Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pellogio, Marcelo, Arlene Fernandes Vasconcelos & Valéria Cristina Bezerra, dir. 2015. José de Alencar : século XXI.

Fortaleza : Edições UFC, 345 p.
Sébastien Rozeaux
Référence(s) :

Pellogio, Marcelo, Arlene Fernandes Vasconcelos & Valéria Cristina Bezerra, dir. 2015. José de Alencar : século XXI. Fortaleza : Edições UFC, 345 p.

Texte intégral

1La postérité remarquable de l’œuvre de l’écrivain José de Alencar (1829-1877) contribue grandement au renouvellement de l’histoire littéraire du Brésil, comme en témoigne la récente publication de cet ouvrage collectif aux éditions de l’Université fédérale du Ceará. En convoquant une nouvelle génération de spécialistes, les organisateurs ont voulu rassembler des contributions qui s’appuient sur de nouvelles lectures d’œuvres aujourd’hui considérées comme des « classiques » ou des sources nouvelles ou peu utilisées jusque-là par la critique et l’histoire littéraires. Le caractère novateur de l’ouvrage repose également sur une approche interdisciplinaire, en croisant des études littéraires avec des analyses inspirées de l’histoire, la philosophie, la sociologie ou l’anthropologie. Le tout compose un ensemble de 18 articles dont le caractère hétéroclite résulte autant de la diversité des approches disciplinaires que de celle des objets d’étude : une œuvre spécifique, une thématique particulière ou un décentrement du regard depuis l’étranger. Le grand nombre de ces contributions justifie le choix de n’en présenter ici qu’une sélection nécessairement subjective.

2La première partie de l’ouvrage, « Histoire et esthétique dans la pensée de José de Alencar », rend justice à l’ambition première de cette œuvre, celle de composer une histoire du Brésil, ou de « décrire et narrer le Brésil » (p. 63), pour reprendre les mots de Marcelo Peloggio. Ivo Barbieri passe en revue la postérité littéraire de l’œuvre de l’écrivain au XXe siècle, afin de mieux souligner combien « José de Alencar a laissé une trace indélébile dans l’histoire de notre littérature, en créant une langue inédite et en définissant les contours de nouveaux horizons pour la culture brésilienne » (p. 26). Car, comme le souligne João Cezar de Castro Rocha, José de Alencar voulait rendre grâce à travers son œuvre à la profondeur historique du Brésil, quitte à pallier par l’imagination les silences d’une História Pátria en train de s’écrire. C’est dans cette même veine qu'Arlene Fernandes Vasconcelos s’intéresse à ses romans historiques, et en particulier à As Minas de prata (1865), dont l’écriture est contemporaine des débats sur les liens entre l’histoire et la littérature. Alencar défend sa légitimité à produire une vérité qui lui soit propre, quand bien même celle-ci ne correspondrait-elle pas à celle des historiens. Cette prise en charge de l’histoire nationale par la littérature n’a alors rien d’original, comme le souligne Danielle Ramos lorsqu’elle rappelle le rôle éminent dévolu aux romantismes en Amérique latine, chargés qu’ils sont de définir la nation et de décrire les caractéristiques de son identité. Ce faisant, Alencar pense son œuvre comme une véritable « littérature nationale » capable, par la somme cumulée de ses écrits, de rendre compte de la profondeur historique et de l’ampleur géographique du Brésil, par le biais d’une « poétique de la restauration » qui assume l’héritage portugais tout en rendant justice au passé indigène du pays.

3La deuxième partie, « Le jeu entre réalité et fiction », propose quelques pistes de lecture et d’analyse inédites sur telle ou telle œuvre de l’auteur. Ainsi, Marcus Vinicius Nogueira Soares montre comment A pata da gazela (1870), dont la parution est contemporaine de l’essor du mouvement réaliste au Brésil, peut être considéré comme « le premier roman romantiquement antiréaliste » (p. 127). Pour sa part, Eduardo Vieira Martins s’intéresse à O sertanejo (1875) et au personnage central et ambigu d’Arnaldo, présenté comme l’incarnation allégorique du sertão, cet espace frontière, de l’entre-deux. Le sociologue César Sabino propose une relecture de Til (1872) qui met en scène l’esclavage dans une fazenda de l’intérieur de la province de São Paulo. Convoquant ici quelques grands noms de sa discipline, Sabino voit dans ce roman « la représentation d’un système social en déséquilibre constant et irrésolu » (p. 161), le portrait complexe d’une société qui ne saurait se réduire aux positions conservatrices d’Alencar sur la question servile. Dans une veine similaire, l’anthropologue Cláudia Bomfim s’intéresse à la représentation des tsiganes dans une œuvre peu étudiée, O Jesuíta. À travers ce drame, Bomfim montre à rebours d’une certaine tradition la capacité de l’auteur à penser le peuple brésilien dans sa diversité, à définir l’identité nationale comme « des identités multiples unies dans la construction d’une image positive du pays » (p. 210).

4La troisième et dernière partie porte sur la traduction et la réception critique de l’œuvre d’Alencar au Brésil et en Europe. Ainsi, Ilana Heineberg étudie trois traductions en français d’O Guarani (1857), parues au XIXe siècle. Son approche, nourrie des apports de la sociologie de la littérature, permet de contextualiser chacune de ces trois versions publiées dans la presse ou en volume. Le portrait de Xavier de Ricard, l’un des traducteurs, se révèle particulièrement intéressant pour comprendre les décalages propres à la réception de cette œuvre en France, compte tenu du projet initial du romancier brésilien. Un même constat est dressé par Wiebke Röben de Alencar Xavier qui étudie ici la première traduction en allemand du roman Ubirajara. C’est l’exotisme d’une œuvre qui est mis en scène dans cette édition publiée en 1886 à Leipzig, afin d’offrir au lecteur allemand le roman d’un écrivain réduit au rang d’« auteur brésilien divulguant la culture et la langue indigènes de son pays » (p. 284). Valéria Cristina Bezerra analyse pour sa part la réception critique de l’œuvre d’Alencar dans la presse périodique brésilienne au XIXe siècle, à partir de l’exemple d’Iracema. Enfin, Odalice de Castro Silva énumère quelques pistes nouvelles sur cette œuvre et son auteur, comme la dimension juridique de ses écrits politiques et journalistiques.

5Nous ajouterions volontiers à cette liste deux autres pistes susceptibles d’approfondir le travail de renouvellement historiographique mis en œuvre dans ce volume : la première consisterait à suivre au plus près la carrière de l’homme public, son action politique à la tribune parlementaire ou dans la presse, comme sa place dans le milieu littéraire naissant. La seconde ambitionnerait de creuser plus en profondeur le sillon de l’histoire transnationale, afin d’étudier la circulation et la réception de cette œuvre en Europe et en Amérique (latine, en particulier), dans une perspective diachronique. En somme, et dans la mesure où les vertus de l’interdisciplinarité ne sont plus à démontrer lorsqu’il s’agit d’écrire l’histoire littéraire, cet ouvrage collectif est annonciateur d’un « XXIe siècle » prometteur pour l’histoire littéraire du Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Pellogio, Marcelo, Arlene Fernandes Vasconcelos & Valéria Cristina Bezerra, dir. 2015. José de Alencar : século XXI.  », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://bresils.revues.org/2228

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org