naturalidade) est élevée, notamment dans le Nordeste, d’où viennent la plupart des cas connus. Deux exceptions semblent infirmer la validité de l’indice, le Sud-Sudeste et la haute Amazonie, mais ces exceptions ne sont qu’apparentes. Dans le cas de la haute Amazonie les effectifs humains présents sont trop faibles pour intéresser les recruteurs et dans le cas du Sud-Sudeste le lieu de naissance n’a été qu’une étape sur une longue route de migrations. On peut le vérifier en comparant le lieu de naissance des travailleurs libérés avec celui où ils sont domiciliés après leur libération : beaucoup de ceux qui sont nés dans le Sud-Sudeste – par exemple dans le Paraná – sont en fait des enfants de Nordestins qui se trouvaient là au moment de leur naissance pour y travailler où y chercher du travail. Certaines régions du Sud-Sudeste alimentent de fait le flux de travailleurs réduits en esclavage, par exemple le nord de Minas Gerais ou les régions d’agriculture familiale de l’ouest de Santa Catarina. Sans conteste, le grand « réservoir » où puisent les gatos est le Nordeste et, en particulier, le Maranhão, cette fois bien plus exposé que le Pará.

Carte n° 9 – Indice de vulnérabilité au recrutement et nombre de travailleurs libérés

Carte n° 9 – Indice de vulnérabilité au recrutement et nombre de travailleurs libérés

Corrélations et résidus

42Arrivé à ce stade reste une étape à franchir : mettre en rapport les indices qui ont été élaborés, non pour le seul plaisir de la recherche, mais aussi pour détecter plus aisément les zones où les indices calculés s’écartent des cas détectés, ce qui permettrait éventuellement d’orienter vers elles des actions de recherche de travailleurs esclaves. Pour cela on a procédé à des régressions linéaires entre les indices et calculé le résidu, positif ou négatif, pour chaque commune : il s’agit donc de faire apparaître les cas où il y a moins de cas connus de travailleurs esclaves que ce à quoi on pourrait s’attendre au vu des indices calculés, en fonction de la moyenne nationale. Sur la carte n° 10, les zones en rouge et rose indiquent les régions où le nombre de cas est au-dessus de la norme, les zones en bleu celles où les cas connus de travailleurs esclaves sont moins nombreux que ce à quoi on pourrait attendre : soit ils sont de fait moins nombreux, soit un certain nombre d’entre eux n’ont pas été détectés…

43Un premier croisement a d’abord été fait avec la moyenne générale (nuancée par le taux de croissance de la population entre 2000 et 2007). Il attirait l’attention soit sur des régions marquées par la violence, comme le Pernambuco, soit sur des régions situées en avant du front pionnier, dans le Mato Grosso, au Rondônia ou encore à l’Amapá. Dans le deuxième croisement l’on a inclus dans l’indice la présence de cas connus de travail esclave dans le município [commune]. Il est remarquable que l’image globale change très peu, ce qui indique une certaine robustesse de l’indice calculé, et aussi que les variables qui le composent sont assez proches des facteurs explicatifs du travail esclave pour que celui-ci s’y coule sans changer la configuration d’ensemble. Finalement, on a croisé la présence des cas connus de travail esclave avec l’indice dérivé des activités économiques les plus corrélées avec lui (production de charbon de bois, extraction de bois, progression des effectifs bovins entre 2000 et 2005). Cet indice partiel dessine plus clairement encore une sorte de précurseur de l’arc du déboisement, en avant de celui-ci.

44Au terme de cette analyse, on pourrait donc suggérer que les autorités compétentes (municipales, des États fédérés et de l’État fédéral) prêtent particulièrement attention à cette avant-garde du front pionnier, qui pourrait bien receler non seulement des travailleurs esclaves, mais aussi d’autres atteintes aux lois sociales et environnementales du pays. Certes, on sait qu’il existe une grande différence entre la nécessité de surveillance et les moyens dont dispose l’État, qui ne réussit même pas à traiter toutes les dénonciations qui lui parviennent. Cependant des actions ciblées sur les lieux où le risque de présence de travail esclave est élevé pourraient rendre plus systématique l’action de surveillance.

Carte n° 10 – Corrélation entre l’indice de risque et le nombre de travailleurs libérés

Carte n° 10 – Corrélation entre l’indice de risque et le nombre de travailleurs libérés

Tendances récentes

45La cartographie comparative des données pour la période plus récente montre un net changement par rapport à 2006. La carte n° 11 rapproche le nombre de travailleurs libérés entre 1995 et 2006 (période d'étude de l'atlas réalisé pour l'OIT) et celui des travailleurs libérés entre 2007 et 2012. Elle montre des changements majeurs dans la répartition régionale du travail esclave, ainsi que trois types de dynamiques locales et régionales. D’abord, on trouve des régions où il a considérablement diminué ou même cessé, comme dans le cas de plusieurs communes du Mato Grosso, du Rondônia et sud-est du Pará (dans la partie méridionale de ce qui était un des points majeurs de concentration du phénomène dans cet État). D’autres ont gardé le même niveau, également dans le sud-est du Pará, dans la partie centrale de la zone critique, et à l’ouest de Bahia. Dans d’autres sont apparus de nouveaux cas de travail esclave, comme dans l’État de Goiás et, principalement, dans la partie sud du Mato Grosso do Sul, dans la région centre-nord du Mato Grosso, le Rondônia, l’Acre et la zone littorale du Sergipe, de l’Alagoas et du Pernambuco.

46L’extension du travail esclave à de nouvelles communes est probablement le résultat d’une surveillance accrue, celle-ci a connu une augmentation significative depuis 2007. Parmi celles d’où des travailleurs ont été libérés entre 1995 et 2012, 63,3% ne sont apparues sur les listes qu’à partir de 2007. Sur la base de cette constatation, nous pouvons confirmer ce que disent tous ceux qui étudient le phénomène du travail esclave contemporain au Brésil : ce crime est beaucoup plus fréquent que ce que les estimations peuvent refléter, il a suffi que la surveillance soit étendue pour que de nouveaux cas soient révélés.

47La carte de cette évolution fait également apparaître que le phénomène n’est pas aussi concentré régionalement que ce qu’indiquaient les données analysées dans la première partie de ce travail. Bien qu’il y ait encore une forte concentration dans l’est du Pará et l’ouest du Maranhão, d’autres régions du pays apparaissent, même dans l’agriculture « moderne » du centre-sud et dans les environs des capitales.

48Poursuivant la réflexion sur le nombre croissant de communes comptant des cas de travail esclave et la déconcentration de la zone traditionnelle du Pará, du Maranhão et du Mato Grosso, nous pouvons avancer une autre hypothèse pour tenter d’expliquer ces constats. La croissance économique du pays et l’énorme demande de travail peuvent avoir causé une augmentation des stratégies illégales d’exploitation du travail, ce qui pourrait expliquer l’augmentation du nombre de cas dans les cultures technifiées du centre-sud et en particulier dans le secteur de la construction. Ainsi, l’augmentation du nombre de cas ne serait pas liée seulement à la plus grande fréquence des inspections, mais aussi à l’augmentation de l’activité criminelle.

49Enfin, il nous semble que l’intensification de la surveillance et des punitions (si l’on peut considérer comme telle l’amende payée par les employeurs) dans certaines régions a permis une diminution des cas locaux, mais peut également contribuer à l’apparition de la pratique dans d’autres régions éloignées, en particulier sur les frontières agricoles.

Carte n° 11 – Travailleurs libérés (1995-2012)

Carte n° 11 – Travailleurs libérés (1995-2012)

50Le rapprochement des lieux de libération et de résidence des travailleurs libérés dans la période 2007-2012 (carte n° 12) montre trois types de communes. Premièrement, celles où prédomine la pratique de l'esclavage, sans que les travailleurs asservis souhaitent y résider une fois libérés, principalement dans l'État de São Paulo, la moitié sud-ouest de Minas Gerais, le Mato Grosso, l’ouest de Bahia et le sud du Goiás, régions d'agriculture « moderne ». Dans le deuxième type, les travailleurs libérés résident ensuite dans la même région, comme on le voit dans le sud du Mato Grosso do Sul, dans les capitales de Rio de Janeiro, de São Paulo, du Sergipe, de l’Alagoas, du Pernambuco, du Ceará, dans l’est du Pará et l’ouest du Maranhão. Dans ces deux derniers cas, il s’agit de peões de trecho (que l’on pourrait traduire par « ouvriers agricoles itinérants »), une masse flottante de travailleurs qui, même lorsqu’ils sont libérés, restent dans la région sans retourner à leurs lieux d’origine. Le troisième type est marqué par la prédominance des lieux choisis par les travailleurs pour y résider, ce sont des régions très pauvres et spécialisées dans la fourniture de main-d’œuvre esclave, comme on peut le voir dans la quasi-totalité du Maranhão, l’intérieur du Nordeste et le nord de Minas Gerais.

Carte n°  – Lieu de libération et de résidence des travailleurs libérés entre 2007 et 2012

Carte n°  – Lieu de libération et de résidence des travailleurs libérés entre 2007 et 2012
  • 10 Calculé par le PNUD pour chaque commune brésilienne et disponible à l’adresse http://www.pnud.org.b (...)

51Les régions d’origine des travailleurs asservis se caractérisent par la pauvreté, qui se reflète dans de nombreux indicateurs socioéconomiques négatifs : leurs habitants ne peuvent faire vivre leur famille que grâce à la vente de leur force de travail. Pour le confirmer, nous avons croisé les données sur le lieu de résidence des travailleurs libérés avec celles sur les revenus de l’Indice de développement humain 2010 (IDH)10, l’IDH-R. Seuls 17,2% des travailleurs libérés résident dans les municipalités ayant un HDI-R élevé (16,2%) ou très élevé (1%). Si l’on totalise les travailleurs libérés résidant dans les municipalités à HDI-R moyen (34,6%), faible (44,5%) et très faible (2,8%), on arrive à un total de 81,9% des cas.

52Par rapport à la situation constatée jusqu’en 2006, la résidence des travailleurs est devenue plus diffuse, moins concentrée dans le Pará, le Maranhão, le Tocantins et le Piauí. Le centre-sud est devenu un lieu de résidence fréquent de ces travailleurs, ce qui peut être lié (outre l’augmentation du nombre d’inspections dans ces régions, le principal facteur explicatif) au processus migratoire dans la recherche de travail. Certains de ces travailleurs, même après leur libération, ont tendance à rester dans la ville ou dans les communes voisines, dans l’espoir d’un meilleur emploi, car ce sont les régions où l’offre de travail est significative.

Conclusion

53Nous espérons qu’améliorer la connaissance fine des situations de travail esclave permettra de mieux distinguer les cas qui tombent sous le coup de la législation brésilienne. La mise au point d’un indice de risque de présence de travail esclave nous semble utile puisqu’il s’affranchit des dénonciations, pas toujours suivies d’effet. Les données de la CPT montrent en effet que seulement 69,3% des plaintes reçues entre 2003 et 2012 ont été analysées, et il est estimé que – rien que pour les plaintes enregistrées par la CPT (qui représentaient 46% du total) – 18 853 travailleurs sont restés en situation d’esclavage faute de vérification. Dans l’ensemble, les régions à surveiller sont bien toujours les marches avancées du front pionnier, dans le Nord et le Centre-Ouest. Plus récemment, des cas apparus dans d’autres régions semblent indiquer une diffusion du phénomène hors de ces zones et jusque dans le centre-sud à l’agriculture plus moderne.

54En conclusion – un peu optimiste sur ce sujet grave –, on peut espérer que la publication d’informations relatives à la situation de travailleurs asservis permettra une plus grande transparence pour la population en général et une plus grande efficacité des associations engagées sur ces thèmes. Des pétitions et des projets de loi ont été envoyés au Parlement, mais beaucoup sont classées sans suite. Si une analyse typiquement géographique et cartographique peut contribuer à jeter la lumière là où certains ne le souhaitent pas, et aider au meilleur fonctionnement des politiques de prévention et de répression des formes archaïques et illégales de travail esclave, ce ne serait pas un mauvais résultat.

Haut de page

Bibliographie

ASI – Anti-Slavery International. 1999. « Formas contemporâneas de escravidão. » In Trabalho escravo no Brasil contemporâneo, 49-70. Goiânia/São Paulo: CPT/Loyola.

CPT – Comissão Pastoral da Terra. Caderno Conflitos no Campo – Brasil. Disponible sur : https://www.cptnacional.org.br/index.php/component/jdownloads/category/3-cadernoconflitos?Itemid=-1 (consulté le 12 février 2017).

CPT – Comissão Pastoral da Terra. Caderno Conflitos no Campo – Brasil. 1995. Disponible sur : https://www.cptnacional.org.br/index.php/component/jdownloads/send/41-conflitos-no-campo-brasil-publicacao/255-conflitos-no-campo-brasil-1995 (consulté le 12 février 2017).

Girardi, Eduardo Paulon, Neli Aparecida de Mello-Théry, Hervé Théry & Júlio Hato. 2014. « Mapeamento do trabalho escravo contemporâneo no Brasil: dinâmicas recentes. » Espaço e Economia 4. Disponible sur : http://espacoeconomia.revues.org/804 (consulté le 2 février 2017).

OIT – Organização Internacional do Trabalho. 2005. Erradicação do trabalho forçado. Brasília: OIT. Disponible sur : http://www.oitbrasil.org.br/prgatv/in_focus/trab_esc.php (consulté le 2 février 2017).

OIT – Organização Internacional Do Trabalho. 2011. Perfil dos principais atores envolvidos no trabalho escravo rural no Brasil. Brasília: OIT. Disponible sur : http://www.oitbrasil.org.br/content/perfil-dos-principais-atores-envolvidos-no-trabalho-escravo-rural-no-brasil (consulté le 2 février 2017).

Paiva, Eduardo França. 2005. « Travail contraint et esclavage. Utilisation et définitions aux différentes époques. » Cahiers d’Études africaines XLV (179-180) : 1123-1141. Disponible sur : https://etudesafricaines.revues.org/pdf/15104 (consulté le 2 février 2017).

Théry, Hervé, Neli Aparecida de Mello-Théry, Eduardo Paulon Girardi & Julio Hato. 2012. Atlas do trabalho escravo no Brasil. São Paulo: Amigos da Terra. Disponible sur : http://amazonia.org.br/wp-content/uploads/2012/05/Atlas-do-Trabalho-Escravo.pdf (consulté le 2 février 2017).

Théry, Hervé, Neli Aparecida de Mello-Théry, Eduardo Paulon Girardi & Julio Hato. 2011. « Géographies du travail esclave au Brésil. » Cybergeo : European Journal of Geography. Espace, Société, Territoire. Disponible sur : http://cybergeo.revues.org/23818 (consulté le 2 février 2017).

Vieira, Maria Antonieta da Costa & Neide Esterci. 2003. « Trabalho Escravo no Brasil: Os números, as lutas e as perspectivas em 2003. » In Caderno Conflitos no Campo – Brasil, 137-154. Goiânia: CPT – Comissão Pastoral da Terra. Disponible sur : https://www.cptnacional.org.br/index.php/component/jdownloads/send/41-conflitos-no-campo-brasil-publicacao/247-conflitos-no-campo-brasil-2003 (consulté le 12 février 2017).

Haut de page

Annexe

Liste des sigles employés :

ADE : Atlas da Exclusão

ADH : Atlas do Desenvolvimento Humano

CPT : Comissão Pastoral da Terra

IBGE : Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística

IBAMA : Instituto Brasileiro dos Recursos Naturais Renováveis e do Meio Ambiente

IDH : Índice de Desenvolvimento Humano

IPEA : Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada

MEC : Ministério da Educação

MTE : Ministério do Trabalho e Emprego

OIT : Organização Internacional do Trabalho

PAM : Pesquisa Agrícola Municipal (IBGE)

PEV : Pesquisa de Extração Vegetal (IBGE)

PPM : Pesquisa Pecuária Municipal (IBGE)

SIM/M : Sistema de informação sobre a mortalidade/ Ministério da Saúde

STE : Superior Tribunal Eleitoral.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une synthèse de l’Atlas do trabalho escravo réalisé par les auteurs pour le Bureau international du travail et publié par Amigos da Terra en 2012. Cet atlas, rédigé en portugais, comprend une soixantaine de cartes, dont de nombreuses cartes analytiques non reproduites ici. Un premier article a été publié par les mêmes auteurs dans Cybergeo en 2011 (Théry 2011). Celui-ci le complète et l'actualise avec les données les plus récentes actuellement disponibles (partie « tendances récentes »).

2 Au Brésil, il a été aboli en 1888.

3 La première étape de la préparation des cartes a été effectuée à l’aide des logiciels Cartes et Données (Articque) et Philcarto, disponible à l’adresse http://philcarto.free.fr.

4 Une limitation atténuée par le fait que certains des membres de l'équipe avaient plusieurs décennies d'expérience dans ce domaine, notamment en Amazonie.

5 L'Atlas do trabalho escravo comporte de nombreuses autres cartes analytiques de ce type.

6 Le município (équivalent grosso modo de la commune) où la valeur est la plus haute se voit attribuer une valeur 100, et tous les autres des valeurs décroissantes proportionnelles, de 100 à 0.

7 Les sigles utilisés dans les légendes du graphique sont développés à la fin de l’article, comme c’est le cas pour tous ceux utilisés par ailleurs.

8 L’indice a été élaboré de la manière suivante : on a d’abord regroupé entre elles les variables économiques détectées (voir ci-dessus) comme associées au travail esclave et les variables représentatives de la violence, principalement rurale, toujours en les ramenant à un indice variant de 100 à 0. Puis un indice global a été construit, en associant ces indices partiels. Une version améliorée a été élaborée en ajoutant à la moyenne le taux de variation de la population entre 2000 et 2007 (mesuré par le comptage de population IBGE), pour prendre en compte les dynamiques pionnières, le travail esclave se concentrant dans les régions en croissance démographique. L’indice a ensuite été croisé avec les variables mesurant la présence du travail esclave. Aucune pondération des données n’a été effectuée et les variables ont été regroupées entre elles par une simple moyenne arithmétique, pour préserver au maximum la simplicité et la transparence des opérations effectuées.

9 L’indice est composé de la moyenne de variables dont nous avons conclu, après les avoir testées, qu’elles définissent effectivement des régions déprimées où des travailleurs peuvent être tentés de céder aux avances des recruteurs : basse espérance de vie à la naissance, bas revenu par habitant, mauvais indice de développement humain (IDH), haut indice d’exclusion, haut taux de pauvreté, haut pourcentage de la population vivant dans un domicile dont le revenu est inférieur à R$ 37,75, haute mortalité avant cinq ans.

10 Calculé par le PNUD pour chaque commune brésilienne et disponible à l’adresse http://www.pnud.org.br/IDH/DH.aspx.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 – Répartition des travailleurs esclaves
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-1.png
Fichier image/png, 192k
Titre Carte n° 2 – Flux de travailleurs
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-2.png
Fichier image/png, 227k
Titre Carte n° 3 – Lieux de naissance et de libération dans le Pará, le Maranhão, le Mato Grosso et le Tocantins
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-3.png
Fichier image/png, 664k
Titre Carte n° 4 – Bovins, charbon de bois, bois et déboisement
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-4.png
Fichier image/png, 488k
Titre Carte n°5 – Taux d’homicides et nombre de travailleurs libérés
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-5.png
Fichier image/png, 402k
Titre Carte n°6 – Année de création de la commune et nombre de travailleurs libérés
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-6.png
Fichier image/png, 428k
Titre Graphique n° 1 – Plans factoriels 1-2 et 3-47
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-7.png
Fichier image/png, 170k
Titre Carte n° 7 – Facteurs 2 et 4 de l’analyse factorielle
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-8.png
Fichier image/png, 425k
Titre Carte n°8 – Indice de risque d’esclavage et nombre de travailleurs libérés
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-9.png
Fichier image/png, 419k
Titre Carte n° 9 – Indice de vulnérabilité au recrutement et nombre de travailleurs libérés
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-10.png
Fichier image/png, 493k
Titre Carte n° 10 – Corrélation entre l’indice de risque et le nombre de travailleurs libérés
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-11.png
Fichier image/png, 470k
Titre Carte n° 11 – Travailleurs libérés (1995-2012)
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-12.png
Fichier image/png, 827k
Titre Carte n°  – Lieu de libération et de résidence des travailleurs libérés entre 2007 et 2012
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2127/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, Neli Aparecida de Mello, Eduardo Paulon Girardi et Julio Hato, « Géographies du travail esclave rural contemporain », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://bresils.revues.org/2127 ; DOI : 10.4000/bresils.2127

Haut de page

Auteurs

Hervé Théry

Hervé Théry est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et professeur invité, sur la chaire Pierre Monbeig, à l’Université de São Paulo (USP).

Neli Aparecida de Mello

Neli Aparecida de Mello est professeur à l’Université de São Paulo.

Eduardo Paulon Girardi

Eduardo Paulon Girardi est professeur à l’Université de l’État de São Paulo (Unesp).

Julio Hato

Julio Hato est titulaire d’un mestrado de géographie de l’Université de São Paulo (USP).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org