Navigation – Plan du site
Varia

France, 1971 ; Brésil, 2013 : deux éditions du livre Pau de arara et la mémoire de la répression

França, 1971 ; Brasil, 2013 : duas edições do livro Pau de Arara e a memória da repressão
France, 1971; Brazil, 2013: Two Editions of the book Pau de Arara and the Memory of Repression
Sandra Reimão, Flamarion Maués et João Elias Nery

Résumés

Pau de arara : la violence militaire au Brésil a été publié en France aux Éditions François Maspero en 1971. Il a été immédiatement censuré au Brésil, alors sous le régime de la dictature militaire (1964-1985) et ne fut publié dans ce pays, en portugais, qu’en 2013, soit plus de 40 ans plus tard. Cet article aborde les deux éditions du livre, celle de 1971 en français, puis celle de 2013 en portugais, tâchant de les comprendre dans la spécificité de leurs différents moments historiques. Tout en présentant la trajectoire des auteurs et l’origine du matériel publié, il inscrit l’ouvrage dans le cadre des dénonciations contre la torture alors perpétrée par les agents du régime dictatorial brésilien, ouvrant la discussion sur son usage au Brésil.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2016 ; approuvé en novembre 2016.

Texte intégral

1L’expression pau de arara, selon le Novo Dicionário Aurélio da Língua Portuguesa, peut avoir pour acception : « Instrument de torture, bâton cylindrique suspendu sur deux supports après avoir été passé entre les genoux et les coudes fléchis du patient, qui se retrouve alors comme accroupi la tête en bas. »

2Pau de arara : la violence militaire au Brésil, publié en France par les Éditions Maspero en 1971, est une dénonciation du recours, de la part du gouvernement brésilien, à la torture en tant que dispositif régulier destiné à combattre l’opposition à la dictature imposée au pays à la suite du coup d’État de 1964. Comme le signale l’épigraphe du livre, le pau de arara était la forme de « torture [la] plus couramment utilisée par les militaires brésiliens ». Cette édition française fut interdite de distribution, vente et circulation au Brésil où l’ouvrage ne fut publié en langue portugaise qu’en 2013.

  • 1 « Pau de arara » : la violence militaire au Brésil avec en annexe un dossier de tortures. 1971. Pa (...)

3Cet article aborde les deux versions de Pau de arara : la violence militaire au Brésil, celle de 1971, en français, et celle de 2013, en portugais (figure 1) et s’attache à saisir leur spécificité au regard du moment historique de parution et traduction en tenant compte, notamment, de l’interdiction au Brésil1.

Figure 1 – Édition française (1971) et édition brésilienne (2013) de Pau de Arara

Torture et répression au Brésil, une longue histoire

4La publication en France de Pau de arara : la violence militaire au Brésil, en 1971, est une dénonciation des fréquentes violations des droits de l’homme dans le Brésil de la dictature militaire – fait nié par l’État autoritaire. Plus de vingt documents réunis à la fin du volume contiennent des récits détaillés qui témoignent de l’usage de la torture par le régime militaire brésilien.

5Il faut rappeler que cette pratique criminelle est très ancienne au Brésil, ses origines remontent au processus de colonisation qui donna naissance à ce pays. Comme l’observe Maria Victoria Benevides Soares :

La torture est chose courante dans notre pays depuis toujours. Cette pratique abominable, un véritable héritage maudit, apportée par les Portugais « éduqués » aux méthodes de la soi-disant sainte Inquisition, persiste encore aujourd’hui, après avoir traversé l’époque coloniale, l’Empire, l’Indépendance, la République, les dictatures et les États de droit imparfaits avec tous leurs types de gouvernement. Les indigènes, les hérétiques ou infidèles, les Noirs esclaves et leurs descendants, les « voyous », les marginaux de toutes sortes, les internés des asiles d’aliénés, les « subversifs » et opposants politiques, les prisonniers dits « de droit commun », les pauvres en général, les non citoyens... sont autant de victimes potentielles d’abus et de violence extrêmes. Pour punir, discipliner et purifier [sic], arracher des aveux ou des renseignements, intimider, « donner en exemple », venger, détruire physiquement et moralement l’ennemi présumé ou, tout simplement, l’indésirable. (Soares 2010, 21)

6Benevides Soares rappelle aussi que « dès 1824 nos constitutions condamnent la pratique des châtiments cruels (le fouet, les marques au fer, etc.), mais [que] les esclaves, jusqu’à la veille de l’abolition, continuent d’être soumis à la torture, à des traitements dégradants et autres punitions ». Par la suite, « ni la constitution républicaine de 1891 ni celle de 1934 ne se sont inquiétées de l’usage de la torture, pas plus que celle de 1946, rédigée juste après l’Estado Novo avec son répertoire bien connu d’exactions envers les prisonniers politiques » (Soares 2010, 24).

  • 2 Sur l’adoption de la torture en tant que politique d’État au Brésil suite au coup d’État de 1964, v (...)

7La pratique de la torture en tant que politique d’État sous le régime militaire de 19642 a cependant connu un palier nouveau, puisqu’elle

[…] inaugurait la phase du raffinement, de la spécialisation des méthodes pour torturer, tuer et faire disparaître des gens. [...] Au nom de la Sûreté nationale, et en raison de l’importance que l’État accordait à la cette même sûreté, la torture politique acquit des contours plus rigoureux. Pendant la dictature militaire, des instruments destinés à garantir l’application de la doctrine de la Sûreté nationale furent de fait instaurés : la torture, la prison illégale, les disparitions forcées et la mort, dans et hors des cachots, des opposants du régime. (Barbosa 2010, 40)

8Il est clair aujourd’hui que la torture a été, pour la dictature, une « pièce maîtresse, destinée à asseoir l’ordre établi, les rapports illicites entre le gouvernement et l’entreprenariat, entre l’État militaire et le capital multinational, et qu’elle devait marquer d’une empreinte douloureuse les relations entre l’élite dominante et les classes populaires » (Barbosa 2010, 41).

9La Constitution de 1988 inaugurait enfin une étape nouvelle, du moins juridiquement, en affirmant que la dignité de la personne humaine est l’un des fondements de l’État de droit démocratique. « De ce principe éthique découle une inéluctable prémisse politico-juridique : tout acte de violation de la dignité, outre qu’il constitue un crime de lèse-humanité, viole directement notre Constitution » (Soares 2010, 24). Ce principe est consacré par l’article 5, III, XLIII et XLIX, qui considère la torture comme un crime : l’accusé ne peut se soustraire à la contrainte par corps sous caution, le coupable ne peut bénéficier ni de grâce ni d’amnistie, les commanditaires doivent répondre de leurs actes, à l’instar des exécutants et de ceux qui, connaissant les faits, sont demeurés passifs.

10Si la pratique de la torture a une longue histoire au Brésil, sa définition juridique est récente. Comme le signale Fábio Konder Comparato : « Quoique pratiquée sans discontinuité depuis les temps les plus reculés et explicitement condamnée par l’article V de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, la torture n’a été juridiquement définie qu’à la fin du XXe siècle » (Comparato 2010, 81). Le Brésil a fait un premier mouvement en 1984, à la suite de l’approbation par les Nations unies de la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Ratifiée et promulguée par le Brésil en 1991, l’article 1 de la Convention précise :

  • 3 « Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ado (...)

Aux fins de la présente Convention, le terme « torture » désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit, lorsqu’une telle douleur ou de telles souffrances sont infligées par un agent de la fonction publique ou toute autre personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite.3

11Pour Comparato, cette définition indique « trois objectifs précis conduisant à l’acte de torture : l’obtention de renseignements ou d’aveux, la punition, l’intimidation ou pression sur certains individus ». Il faudrait, précise-t-il, y ajouter un quatrième qui :

[a acquis] une remarquable importance dans le monde contemporain avec les « guerres révolutionnaires » dans les pays du tiers-monde amorcées dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit, pour des autorités de l’État, de mettre en place un système de terreur généralisée comme moyen de lutter contre les mouvements subversifs. Cette nouvelle instrumentalisation de la torture fut inventée par les militaires français pendant la guerre d’Algérie de 1954 à 1962, et reproduite ensuite ailleurs dans le monde, notamment au Brésil pendant le régime d’exception instauré par le coup d’État militaire de 1964. (Comparato 2010, 81-82)

12L’usage de la torture par le régime de 1964 s’inscrit plus particulièrement dans le cadre du quatrième objectif. Il s’agissait d’instaurer un climat de terreur généralisée, que les autorités justifiaient comme moyen nécessaire dans leur lutte contre la subversion. Comme le déclare le rapport final de la Commission nationale de la vérité (Comissão Nacional da Verdade, CNV) :

Les graves violations des droits de l’homme perpétrées au long de la période examinée par la CNV, particulièrement au long des 21 années [que dura le] régime dictatorial instauré en 1964, furent la conséquence d’une action généralisée et systématique de la part de l’État brésilien. La répression et l’élimination des opposants sont devenues, sous la dictature militaire, une politique d’État instituée, et déterminée par des décisions émanant de la présidence de la République et des ministères militaires. Mise en œuvre par des chaînes de commandement qui, partant de ces instances dirigeantes, parvenaient jusqu’aux organismes responsables des installations et des procédés directement impliqués dans l’activité répressive, cette politique d’État a mobilisé des agents publics en vue de l’exercice systématique de détentions illégales et arbitraires et de tortures qui frappèrent des milliers de Brésiliens, ainsi que de la perpétration de disparitions forcées, d’exécutions et de dissimulations de cadavres. (Comissão Nacional da Verdade 2014, vol. 1, 963)

13Et la CNV de conclure :

Après avoir examiné les graves violations des droits de l’homme commises par la dictature militaire, la CNV rejette donc intégralement l’explication qui est encore aujourd’hui celle des forces armées, selon laquelle les graves violations des droits de l’homme ne constituaient que quelques actes isolés ou des excès découlant de la libre décision de certains militaires. (Id.)

La Violence militaire au Brésil, l’édition française de 1971

  • 4 Le livre fut imprimé en juin 1971 à Condé-sur-Noireau (Calvados) avec un tirage de 3 300 exemplaire (...)

14C’est dans ce contexte de systématisation de la torture envisagée comme une politique d’État du régime dictatorial brésilien que fut publié en France, en 1971, « Pau de arara » : la violence militaire au Brésil4. La répression violente avait débuté à la fin des années 1960. En juillet 1969, à São Paulo, l’Opération bandeirante fournissait la structure dynamique voulue par le pouvoir. Elle impliquait les forces armées ainsi que des soldats de la Força pública pauliste et des éléments de la police civile de l’État de São Paulo. Ce dispositif fut institutionnalisé en 1970 avec la création des Destacamentos de Operações de Informações – Centros de Operações de Defesa Interna (DOI-CODI) [Détachements d’opérations d’informations – Centres d’opérations de défense intérieure].

15Le livre, édité par les journalistes Bernardo Kucinski et Ítalo Tronca d’après une idée de Luiz Eduardo Merlino (Karepovs, Chaves & Soncini 2013, 219-220), fut publié sans mention d’auteur, mesure nécessaire étant donné les circonstances, afin d’éviter les possibles représailles.

16L’ouvrage comprend deux parties. La première esquisse un récit des principales étapes qui menèrent aux exactions : origines du coup d’État militaire de 1964 (mouvement des lieutenants ou tenentismo et Estado Novo), destitution du président João Goulart et implantation du régime militaire (1964), présidence du général Emílio Garrastazu Médici (1969-1974) qui érigea la torture en politique d’État pour combattre l’opposition et contrôler la société. La deuxième partie est une sorte de dossier de témoignages de prisonniers politiques, ou de leurs proches, dénonçant les tortures subies dans les cachots de la dictature.

17Kucinski et Tronca travaillaient pour le magazine Veja (Editora Abril), dont le premier numéro avait paru début septembre 1968. Quant à Merlino, il avait d’abord été journaliste au Jornal da Tarde, à São Paulo, un titre innovateur dans le milieu éditorial brésilien des années 1960, puis à la Folha da Tarde. Tous trois avaient écrit dans Amanhã, publié en 1967 par l’organisation étudiante de la Faculté de philosophie, sciences et lettres de l’Université de São Paulo (USP), aux côtés de Raimundo Rodrigues Pereira sur lequel nous reviendrons. C’est d’ailleurs ce dernier qui avait introduit Kucinski et Tronca dans la salle de rédaction de Veja (Karepovs, Chaves & Soncini 2013, 219-220).

18Ils étaient – ou avaient été – des militants politiques de gauche. Kucinski avait participé dès son adolescence au mouvement sioniste socialiste Dror puis, étudiant en physique à l’USP, il avait rejoint le syndicalisme étudiant, sans toutefois se rallier à un groupe politique. Il allait devenir professeur de journalisme dans cette même université où il exerça jusqu’à sa retraite en 2010. Tronca avait adhéré, au début des années 1960, au Parti ouvrier révolutionnaire (Partido Operário Revolucionário – POR), qui était la section brésilienne de la IVe Internationale (trotskyste). Dans les années 1970, il devint professeur d’histoire à l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp). Il est décédé en janvier 2015. Merlino était un dirigeant du Parti ouvrier communiste [Partido Operário Comunista – POC], trotskyste. Arrêté le 15 juillet 1971, il mourut quatre jours plus tard sous la torture au DOI-CODI de São Paulo, à l’âge de 23 ans (Comissão de Familiares de Mortos e Desaparecidos Políticos 2009, 259). Rodrigues se lia au Parti communiste du Brésil (Partido Comunista do Brasil – PCdoB), dirigea des journaux de la presse alternative et eut une longue carrière de journaliste.

19Le matériau du livre provenait, à l’origine, d’un grand reportage sur la torture au Brésil réalisé par Veja sous la direction de Raimundo Rodrigues Pereira et Mino Carta, alors directeur de la rédaction. Il fut publié dans les numéros 65 et 66, le 3 et le 10 décembre 1969. Kucinski se remémore la naissance du projet :

Tout est parti d’une déclaration du président Emílio Garrastazu Médici qui soutenait que son gouvernement n’accepterait pas la torture. Nous avons alors eu l’idée de constituer un dossier et de le lui présenter. C’est comme ça que l’idée a surgi, dans un espace autoproclamé par le système lui-même. Puisque le président déclarait ne pas admettre la torture, nous allions faire un dossier pour « l’aider » à combattre cette situation. (Karepovs, Chaves & Soncini 2013, 221)

20Après acceptation du choix éditorial, « un télex a été envoyé à toutes les agences ; on leur demandait un relevé détaillé des cas de torture », se souvient Kucinski. Quinze jours plus tard le matériel nécessaire était réuni (Id.).

21Le reportage eut les honneurs de la couverture mais restait prudent dans son traitement des informations. Et comme il arrive souvent dans ces cas-là, une partie seulement du matériau fut utilisée. Kucinski précise : « Le magazine n’a publié que certaines histoires, pas tout le dossier » (Ibid.).

22Le retentissement fut tel que l’hebdomadaire, ainsi que les journalistes directement impliqués, eurent de sérieux ennuis. Rodrigues dut quitter la rédaction de Veja, et finit par entrer dans une autre revue des éditions Abril, Realidade ; Kucinski et Tronca durent aussi partir.

23C’est peu après, toujours d’après Kucinski, que Luiz Eduardo Merlino lui proposa, ainsi qu’à Ítalo Tronca, « d’écrire un livre sur la torture à partir de ces témoignages, du matériel [qu’ils avaient], en y ajoutant des manifestes de prisonniers politiques – qui commençaient à paraître à cette époque ». Il laissa aussi entendre « qu’il pourrait obtenir sa publication en France » (Ibid.).

24Tous deux acceptèrent et le livre fut rédigé en 1970, alors que Kucinski ne travaillait déjà plus à Veja. Ils mirent environ six mois à l’écrire. Ils purent compter sur la collaboration d’une certaine Anatildes, qui dactylographiait les documents, et d’Ubirajara Forte, alors employé au département de documentation des Éditions Abril qui leur permit d’avoir accès à l’intégralité du dossier produit pour le magazine.

25Le manuscrit fut emporté à Londres par Kucinski. Il accompagnait son épouse, Mutsuko Yamamoto Kucinski, qui se rendait en Angleterre pour y préparer un doctorat en physique :

On est parti en Angleterre ma femme et moi. En fait, elle est partie trois semaines avant moi. Aujourd’hui on ne se souvient plus très bien si elle avait pris les manuscrits et moi les photos, ou le contraire, mais je crois que c’est elle qui avait mis les manuscrits dans sa valise. On avait pensé que, comme professeur partant faire un doctorat, elle passerait plus facilement que moi qui, comme journaliste, risquais d’attirer l’attention. On avait tout le temps les jetons, on était là, à écrire dans cet appartement déjà désert… L’ambiance était très lourde à l’époque. (Karepovs, Chaves & Soncini 2013, 223)

26De Londres, il devait gagner Paris pour remettre le manuscrit à Luiz Eduardo Merlino. Celui-ci avait rejoint la France en décembre 1970, avec sa compagne, Ângela Mendes de Almeida, elle aussi dirigeante du POC. Ils étaient venus nouer des contacts, notamment avec des militants de la IVe Internationale. Pour reprendre les termes d’Ângela, il s’agissait d’un « stage politique avec une date de retour déterminée » (Almeida 2013, 236). Tous deux voulaient « permettre l’adhésion du POC à l’Internationale et établir des liens directs avec ses cadres et militants » (Löwy 2013, 246).

27À Noël 1970, Kucinski retrouva Merlino à Paris pour lui remettre une partie du manuscrit. Il évoque l’ambiance particulière de cette rencontre :

À la Noël de 1970, j’ai laissé ma femme seule dans le froid anglais pour franchir le canal de la Manche et apporter le manuscrit à Merlino. On avait prévu de se retrouver à Paris la nuit de Noël. C’était même un peu romantique : au Café de Cluny qui était, m’avait-il dit, un café que tout le monde connaissait, sur le boulevard Saint-Germain. Café de Cluny, la nuit de Noël... Il était là, il m’attendait, et effectivement [...] le livre est sorti chez Maspero. (Karepovs, Chaves, & Soncini 2013, 224-225)

28D’après le philosophe et sociologue franco-brésilien Michael Löwy qui fréquentait Merlino et Ângela à l’époque, « Merlino, pendant son séjour à Paris, s’est intensément investi dans l’édition de Pau de arara ». Il raconte comment le manuscrit est arrivé entre les mains de Maspero :

Le contact avec l’éditeur François Maspero – un homme généreux et engagé dans les combats du monde « tricontinental » – s’est fait à travers Xavier Langlade, dit Toussaint, l’un des jeunes dirigeants de la Ligue communiste [section française de la IVe Internationale], qui avait joué un rôle important en 1968, dans les manifestations. Toussaint était à la fois le lien entre la Ligue et les militants latino-américains en France et le lien avec François Maspero, un sympathisant de la Ligue où il avait milité un temps. Il n’est pas certain que Merlino ait rencontré Maspero personnellement, mais c’est grâce à lui que le livre a été publié en 1971. (Löwy 2013, 246)

29Löwy se souvient que l’ouvrage a eu un impact considérable (Id.). Le fait d’avoir été publié par une maison célèbre et réputée à gauche facilita sa circulation en Europe, tout comme sa reprise au Mexique, dès 1972, par Siglo XXI, sous la direction du journaliste brésilien Flávio Tavares alors en exil dans ce pays (Ibid.).

30Un point concernant l’édition française n’est toujours pas élucidé à ce jour : on ne sait pas qui a fait la traduction. Kucinski, lui-même avoue l’ignorer (Karepovs, Chaves & Soncini 2013, 225). Compte tenu du temps écoulé entre la remise du manuscrit à Merlino (Noël 1970) et la sortie des presses (juin 1971), soit six mois à peine pour traduire, réviser, mettre en page et imprimer, on peut avancer deux hypothèses. Soit la traduction a été réalisée par des professionnels travaillant pour les éditions Maspero, soit elle a été l’œuvre d’un ou plusieurs militants, probablement liés à la Ligue communiste, qui en auraient fait une « tâche » politique ne souffrant aucun délai.

31Il est important de souligner que Pau de arara n’a pas été le premier livre à dénoncer, hors Brésil, les tortures infligées aux prisonniers politiques. Il a cependant été le premier à être publié en Europe et, de surcroît, à Paris, alors capitale éditoriale et centre de diffusion susceptible de donner à l’ouvrage une meilleure visibilité et de lui conférer un impact considérable.

32En fait, c’est vraisemblablement au Venezuela, à Caracas et en 1970, qu’un premier écrit sur ce thème a vu le jour : Brasil : Tortura, represión y muerte. La represión como instrumento de poder del gobierno de Brasil (Ediciones Bárbara). En 1971 – on ne sait si ce fut avant ou après l’édition française de Pau de arara –, c’est à Santiago du Chili que fut imprimé Brasil : repressión y tortura, édité par Rodrigo Alarcon (Ed. Orbe). Au quatrième trimestre de la même année, ce dernier texte fut traduit en français et librement adapté à Montréal sous le titre Tortures au Brésil (Éditions du Jour).

33À partir de 1974, plusieurs ouvrages sur ce thème furent édités en Europe : à Lisbonne, cette même année, Estratégia do terror : a face oculta e repressiva do Brasil par l’Italien Ettore Biocca (Iniciativas Editoriais) ; à Milan, en 1975, Brasile, Violazione dei Diritti dell'Uomo (Feltrinelli) contenant le dossier du Tribunal Russel II sur le Brésil édité par Linda Bimbi ; à Lisbonne encore, en 1976, Dos presos políticos brasileiros : acerca da repressão fascista no Brasil (Ed. Maria da Fonte) et Memorias do Exílio, un ouvrage collectif dirigé par Pedro C. Uchoa Cavalcanti et Jovelino Ramos contenant, entre autres récits, la description détaillée des tortures infligées à Frei Tito (frère Tito de Alencar Oliveira).

Les Éditions Maspero

34Pau de arara parut, avec le numéro 215-216, dans la collection Cahiers libres avec laquelle les Éditions Maspero avaient débuté leurs activités en 1959. Leur fondateur, propriétaire et éditeur, François Maspero, était entré dans le monde du livre parisien en 1955, à l’âge de 23 ans, par le biais d’une petite librairie de la rue Monsieur-le-Prince, À l’escalier. Deux ans plus tard, il reprenait La Joie de Lire, au 40 de la rue Saint-Séverin, qui fut pendant nombre d’années l’un des plus importants points de rencontre des militants de gauche de la capitale (Hage 2009, 95). La Guerre d'Espagne de Pietro Nenni inaugura la collection Cahiers libres en juin 1959 et fut le premier livre des Éditions François Maspero installées pendant quelques années au sous-sol de la librairie. Commençait ainsi une aventure qui allait inscrire ce nom dans la lignée des grands libraires-éditeurs français (Hage 2009, 95-96).

35Dès ses débuts, la maison fut franchement politique et de gauche. Elle était fortement liée aux mouvements de contestation de la guerre d’Algérie. En cette période où les agissements des militaires français étaient vivement remis en cause en France, l’intention de Maspero était de « donner à tous ceux qui militaient les documents et les textes politiques dont ils avaient besoin et qu’on ne leur donnait pas, ou pas suffisamment » (Hage 2006, 106).

36Parmi les titres parus dans la collection Cahiers libres on trouve : L’An V de la révolution algérienne de Frantz Fanon ; Critique de base : le parti communiste entre le passé et l’avenir de Jean Baby ; Le Refus de Maurice Maschino ; Aden Arabie de Paul Nizan ; Le Droit à l’insoumission : le dossier des 121 ; et, de Fanon encore, Les Dammés de la terre. Plusieurs d’entre eux furent interdits par le gouvernement français parce qu’ils condamnaient les violences de la guerre d’Algérie (Hage 2009, 211).

37Comme le souligne Julien Hage, les livres de Maspero « dénoncent le mensonge d’État, l’État d’exception en métropole », et inaugurent la forme des « livres dossiers d’informations, recueils de textes, de manifestes, d’articles de presse » (Hage 2006, 106) composés et publiés peu après les événements qui les avaient motivés. La collection Cahiers Libres prétendait donc, du point de vue éditorial, « fournir une nouvelle forme de document politique en prise sur la réalité, non dans un traitement "théorique" ou "journalistique" ». La collection présentait déjà les grands axes futurs de la maison : la mémoire de la résistance antifasciste, la priorité donnée à l’histoire, le soutien à ce que l’on désignerait ensuite sous le terme de « tiers-mondisme », les débats à l’intérieur de la gauche ou la republication des classiques du mouvement socialiste et ouvrier (Hage 2010).

38Pau de arara s’accordait parfaitement avec le profil de la collection Cahiers libres, d’une part parce qu’il traitait des combats du tiers-monde, d’autre part parce qu’il donnait la parole à la mémoire politique brésilienne comme moyen de dénoncer la dictature militaire.

39Le fait que ce soit Luiz Eduardo Merlino qui ait obtenu l’assentiment de Maspero semble également cohérent avec les affinités politiques de la maison, puisque le libraire avait milité un temps dans la Ligue communiste française et avait été, par ailleurs, responsable des collections Cahiers rouges, Poches rouges et Classiques rouges (Hage 2009, 139-140). Tout porte donc à croire que ce sont les rapports politiques de Merlino, militant du POC (trotskyste), avec la Ligue communiste française qui ont rendu possible l’édition.

40Les Éditions Maspero, qui restèrent en activité jusqu’en 1982 et publièrent plus de 1 300 titres, non seulement dans le domaine de la politique et des sciences sociales mais aussi de la littérature, ont été l’une des plus importantes maisons d’éditions politiques de France et d’Europe. D’autres titres ayant trait au Brésil ou écrits par des auteurs brésiliens sont également parus dans la collection Cahiers libres : Cambão (le joug) : la face cachée du Brésil de Francisco Julião (vol. 129, 1968) ; Le Brésil : le peuple et le pouvoir de Miguel Arraes (vol. 155, 1969) ; Sous-Développement et révolution en Amérique latine de Ruy Mauro Marini (vol. 217-218, 1972) ; Lettres à la Guinée-Bissau sur l’alphabétisation : une expérience en cours de réalisation de Paulo Freire (vol. 343, 1978). La Petite Collection Maspero accueillit, de son côté, Pédagogie des opprimés de Paulo Freire (130, 1974) et Le Théâtre de l’opprimé d’Augusto Boal (236, 1980).

41François Maspero est mort en avril 2015. Par son action dans le domaine éditorial et sa qualité de militant de gauche – deux traits inséparables chez lui –, il constitue le versant français d’« une nouvelle génération d’éditeurs d’extrême-gauche en Europe » (Hage 2006, 104).

42Son œuvre éditoriale est aujourd’hui de plus en plus valorisée. « Il y a décidemment toutes les raisons de considérer François Maspero comme un éditeur majeur du XXe siècle français », selon Hage, pour qui « ses éditions restent un rare exemple d’une maison engagée et indépendante à l’heure des grands regroupements dans l’édition et la distribution des livres » qui « menacent de disparition la figure de l’éditeur et la créativité des maisons d’édition ». Et d’ajouter :

[...] son œuvre éditoriale est représentative des années 1960 et 1970, du succès du livre politique, tout autant que celui de sciences sociales, qui entendaient apporter leur pierre à la transformation du monde. Le parcours de François Maspero illustre lui aussi l’itinéraire d’un intellectuel engagé sur les chemins du tiers-mondisme et de la nouvelle gauche anticapitaliste. (Hage 2006, 110)

Censure brésilienne de l’ouvrage français

43En apprenant la publication du livre en France, le gouvernement brésilien prit aussitôt des mesures pour empêcher sa circulation dans le pays.

  • 5 MJ-31.353-71 – Distribution, circulation et vente du livre « La Violence militaire au Brésil » publ (...)

44Alfredo Buzaid, ministre de la Justice du gouvernement dictatorial d’Emílio Garrastazu Médici, signa l’arrêté du 5 novembre 1971, paru dans le Diário Oficial [Journal officiel] le 9, qui interdisait la distribution, la circulation et la vente du livre au Brésil, et ordonnait la saisie de tous les exemplaires5.

Figure 2 – Arrêté d’interdiction de Pau de Arara (Journal officiel du 9 novembre 1971)

45L’article 54 de la loi de sûreté nationale entrée en vigueur par le décret-loi n° 898 (29 septembre 1969), et qui ne fut abrogée que le 17 décembre 1978, déclarait :

Art. 54. [...] le ministre d’État de la Justice, sans préjudice de l’action pénale prévue par ce décret-loi, pourra prescrire la saisie d’un journal, périodique, livre ou tout autre imprimé, la suspension de son impression, circulation, distribution ou vente, sur le territoire brésilien, et, s’agissant de la radiodiffusion ou de la télévision, représenter le ministre d’État des Communications pour la suspension de son fonctionnement.

46On remarquera l’absence, dans l’arrêté d’interdiction publié dans le Diário Oficial, de nom d’auteur, puisque le livre, nous l’avons vu, avait été publié anonymement. Malgré nos nombreuses tentatives, nous n’avons pu retrouver aux Archives nationales les « avis » cités. Ainsi, environ quatre mois après la parution du livre en France (on sait qu’il y fut imprimé en juin 1971), le gouvernement brésilien avait-il déjà pris des mesures destinées à empêcher sa circulation et sa lecture dans le pays.

47Fernando Henrique Cardoso, alors chercheur au Centre brésilien d’analyse et de planification (Centro Brasileiro de Análise e Planejamento – Cebrap), a apporté « à São Paulo, dissimulé sous son pardessus, un des premiers exemplaires » introduits dans le pays. Il y eut alors au Cebrap, d’après Ítalo Tronca, des « discussions confidentielles autour des révélations de ce livre » (Tronca 2013, 233), mais nous n’avons pu éclairer précisément la date de ces débats.

  • 6 Il s’agit d’un commentaire sur le livre du politiste suisse Georges André Fiechter (1972), Le Régim (...)

48Il semble que le livre ait tout de même circulé au Brésil puisqu’il en est fait mention, pour le condamner, dans un article du Jornal do Brasil (avril 1973) qui fait état d’un ouvrage européen sur le « régime modernisateur » des militaires : « Le livre Pau de arara, par François Maspero, écrit l’auteur du compte rendu, constitue l’une des sources de la campagne séditieuse faite en Europe contre le Brésil » (Abranches 1973)6, ce qui donne une idée du jugement de valeur de certains intellectuels liés au régime militaire et de leurs efforts pour disqualifier l’ouvrage.

49La Violence militaire au Brésil n’est qu’un exemple parmi les centaines de livres d’auteurs brésiliens et étrangers à avoir été censurés, interdits de publication, de distribution et de circulation au Brésil pendant la dictature militaire (Reimão 2011).

L’édition brésilienne de 2013

50La version brésilienne de Pau de arara n’a été publiée qu’en 2013, 42 ans après l’édition originale française. En fait, les premiers livres à dénoncer de façon probante et consistante l’usage de la torture, les méthodes utilisées et les responsables, tortionnaires ou commanditaires, ont commencé à paraître dès le milieu des années 1970. Ceci peut expliquer pourquoi Pau de arara perdit de son intérêt : les ouvrages alors publiés au Brésil, notamment à partir de 1977, étaient plus complets et actualisés. De plus, l’édition en portugais d’un livre déjà officiellement interdit de circulation aurait sans doute été prohibée à son tour.

51Bien avant Pau de arara, la torture avait déjà été dénoncée au Brésil. Ce fut le cas deux ans à peine après le coup d’État de 1964, avec Torturas e torturados [Tortures et torturés] de Márcio Moreira Alves (Rio de Janeiro, Idade Nova). Aussitôt interdit et saisi par le gouvernement fédéral, il fut libéré par la justice en juillet 1967. L’ouvrage tentait de répertorier les cas de torture ayant eu lieu durant cette période. Ce n’est toutefois qu’en 1971 que le sujet fut à nouveau abordé, dans un roman cette fois, avec Bar Don Juan d’Antonio Callado (Rio de Janeiro, Civilização Brasileira). Il réapparut dans un autre ouvrage de fiction, As meninas [Les Pensionnaires, Paris, Stock, 2005] de Lygia Fagundes Telles, en 1973 (Rio de Janeiro, José Olympio). L’auteur y reproduisait la lettre d’un prisonnier politique dénonçant par le menu les tortures qu’il avait subies.

52En juillet 1972, l’Ação Popular Marxista-Leninista [Action populaire marxiste-leniniste] publia au Brésil Livro negro da ditadura militar [Le Livre noir de la dictature militaire], un dossier sur les violations des droits de l’homme dans le pays. Il s’agissait néanmoins d’une publication clandestine réalisée par un groupe politique tout aussi illégal, et qui n’eut qu’une circulation très restreinte (il fut réédité en fac-similé par les éditions Anita Garibaldi à São Paulo en 2014). En 1974, paraissait Oposição no Brasil, hoje [L’Opposition au Brésil aujourd’hui] de Marcos Freire (Rio de Janeiro, Paz e Terra). L’auteur était un député fédéral du MDB [Mouvement démocratique brésilien] qui avait réuni des discours dénonçant, outre la disparition de l’ex-député Rubens Paiva, de nombreux cas de personnes arrêtées ou disparues, puis de tortures. En 1975, le vingtième volume de la collection História da República Brasileira, Dos Governos Militares – 1969-1974 [Des gouvernements militaires – 1969-1874] de l’historien Hélio Silva (São Paulo, Editora Três), présentait un court récit de la torture et de la mort d’un dissident. En 1975 également paraissait Zero : romance pré-histórico [Zéro : roman préhistorique] d’Ignácio de Loyola Brandão (Rio de Janeiro, Ed. Brasília), abordant la question des sévices infligés aux prisonniers politiques.

53En 1977, Em câmara lenta [Au ralenti] (São Paulo, Alfa-Omega), un roman de Renato Tapajós, décrivait des scènes de tortures subies par une militante de l’Action de libération nationale (Ação Libertadora Nacional – ALN). Le livre fut interdit, et son auteur, arrêté. Toujours en 1977, un recueil de nouvelles de Rodolfo Konder, Cadeia para os mortos. Histórias de ficção política [Prison pour les morts. Récits de fiction politique] (São Paulo, Alfa-Omega), donnait des descriptions de tortures subies par l’auteur en 1975, lorsqu’il était détenu au DOI-CODI/SP. Cette même année paraissait aux éditions Civilização Brasileira, à Rio de Janeiro, Cartas da prisão [Lettres de prison, Paris, Cerf, 1980] puis, en 1978, Das catacumbas : Cartas da prisão (1969-1971) [Depuis les catacombes : lettres de prison (1969-1971)], deux livres de Frei [frère] Betto racontant son séjour dans les cachots de la dictature.

54En 1978 deux ouvrages autobiographiques d’anciens prisonniers politiques virent le jour : Tempo de ameaça : autobiografia política de um exilado [Temps à l’orage : autobiographie politique d’un exilé] de Rodolfo Konder (São Paulo, Alfa-Ômega) et Inventário de cicatrizes [Inventaire de cicatrices], un recueil de poèmes d’Alex Polari (São Paulo/Rio de Janeiro, Ed. Global/Teatro Ruth Escolar/Comitê Brasileiro pela Anistia-RJ). En cette même année sortait l’édition brésilienne de Memórias do exílio [Mémoires de l’exil], dirigée par Pedro Celso Uchoa Cavalcanti et Jovelino Ramos. Puis, toujours en 1978, A sangue-quente : a morte do jornalista Vladimir Herzog [Du sang encore chaud : la mort du journaliste Vladimir Herzog] (São Paulo, Alfa-Omega), un long reportage démentant le suicide d’Herzog.

55En 1979 les dénonciations de la torture se multiplièrent : Desaparecidos políticos : prisões, sequestros, assassinatos [Disparus politiques : prisons, séquestrations, assassinats], dirigé par Reinaldo Cabral et Ronaldo Lapa (Rio de Janeiro, Edições Opção/Comitê Brasileiro pela Anistia-RJ) ; Tortura : a história da repressão política no Brasil [Torture : histoire de la répression politique au Brésil] par Antonio Calos Fon (São Paulo, Global) ; Dossiê Herzog : prisão, tortura e morte no Brasil [Dossier Herzog : prison, torture et mort au Brésil] par Fernando Pacheco Jordão (São Paulo, Global) ; A fábrica de chocolate [La Fabrique de chocolat] de Mario Prata (São Paulo, Hucitec), un texte théâtral abordant la façon de penser d’un tortionnaire ; et 131-D. Linhares : Memorial da prisão política [131-D Linhares : mémorial de la prison politique] de Gilney Amorim Viana (Contagem, Editora História/Comitê Brasileiro pela Anistia/Movimento Feminino pela Anistia).

56Il y eut ensuite toute une vague de livres de mémoires et de témoignages dont plusieurs comportaient une dénonciation de la torture. Ce fut le cas, en 1979, de Milagre no Brasil [Miracle au Brésil] d’Augusto Boal (Rio de Janeiro, Civilização Brasileira) ; Nas profundas do inferno [Dans les profondeurs de l’enfer] d’Arthur Poerner (Rio de Janeiro, Codreci) ; O que é isso, companheiro ? [Qu’est-ce que c’est que ça, camarades ?] de Fernando Gabeira (Rio de Janeiro, Codecri) ; Poemas do povo da noite [Poèmes du peuple de la nuit] de Pedro Tierra, pseudonyme de Hamilton Pereira da Silva (São Paulo, Editorial Livramento) ; Confesso que peguei em armas [J’avoue que j’ai pris les armes] de Pinheiro Salles (Belo Horizonte, Editora Vega) ; Esquerda armada : testemunhos dos presos políticos do Presídio Milton Dias Moreira no Rio de Janeiro [Gauche armée : témoignages des prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira à Rio de Janeiro] sous la direction de Luzimar Nogueira Dias (Vitória, Edições do Leitor). À partir de 1980, et tout au long de cette décennie, beaucoup d’autres ouvrages furent publiés sur le même sujet (Maués 2011).

57L’édition de 2013 de Pau de arara a été l’œuvre de la fondation Perseu Abramo, par le biais du Centre Sérgio Buarque de Holanda de documentation et d’histoire politique. Le but de ce Centre est de « contribuer au développement des études et des débats sur l’histoire de la gauche ». La fondation est liée au Parti des travailleurs (PT).

58D’après Dainis Karepovs, directeur du Centre Sérgio Buarque de Holanda, cette édition avait deux objectifs : tout d’abord, attribuer, et ce pour la première fois, la qualité d’auteurs à Bernardo Kucinski et à Ítalo Tronca ; rappeler que Luiz Eduardo Merlino avait été l’instigateur de l’ouvrage et en avait rendu possible l’édition en France. En second lieu, « apporter une contribution de poids au mouvement suscité aujourd’hui, tant au niveau fédéral que dans les États et les municipalités, et dans différentes instances de la société civile, par la création des Commissions de la vérité (Comissões da Verdade) » (Karepovs 2013, 11). C’est pourquoi l’éditeur brésilien a jugé indispensable « d’inclure un appareil critique permettant au lecteur de comprendre les conditions dans lesquelles Pau de arara avait vu le jour, et éclairant le nom des personnes qui avaient pris part à l’édition » (Karepovs 2013, 13).

59Des notes furent donc introduites touchant les faits, les institutions et les personnes cités dans le texte original, pour offrir aux plus jeunes – peut-être moins familiarisés avec l’histoire de la période de la dictature – des informations et éclairages sur les événements rapportés. L’éditeur était convaincu que cette édition brésilienne de « Pau de arara [allait faire] revenir au cœur de notre mémoire collective tous ceux qu’une dictature avait essayé en vain de museler afin d’entraver leur combat pour un Brésil plus juste, plus démocratique et plus républicain » (Karepovs 2013, 13).

60Fait intéressant : l’édition brésilienne ne suit pas la version originale française mais la version mexicaine de 1972, dont elle reprend d’ailleurs les notes explicatives rédigées par le journaliste brésilien Flávio Tavares, alors en exil au Mexique et responsable de ce travail. Pour Bernardo Kucinski, l’un des auteurs, l’édition mexicaine était plus complète et plus exacte que la française. L’édition brésilienne présente donc un texte écrit initialement en portugais, puis traduit en français, transposé ensuite en espagnol et finalement retraduit en portugais, en 2013. Jugeant que « ce parcours à travers plusieurs langues pourrait introduire des anomalies », l’édition brésilienne a eu à cœur de « retrouver les textes originaux en portugais » (Karepovs 2013, 12) des citations et documents reproduits ou indiqués dans l’ouvrage, souci de rigueur éditoriale qui mérite d’être souligné.

61L’édition brésilienne présente de plus des appendices extrêmement utiles pour comprendre le processus de conception, rédaction et édition du livre : un entretien avec Bernardo Kucinski, une note biographique sur Ítalo Tronca et deux textes sur Luiz Eduardo Merlino.

62Cette édition, de la Fondation Perseu Abramo, a donc révélé au grand jour le nom des auteurs du livre et le rôle joué par Merlino. Elle permet aussi de mieux comprendre l’origine du texte, les conditions dans lesquelles il a été produit et publié, les cheminements politiques jusqu’à l’impression. Par ailleurs, le contexte de l’installation de la CNV – et des initiatives du même ordre qui s’ensuivirent – réveilla l’intérêt de larges secteurs de la société, des plus jeunes notamment, pour le thème des violations des droits de l’homme pendant la dictature. Instituée par la loi n° 12.528 du 18 novembre 2011, la CNV fut installée en mai 2012. Elle devait examiner et clarifier le cadre des violations des droits de l’homme ayant eu lieu entre 1946 et 1988, afin de rendre effectif le droit à la mémoire et à la vérité historique, et de promouvoir la réconciliation nationale. Nombreux furent ceux qui n’eurent connaissance de ces faits – parmi d’autres de la période dictatoriale – qu’à partir des révélations mises alors en lumière. L’édition brésilienne de Pau de arara est donc directement liée à cette réappropriation et évaluation de l’histoire récente du pays suscitées par les débats autour de la CNV.

Violence, État autoritaire et mémoire de la répression

63La publication, en 1971, de Pau de arara : la violence militaire au Brésil se voulait donc une dénonciation de la torture dans le pays. C’était un fait que l’État s’efforçait alors de dissimuler, allant même jusqu’à nier l’existence de prisonniers politiques et, bien entendu, les persécutions à leur endroit, les assassinats (ou les disparitions). Pour reprendre les paroles de Matos :

Que le corps soit enterré mais reste sans sépulture signifie qu’il a disparu, sans lieu assignable, sans monument, sans espace de deuil circonscrit et localisable. Privés d’un « lieu », les morts deviennent des spectres, des spectres hantant un endroit qui existe sans eux. Le spectre revient au lieu d’où il a été exclu. (Matos 2004, 294)

64Et, de fait, les dénonciations contenues dans Pau de arara ont hanté la dictature. Le livre dénonçait la torture, et il la dénonçait depuis un pays avec lequel le Brésil entretenait des liens importants, depuis un pays qui était une plateforme indéniable de diffusion mondiale de cette dénonciation.

65La violence acquiert un rôle prédominant sous les régimes dictatoriaux, dans la mesure où la tolérance envers les positions contraires se trouve réduite au minimum. La torture est un moyen, par la terreur, de faire taire et éliminer l’opposant. La censure, érigée par la dictature en stratégie, faisait partie de cette violence. Elle impliquait différents secteurs de l’État : le pouvoir exécutif qui interdisait ; les organismes chargés d’appliquer les décisions du ministre de la Justice (emprisonnement d’éventuels lecteurs ou possesseurs de l’ouvrage).

66Un régime centralisateur et dictatorial devant, nécessairement, avoir la main sur tout et sur tous, le système de surveillance et les appareils répressifs ont joué un rôle de plus en plus grand dans l’espace social tout au long de la période de la dictature militaire. Nombre d’organismes ont été créés ou réaménagés pour répondre à ces objectifs précis, avec le Serviço Nacional de Informações – SNI [Service national d’informations] comme pilote de la politique de répression.

67Aujourd’hui, en ces premières décennies du XXIe siècle, dans une société marquée par ces cicatrices et qui tente de construire des valeurs démocratiques, on voit clairement qu’il est impossible d’aller vers une société plus juste et moins violente sans connaître le passé et le comprendre.

68La publication, en 2013, de Pau de arara : a violência militar no Brasil par la Fondation Perseu Abramo, avec le nom des auteurs Bernardo Kucinski et Ítalo Tronca et la mention du rôle décisif de Luiz Eduardo Merlino, s’inscrit dans le processus de reconstruction de la mémoire. Elle explicite et dénonce l’existence de la violence de la torture, l’usage du pau de arara, les efforts faits par les appareils de l’État autoritaire pour occulter ses forfaits. Connaître et reconnaître les crimes du passé est un pas décisif pour la construction d’un temps nouveau.

Haut de page

Bibliographie

Abranches, Carlos A. Dunshee de. 1973. « À margem do 9º aniversário da Revolução. » Jornal do Brasil : 4 avril.

Almeida, Ângela Mendes de. 2013. « Relembrando Merlino : uma temporada internacionalista. » In Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais, dirigé par Bernardo Kucinski & Ítalo Tronca, 235-244. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017.

Barbosa, Marco Antonio. 2010. « Aspectos relativos aos direitos humanos e suas violações, da década de 1950 à atual e processo de redemocratização. » In Brasil. Presidência da República. Tortura, dirigé par Coordenação Geral de Combate à Tortura, 34-57. Brasília : Secretaria de Direitos Humanos/Presidência da República. Disponible sur : https://www.marxists.org/portugues/tematica/livros/diversos/seminario02.pdf (consulté le 19 avril 2017).

Comissão de Familiares de Mortos e Desaparecidos Políticos. 2009. Dossiê Ditadura : Mortos e Desaparecidos Políticos no Brasil (1964-1985). São Paulo : IEVE/Imprensa Oficial.

Comissão Nacional da Verdade. 2014. « Relatório da Comissão Nacional da Verdade. » Brasília : CNV. Disponible sur : http://www.cnv.gov.br (consulté le 23 février 2017).

Comparato, Fábio Konder. 2010. « A tortura no direito internacional. » In Brasil. Presidência da República. Tortura, dirigé par Coordenação Geral de Combate à Tortura, 80-87. Brasília : Secretaria de Direitos Humanos/Presidência da República. Disponible sur : https://www.marxists.org/portugues/tematica/livros/diversos/seminario02.pdf (consulté le 19 avril 2017).

Hage, Julien. 2006. « François Maspero, éditeur partisan. » Contretemps 15 : 104-111, février. Disponible sur : http://www.contretemps.eu/wp-content/uploads/Contretemps%2015.pdf (consulté le 19 avril 2017).

Hage, Julien. 2009. « Une brève histoire des librairies et des Éditions Maspero. » In François Maspero et les paysages humains, dirigé par Bruno Guichard, Alain Léger & Julien Hage, 93-160. Lyon : La Fosse aux ours/À plus d’un titre.

Hage, Julien. 2010. « Collections politiques et effets de sens : littérature et politique dans les nouvelles maisons d’édition politique d'extrême gauche au cours des années 1960 et 1970. » Cahiers du CRHQ 2. Disponible sur : http://www.unicaen.fr/mrsh/crhq/cahiers/2/c2a3-Hage.pdf (consulté le 19 avril 2017).

Karepovs, Dainis. 2013. « Algumas palavras. » In Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais, dirigé par Bernardo Kucinski & Ítalo Tronca, 11-13. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017.

Karepovs, Dainis, Rogério Chaves & Luana Soncini. 2013. « Entrevista com Bernardo Kucinski. » In Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais, dirigé par Bernardo Kucinski & Ítalo Tronca, 219-228. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017.

Kucinski, Bernardo & Ítalo Tronca, dir. 2013. Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017.

Löwy, Michael. 2013. « Luiz Eduardo Merlino (1948-1971). » In Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais, dirigé par Bernardo Kucinski & Ítalo Tronca, 245-247. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017.

Matos, Olgária Chain Féres. 2004. « Cerimônias da destruição. » In Civilização e barbárie, dirigé par Adauto Novaes, 281-299. São Paulo : Companhia das Letras.

Maués, Flamarion. 2011. « Os livros de denúncia da tortura após o golpe de 1964. » Cadernos Cedem 2 (1) : 47-59. Disponible sur : http://livroseoutrasmidias.org/papers/os-livros-de-denuncia-da-tortura-apos-o-golpe-de-1964.pdf (consulté le 31 octobre 2016).

« Pau de arara » : la violence militaire au Brésil avec en annexe un dossier de tortures. 1971. Paris : Éditions Maspero/Cahiers libres 215-216.

« Pau de arara », la violencia militar en el Brasil : con apéndices documentales. 1972. Mexico, D. F. : Siglo XXI Editores.

Reimão, Sandra. 2011. Repressão e resistência : censura a livros na ditadura militar. São Paulo : Edusp/Fapesp.

Soares, Maria Victoria de Mesquita Benevides. 2010. « Tortura no Brasil, uma herança maldita. » In Brasil. Presidência da República. Tortura, dirigé par Coordenação Geral de Combate à Tortura, 20-33. Brasília : Secretaria de Direitos Humanos/Presidência da República. Disponible sur : https://www.marxists.org/portugues/tematica/livros/diversos/seminario02.pdf (consulté le 19 avril 2017).

Tronca, Ítalo. « Um prefil. » In Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais, dirigé par Bernardo Kucinski & Ítalo Tronca, 231-233. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017.

Haut de page

Notes

1 « Pau de arara » : la violence militaire au Brésil avec en annexe un dossier de tortures. 1971. Paris : Éditions Maspero/Cahiers libres 215-216 ; Kucinski, Bernardo & Ítalo Tronca, dir. 2013. Pau de arara, a violência militar no Brasil : com apêndices documentais. São Paulo : Ed. Fundação Perseu Abramo. Disponible sur : http://novo.fpabramo.org.br/sites/default/files/pauararacompleto.pdf (consulté le 19 avril 2017. Une édition en espagnol a été publiée très rapidement au Mexique : « Pau de arara », la violencia militar en el Brasil : con apéndices documentales. 1972. Mexico, D. F. : Siglo XXI Editores.

2 Sur l’adoption de la torture en tant que politique d’État au Brésil suite au coup d’État de 1964, voir le chapitre 9, « Tortura », du « Relatório da Comissão Nacional da Verdade » (vol. 1, partie 3). Comissão Nacional da Verdade (2014). Disponible sur : http://www.cnv.gov.br/images/documentos/Capitulo9/Capitulo%209.pdf (consulté le 19 avril 2017).

3 « Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, adoptée et ouverte à la signature, à la ratification et à l'adhésion par l’Assemblée générale [des Nations unies] dans sa résolution 39/46 du 10 décembre 1984 ». Entrée en vigueur le 26 juin 1987, conformément aux dispositions de l’article 27 (1). Disponible sur : http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CAT.aspx (consultée le 13 mars 2017).

4 Le livre fut imprimé en juin 1971 à Condé-sur-Noireau (Calvados) avec un tirage de 3 300 exemplaires.

5 MJ-31.353-71 – Distribution, circulation et vente du livre « La Violence militaire au Brésil » publié par la Librairie François Maspero, Cahiers libres 215-216. Arrêté : Selon l’article 54 de la Loi de sécurité nationale (décret-loi 898 du 29 septembre 1969) et conformément aux avis contenus dans ce dossier, j’interdis la diffusion, sur tout le territoire national, du livre « La Violence Militaire au Brésil » (Éditions François Maspero, Cahiers libres 215-216), et prescris la saisie de tous ses exemplaires. – Alfredo Buzaid.

6 Il s’agit d’un commentaire sur le livre du politiste suisse Georges André Fiechter (1972), Le Régime modernisateur du Brésil, 1964-1972 (Leiden/Genève : A. W. Sijthoff Leiden/Institut universitaire des hautes études internationales). L’auteur du compte rendu explique que le président Médici se montrait « décidé à réprimer les excès, ce qui rend donc invraisemblable la thèse de ceux qui ont voulu présenter les cas de sévices constatés au Brésil comme l’action systématique d’un pouvoir détenu par des "forces armées transformées en garde prétorienne quasiment monolithique du grand capital". La phrase citée entre guillemets est extraite du livre Pau de Arara, par François Maspero [sic], qui constitue l’une des sources de la campagne séditieuse faite en Europe contre le Brésil. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Édition française (1971) et édition brésilienne (2013) de Pau de Arara
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Légende Figure 2 – Arrêté d’interdiction de Pau de Arara (Journal officiel du 9 novembre 1971)
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Reimão, Flamarion Maués et João Elias Nery, « France, 1971 ; Brésil, 2013 : deux éditions du livre Pau de arara et la mémoire de la répression », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://bresils.revues.org/2236 ; DOI : 10.4000/bresils.2236

Haut de page

Auteurs

Sandra Reimão

Sandra Reimão est chercheur au Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) et professeur à l’École d’arts, sciences et humanités (EACH) de l’Université de São Paulo (USP).

Flamarion Maués

Flamarion Maués est docteur en histoire sociale de l’Université de São Paulo (USP) et post-doctorant à l’EACH (USP).

João Elias Nery

João Elias Nery est docteur en communication et sémiotique de l’Université catholique de São Paulo (PUC-SP) et professeur à la Faculté Paulus de technologie et communication (Fapcom) et à la Faculté intégrale cantareira (FIC).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org