Navigation – Plan du site
Dossier – Esclavage contemporain

L’esclavage contemporain et ses transformations en Amazonie brésilienne : les témoignages des victimes

A escravidão contemporânea e suas transformações na Amazônia brasileira : depoimentos de trabalhadores
Modern Slavery and Its Transformations in the Brazilian Amazon Region: Worker Testimonies
Ricardo Rezende Figueira, Adonia Antunes Prado et Rafael Franca Palmeira
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Cette étude traite des actions de l’État brésilien et de la société civile relatives à l’esclavage contemporain entre 1995 et 2010, une période durant laquelle se sont succédé deux présidents de la République. Après avoir explicité le contexte politique et juridique de ces actions, les auteurs présentent thématiquement les plus significatifs des problème identifiés dans les témoignages des travailleurs s’étant enfuis ou ayant été libérés des fazendas ou des unités de production de charbon de bois de la région amazonienne (sud-est de l’État brésilien du Pará), attirant notamment l’attention sur les interlocuteurs rencontrés et la manière dont les victimes se sont adressé à eux. Ces récits montrent la violence perçue ou vécue et donnent un certain nombre d’informations sur les lieux de naissance, de résidence et de travail des personnes concernées.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en octobre 2015 ; approuvé en juin 2016

Texte intégral

  • 1 Fondé en 2003, le Groupe de recherche sur le travail esclave contemporain (GPTEC) fonctionne au sei (...)
  • 2 La Commission pastorale de la terre (CPT) est une organisation religieuse et œcuménique dont le lie (...)

1Entre 1995 et 2010, l’État brésilien a pris un certain nombre de mesures relatives aux formes contemporaines de l’esclavage. Elles ont été accompagnées par un ensemble d’actions menées par la société civile et religieuse pour faire face à ce crime. Plusieurs aspects de ce problème seront évoqués ici à partir des dépositions de personnes victimes de cette forme d’asservissement et s’étant enfuies ou ayant été libérées de fazendas, d’unités de production de charbon de bois ou d’autres types de chantiers où elles étaient employées. Le matériel analysé comporte 767 témoignages individuels ou collectifs, recueillis par divers travailleurs sociaux ou autorités publiques, concernant pour la plupart des hommes jeunes et, moins souvent, des personnes âgées, des femmes ou des adolescents. Ils portent sur une période qui englobe les mandats présidentiels de Fernando Henrique Cardoso (FHC) et de Luiz Inácio Lula da Silva (Lula). En fait, dans les archives du Groupe de recherche sur le travail esclave contemporain1 se trouvent 839 témoignages, principalement rassemblés par la Commission pastorale de la terre (dorénavant CPT)2, apportés par 1 262 personnes et recueillis entre 1972 et 2010. Toutefois, seuls ont été retenus dans le cadre de cette présentation les 767 qui concernent la période 1995-2010. Dans ces relations, les travailleurs révèlent des histoires vécues ou connues ayant eu lieu dans les propriétés où ils avaient été recrutés. Ils y indiquent leurs lieux de naissance, de résidence et de travail, avant de relater les expériences de domination et de violence, symboliques et physiques, qu’ils ont vécues. Ces récits n’ont évidemment pas été élaborés en vue d’une étude universitaire. Il s’agissait d’abord de faire respecter des droits bafoués, peut-être aussi de construire des éléments d’une mémoire future. Ces témoignages ont été recueillis par différents acteurs, le plus souvent issus de l’Église catholique. Les propos tenus révèlent des vies dont les droits les plus élémentaires sont constamment bafoués et reflètent un besoin urgent de réponse de la part de l’État. Ce sont des cris qui implorent une réaction. Ils ne seront pas reproduits ici in extenso ou abrégés. Un certain nombre de thèmes et d’informations seront extraits de leur lecture attentive après qu’ils ont été resitués dans leur contexte.

Le contexte des dénonciations de l’esclavage contemporain : d’une préoccupation périphérique à une norme constitutionnelle

2Les dénonciations et autres récits relatifs à l’esclavage contemporain devinrent audibles à partir des années 1970, lorsqu’un évêque catholique, Pedro Casaldáliga, qui habitait en Amazonie, commença à écrire sur le sujet (Casaldáliga 1970 et 1971) avant de témoigner auprès d’une commission d’enquête parlementaire en 1977. Ce n’était pas le premier à s’exprimer en ce sens, mais ses prédécesseurs n’avaient pas réussi à se faire entendre. Lui identifiait des causes et proposait des solutions. Il fut l’un des fondateurs du Conseil indigéniste missionnaire en 1972 et de la CPT en 1975. Avant lui, la description et la dénonciation du crime d’esclavage avaient pu prendre la forme de mémoires, comme celui de Davatz au milieu du XIXe siècle (Davatz 1941 [1858]) ou d’Audrin près de cent ans plus tard (Audrin 1946), d’essais (Cunha 1922) ou même de romans (Castro 1930 ; Élis 1966). À partir des années 1970, le problème fut évoqué dans des reportages de presse écrite ou radiophonique (Esterci 1994) et, plus tard, dans des travaux académiques.

3Les chercheurs en sciences sociales ont mené des enquêtes sur le moment où l’Amazonie et, plus particulièrement, la région appelée Araguaia Paraense, a commencé à voir s’installer de grands projets financés par la Superintendance du développement de l’Amazonie, provoquant la venue de nombreux travailleurs exerçant des activités mal rémunérées et temporaires, connus sous le nom de peão (Ianni & Patarra 1978). C’était une époque d’« occupation », voire d’« invasion » (Sant’Ana Júnior 2004, 60 sqq.) et, dans les villes et l’arrière-pays, on se mit à acheter et vendre des êtres humains, négociés ni plus ni moins comme de simples marchandises. Les projets nécessitaient une déforestation difficile qui faisait peser sur la main-d’œuvre de fortes contraintes psychologiques, physiques et géographiques. Les conflits fonciers qui en naissaient se situaient sur une carte se confondant avec celle des grandes exploitations agricoles et minières de l’Amazonie (Figueira 1986).

  • 3 Amendement constitutionnel n° 81 du 5 juin 2014 disponible sur : http://www.planalto.gov.br/cCivil_ (...)

4Le concept d’esclavage contemporain, discuté pendant des années, finit par s’imposer dans les discours des pouvoirs publics, dans les salles de classe et dans divers types de documents. Il devint plus fréquent dans les médias et, à partir du milieu des années 1990, il fut au cœur d’un certain nombre de politiques publiques. Restreint initialement, dans l’article 149 du code pénal de 1940, à une « condition analogue à celle d’un esclave », ce crime fut associé à la Constitution de 1988, sous la forme de l’article 243, grâce à un amendement constitutionnel adopté en 2014, après des années de débats parlementaires3.

5Jusqu’en 1995, les différents présidents de la République fédérale du Brésil, qu’ils soient civils ou militaires, ne s’étaient pas officiellement prononcés sur le sujet, même lorsqu’à partir de 1992, la CPT et d’autres organisations ont commencé à s’adresser aux instances internationales, telles que l’Organisation des nations unies ou l’Organisation des États américains. Il y avait bien dans les ministères quelques voix qui s’élevaient, quelques autres dans le pays ou à l’étranger. Ce n’est pourtant qu’en 1995 que le président Cardoso a reconnu l’existence de l’« esclavage » dans le pays, en le distinguant néanmoins de l’« asservissement » qui avait sévi lors des siècles précédents. Alors, l’esclave savait qui était son maître, ce qui n’était fréquemment plus le cas en cette fin du XXe siècle (Organização Internacional do Trabalho 2006, 22). Ainsi, les témoignages recueillis entre 1995 et 2002 s’exprimèrent-ils dans un contexte bien particulier qu’il convient d’éclairer.

6En 1991, Expedito Ribeiro de Souza, un leader paysan de l’État du Pará qui avait été interrogé par des journalistes de différents pays, fut assassiné. Amnesty International, dont le siège se trouve en Grande-Bretagne, ainsi que Human Rigths Watch, aux États-Unis, avaient publié des rapports faisant état des menaces reçues par le militant peu avant que le crime ne soit commis. Ce meurtre eut d’importantes répercussions. Grâce à la mobilisation d’organisations de la société civile et de fonctionnaires des trois pouvoirs, un Forum national permanent contre la violence en milieu rural (Fórum Nacional Permanente Contra a Violência no Campo) fut créé à Brasília. Les débats qui y eurent lieu (Moraes 2007), ainsi que les pressions nationales et internationales, poussèrent l’exécutif fédéral à créer, en 1995, un organisme placé sous la tutelle de la Chambre des politiques sociales du Conseil gouvernemental, le Groupe exécutif de lutte contre le travail forcé (Grupo Executivo de Combate ao Trabalho Forçado), composé de représentants de cinq ministères. L’un de ses objectifs consistait à coordonner la répression de ce crime. Il s’agissait également de reconnaître que le problème ne pouvait être traité qu’au niveau interministériel.

7On mit en place des contrôles des entreprises dénoncées. Toutefois, rapidement, l’initiative montra ses limites : ou bien les inspections prévues n’étaient pas effectuées, ou bien elles l’étaient de manière inadéquate. Les inspecteurs locaux, travaillant sous l’égide du ministère du Travail, pouvaient, en raison de leur origine régionale et des relations personnelles qu’ils entretenaient avec les employeurs et leurs intermédiaires, faire preuve d’une certaine connivence ou encore être victimes d’intimidations. L’inspecteur régional, responsable de la coordination des actions du ministère du Travail au niveau de l’État, pouvait également être un représentant des intérêts patronaux. Nommé sur recommandation de la coalition majoritaire du gouvernement de l’État, ses actions pouvaient difficilement correspondre aux attentes des victimes et des organisations qui les soutenaient.

  • 4 Les « ministères publics » au Brésil sont des bureaux regroupant les magistrats du parquet (procure (...)

8Afin de contourner les inspections régionales du travail (Delegacia Regional do Trabalho), le ministère mit en place une équipe d’inspecteurs volontaires, le groupe spécial de contrôle mobile (Grupo Especial de Fiscalização Móvel) placé sous l’autorité directe de Brasília. L’autonomie des inspecteurs vis-à-vis des administrations locales et des autorités politiques de chaque État garantissait le secret des opérations : de nouvelles actions purent être lancées avec succès. En 1994, l’exécutif fédéral et le ministère public fédéral4 signèrent un accord visant à « lutter » contre différents délits, dont celui de « travail forcé » en milieu rural.

9Le ministère public du Travail fut donc représenté lors des contrôles, l’éventail des acteurs impliqués s’élargit et la question de l’esclavage contemporain s’invita à l’ordre du jour des pouvoirs publics, à tel point que le gouvernement fédéral finit par promulguer en 1998 la loi nº 9.777/98, qui établit de plus lourdes sanctions dans les cas avérés de travail dans des conditions analogues à celle d’un esclave.

10Entre 1995 et 2002 furent également dénoncées des situations d’esclavage urbain, comme dans le cas des ouvriers boliviens employés dans les ateliers de confection de São Paulo. Selon Adriana Romero et Márcia Sprandel (2003, 123), des chauffeurs de taxi ont même été soumis à « un traitement similaire à celui des esclaves à louer qui avaient existé au Brésil jusqu’en 1888 ». Toujours d’après ces auteures, entre 2000 et 2002, des situations d’esclavage étaient signalées dans une douzaine d’États impliquant, outre l’Amazonie, les régions du Nordeste, du Centre-Ouest, du Sud et du Sud-Est. Les activités en cause allaient de l’extraction de minerai et de latex à la culture de fruits et de soja, en passant par l’abattage forestier, la production de charbon de bois ou la sidérurgie.

11Les organismes s’intéressant à la question ont néanmoins pu constater que les évasions ou les libérations étaient insuffisantes pour régler le problème. En effet, faute d’alternatives, les personnes impliquées demeuraient vulnérables et étaient fréquemment soumises à de nouveaux recrutements. En outre, les faibles amendes infligées et les opérations de libération n’empêchaient en rien la pratique de ce crime. Même du point de vue pénal, la situation était ambiguë. Selon Romero et Sprandel (2003, 123), en 1999, 600 personnes ont été libérées par les équipes mobiles, mais cela n’a conduit qu’à deux incarcérations, sans compter la lenteur des procédures judiciaires et l’absence de coordination entre les différents organes gouvernementaux.

12En 1997, à Marabá, les services du procureur général de la République dénoncèrent un certain nombre de grands propriétaires terriens et leurs agents pour répondre du crime prévu à l’article 149, ce que le juge fédéral accueillit favorablement. À cette époque, il n’y avait pas encore de débat sur la compétence de la justice à traiter de ce sujet (Lambranho & Sardinha 2010 ; Supremo Tribunal Federal 2014) et, du point de vue pénal, c’était probablement la première fois qu’on faisait comparaître quelqu’un à ce titre dans le pays et qu’on le condamnait. Toutefois, comme les accusés n’avaient jamais eu affaire à la justice et conformément à la législation, on leur infligea la peine minimale et ils obtinrent, de surcroît, la possibilité d’effectuer des peines de substitution à l’incarcération. Le moment n’était pas encore venu de voir des esclavagistes derrière les barreaux. Et les obstacles ne s’arrêtaient pas là : le budget alloué au programme de lutte contre le travail esclave était insuffisant, tout comme les affectations en personnel. D’après Romero et Sprandel (2003, 123), il n’existait alors dans le pays que douze inspecteurs du ministère du Travail et douze agents de la police fédérale se consacrant à cette tâche.

  • 5 En 1989, à l’âge de 17 ans, José Pereira avait été recruté avec d’autres compagnons d’infortune pou (...)

13Lors du second mandat de Fernando Henrique Cardoso, le gouvernement fédéral nomma un sociologue pour coordonner, au sein du ministère de Justice, la Commission spéciale du Conseil de défense de la personne humaine (Comissão Especial do Conselho de Defesa da Pessoa Humana), dans le but de « combattre la violence en milieu rural, le travail forcé, l’esclavage et le travail des enfants, et de proposer des mécanismes pour améliorer l’efficacité de la prévention et de la répression de ces pratiques ». La commission était composée de « représentants de l’État et de la société civile » devant exercer leurs fonctions pour une durée d’un an, renouvelable si nécessaire (Moraes 2007). Entre autres actions, il s’agissait d’élaborer le Plan national d’éradication du travail esclave (Plano Nacional de Erradicação do Trabalho Escravo) et de résoudre le cas encore en suspens de José Pereira, un travailleur qui avait essuyé des tirs lors de son évasion d’une fazenda en 1989, ce à quoi il avait survécu5. Considérant qu’il y avait là une faute de la part de l’État brésilien, des organisations locales et internationales (la CPT, la Commission internationale des juristes et Human Rights Watch) portèrent le cas devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme, et les autorités du pays furent invitées à proposer une solution à l’amiable. Ni cette action, ni le Plan national d’éradication n’aboutirent lors de ce mandat présidentiel.

  • 6 Institué par la résolution 05/2002 du Conselho de Defesa dos Direitos da Pessoa Humana (CDDPH).
  • 7 Inter-American Commission of Human Rights, 24 octobre 2003, pétition n° 11.289, règlement à l’amiab (...)

14En 2003, Lula, fraîchement élu, créa le Secrétariat spécial aux droits de l’homme de la présidence de la République, qui jouissait des mêmes prérogatives qu’un ministère. La même année, le nouveau secrétaire d’État annonçait que le gouvernement n’envisageait pas seulement de combattre, mais également d’éradiquer l’esclavage avant la fin du mandat présidentiel. Deux mois plus tard, le président relança le Plan national préparé par le gouvernement précédent6. Lors de la même cérémonie était signé le projet de loi d’indemnisation du travailleur survivant José Pereira, répondant ainsi à la proposition d’accord à l’amiable suggérée par la Commission interaméricaine dans le cadre de la procédure en cours depuis 19927.

15Sous l’égide du Secrétariat aux droits de l’homme, la Commission nationale d’éradication du travail esclave (Comissão Nacional de Erradicação do Trabalho Escravo) fut créée à son tour pour accompagner les actions du Plan national et l’avancée des projets de lois au Congrès national, coordonner la coopération technique avec les organisations internationales et proposer des études et des recherches sur l’esclavage contemporain dans le pays. Ces actions considérées comme des priorités politiques impliquaient différents ministères. C’est dans ce contexte que s’intensifièrent les activités de recherche. Une organisation de la société civile, Repórter Brasil, étudia, avec le soutien de l’Organisation internationale du travail, la chaîne de production et de commercialisation des produits du travail esclave ; de son côté, le Groupe de recherche sur le travail esclave contemporain à l’UFRJ promouvait des études, des rencontres scientifiques et autres séminaires, des publications et des travaux universitaires ; et des organisations civiles comme la CPT contribuaient aux débats et au partage des informations.

  • 8 Ces données étaient disponibles depuis 2012 jusqu’en 2016 sur le site du ministère du Travail et de (...)

16Si l’on compare les actions menées durant les huit années des gouvernements de Cardoso à celles conduites pendant une durée égale par les gouvernements de Lula, on constate des différences. Tandis que le nombre d’unités de production contrôlées lors des années FHC fut de 731, le chiffre monta à 2 028 lors des deux mandats suivants. Pendant la première période, 4 106 personnes avaient été libérées, 33 287 le furent durant la seconde (soit une multiplication par près de troid du nombre de contrôles et par huit du nombre de personnes délivrées). Il en fut de même pour les indemnisations. Tandis qu’à l’époque de FHC, les pénalités infligées s’élevaient en moyenne à 851,11 reais par victime, elles étaient déjà de 1 764 reais lors de la période suivante. Au total, ce furent 3 515 192 reais d’amendes qui furent collectées sous FHC contre 58 752 192 sous Lula. Le niveau de la pénalité par personne a donc plus que doublé et le montant total des amendes a, quant à lui, été multiplié par plus de 168. De fait, sous Lula, le problème a été beaucoup plus sérieusement traité que sous le gouvernement antérieur et les équipes mobiles du ministère du Travail ont vu leurs moyens augmenter. À la même époque, diverses actions ont été mises en œuvre par la société civile et par l’État, tandis que les médias commençaient eux aussi à s’intéresser aux différentes situations dénoncées. Un relevé réalisé par l’Organisation internationale du travail a permis de constater que le nombre d’articles publiés « est passé de 77 en 2001 à 260 en 2002, puis à 1 541 en 2003, pour se stabiliser à 1 518 en 2004 » (Sakamoto 2005). On assista, dans certains États, à la création de commissions destinées à affronter le problème, en collaboration avec des municipalités et avec la société civile. La constitution d’un Registre des employeurs (Cadastro dos Empregadores), publié sur le site du ministère du Travail, avec la liste des entreprises et des personnes pratiquant l’esclavage, a bien sûr eu des conséquences sur leur réputation, tout en les empêchant d’accéder aux financements, aux commandes et aux contrats publics. Citons également la création du Pacte national pour l’éradication du travail esclave, avec la participation de groupes privés s’engageant à respecter et à étoffer les dix points initialement contenus dans le document qui le fondait. Ceux-ci stipulaient, entre autres, l’application de sanctions commerciales contre les employeurs portés au registre mentionné ci-dessus, l’aide à la réinsertion sociale des personnes libérées ou, encore, la fixation d’objectifs à atteindre en matière de régularisation des relations de travail. Les travailleurs libérés ont pu bénéficier du programme d’assistance Bolsa Família [bourse famille], du Programme d’éradication du travail infantile et de l’allocation-chômage du gouvernement fédéral. Le congrès national et les assemblées législatives des différents États promulguèrent de leur côté de nouvelles lois visant à punir ce crime. Les résultats du Plan national pour l’éradication du travail esclave furent évalués afin de préparer l’élaboration d’un second plan. Le système judiciaire fédéral, dont on connaît la lenteur d’adaptation en matière pénale, finit par condamner 27 personnes en mars 2009. Remarquons toutefois que les condamnés pouvaient faire appel et qu’ils ne s’en privèrent pas.

17Cet ensemble de mesures ne vint toutefois pas à bout du problème, mais permit de le révéler, parfois dans des lieux inattendus. Contre toute attente, on découvrit que ce crime n’était pas seulement concentré dans les régions agraires et reculées du nord du pays, mais également pratiqué dans les États de Rio de Janeiro et d’Espírito Santo (région Sud-Est), ainsi qu’à Pernambuco et à Bahia (région Nordeste). Cet état de fait n’était certainement pas nouveau dans ces territoires, mais on l’ignorait. La CPT a constaté durant cette période que 39 % des personnes libérées du pays l’avaient été dans le Sud-Est, et 29 % dans le Nordeste. Ces régions dépassaient donc le Nord (22 %) où, jusqu’alors, la majorité des cas avait été recensée. Le nombre d’enfants et d’adolescents de moins de 18 ans retrouvés en situation d’esclavage augmentait simultanément : de 16 individus en 2008, on est passé à 88 en 2009 (Commissão Pastoral da Terra 2010). Quelle pouvait bien être la raison de cette persistance du travail forcé si autant de mesures avaient été prises ? La complexité du problème exigeait des décisions provoquant de fortes résistances. Il s’avère que le gouvernement n’a pas été capable d’y apporter une réponse satisfaisante, n’en a pas fait une priorité, ou encore n’a pas disposé des instruments adéquats pour le faire. Sans redistribution des richesses, création d’emploi ni offre éducative de qualité, publique et gratuite, il n’existe pas de solution viable. L’une des mesures qui aurait certainement pu aider à résoudre la question était, par exemple, la réforme agraire, prévue par la constitution mais jusqu’alors restée lettre morte.

18Les patrons de l’agro-business réussirent à s’attirer les bonnes grâces des médias, à faire élire des députés fédéraux qui leur étaient fidèles et à occuper d’autres secteurs-clés des pouvoirs publics. Certaines autorités se retrouvaient impliquées dans l’esclavage, ou faisaient pour le moins preuve de connivence (Figueira 2007, 53-58). En février 2006, par exemple, un conflit éclata entre les forces de la police militaire du Mato Grosso qui défendaient les intérêts d’un grand propriétaire et des inspecteurs du groupe mobile engagés dans une opération de libération de travailleurs. Ces derniers essuyèrent les tirs des policiers. D’une manière ou d’une autre, par implication directe ou simple complicité, la pratique criminelle de l’esclavage allait de soi dans le Mato Grosso. Comme l’écrivait José de Souza Martins (1994, 96), « aucun des pactes politiques noués dans ce pays, depuis l’indépendance de 1822 jusqu’à la dernière constitution de 1988, n’a été autre chose que d’amples concessions faites aux intérêts des grands propriétaires ».

19Malgré tout, les groupes de défense des droits de l’homme ont accueilli positivement les modifications apportées à l’article 149 du code pénal, qui ajoutèrent à la notion de privation de liberté (conçue essentiellement comme liberté de mouvement), celles d’atteinte à la dignité humaine et de conditions de travail exténuantes. Cela permit au ministère public d’engager diverses actions. Le secrétaire d’État aux droits de l’homme avait néanmoins fait un pronostic erroné : l’esclavage non seulement ne fut pas éradiqué au cours des deux mandats du président Lula mais, de plus, il fit son apparition en zone urbaine. Malgré des difficultés en apparence insurmontables, les dénonciations et les contrôles s’avérèrent néanmoins fondamentaux.

20Toutefois, ils ne permirent pas seulement de faire avancer – même de manière limitée – les politiques publiques de lutte contre ce fléau, ils constituèrent aussi la mémoire d’une situation particulièrement douloureuse de l’histoire du travail au Brésil. En demandant des témoignages pour asseoir les dénonciations sur des éléments factuels, les administrations et les organisations de la société civile ont permis que des paroles que l’on avait tenté de faire passer pour des rumeurs infondées deviennent des textes et acquièrent le pouvoir que l’écriture leur confère. C’est à partir de ce matériel que nous allons maintenant tenter de donner chair à l’expérience de centaines de travailleurs pris dans les rets de l’esclavage contemporain.

Décider de témoigner de sa servitude et accuser : une démarche difficile

21Comme cela a été précisé au début de cet article, les matériaux qui vont être maintenant analysés proviennent d’un peu plus de 800 témoignages de travailleurs qui ont voulu faire reconnaître qu’ils vivaient dans une « condition analogue à celle d’un esclave » entre les années 1995 et 2010, c’est-à-dire à partir du moment où le gouvernement brésilien a commencé à prendre sérieusement en considération le problème, démultipliant du même coup les possibilités pour les victimes d’échapper à leur calvaire. Ces dépositions sont conservées aux archives du Groupe de recherche sur le travail esclave contemporain à l’UFRJ avec d’autres plus anciennes qui, pour conserver leur homogénéité aux matériaux traités, n’ont pas été incluses dans l’étude.

22Ce sont des récits de vie terribles. On y trouve pêle-mêle des accords non respectés, des accidents du travail, des maladies, le décès d’un nouveau-né en raison de l’absence de soins appropriés, des familles obligées de travailler pour rembourser des dettes supposées en leur nom ou en celui de parents ou de compagnons fugitifs, des travailleurs vendus par ceux qui les logeaient, par des intermédiaires ou entre entrepreneurs, des situations de vie et de travail inacceptables. Car les raisons qui poussent les gens à témoigner sont des plus variées : non-paiement pour les travaux réalisés, menaces, soumission à des conditions dégradantes, présence d’animaux venimeux sur le lieu de vie, logement insalubre, nourriture avariée, maltraitance physique ou psychologique, humiliations, etc. Autant de situations susceptibles d’expliquer pourquoi un travailleur en arrive à dénoncer sa condition, à rompre les barrières matérielles et symboliques de la dépendance et à courir des risques importants pour rechercher un éventuel soutien auprès de personnes ou d’organisations susceptibles de prendre en compte son récit.

23On ne peut que très exceptionnellement témoigner de l’intérieur du système d’asservissement. Il faut s’en extraire pour trouver les ressorts d’une décision difficile et aux conséquences toujours possiblement dangereuses. La volonté de le faire est donc le plus souvent liée à la sortie de la propriété incriminée. Si tout départ ne signifie pas une dénonciation, la plupart des plaintes déposées par des victimes directes le sont dans ces circonstances.

  • 9 Les gatos [chats] sont des personnes faisant office de chefs de chantier. Ils peuvent être importan (...)

24Pour arriver à quitter les lieux, les travailleurs utilisent depuis longtemps différents prétextes, réel ou fictifs, mais qui semblent plausibles. En 1983, bien avant le gouvernement FHC, on a l’exemple de trois jeunes qui, sous l’emprise de l’un des gatos9 les plus redoutés de la région, retrouvèrent leur liberté en alléguant qu’on les avait convoqués au service militaire. Plus tard, avec la construction de routes et une nette amélioration des conditions d’accès aux unités de production, les possibilités d’évasion se sont multipliées.

25À partir de 1995, avec la création du groupe mobile d’inspection et, plus encore, après 2003, les opérations de libération de travailleurs se multiplièrent. Toutefois, une proportion élevée de dénonciations est restée sans effets, comme l’a souvent fait remarquer la CPT, sans compter les nombreux cas jamais dénoncés et, donc, inconnus.

  • 10 Après des mois, parfois des années, le travailleur est renvoyé sans rien percevoir, le patron agiss (...)

26Parmi les récits des hommes et quelquefois des femmes venus raconter leur calvaire, on peut recenser quatre manières de quitter les lieux où il a été subi : avec l’autorisation du propriétaire ou de son préposé, après « affranchissement » par les commanditaires des travaux (c’est-à-dire expulsion du chantier sans salaire)10, suite à une libération opérée par les pouvoirs publics et, le plus fréquemment, par l’évasion.

27Les travailleurs réduits à des situations analogues à celle d’un esclave ont toujours eu recours à l’évasion, même s’il s’agit souvent d’une opération risquée. Non seulement l’employeur peut se sentir lésé mais, de plus, il craint d’être également dénoncé et d’avoir des problèmes avec les inspecteurs du ministère du Travail. Le fugitif peut être capturé ou se perdre dans la forêt, n’ayant souvent personne à qui demander de l’aide ni de famille ou d’amis dans la région en mesure de le protéger. Normalement, lorsqu’un employé s’enfuit, il ne revient évidemment pas dans la propriété qu’il vient de quitter. Toutefois, dans quelques situations spécifiques en fonction du lieu et de l’époque, il peut être rattrapé dans sa cavale par des hommes de main ou à nouveau recruté par un intermédiaire qui lui parle d’une autre fazenda et l’emmène finalement dans celle où il avait été asservi. On a parfois vu la police militaire reconduire dans les propriétés d’où elles avaient fui des victimes venues dénoncer la situation. Dans certains cas, le retour pouvait également être feint. Le travailleur partait dans des circonstances données, avec ou sans l’autorisation du propriétaire ou du gato, mais revenait rapidement sur les lieux après être allé porter plainte. Cette manière de faire pouvait lui assurer une éventuelle indemnisation. En effet, lors des opérations en flagrant délit du groupe mobile, seuls sont éligibles à des indemnités les travailleurs se trouvant sur place. Une autre raison de ce retour consistait à guider les inspecteurs jusqu’au lieu de travail incriminé.

28Quelles sont donc les situations pouvant pousser un travailleur à fuir ? La dette contractée ne constitue pas forcément une raison suffisante. Au contraire, il s’agit parfois du motif l’amenant à rester sur place. Celui qui doit de l’argent, s’il a le sens de l’honneur, ne peut refuser de s’en acquitter, comme le lui ont toujours enseigné la coutume, la loi et les valeurs morales. Néanmoins, lorsque sont violés les droits les plus fondamentaux, il arrive que les limites du supportable soient dépassées et que le projet de départ finisse par s’imposer (Esterci 1994). Pour reprendre Barrington Moore Jr. (1978), une base sociale favorable à l’indignation finit par émerger pour rompre la notion antérieure d’« obéissance », menant ainsi à la fuite et à la dénonciation.

29L’évasion n’est bien sûr qu’une étape. En effet, que faire après s’être enfui ? La conscience individuelle (ou du groupe en fuite) peut dans ces moments-là rompre avec certains paradigmes. Mais qu’est-ce qui peut garantir qu’on sera compris par les autres ? Cela vaut-il la peine de porter plainte et, si oui, auprès de qui et avec quelles attentes en termes de résultat ? C’est pour cela que la fuite n’est jamais une décision facile, même lorsque c’est la seule envisageable. Le fugitif se doit de construire des arguments suffisamment solides pour se convaincre de son droit moral à rompre avec son patron, surtout s’il est accompagné par des personnes de son entourage (amis, parents, connaissances de la ville d’origine ou de la résidence habituelle). Dans les années 2000, un jeune fugitif de la fazenda Brasil Verde, à Xinguara, interrogé à Barras do Piauí, faisait preuve de difficultés évidentes pour expliquer sa propre évasion. Ses compagnons d’infortune, qui avaient ensuite été libérés par le groupe mobile, condamnaient son action et le traitaient de « paresseux ». On voit dans ce cas que la compréhension de ce qui est, ou non, admissible peut différer au sein d’une même communauté. Ainsi, pour ce jeune homme, qui avait des problèmes à une jambe et que l’on accusait d’être porté sur la bouteille, le comportement du gato violait ses droits, tandis que nombre de ses compagnons trouvaient l’attitude de ce dernier prévisible, si ce n’est « normale ».

30Jusqu’en 1984, les individus qui s’échappaient des grandes propriétés agricoles ne trouvaient pas facilement de l’aide. Les responsables des syndicats de travailleurs ruraux n’avaient même pas conscience de ce droit à l’évasion, à l’exception de militants exceptionnels comme Natal de Barreira do Campo. De fait, les fugitifs ne pouvaient alors compter que sur les quelques agents de la CPT travaillant dans la région, dont le soutien était cependant limité car ils ne pouvaient pas entrer dans les fazendas pour libérer les travailleurs et ne disposaient pas de l’appui des autorités et de la presse, ni même de l’opinion publique locale. En outre, les fugitifs, souvent originaires d’autres communes, étaient inconnus des habitants, et eux-mêmes ne savaient pas vers qui aller.

31La situation a cependant évolué petit à petit. Avec la fin de la dictature militaire et l’instauration de la Nouvelle République, la CPT cessa d’être la cible de l’appareil d’État et, à partir de 1995, le ministère du Travail et de l’Emploi se transforma, grâce aux actions du groupe mobile d’enquête, en un important allié, y compris en raison de son rôle pédagogique.

32Porter plainte devenait ainsi une possibilité que nourrissaient l’indignation, les contacts avec des personnes et des organisations préoccupées par la situation mais, également, l’intensité grandissante des contrôles et de leur efficacité. Être libéré par le groupe mobile avait diverses conséquences : situation régularisée auprès de l’inspection du travail, paiement des salaires en retard, congés, treizième mois et allocations-chômage, inscription au programme social Bolsa Família, indemnités pour préjudice moral, etc. Les nouvelles qui circulaient entre les intéressés, les émissions de télévision et les brochures informant sur les droits des travailleurs sont certainement les facteurs expliquant la recrudescence impressionnante du nombre de dénonciations, dont la moyenne annuelle passa de 2,33 entre 1972 et 1984, à 74,12 entre 2003 et 2010. Porter plainte commençait à donner droit à des réparations, et la nouvelle se répandit parmi les victimes.

  • 11 Au cœur des ténèbres, un roman de Joseph Conrad publié en 1899 (« Heart of Darkness », Blackwood's (...)

33Ce furent les fugitifs qui furent les plus nombreux à dénoncer les entreprises qui les avaient exploités. Jusqu’alors, le sentiment de peur et l’idée que « celui qui a des dettes doit payer » empêchaient souvent les travailleurs de s’évader. Désormais, ceux qui ne se laissaient pas envahir par l’appréhension pouvaient se chercher des alliés, prendre des risques et provoquer dans le système des fissures par lesquelles un rayon de lumière, encore que timide, pourrait s’immiscer jusqu’« au cœur des ténèbres »11.

Les employeurs, leurs habitudes et leurs manœuvres face à la répression de leurs activités

34Le système est en fait organisé pour éviter toute plainte et semble avoir longtemps fonctionné sans accroc. En général, les employeurs qui se livrent à ce type d’exploitation de leurs employés ont quelques travailleurs permanents, et d’autres qui ne le sont pas. Avec les premiers, ils respectent plus ou moins la législation en vigueur, tandis qu’ils n’offrent aux seconds que des activités saisonnières et sous-traitées pour une durée pouvant varier en fonction de l’activité (tronçonnage, défrichage des pâturages, rénovation ou renforcement des clôtures, etc.). Une fois le chantier terminé, les ouvriers sont renvoyés. S’il est prévu d’avoir recours ultérieurement aux mêmes personnes (ou à d’autres de la même région), celles-ci ne sont pas trop maltraitées. On dit simplement qu’on regrette de ne pouvoir les garder et on leur paye une petite somme, toujours inférieure à ce qui avait été promis, mais qui permet de créer une certaine relation de confiance, d’arrondir les angles et éventuellement de dépasser la première réaction d’indignation. Par contre, si les propriétaires ou leurs préposés n’ont plus l’intention de revenir dans la région pour recruter à nouveau, les travailleurs sont renvoyés sans même être payés, sous le prétexte qu’ils ont contracté des dettes pour leurs frais de transport jusqu’au lieu de travail et à la cantine.

35Les gatos sont le bras armé des propriétaires ou des entrepreneurs. Entre les années 1970 et le début des années 1990, le système en place faisait appel à de puissants intermédiaires qui pouvaient être responsables de plus de mille travailleurs dans une même fazenda. Dans le sud du Pará, certains étaient même connus, comme Zezinho da Codespar, Chicô, Abilão, Adão Modesto, Joaquinzão et même Luiz Bang Bang qui résidait dans l’État du Mato Grosso, mais travaillait parfois dans celui du Pará. Ces « grands gatos » agissaient avec l’aide de dizaines d’assistants, d’hommes de main, de chauffeurs, de propriétaires de pension et de recruteurs. Néanmoins, au fur et à mesure que les nouvelles fazendas se sont installées sur les défrichements, les besoins en main-d’œuvre ont considérablement baissé et les inspecteurs du Trésor public détachés auprès du groupe mobile ont commencé à exiger que les entreprises bénéficiaires de travaux divers embauchent directement les travailleurs avec un contrat de travail. Toutefois, sous FHC, les gatos étaient encore responsables de 71 % des recrutements, ce qui montre que, malgré les contrôles, de nombreuses entreprises persistaient à utiliser des intermédiaires pour organiser la force de travail même si la figure du « grand gato » était en déclin. Progressivement, l’intermédiaire a perdu de son importance et est devenu tout aussi exploité que les autres, en arrivant même à recruter parmi ses voisins et parents. Dans 58 % des cas analysés ici, le recruteur promettait un régime de travail « captif », dans lequel les travailleurs devaient payer directement à l’employeur la nourriture qui leur était servie, tandis que 42 % promettaient un régime « libre », où l’ouvrier ne payait pas ses repas. Parmi les plaignants ayant mentionné leur recruteur, 56 % ont indiqué le gato et son entourage, et 39 % ont cité sans plus de précisions d’autres travailleurs de la propriété. Rappelons que dans certains cas, les personnes passaient par les deux systèmes. La plupart du temps, le régime était celui du salaire à la tâche (61 %), le paiement journalier arrivait en deuxième position (33 %) et le mensuel en troisième (12 %).

  • 12 Les châtiments étaient parfois exécutés en présence des autres travailleurs, à titre d’avertissemen (...)
  • 13 Six assassinats sont directement dénoncés. Dans deux de ces cas, les meurtriers auraient été les pr (...)
  • 14 Un travailleur malade a été emmené en ville pour suivre un traitement et en a profité pour tenter d (...)
  • 15 Assassinats, stable à 6% ; humiliation, de 28% à 22% ; lésions corporelles, de 23% à 14% ; mauvais (...)

36Sous FHC, 69 % des plaignants ont été soumis d’une manière ou d’une autre à de la violence. Lorsque ce n’était pas directement le cas, les « menaces » étaient fréquemment invoquées, notamment des menaces de mort, ainsi que la « présence d’hommes armés » (54 % pour les trois types de signalements). Les mauvais traitements concernent soit le plaignant soit des tiers. Leur catalogue dénote le climat délétère dans lequel les travailleurs tentent de survivre : bagarres à la machette, mutilations, disparitions, tirs, enfants battus, fugitifs punis12, travailleurs jetés d’un véhicule en marche, assassinats13, corps carbonisés, cimetières clandestins, policiers devenus complices des employeurs se livrant à des violences14. Durant la présidence de Lula, plus de 73 % des plaignants relatent avoir été victimes de violences, 70 % ont été témoins, directs ou indirects, de violences infligées à des tiers. Dans le premier cas, les « menaces » et la « présence d’hommes armés » arrivent en tête des signalements, davantage encore qu’à l’époque antérieure. Les blessures sont devenues plus fréquentes, passant de 6 % à 10 % des plaintes. Inversement, les « humiliations », « mauvais traitements » et « peur » ont plutôt baissé. Quant à la violence contre des tiers, on est passé de 68 % à 54 %. D’une manière générale, la seconde période a apporté plus d’informations que la première sur les pratiques violentes. Si l’on a assisté à une baisse de la proportion d’assassinats, d’humiliations, de lésions corporelles et de mauvais traitements, on a simultanément vu augmenter les cas de menaces, de présence d’hommes en armes et de peur ressentie par les travailleurs15. Les assassinats, enfin, sont passés de 6 à 25.

  • 16 Sur ce thème, des auteurs comme Max Weber (1971 [1921]) et Barrington Moore Jr. (1978) nous offrent (...)

37L’exercice de la violence permet à l’employeur d’imposer sa domination et de faire pression sur les travailleurs16. Cette violence n’est pas toujours reconnue par ceux qui l’exercent ni même par ceux qui en sont victimes. De fait, ces derniers ne prennent souvent conscience de leurs droits que par l’entremise des actions de l’État, ou par celles des groupes de défense des droits de l’homme ou d’autres organisations permettant de remettre en question la légitimité des comportements des employeurs. Au fil des témoignages, on peut constater un usage courant de la violence, verbale ou physique, directe ou indirecte. Certaines des histoires entendues et répétées, même lorsqu’il a été impossible de les confirmer, étaient néanmoins considérées comme hautement probables aussi bien par les témoins que par les enquêteurs. La violence a toujours eu diverses facettes, et sa présence, réelle ou fictive, servait les intérêts des employeurs, qui croyaient le plus souvent être à l’abri de la loi.

38La violence a toujours été une réponse à la suspicion ou à la concrétisation de l’abandon de poste, aux demandes de versement des salaires, aux diverses réclamations quant à la qualité et à la quantité de la nourriture, ou encore aux dénonciations faites par les travailleurs. Dans l’un des cas portés à notre connaissance, alors que l’ouvrier revenait dans l’unité de production après avoir dénoncé ses conditions de travail, on l’informa que le gato était au courant et qu’il était à sa recherche pour le tuer. On a aussi vu un travailleur « disparaître » après avoir porté plainte en ville, d’où il ne revint jamais. La violence n’atteignait pas seulement ceux que les propriétaires ou les gatos considéraient comme leur propriété, à savoir les travailleurs réduits en esclavage, mais également les petits producteurs installés dans les environs ou encore les femmes qui accompagnaient leur mari et/ou qui travaillaient comme cuisinières.

39Une autre forme de la violence des employeurs ou de leurs sbires réside dans les conditions d’existence quotidienne imposées aux travailleurs. Les situations dégradantes les plus diverses sont exposées dans les témoignages : temps de travail excessif, accidents et non-assistance, logements indignes, humiliations, eau de mauvaise qualité, alimentation insuffisante ou périmée, etc. Les travailleurs associent souvent les maladies contractées à la qualité de l’eau et des aliments consommés, mais également aux moustiques (le paludisme étant la pathologie la plus couramment citée). Sans pouvoir identifier les maladies, certains témoins ont cité des cas de décès d’enfants en raison de l’absence d’assistance et de consultation médicale. Les accidents du travail sont légion dans les témoignages : fractures, intoxications aux pesticides, etc. Dans certains cas, le travailleur désirant se soigner finissait par contracter des dettes qui s’ajoutaient aux précédentes. L’un d’entre eux a même affirmé avoir été menacé de mort pour avoir fait état de sa maladie. Du point de vue des plaignants, les employeurs sont invariablement décrits comme insensibles aux souffrances physiques et morales.

40L’endettement permet d’instituer un troisième type de violence. Il est un aspect central des relations habituelles entre employeurs et employés. L’incitation à s’endetter est ainsi régulièrement mentionnée, que ce soit pour les achats à l’épicerie de la propriété, par l’encouragement à la consommation de stupéfiants et d’alcool, dans les maisons de passe ou encore à travers le jeu. Les dettes du travailleur sont en effet essentielles pour maintenir le rapport d’exploitation qui le lie à l’unité de production, et ce n’est pas seulement l’employeur qui le considère comme débiteur, lui-même étant le plus souvent persuadé de la légitimité des créances. Néanmoins, du point de vue des acteurs sociaux qui lui viennent en aide, c’est bien à lui qu’on doit de l’argent.

41Lorsque les inspections sont venues perturber cette situation, les employeurs ont immédiatement réagi. Ils ont pu ainsi tenter de tromper les autorités en régularisant la situation des travailleurs au dernier moment, lorsqu’il apparaissait clairement qu’un contrôle était imminent. D’autres ont réussi à les cacher ou à les pousser à adopter un discours de façade face aux inspecteurs. On a pu également constater des licenciements de masse dès que les équipes de contrôle arrivaient dans la région. Ce n’est pas tout ! L’employeur pouvait également s’engager – sans pour autant s’exécuter – à modifier ses procédés, à respecter dorénavant le temps de travail légal, à construire des logements décents, à améliorer les conditions d’alimentation et à payer régulièrement des salaires normaux. La diversité des moyens utilisés pour ne pas respecter ces engagements était sans fin… Selon l’un des témoignages consultés, le propriétaire de la fazenda déclara le paiement de la paye, mais n’effectua pas le virement.

42De nombreux récits parlent également de réductions de salaire relatives aux dettes de camarades fugitifs remboursées par les travailleurs restés sur place. Dans un cas, on a même vu des employés devoir payer pour participer au match de football de fin de semaine. Certains témoignages font état d’ouvriers passant d’un gato à un autre qui, sous prétexte d’assumer la « dette » du travailleur dont il s’occupe, acquiert le droit de disposer de sa force de travail. D’autres fraudes se manifestent à travers le vol ou la confiscation d’objets personnels pour éviter les évasions. À d’autres occasions, lorsqu’une unité de production n’a plus besoin de main-d’œuvre, le propriétaire ou son préposé, cherchant à ne pas payer les sommes dues, peuvent stopper la distribution de nourriture, forçant ainsi les individus concernés, acculés par la faim ou par la peur, à quitter les lieux sans demander leur dû.

Qui témoigne ? Les plaignants, leurs origines, leur type d’emploi

43Les personnes ayant pu s’extraire suffisamment du système pour venir témoigner ne constituent évidemment que la partie émergée du phénomène. Toutefois, une lecture attentive de leurs récits permet de voir que, au-delà de celui qui est venu dénoncer sa situation et de ceux qui l’accompagnaient physiquement, toute une série de personnages secondaires sont évoqués, faisant de ces matériaux une fenêtre largement ouverte sur le phénomène qu’ils dénoncent. L’évolution des chiffres doit donc être examinée à la lumière de cette complexité.

44Sur l’ensemble de la période (1995-2010), en ce qui concerne le nombre de personnes directement atteintes, on constate une sérieuse augmentation les deux premières années puis, malgré des variations annuelles, une tendance à la baisse qui s’interrompt en 2009, année à partir de laquelle les chiffres recommencent à croître. Toutefois, le nombre de travailleurs impliqués dans les témoignages est bien plus considérable. Ils sont, en moyenne, 21,3 pour chaque plainte soit 1 580 par an, avec un total de 12 642 sur l’ensemble de cette période. Nous sommes donc très loin des seuls 839 témoignages recueillis.

45Sous FHC, 1,6 personnes en moyenne ont été présentes pour chaque témoignage. L’année qui a vu le plus de dénonciations durant ces deux mandats fut 2002 (53 %), ce qui coïncide également avec le plus grand nombre de plaignants (61 %). Si l’on prend en considération qu’en moyenne, chaque dénonciation a impliqué 29,6 travailleurs, on arrive à 2 581 personnes, soit la moitié du nombre de victimes recensées sous FHC.

46Sous Lula, le nombre de plaignants a été de 593, pour un total de 518 déclarations, soit une moyenne de 1,14 personne par témoignage. Cela montre la persistance de la pratique consistant, en certaines circonstances, à se présenter accompagné d’un ou plusieurs compagnons de la même unité de production auprès de l’agent chargé d’enregistrer la plainte. L’année ayant connu le plus grand nombre de témoignages fut 2003 (102), dépassant ainsi le chiffre de 2002 (92). Sous Lula, on a comptabilisé 518 dénonciations et 12 642 personnes impliquées. Par rapport à la période antérieure, le nombre moyen de victimes par témoignage a baissé pour s’établir à 21,31.

47Sous la présidence de FHC, huit femmes (3 % des plaignants) sont venues directement apporter leur témoignage. Sous celle de Lula, elles ont été 29. Il s’agit d’une augmentation importante dans l’absolu, mais réduite en proportion (3 % des témoignages). Cela ne fait que confirmer que les femmes sont moins soumises au travail esclave rural que les hommes.

48Quant à la classe d’âge, dans les années FHC, 39 % n’en ont pas fait état, et dans celles de Lula, 58 %. Cela signifie que lors de la deuxième période, cet aspect a été, pour une raison quelconque, encore moins digne d’attention. Si l’on effectue une classification par tranches de dix ans à partir des informations dont on dispose, aussi bien sous Lula que sous FHC, ce sont les 21-30 ans qui sont les plus représentés, démontrant ainsi que la force physique était privilégiée par les recruteurs, ou alors tout simplement que c’était l’âge majoritaire de ceux qui proposaient leur force de travail. Sous FHC, les 11-20 ans étaient plus représentés que pendant la période ultérieure. La distribution par l’État de ressources complémentaires à destination des familles défavorisées, notamment la Bolsa Família, peut sans doute expliquer la diminution de la proportion de jeunes et d’adolescents à partir de 2003.

49À l’époque de FHC, les plaignants étaient originaires de treize États différents répartis dans cinq régions du pays, dont une majorité (66 %) du Nordeste, la région la plus pauvre du Brésil. Un seul plaignant n’a pas indiqué son lieu de naissance. Les travailleurs venaient de 99 communes, soit une moyenne de 13,3 personnes par État de la fédération et de 1,7 par commune, ce qui révèle une certaine dispersion. L’État ayant la plus grande concentration de travailleurs (3,7 par commune) était le Piauí. Le Maranhão venait en deuxième position (1,8). 12 % des plaignants travaillant dans l’État du Pará en étaient également originaires mais le plus souvent venaient d’une autre commune que celle où ils étaient exploités. L’isolement était donc la règle, renforcé par les difficultés d’accès aux chantiers où les travailleurs avaient été conduits. Ils n’étaient pas en mesure de se constituer un réseau de soutien et de solidarité pour faire face à la situation à laquelle ils étaient soumis.

50Pour la période suivante, sous Lula, 435 plaignants étaient originaires de 201 communes venant de 18 États de toutes les régions du pays, ce qui équivaut à une moyenne de 24,2 personnes par État et de 2,2 par commune. Les États concernés sont plus nombreux – trois de plus – et, dans ceux-ci, deux fois plus de communes sont impliquées. Comme lors de la période antérieure, la majorité des ouvriers qui se sont plaints est originaire de la région la plus pauvre, le Nordeste, avec l’État du Maranhão en tête (183 travailleurs venus de 78 communes, soit une moyenne de 2,3 travailleurs par commune, un chiffre proche de la moyenne générale). Toutefois, 20 % de l’ensemble des victimes provient du Pará (12 % pour 1995-2002), ce qui indique à cette période une présence moindre de migrants.

  • 17 On appelle peão do trecho une personne vivant hors de sa région d’origine, ayant coupé les ponts av (...)

51Sous FHC, sur 277 témoins, la majorité (223) a pu indiquer un domicile dans huit États de la fédération, et 11 d’entre eux (5 %) ont déclaré ne pas disposer de domicile fixe (ceux que l’on appelle les peões do trecho17). 49 % des travailleurs ayant indiqué leur domicile venaient du Pará et 23 % du Maranhão. On observe une diminution du nombre de communes de résidence par rapport à celles d’origine, ce qui met en lumière le flux migratoire intense entre le lieu de naissance et le domicile antérieur au départ vers les lieux de travail. On constate également une dispersion des ouvriers dans les communes, avec par exemple une moyenne de 4,7 travailleurs par commune au Pará, de 2,5 au Tocantins et de 2 au Maranhão.

52Le flux entre le lieu de naissance et celui de résidence constaté sous FHC s’est également maintenu sous le gouvernement Lula. À partir de 2003, le nombre d’États de naissance est passé à 18, et celui d’États de résidence à 13. Une part significative de ces personnes a migré pour une raison quelconque, mais on ne dispose pas d’étude à ce sujet. On peut imaginer que l’une des raisons de ces circulations est liée à des facteurs économiques. Sous FHC, on a vu que c’est le Maranhão qui était le lieu de naissance le plus fréquent. Le Pará constituait quant à lui le lieu de résidence le plus cité (45 %), suivi du Maranhão (27 %) et du Tocantins (13 %). On retrouvait sans aucun doute parmi les habitants déclarés du Pará ceux qui y avaient déménagé pour y vivre, avec ou sans famille, mais également les peões do trecho. Le Pará s’est ainsi imposé comme lieu de passage et de destination. Et, petit à petit, cet État est devenu la résidence d’un certain nombre de personnes originaires d’autres régions.

53Les États de recrutement (9) sont de leur côté moins nombreux que ceux de naissance ou de résidence, le Pará arrivant également en tête, avec 75 % des cas, ce qui indique que tous les travailleurs qui se sont plaints n’ont pas été recrutés sur leur lieu de résidence, mais bien dans cet État, où ils s’étaient préalablement rendus, certainement en quête d’emploi. Si, lors de la première période, les ouvriers ont été emmenés dans 31 communes du Pará, ce chiffre est monté à 48 lors de la période suivante. À l’époque de FHC, 70 % des recrutements ont eu lieu au Pará, et le reste dans cinq autres États du pays. Ce sont 39 communes qui ont été concernées, dont 18 au Pará soit quasiment la moitié. Cela signifie que certaines personnes avaient déjà quitté leur résidence habituelle pour s’installer au Pará avant d’y être recrutées. Dans le Maranhão, on a dénombré huit communes de recrutement, et dans le Tocantins, cinq. Ces deux États sont voisins de celui du Pará. Sous la présidence Lula, selon les informations recueillies, les recrutements ont eu lieu dans neuf États et 80 communes, dont plus de la moitié (43) au Pará. Comme lors de la période antérieure, ces embauches se sont concentrées dans les régions Nord, Nordeste et Centre-Ouest, et les deuxième et troisième marches du podium, en nombre de personnes et de communes, étaient également occupées par le Maranhão (18 communes, 53 personnes) et le Tocantins (12 communes, 50 personnes). Le fait que beaucoup de personnes recrutées ne l’ont pas été dans leur commune d’origine peut s’expliquer par la recrudescence des contrôles. Les rabatteurs ont réduit le nombre de leurs voyages dans les autres États, et ce sont donc les travailleurs qui ont dû faire le déplacement, les uns suite à un contact téléphonique accompagné d’un virement bancaire pour les frais de voyage, et d’autres de leur propre initiative, dans l’espoir de trouver un emploi.

54La durée du séjour sur le chantier est un autre paramètre sur lequel on dispose de quelques informations. 81 % des travailleurs ayant témoigné étaient sur place depuis un à quatre mois, avec un pic de 32 % entre 31 et 60 jours. Parmi ceux qui ont passé trois ans ou plus sur les lieux, on trouve deux personnes, dont une est restée plus de six ans. Pour la période suivante, entre 2003 et 2010, chez les travailleurs ayant communiqué le temps passé dans la propriété, 25 % sont restés entre 31 et 60 jours, 17 % entre 61 et 90, et 15 % moins de 30, soit un total de 57 % entre 1 et 90 jours. Des cas atypiques sont apparus durant cette période. Un ouvrier a ainsi passé plus de 16 ans au même endroit, un autre 13, et quatre autres cinq années et demi (en moyenne), tous les autres étant restés moins de 5 ans. Celui qui a vécu plus de 16 ans sur place a indiqué travailler dans l’agriculture, tout comme celui qui avait treize ans d’ancienneté, qui a en outre parlé d’application de pesticides, de défrichage, de services généraux, d’abattage forestier et de débardage. Celui qui a travaillé dix ans était charpentier, celui qui est resté neuf ans s’occupait de pesticides et de défrichage et celui qui a passé sept ans sur place était bûcheron. Parmi les travailleurs ayant plus de cinq ans d’ancienneté, il s’en trouve un qui a été chargé de la sécurité pendant six ans. Durant la présidence de FHC, seuls deux plaignants avaient passé plus de trois ans sur les lieux, dont un près de six ans. Quant à ceux ayant travaillé entre 1 et 30 jours, il y en a eu proportionnellement plus que sous Lula, soit 28 %, alors que c’était l’inverse pour la période 61-90 jours, avec 14 %.

  • 18 On observe que le total dépasse les 100%, étant entendu que certains réalisaient plusieurs types d’ (...)

55À l’époque de FHC, les témoignages font état de douze types d’activité différents, contre treize sous Lula. La première période a vu dominer le défrichage (83 %), l’abattage d’arbres (21 %)18. Pendant les années Lula, le défrichage était également l’activité la plus citée, suivie du « travail du bois », puis de la déforestation et de l’application de pesticides. Outre ces activités ont été cités l’agriculture, la production de charbon de bois, l’élaboration de charpentes, la cuisine, le travail dans les pâturages, la sécurité, les services généraux, le soin aux animaux et la conduite d’engins. Le défrichage et l’abattage d’arbres ont diminué entre la première et la seconde période. Le défrichage était souvent lié à la préparation des pâturages et autres activités agricoles, ou encore au travail préalable à l’abattage. Celui-ci entrait dans le cadre de l’installation des fazendas et de l’ouverture d’espaces pour les activités d’agriculture et d’élevage.

Devant qui témoigner ? Rôle des autorités et des organisations de la société civile dans le processus de dénonciation

  • 19 Entre 1972 et 1984, 32% n’ont pas identifié l’institution les ayant recueillis ; entre 1985 et 1994 (...)

56Durant les huit années de présidence de FHC, de 1995 à 2002, on recense dans les archives analysées 174 plaintes déposées par 277 individus. Seuls 35 de ces témoignages n’ont pas permis d’identifier la personne ou l’organisation les ayant collectés. De 2003 à 2010, lors des deux mandats de Lula, on a pu dénombrer trois fois plus de plaintes, à savoir 593, concernant 868 plaignants. La collecte de l’information s’est également améliorée. Si pendant la période FHC, presque 20 % des témoignages ne permettaient pas d’identifier l’institution les ayant recueillis, cela ne représentait plus que 3 % sous Lula19. Cela démontre un travail plus attentif et organisé de la part des agents qui avaient cette responsabilité.

  • 20 Entre 1972 et 1984, sur les 22 témoignages recueillis, la CPT et deux autres organisations religieu (...)

57Dans 60 % des cas identifiés sous FHC, les témoignages ont été déposés dans les bureaux de la Commission pastorale de la terre (CPT) de six communes. À la seconde place, on trouve des organismes des pouvoirs publics, avec un total de 32 %, le ministère du Travail comptabilisant à lui seul 19 %, devant la police fédérale, la police civile et les services du procureur fédéral. Les témoignages restants ont été recueillis par des syndicats de travailleurs et un Centre de défense des droits de l’homme de l’État du Maranhão. Il est symptomatique de constater que les syndicats n’ont recueilli que 5 % de ces dénonciations, mettant ainsi en lumière les difficultés de ceux-ci à s’impliquer dans cette question. Les raisons en sont multiples : ils n’ont pas connaissance des cas incriminés, ils ne savent pas comment traiter le problème ou, encore, les fugitifs viennent d’autres régions et ne sont finalement qu’en transit. Ce dernier motif explique que les travailleurs concernés n’établissent généralement pas de relations avec les syndicats des communes où ils ont été soumis au travail forcé. C’est une organisation à caractère religieux qui a reçu le plus de plaintes, à savoir la CPT20, liée à la théologie de la libération et dont deux des fondateurs étaient des évêques clairement engagés dans les luttes sociales, Mgr Pedro Casaldáliga et Mgr Tomaz Bauduíno.

58Sous Lula, treize institutions ont reçu des dénonciations. Dans 91 % des cas, il s’agissait des bureaux de la CPT de l’État du Pará, ensuite ceux des États voisins du Maranhão et du Tocantins. Si l’on examine les seules plaintes déposées à la CPT, le Pará en capte 83 %. Les autres organisations, comme le Centre de défense de la vie et des droits de l’homme d’Açailândia (Maranhão), le Centre des droits de l’homme d’Araguaína (Tocantins), les syndicats de travailleurs ruraux, le ministère du Travail, le ministère public du Travail, le Ministère public fédéral ou la police fédérale du Pará, ont reçu moins de 10 % du total des dénonciations, et aucun ne dépasse les 4 % à titre individuel.

59En dépit d’une présence plus importante du ministère du Travail dans les contrôles, le nombre de plaintes recueillies par les fonctionnaires de cette institution fédérale a chuté de 19 % du total sous FHC à 1 % lors de la période ultérieure. Les autres organismes fédéraux (ministère public fédéral, police fédérale) et la police civile sont quant à eux passés de 13 % à 1 %, cette dernière n’ayant même pas recueilli une seule plainte lors de la dernière période. Par contre, la CPT, qui affichait 60 % des témoignages sous FHC, est passée à plus de 90 % sous Lula, tandis que les syndicats des travailleurs ruraux, en baisse, restaient sous la barre des 2 %, confirmant ainsi les difficultés persistantes de ces équipes à prendre en charge ce problème. Ainsi, ce n’est pas à l’État que l’on s’adresse en premier lieu pour chercher de l’aide. Il semble en effet que d’autres médiateurs se soient avérés beaucoup plus accessibles. Pour la seconde période, les années situées aux extrémités – 2003 et 2010 – correspondent respectivement au plus grand et au plus petit nombre de plaintes : 102 et 31. On peut supposer que la mise en œuvre de politiques officielles et les initiatives de la société civile ont conjointement permis la baisse régulière des cas avérés de travail forcé.

60Ainsi, les travailleurs des années FHC se sont principalement adressés à la CPT, mais certains s’étaient préalablement rendus dans un organisme gouvernemental, dans un syndicat ou dans une organisation de défense des droits de l’homme. Et ils le firent car ils connaissaient peu ou prou les pratiques de l’organisation en question, soit pour en avoir été informés par une connaissance ou un collègue, soit pour en avoir entendu parler dans les médias, ou encore parce qu’ils avaient déjà été précédemment libérés par le groupe mobile, ayant ainsi acquis une certaine expérience du rôle que pouvaient jouer les inspecteurs du travail et la police fédérale. Certains employés de ces organismes avaient d’ailleurs été détachés auprès d’antennes de la CPT. On a par exemple le cas d’un travailleur qui s’était rendu au syndicat des travailleurs ruraux de Redenção avant de se retrouver à la CPT de Xinguara, d’un autre étant passé du syndicat de São Félix do Xingu à la CPT de Tucumã, ou encore de ceux qui ont d’abord consulté le guichet d’assistance juridique du Centre de la vie et des droits de l’homme d’Açailândia, le Centre des droits de l’homme d’Ananás, la police fédérale de Marabá ou les services décentralisés de l’inspection du Travail de Marabá et Araguaína, avant d’être orientés vers les CPT de Marabá et d’Araguaína. Lors de la période suivante, dans la plupart des cas, les plaignants se sont rendus directement à la CPT sans passer par d’autres organismes, souvent conseillés par des personnes de leur entourage (ami, collègue, chauffeur de taxi, prêtre de la commune, etc.). Si la CPT a continué d’être le refuge le plus recherché, de nouveaux partenaires ont également vu le jour. En 2005, sous la présidence de Lula, le Centre des droits de l’homme d’Araguaína, dans l’État du Tocantins, accueillit un seul travailleur, avant de passer à cinq l’année suivante. Le plaignant de 2005 avait ensuite été orienté vers la CPT d’Araguaína et le ministère public du Travail. Le partage d’informations pertinentes entre les différentes institutions constitue un bon exemple de l’effet multiplicateur des campagnes menées par la CPT. Ainsi, des organisations liées à la défense des droits de l’homme ont pu devenir des « antennes » complémentaires pour la réception des plaintes dans l’État du Tocantins.

61Durant les années Lula comme durant la période précédente, les agents de la CPT recevant une dénonciation ont rarement eu l’occasion de constater que des solutions avaient été apportées, même lorsque les travailleurs étaient déjà passés entre les mains des autorités. Souvent, la première personne ou organisation contactée n’était pas en mesure de régler le problème ou, encore, certains agents publics ne faisaient pas remonter les informations, parfois lacunaires, recueillies auprès des victimes. Néanmoins, dans de trop rares cas, des mesures conséquentes étaient prises. On a l’exemple d’un travailleur ayant informé des fonctionnaires de police qui ont, de leur côté, immédiatement convoqué l’employeur déjà connu des services. On a vu des fonctionnaires du ministère du Travail orienter directement les ouvriers vers la police fédérale, comme à Marabá, en raison de menaces de mort à l’encontre d’un plaignant. Se disant incapable de résoudre le problème, le commissariat a fini par envoyer la personne concernée à la CPT de la ville. À une autre occasion, le bureau de police de São Geraldo a reçu une plainte pour menaces de mort, mais n’a pas convoqué la personne mise en cause. Un autre employé, menacé par le propriétaire d’une fazenda, a tout quitté pour porter plainte auprès des services de police, sans qu’aucune mesure ne soit prise en sa faveur. En outre, dans certaines localités, la police militaire a pu être suspectée de fournir des informations aux grands propriétaires sur les actions de l’armée dans la région. Un caporal de cette même unité faisait office de recruteur, un sergent rendait des services en échange de têtes de bétail, et on a même vu un commissariat recevoir des cadeaux après avoir poursuivi des travailleurs. Dans un témoignage, on apprend qu’un responsable des machines dans une scierie « humiliait » les conducteurs d’engin. Lorsque l’un d’entre eux décida de s’en aller, le responsable s’acharna sur lui avant de le blesser à coups de chaise et de se rendre en ville pour demander à la police militaire d’expulser le travailleur, ce qui fut fait sans tarder. On a su par la suite que cette scierie, impliquée dans le travail forcé, versait des pots-de-vin aux policiers et à l’inspecteur local du Trésor public.

62Ces mêmes années Lula ont été marquées par des cas impliquant des autorités locales et fédérales. Des policiers ont, par exemple, aidé des travailleurs en conflit avec un grand propriétaire et son contremaître en les orientant vers la police fédérale, non sans s’être faits rémunérer pour le service. Ils ont été reçus avant d’être renvoyés au ministère du Travail qui les a, à son tour, orientés vers la justice du Travail qui a fait suivre le dossier à un syndicat où un avocat leur a été recommandé, lequel les a finalement conduits à la CPT. Enfin pris en charge, ils ont dû retourner au commissariat de départ pour reprendre les vérifications d’usage… À Redenção, un plaignant s’est rendu à une antenne de l’inspection du travail, où les employés lui ont affirmé ne rien pouvoir faire vu qu’il n’avait pas de papiers. Il a donc dû se présenter à la police fédérale, qui l’a renvoyé à la délégation régionale du travail. Il a alors souhaité se rendre dans la 8e région militaire de Marabá mais, faute d’argent, il s’est retrouvé à Xinguara où le frère du président du syndicat des travailleurs ruraux lui a enfin indiqué la CPT. Il avait été témoin de la pendaison d’un travailleur par le gérant de la fazenda et avait entendu parler de trois autres assassinats mais, lorsqu’il s’est rendu à la police, on ne lui a pas proposé de signer sa déposition ni remis aucune attestation de celle-ci.

63Une partie des pouvoirs publics a donc manqué à son devoir ou a agi de façon inappropriée, comme l’ont indiqué certaines des victimes. Deux témoignages manifestent le malaise des plaignants lors d’audiences avec les procureurs. En 2004, par exemple, des fugitifs, après leur témoignage, reçurent une notification à remettre à leur patron. Apeurés à l’idée d’avoir à s’en charger eux-mêmes, les trois hommes et la femme concernés ont fait appel à la CPT. En 2005, une procureure a téléphoné à la personne mise en cause alors qu’elle recevait la plainte d’un travailleur, après quoi son comportement est devenu hostile. Le plaignant, surpris, préféra alors s’adresser à la CPT.

64Les autorités locales ont pu être aussi directement impliquées. L’administrateur de la fazenda d’un député d’État, par exemple, ne versait pas régulièrement les salaires à ses employés, la nourriture et les conditions sanitaires étaient indignes, et les sorties interdites. Un procureur était accusé d’offrir un hébergement et des conditions d’hygiène tout à fait inappropriées dans sa propriété, son contremaître était armé et menaçait les travailleurs. Des maires, comme celui de São Pedro de Água Branca, Maranhão, et d’Abel Figueiredo, Pará, agissaient de même. Citons également celui de Japi, Rio Grande do Norte, qui recrutait des mineurs, organisait le transport des victimes de manière à éviter les contrôles de police, ne payait pas les salaires et a fini par être dénoncé par deux travailleurs s’étant enfuis de la fazenda à deux heures du matin.

65Il y a néanmoins des autorités qui ont pu représenter un espoir pour les victimes et une menace pour les contrevenants. Cela a notamment été le cas des officiers de la police fédérale. Leur capacité à résoudre les problèmes graves ou délicats leur a valu un certain prestige, comme l’ont montré plusieurs témoignages. Dans l’un d’entre eux, un couple menacé et persécuté a réussi à s’enfuir avant que le mari ne disparaisse, ce pour quoi son épouse s’adressera à la police fédérale. Dans un autre cas, les travailleurs recevaient de la nourriture périmée, ils étaient humiliés et ne percevaient pas leur salaire en raison de dettes persistantes. L’une des victimes s’est finalement rendue à la police fédérale. Cette dernière était considérée comme efficace en cas de situations d’endettement, particulièrement durant les deux mandats de Lula. Un homme placé dans cette situation et libéré par le groupe mobile avait été mené à la police fédérale pour y être hébergé en attendant que les lieux du délit soient inspectés. Dans ce cas, le travailleur attribuait aux officiers non pas la solution du problème, mais son rôle indispensable d’intermédiaire. Lors de sa libération, il a probablement remarqué que l’opération était menée par l’équipe du ministère du Travail, mais que la police fédérale était bel et bien présente pour protéger le groupe mobile et les ouvriers libérés.

66Dans certains témoignages, on a pu constater que les agents de la police fédérale qui recevaient des travailleurs les envoyaient généralement à un bureau de la CPT ou, dans un cas isolé, au syndicat et à la délégation régionale du Travail. On a le cas d’un fugitif qui, après huit jours de marche, est arrivé en ville avec le paludisme. La police civile l’a d’abord envoyé à l’hôpital avant de l’emmener à la police fédérale de Marabá, qui l’a à son tour orienté vers la CPT. Entre 2004 et 2006, la police fédérale a envoyé au moins à quatre reprises des travailleurs dans l’un des bureaux de la CPT. Durant cette même période, on a également constaté la présence de l’armée, qui a parfois directement reçu les plaintes des travailleurs. Des militaires ont, par exemple, recueilli le témoignage d’un travailleur avant de chercher en vain pendant deux jours la fazenda mise en cause. Ils ont alors livré le plaignant à la police civile ; celle-ci l’a orienté vers la police militaire qui lui a finalement proposé de se rendre à la police fédérale. Les temps avaient changé et l’armée ne travaillait plus seule sur ce problème, comme lors des décennies antérieures. À São Félix do Xingu, un soldat a invité un travailleur à se rendre à la CPT. À Pacajá, un fugitif a rencontré des hommes de l’armée et de l’Institut national de colonisation et de réforme agraire qui l’ont accueilli et l’ont fait monter dans un autocar pour se rendre à Marabá. En 2002, il avait été libéré par le groupe mobile à Cumaru do Norte. Ce ne sont pas les seules autorités à avoir été mises à contribution. Une femme a par exemple choisi le Conseil de tutelle de l’enfance pour l’informer de son évasion d’une fazenda. Son mari, embauché comme vacher, était venu avec elle et leurs quatre enfants. Hébergés dans une cabane des plus précaires, qui plus est infestée de puces, ils étaient sous surveillance constante et il leur était interdit de sortir, pour ne pas parler de la faim et des pleurs des enfants. Ils se sentaient ainsi trahis et abandonnés. Les fonctionnaires du Conseil les ont finalement renvoyés vers la CPT de Tucumã.

Le moment du témoignage : contact direct, contact à distance, élaboration du rapport

67Comme nous l’avons vu précédemment, dans la plupart des cas, les plaintes ont été déposées individuellement : par exemple, 63 % des plaignants de 2005 étaient seuls. Ceux qui étaient accompagnés par une ou plusieurs personnes étaient le plus souvent des fugitifs. Il y a également des plaintes déposées par des groupes de deux personnes ou plus avec des mineurs : un jeune et son père, dénonçant l’assassinat d’un autre de ses fils ; une femme et un mineur ; deux mineurs accompagnés de neuf adultes ; ou encore cinq mineurs dans un groupe de neuf travailleurs. À d’autres occasions, on a recueilli les témoignages conjoints de deux victimes : l’un ayant coupé les ponts avec sa famille, et l’autre non ; un jeune et un plus âgé ; un jeune adulte et un mineur ; l’un sans papiers – parce que ceux-ci étaient restés à la fazenda ou avaient été perdus – et l’autre avec ; l’un ayant perdu ses papiers et l’autre les ayant laissés en garantie dans une boutique ; l’un de la région avec un compagnon d’un autre État ; ou les deux de la même ville. Le travailleur pouvait parler en son nom, s’être enfui ou être simplement parti sans que ses compagnons ne le sachent. Néanmoins, le plaignant s’était parfois échappé pour représenter les autres et parler au nom d’un groupe. Souvent, le fugitif en question était le plus débrouillard du groupe, ou alors connaissait déjà des membres du syndicat des travailleurs ruraux, ou encore était à l’aise au téléphone et pouvait appeler un avocat.

68Témoigner implique de se trouver face à une personne qui prend note de la déposition. C’est donc une interaction entre deux ou plusieurs individus qui, par un dialogue plus ou moins soutenu, s’entendent sur un texte qui vaudra pour témoignage. Évidemment, la part de chacun dans cette négociation est très variable. Dans la mesure où la déposition n’est pas un verbatim mais une sorte de synthèse de cet échange, dans la plupart des cas organisée comme un récit, il est bien difficile de savoir ce qui appartient à chacun. Il n’en reste que le texte à partir duquel il est toutefois possible de démêler quelques fils.

69L’un de ces repères réside dans le type d’énonciation choisi par le transcripteur. En parcourant les archives, on se rend compte que les témoignages ont été rédigés soit à la première personne du singulier ou du pluriel, soit à la troisième personne du singulier ou du pluriel, le travailleur étant appelé « déclarant » ou « témoin », en fonction de la personne ou du lieu de dépôt de la plainte. Dans les rapports à la première personne, on a une transcription quasi littérale des propos tenus par les travailleurs. Dans ceux à la troisième personne, le style est plus formel. L’agent qui recueille les informations laisse transparaître la marque de l’institution qu’il sert. Ce mode d’enregistrement est principalement l’apanage d’établissements publics, comme les commissariats ou les antennes du pouvoir judiciaire. Un peu plus de 17 % des déclarations ont été transcrites à la première personne du singulier ou du pluriel. Parmi celles-ci, la grande majorité, soit les deux tiers, ont été rédigées à la CPT de Xinguara. Quasiment toutes les autres proviennent à proportion égale des bureaux de la CPT de Marabá, Tucumã et São Félix do Xingu. On en trouve également une recueillie à Açailândia, probablement au guichet d’assistance juridique du Centre de défense de la vie et des droits de l’homme. Plus de 80 % des témoignages ont donc été transcrits à la troisième personne du singulier ou du pluriel, la plupart (66 %) à la CPT de Marabá, un certain nombre d’autres à la CPT d’Araguaína et le reste, en moindre quantité, au syndicat des travailleurs ruraux de Redenção et de Rondon do Pará, à l’inspection régionale du travail de Marabá et Araguaína ou encore au guichet d’assistance juridique du Centre de défense de la vie et des droits de l’homme. La CPT de Xinguara qui, longtemps, a transcrit les témoignages à la première personne, a commencé à utiliser la troisième en 2007.

70L’usage du téléphone, rare parmi les travailleurs, s’est progressivement généralisé, au point de devenir un nouvel instrument permettant de dénoncer leur situation et de maintenir le contact avec la famille. En 2004, trois cas ont été signalés par téléphone, une tendance qui s’est confirmée les années suivantes. En 2005, par exemple, la CPT de Xinguara a reçu un appel d’ouvriers agricoles qui avaient fui une fazenda. Le groupe avait alors pris rendez-vous pour témoigner en personne. En mai et en octobre de la même année, le bureau de la CPT d’Araguaína avait été contacté à quatre reprises depuis des cabines téléphoniques de différentes localités du Pará et du Tocantins.

71On a le cas d’un travailleur, accompagné de son épouse et de ses enfants, qui travaillait depuis plus d’un an dans une fazenda de São Félix do Xingu et qui a finalement réussi à contacter sa mère. Désargenté, il n’avait pas les moyens de partir, le lieu, d’accès difficile, n’étant desservi que par de petits avions. Tandis qu’il demandait de l’aide, le gérant de la fazenda avait coupé la communication. La mère de la victime en informa alors le Centre des droits de l’homme d’Ananás, dans l’État du Tocantins.

72En 2006, la CPT de Marabá a été contactée deux fois par des travailleurs insistant pour laisser leur numéro de téléphone. À la première de ces occasions, après s’être rendu personnellement au bureau de la Commission, un plaignant a rappelé pour laisser le numéro de portable d’un conseiller municipal qui pourrait lui servir de relais ; un autre travailleur a appelé d’une cabine pour donner celui de sa belle-sœur. Quelques mois plus tard, en novembre, un travailleur du Pará appelait la CPT d’Araguaína pour témoigner tout en informant son interlocuteur du numéro de téléphone de sa voisine. Dans d’autres témoignages, quatre travailleurs ont également laissé un numéro, qui pouvait être le leur, celui d’une cabine téléphonique (au Maranhão) ou, encore, celui d’un ami, d’un frère, d’une boutique ou d’une pension (au Pará).

73L’usage du téléphone par les travailleurs a encore progressé en 2007 : 25 % des plaignants s’en sont servi, contre 7 % l’année précédente. Les témoignages révèlent en outre que les victimes possédaient leur propre portable, avaient accès au téléphone de l’unité de production ou à une cabine, ou encore pouvaient utiliser l’appareil d’un ami ou d’un parent pour recevoir des appels.

74Trois témoignages de différentes antennes de la CPT ont été entièrement recueillis par téléphone, soit directement soit après avoir rappelé un numéro indiqué par les plaignants. L’un d’entre eux, Raimundo, avait son propre portable et en avait laissé le numéro ; Juniormar et Maria ont également utilisé un portable, tout comme Salvador ou encore Edvan, qui avait même laissé deux numéros ; de son côté, le couple Leomário et Maria Divina a pu laisser le numéro d’une cabine. Les autres ont plutôt laissé le numéro de parents, à savoir de leur fille, de leur frère ou sœur, de leur épouse ou belle-sœur. On a également l’exemple de Manuel, un ouvrier itinérant, qui même sans domicile fixe depuis des années, a pu laisser le numéro de téléphone fixe de sa mère, qui habitait le Maranhão.

75En 2007, certains ont encore donné le numéro d’amis. Antônio avait laissé celui de Dona Maria, et Jeová, celui de son compagnon Pequeno. Alessandro a indiqué trois numéros appartenant à des amies, dont la cuisinière de la fazenda ; Zé Maria, celui de son voisin à Tucuruí ; Aldey, celui de sa voisine ; Raulino, celui de Zé Arlindo ; Zé Carlos, celui d’Aline ; Zé Maria, celui du voisin Edson ; et Zé Aldey, celui de Cida. Dans un autre témoignage ne figurait pas le numéro de téléphone laissé par le travailleur, mais on trouvait dans une observation finale une note déclarant qu’il serait prévenu par téléphone de l’arrivée des inspecteurs, révélant ainsi la possibilité d’établir de tels contacts. Cet homme avait probablement emporté avec lui les coordonnées téléphoniques du bureau où il avait déposé sa plainte.

76D’autres informations sont également disponibles quant à l’usage du téléphone. Ceux qui recevaient les plaintes, orientés par le formulaire à remplir, demandaient les coordonnées postales et téléphoniques de l’employeur. À de rares exceptions près, les victimes ne disposaient pas de ces informations. Dans l’un des cas étudiés, trois travailleurs ont révélé disposer du numéro du patron et s’en être déjà servis. Ils avaient été embauchés en juin 2007 dans l’État du Tocantins et, quatre mois plus tard, ils n’avaient toujours pas été payés, ne disposant même pas d’un hamac, dormant à même le sol et ne mangeant pas à leur faim. Ils expliquaient s’être rendus « à pied jusqu’à un petit village proche de la fazenda pour rejoindre ensuite la ville de São Geraldo do Araguaia en autostop. [...] Ils ont appelé M. N., mais lorsque celui-ci a compris que c’étaient eux, il a raccroché ». Outre le téléphone, certaines fazendas utilisaient la radio amateur comme forme de contact et de contrôle. Ou alors le propriétaire se servait du téléphone d’une manière qui préoccupait le plaignant. Comme nous l’avons vu ci-dessus, en 2005, Inaldo s’était enfui d’une fazenda et tandis qu’il exposait son cas à la procureure du tribunal local, le téléphone s’était mis à sonner. C’était le propriétaire de la fazenda !

Pour conclure

77Réaliser une étude à partir d’éléments qui n’avaient pas été rassemblés dans ce but impose des limites. Les documents analysés ne répondent évidemment pas directement à des questions que des chercheurs auraient pu se poser. Ils ont été rédigés dans un autre but, celui d’établir un registre des délits constatés et de chercher une solution aux problèmes des plaignants et de ceux qui étaient restés sur les lieux. Néanmoins, en dépit de ces restrictions, on a pu identifier des aspects intéressants non seulement en ce qui concerne le profil des plaignants et de ceux qui recueillent les témoignages, mais également quant aux faits eux-mêmes. Il n’a cependant pas été possible d’exposer toutes nos découvertes, comme par exemple les informations sur les conditions de logement, l’alimentation, les maladies, les accidents du travail ou l’isolement géographique.

78À partir de ce que nous avons présenté, on peut toutefois percevoir quelques aspects pertinents comme, par exemple, l’importance de la CPT durant les périodes analysées, en raison non seulement du nombre de témoignages collectés, mais également de la reconnaissance acquise par l’organisation auprès des autorités. Dans certaines circonstances, on a même pu voir la police fédérale conseiller aux travailleurs de se rendre à la Commission pastorale, comme on l’a montré ci-dessus. Cela met surtout en lumière les difficultés des autorités à prendre en charge le problème, soit par manque de moyens, ou tout simplement par méconnaissance des mesures à mettre en œuvre pour réprimer le délit, voire par simple désintérêt.

79Certains récits ont montré l’incapacité de l’État à apporter une réponse, provoquant ainsi la récidive des contrevenants et le retour sur les lieux de travailleurs réduits en esclavage. Sous la présidence de Lula da Silva, 4 % des plaignants ont déclaré que ce n’était pas la première fois qu’ils avaient été recrutés et exploités de la sorte. Cela est très révélateur. Du côté des employeurs, par exemple, cela montre que les punitions infligées ne sont pas suffisantes pour les dissuader d’avoir à nouveau recours au travail forcé. Et du côté des travailleurs, on voit que le manque d’alternatives de survie les pousse parfois à courir à nouveau ce risque. Ils ne le font évidemment pas parce qu’ils aiment souffrir, mais parce que les opportunités d’emploi décent sont extrêmement limitées. Un chercheur brésilien, Leonardo Sakamoto, a affirmé que l’esclavage n’était pas une maladie, mais un symptôme. La maladie elle-même puiserait ses racines dans divers facteurs : d’un côté, le désir d’enrichissement illicite, et de l’autre, l’impunité, les inégalités sociales, la désinformation, le chômage et le manque d’alternatives pour une survie économique et sociale. Au cours de ces dernières années, l’État brésilien a adopté un certain nombre de mesures pour combattre ce crime, des mesures dont l’Organisation internationale du travail a fait l’éloge, mais qui ne se sont pas avérées suffisantes pour résoudre le problème. L’État ne peut agir seul pour combattre ce phénomène mondial.

Haut de page

Bibliographie

Audrin, José. 1946. Entre sertanejos e índios do norte : o bispo-missionário Dom Domingos Carrerot. Rio de Janeiro : Agir.

Casaldáliga, Pedro. 1970. « Escravidão e feudalismo no norte do Mato Grosso. » São Félix do Araguaia, manuscrit.

Casaldáliga, Pedro. 1971. Uma Igreja da Amazônia em conflito com o latifúndio e a marginalização social. » Lettre pastorale. Disponible sur : http://www.servicioskoinonia.org/Casaldaliga/cartas/1971CartaPastoral.pdf (consulté le 9 mars 2017).

Castro, Ferreira de. 1930. A Selva : romance. Lisboa : Ed. Guimarães & Cia [éd. française (1938) : Forêt vierge : a selva. Paris : Bernard Grasset].

Conrad, Joseph. 1925. Jeunesse, suivi du Cœur des ténèbres. Paris: Gallimard [éd. originale (1899): « Heart of Darkness. » Blackwood's Magazine, fév.-mars-avr.].

Cunha, Euclides da. 1922. À Margem da História. Lisboa : Lello & Irmãos editores.

Commissão pastoral da Terra. 2010. Conflitos no campo Brasil 2009. São Paulo : Expressão Popular. Disponible sur : https://cptnacional.org.br/index.php/component/jdownloads/send/41-conflitos-no-campo-brasil-publicacao/131-conflitos-no-campo-brasil (consulté le 5 mars 2017).

Davatz, Thomaz. 1941. Memórias de um colono no Brasil (1850). São Paulo : Livraria Martins. [éd. originale (1858) : Die Behandlung der Kolonisten in der Provinz St. Paulo in Brasilien und deren Erhebung gegen ihre Bedrücker. Ein Noth- und Hilfsruf an die Behörden und Menschenfreunde der Länder und Staaten, welchen die Kolonisten Angehörten. Chur : Druck vom Leon Hitz. Disponible sur : https://archive.org/details/diebehandlungder00dava (consulté le 9 mars 2017)].

Élis, Bernardo. 1966. Veranico de Janeiro : contos. Rio de Janeiro : José Olympio.

Esterci, Neide. 1994. Escravos da desigualdade : um estudo sobre o uso repressivo da força de trabalho hoje. Rio de Janeiro : CEDI/Koinonia.

Figueira, Ricardo Rezende. 1986. A justiça do lobo : posseiros e padres do Araguaia. Petrópolis : Vozes.

Figueira, Ricardo Rezende. 2004. Pisando fora da própria sombra : a escravidão por dívida no Brasil contemporâneo. Rio de Janeiro : Civilização Brasileira.

Figueira, Ricardo Rezende. 2007. « O trabalho escravo e a promiscuidade de autoridades. » In Direitos Humanos no Brasil 2007 : Relatório da Rede Social de Justiça e Direitos Humanos, 53-58. São Paulo : Rede Social de Justiça e Direitos Humanos.

Hochschild, Adam. 1998. King Leopold's Ghost: A Story of Greed, Terror, and Heroism in Colonial Africa. New York : Pan Macmillan.

Ianni, Octávio & Neide Lopes Patarra.1978. Estudos de população : conceição do Araguaia. São Paulo : Centro Brasileiro de Análise e Planejamento (CEBRAP).

La Boétie, Étienne de. 1993 [1574]. Discours de la servitude volontaire. Paris : Flammarion.

Lambranho, Lúcio & Edson Sardinha. 2010. « STF rediscute competência sobre trabalho escravo. » Disponible sur : http://congressoemfoco.uol.com.br/trabalho-escravo/stf-rediscute-competencia-sobre-trabalho-escravo/ (consulté le 5 mars 2017).

Martins, José de Souza. 1994. « A reprodução do capital na frente pioneira e o renascimento da escravidão no Brasil. » Tempo Social 6 (1-2): 1-25.

Moore Jr., Barrington. 1978. Injustice: The Social Bases of Obedience and Revolt. White Plains (NY): M.E. Sharpe.

Moraes, Maria José Souza. 2007. « Trabalho escravo : da omissão do estado a CONATRAE passando pela bicicleta do padre Canuto. » São Félix do Araguaia, 17 octobre. Disponible sur : http://www.gptec.cfch.ufrj.br/pdfs/trabalhoescravo_genese_out2007.pdf (consulté le 25 février 2017).

Organização Internacional do Trabalho (OIT). 2006. Trabalho Escravo no Brasil do século XXI. Brasília : OIT. Disponible sur : http://www.oitbrasil.org.br/sites/default/files/topic/forced_labour/pub/trabalho_escravo_no_brasil_do_%20seculo_%20xxi_315.pdf (consulté le 5 mars 2017).

Romero, Adriana Mourão & Marcia Anita Sprandel. 2003. « I jornada de debates sobre trabalho escravo – Algumas reflexões. » Revista CEJ 22 : 119-132. Disponible sur : http://www.jf.jus.br/ojs2/index.php/revcej/article/viewFile/572/752 (consulté le 25 février 2017).

Sakamoto, Leonardo. 2005. « A imprensa no combate ao trabalho escravo. » Carta Maior 1er décembre. Disponible sur : http://www.cartamaior.com.br/?/Coluna/A-imprensa-no-combate-ao-trabalho-escravo/21755 (consulté le 25 février 2017).

Sant´Ana Júnior, Horácio Antunes. 2004. Florestania : a saga acreana dos povos da floresta. Rio Branco : EDUFAC.

Supremo Tribunal Federal (STF). 2014. « Noticias STF : Ministro Joaquim Barbosa profere voto sobre competência para julgar trabalho escravo. » 1er juillet. Disponible sur : http://www.stf.jus.br/portal/cms/verNoticiaDetalhe.asp?idConteudo=270215 (consulté le 5 mars 2017).

Weber, Max. 1971 [1921]. Économie et société, tome 1. Les catégories de la sociologie. Paris : Plon.

Haut de page

Notes

1 Fondé en 2003, le Groupe de recherche sur le travail esclave contemporain (GPTEC) fonctionne au sein du Centre d’études des politiques publiques de droits de l’homme de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

2 La Commission pastorale de la terre (CPT) est une organisation religieuse et œcuménique dont le lien avec l’Église catholique est pastoral, et non juridique, par l’entremise de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB). Elle est présente dans tout le pays grâce à 21 antennes régionales.

3 Amendement constitutionnel n° 81 du 5 juin 2014 disponible sur : http://www.planalto.gov.br/cCivil_03/Constituicao/Constituicao.htm#art243, consulté le 10 février 2017.

4 Les « ministères publics » au Brésil sont des bureaux regroupant les magistrats du parquet (procureurs) des différents niveaux de l’organisation juridique du pays. Le Ministério Público Federal [ministère public fédéral] est une instance du Ministério Público da União [ministère public de l’Union] qui comprend aussi le Ministério Público do Trabalho [ministère public du travail], le Ministério Público Militar [ministère public militaire] et le Ministério Público do Distrito Federal e Territórios [ministère public du District fédéral et des Territoires]. Il y a aussi un ministère public dans chaque État de la fédération. Joints au ministère public de l’Union ils constituent le ministère public du Brésil placé sous l’autorité du Procureur général de la République (Ndt).

5 En 1989, à l’âge de 17 ans, José Pereira avait été recruté avec d’autres compagnons d’infortune pour travailler dans une fazenda appartenant à une famille de puissants hommes politiques. Lorsqu’ils se rendirent compte des conditions de travail et après avoir été menacés par les propriétaires et leurs agents, José Pereira et Paraná, un autre jeune dans la même situation, s’enfuirent avant d’être à nouveau capturés. Le premier survécut à ses blessures, ce qui ne fut pas le cas du second. Face à la lenteur et à la partialité des conclusions de l’enquête policière, le cas avait été porté devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme (Figueira 2004).

6 Institué par la résolution 05/2002 du Conselho de Defesa dos Direitos da Pessoa Humana (CDDPH).

7 Inter-American Commission of Human Rights, 24 octobre 2003, pétition n° 11.289, règlement à l’amiable.

8 Ces données étaient disponibles depuis 2012 jusqu’en 2016 sur le site du ministère du Travail et de l’Emploi (MTE) sur : http://trabalho.gov.br/fiscalizacao-combate-trabalho-escravo/resultados-das-operacoes-de-fiscalizacao-para-erradicacao-do-trabalho-escravo. Elles semblent avoir été récemment supprimées. Ce fait est peut-être en relation avec les actions en justice contre la liste des exploitations concernées par le travail esclave (lista suja) qui ont conduit le ministère à ne plus publier d’informations à ce sujet.

9 Les gatos [chats] sont des personnes faisant office de chefs de chantier. Ils peuvent être importants et coordonner des infrastructures impliquant des « sous-gatos », des hommes de main, des chauffeurs, des cantiniers, des cuisiniers, des recruteurs, etc. Il y a également des gatos moins importants, aussi appelés chefs d’équipe, parfois tout aussi exploités que les ouvriers. Un petit gato ne dispose parfois d’aucune structure et doit lui-même s’occuper du recrutement.

10 Après des mois, parfois des années, le travailleur est renvoyé sans rien percevoir, le patron agissant parfois comme s’il était dans son bon droit, parfois en assumant être en infraction, mais toujours en menaçant son employé de représailles s’il lui venait à l’idée d’insister pour être payé ou de faire appel aux autorités.

11 Au cœur des ténèbres, un roman de Joseph Conrad publié en 1899 (« Heart of Darkness », Blackwood's Magazine, février, mars et avril 1899), décrit une histoire se passant au Congo belge, où esclavage et cruauté avançaient de concert, en fonction d’un projet de domination mené au nom de la civilisation et de la philanthropie. Certains auteurs supposent que le nombre de morts résultant de cette action « civilisatrice » a pu atteindre les dix millions (Hochschild 1998).

12 Les châtiments étaient parfois exécutés en présence des autres travailleurs, à titre d’avertissement pour les dissuader de s’évader.

13 Six assassinats sont directement dénoncés. Dans deux de ces cas, les meurtriers auraient été les propriétaires de l’unité de production, à savoir une fazenda et une unité de production de charbon de bois.

14 Un travailleur malade a été emmené en ville pour suivre un traitement et en a profité pour tenter de s’enfuir. Rattrapé par le gato, battu puis livré à la police, il a passé trois jours derrière les barreaux avant de retourner travailler.

15 Assassinats, stable à 6% ; humiliation, de 28% à 22% ; lésions corporelles, de 23% à 14% ; mauvais traitements, de 46% à 71% ; intimidation, de 30% à 19%.

16 Sur ce thème, des auteurs comme Max Weber (1971 [1921]) et Barrington Moore Jr. (1978) nous offrent de bonnes pistes de compréhension.

17 On appelle peão do trecho une personne vivant hors de sa région d’origine, ayant coupé les ponts avec sa famille et qui enchaîne différentes tâches pour un ou plusieurs employeurs. Entre une embauche et une autre, il accumule les impayés dans les pensions et les maisons de passe, se retrouvant ainsi enfermé dans une spirale d’endettement et de travail forcé. Il est le plus souvent analphabète et sans qualification professionnelle. On l’appelle également peão rodado (cf. Figueira 2004, 18).

18 On observe que le total dépasse les 100%, étant entendu que certains réalisaient plusieurs types d’activité dans une même propriété.

19 Entre 1972 et 1984, 32% n’ont pas identifié l’institution les ayant recueillis ; entre 1985 et 1994, 45%.

20 Entre 1972 et 1984, sur les 22 témoignages recueillis, la CPT et deux autres organisations religieuses en ont collectés onze (50%) et les polices des deux États sept (32%). Un témoignage n’identifie pas l’agent l’ayant rédigé. Néanmoins, à cette époque, les agents pastoraux savaient qu’ils ne bénéficiaient pas du soutien des autorités, qui les considéraient comme des « communistes », et préféraient souvent orienter directement les travailleurs vers les services de police ou chez des notaires, afin qu’ils puissent témoigner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo Rezende Figueira, Adonia Antunes Prado et Rafael Franca Palmeira, « L’esclavage contemporain et ses transformations en Amazonie brésilienne : les témoignages des victimes », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://bresils.revues.org/2186 ; DOI : 10.4000/bresils.2186

Haut de page

Auteurs

Ricardo Rezende Figueira

Ricardo Rezende Figueira est professeur à l’École de service social de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Adonia Antunes Prado

Adonia Antunes Prado est professeur au Centre de philosophie et sciences humaines (CFCH) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Rafael Franca Palmeira

Rafael Franca Palmeira est géographe à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org