Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cabanes, Robert. 2014. Économie morale des quartiers populaires de São Paulo

Paris : L’Harmattan, 122 p.
Marion Aubrée
Référence(s) :

Cabanes, Robert. 2014. Économie morale des quartiers populaires de São Paulo. Paris : L’Harmattan, 122 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le dernier volet d’une recherche anthropologique développée depuis plus de trente ans. Ce long travail d’observation et d’analyse des périphéries de la capitale industrielle du Brésil a été soutenu conjointement, du côté brésilien, par l’Université de São Paulo (USP) et, du côté français, par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) auquel appartient Robert Cabanes. Trois livres en collaboration ont déjà été publiés. Un quatrième, écrit par son seul auteur, met au centre de la réflexion « l’économie morale » des groupes populaires des banlieues pauvres. Elle est ici conçue comme l’ensemble des valeurs qui résultent des pratiques et des stratégies que ces populations mettent en œuvre pour répondre aux conditions de discrimination et d’oppression auxquelles elles doivent faire face dans leurs situations de travail et d’habitat, ainsi que dans leur vie quotidienne, en particulier dans leur relation aux services publics et à l’État. Robert Cabanes a choisi d’approfondir l’analyse des « arts de faire » des acteurs concernés grâce à une approche biographique qui lui permet de prendre en considération les attitudes réflexives de ses interlocuteurs et, ainsi, de mettre en évidence leurs stratégies de détournement et de « distance-résistance » par rapport à une action sociale plus générale.

2Pour présenter clairement son projet R. Cabanes a déterminé trois axes qui lui sont apparus comme structurants des divers parcours biographiques qu’il a suivis au long de ces années : i) la recherche d’une activité professionnelle et la dynamique de l’insertion par le travail ; ii) la famille avec les transformations qu’elle a enregistrées au cours du passage du rural à l’urbain ou des aléas migratoires ; iii) la volonté d’insertion socio-culturelle et citoyenne de populations qui luttent pour se faire entendre par l’ensemble de leur société.

3Les nombreux récits de vie qui illustrent les analyses mettent en évidence les aléas professionnels des habitants de la périphérie et l’instabilité économique qui en découle (avec, en corollaire, les réflexions des uns et des autres sur leurs insatisfactions personnelles). Les fonctions qui apparaissent le plus fréquemment et sont susceptibles d’aider les gens à se stabiliser relèvent de ce que l’on pourrait appeler « l’auto-entrepreneuriat » et sont majoritairement liées au commerce de rue, au secteur de la confection ainsi qu’à la collecte et au recyclage des déchets. Les analyses du chapitre 1 mettent en évidence le délitement actuel de toutes les formes du syndicalisme qui fut, entre les années 1970 et 1990, un puissant facteur de l’entrée dans l’espace public et de la subséquente visibilité des couches populaires, sur des bases collectives. De fait, comme le dit l’auteur, « lorsque s’imposent les assignations à l’individualisme par démantèlement ordonné et programmé des collectifs dans un contexte de rareté du travail, la négociation de la valeur d’échange du travail suit les canaux de tous les clientélismes et de tous les corporatismes » (p. 45). Ainsi, notre monde « ultra- ou post-moderne » semble bien reconduire les formes antérieures et tant décriées de relations sociales. En outre, l’examen des biographies fait apparaître que ce reflux du collectif dans la vie professionnelle entraîne, dans bien des cas, un recours à la sphère du religieux qui, pour la plupart des personnes interrogées, concerne les nouvelles religions évangéliques (pentecôtisme et/ou néo-pentecôtisme) dont on sait l’importante croissance dans les trente dernières années au Brésil. Ils y trouvent des solidarités concrètes, une nouvelle confiance en leur dignité d’être humain et, comme le dit l’un d’eux, une « politique de l’amitié » avec ses pairs fondée sur la croyance partagée.

4Les changements structurels qu’a connus la famille et les nouvelles médiations sociales qui se font jour sont traités dans le second chapitre qui expose, en premier lieu, la transformation des rapports de genre au sein de la maisonnée. À ce sujet, l’auteur développe une analyse comparative très pertinente des développements du foyer domestique populaire en France et au Brésil en contrastant la notion de patriarcat, commune aux deux pays, et celle de « matricentrage » de la famille, fortement liée au passé esclavagiste du Brésil. Ceci lui permet de mettre en valeur le fait que cette dernière situation a subi, dans les années récentes, une sorte de retournement par lequel, grâce à la diffusion des idées féministes, les rapports revendiqués d’interactivité et d’égalité entre les deux sexes ont permis aux femmes pauvres de participer activement au processus de démocratisation. Celui-ci passe, entre autres, par un fort investissement féminin dans le mouvement associatif. Ce dernier représente, avec l’État (à tous ses échelons) et les entreprises, l’une des trois instances qui, depuis la Constitution de 1988, doivent se concerter pour arriver à une meilleure gouvernance. Cependant, comme il n’échappe ni à l’auteur ni à ses interlocuteurs, cette « bonne gouvernance » ne fait pas une place égale aux trois entités concernées et, comme on pouvait s’y attendre, c’est le monde associatif qui se retrouve minoré. Or, les femmes pauvres y sont massivement présentes sous la forme de « l’action féministe » que l’auteur prend soin de distinguer du « mouvement féministe » qui, lui, regroupe plutôt les femmes des classes moyennes dont les objectifs sont moins directement dirigés vers l’amélioration des conditions de vie.

5Ces « activistes associatifs », hommes et femmes, qui promeuvent divers services sociaux (prise en charge de l’éducation des moins favorisés ou, simplement, assistance alimentaire aux plus déshérités), font fonctionner leur groupe comme de petites entreprises sociales susceptibles de capter des fonds publics, avec tout ce que cela implique de concurrence entre les divers projets. On peut remarquer que, dans ce sens, l’expansion des religions évangéliques a favorisé la dimension entrepreneuriale dans la mesure où la symbolique du discours pentecôtiste fait de l’individu un « battant » qui doit vaincre face au reste de la société. L’auteur voit dans cette éthique de style religieux, la source des conflits avec d’autres acteurs du service social, plus motivés par l’aspiration collective à une société égalitaire (p. 81). Dans tous les cas les activités en question sont vues par ceux qui les pratiquent comme une école de citoyenneté dans laquelle se développe leur représentation de la démocratie participative, en particulier grâce à la création de coopératives (récupération de déchets, artisanat à partir d’objets recyclés, etc.). Dans son exposé Robert Cabanes souligne l’implication importante, dans cette dynamique, de femmes qui ont profité des nouveaux rapports de genre pour s’affirmer dans le privé et/ou dans le public. Il ressort aussi des biographies présentées et de leur analyse que ce nouvel élan entrepreneurial des classes populaires permet à certaines municipalités de se défausser sur lesdites associations de la charge qu’impliquerait la rémunération salariée de leurs dirigeant(e)s, surtout lorsqu’il s’agit de femmes.

6La méthode biographique et l’exposé des détails vécus qu’elle autorise permettent de développer la problématique ouverte par le chapitre 3 : l’insertion de ces populations dans la culture publique et leur rapport au politique. Après la présentation d’un cas de jeito, que l’auteur définit comme une « contrainte à la débrouillardise », un rappel des transformations sociales vécues dans les vingt dernières années débouche sur les effets qu’elles ont produits sur la culture de la jeunesse et sur ses expressions contestataires. Divers groupes de rap ont été créés : ils s’expriment sur la réalité sociale de la marginalisation et sur la disqualification imposée par la culture dominante. On comprend que certains d’entre eux sont inspirés par une éthique évangélique et que tous envisagent le succès dont ils jouissent, dans leur milieu, comme une activité de promotion de la liberté et de l’égalité auxquelles ils aspirent collectivement. La majorité de ces jeunes doivent faire face quotidiennement au marché de la drogue qui, pour certains d’entre eux, est la seule manière de survivre. Dans une société où la corruption a envahi les sphères économique et politique aux plus hauts niveaux, leurs activités illégales sont, à leurs yeux, légitimées par le fait qu’elles deviennent un moyen de subsistance. Il n’en reste pas moins qu’elles les mènent souvent à la prison, provoquant une inclusion de ceux qui s’y trouvent dans le tissu urbain ordinaire de la périphérie et abolissant les frontières entre la légalité et la légitimité.

7Le tissage des exemples et des analyses contenus dans cet ouvrage apporte un éclairage spécifique sur les assignations identitaires que la société voudrait imposer aux habitants des banlieues et sur les multiples stratégies de résistance que ceux-ci mettent en œuvre, à tous les niveaux, pour affirmer le « souci de soi » qui leur permet de tenter de formuler une autre conception de la ville et de la politique. Malgré l’évidence de la volonté de s’en sortir qui transparaît tout au long des témoignages, l’auteur ne conclut pas d’une manière optimiste. Il souligne le parallèle qui peut être fait entre les situations sociales décrites pour São Paulo et celles que nous connaissons dans bien des zones périurbaines en France. Avec raison, il élargit son propos à l’ensemble des banlieues de ce monde globalisé qui s’acharne à limiter les aspirations démocratiques et citoyennes que, pourtant, il a lui-même engendrées. En choisissant de travailler à partir de la notion d’économie morale, Robert Cabanes développe une approche nouvelle qui enrichit tant la sociologie du travail que l’anthropologie du fait démocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Aubrée, « Cabanes, Robert. 2014. Économie morale des quartiers populaires de São Paulo », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://bresils.revues.org/2220

Haut de page

Auteur

Marion Aubrée

CRBC-Mondes Américains/EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org