Navigation – Plan du site
Dossier – Esclavage contemporain

Les étiquettes de la mode : sous-traitance et travail forcé dans l’industrie de la confection

Etiquetas da moda : terceirizações e trabalho escravo na indústria de confecções
Fashion labels: outsourcing and slave labor in the garment industry
Carlos Freire et Tiago Côrtes
Traduction de David Yann Chaigne

Résumés

Dans l’industrie de la confection de São Paulo, des cas de travail dans des conditions analogues à celle de l’esclavage impliquant des migrants et certaines marques et entreprises mondialement renommées ont eu d’importantes répercussions au cours de la dernière décennie. Dans cet article seront abordées les récentes transformations de ce secteur d’activité et les dynamiques de travail à l’œuvre dans les ateliers de couture sous-traités. On rapprochera cette évolution de la production avec les effets des contrôles effectués par la justice et l’administration du travail qui ont mis en évidence les différents types de relation de travail tout au long de la chaîne de production ainsi que les rapports contractuels entre commanditaires et prestataires de service. L’objectif de cet article est de mettre en perspective le champ normatif qui s’est constitué autour de la catégorie de travail forcé, ainsi que l’ensemble des pratiques et acteurs impliqués comme, par exemple, les contrôles par les pouvoirs publics et leurs impacts sur les conflits liés au droit du travail provoqués par la sous-traitance.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juillet 2016 ; approuvé en février 2017.

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, nous utiliserons indistinctement les termes « travail esclave », « travail esclav (...)
  • 2 Dans ce contexte, l’accent exclusivement mis sur les migrants boliviens a provoqué une association (...)

1Dans l’un des secteurs les plus traditionnels de l’industrie de la plus grande métropole du Brésil, des cas de travail analogue à l’esclavage1 impliquant des marques et des entreprises mondialement renommées ont eu d’importantes répercussions au cours de la dernière décennie. Ces affaires touchant le secteur de la confection de São Paulo ont ouvert un débat public sur le thème et ont été un point d’inflexion au sein des politiques de lutte contre l’esclavage contemporain. Elles ont également provoqué des réactions et des tentatives de contournement de la part des entreprises, ainsi qu’une offensive parlementaire contre la législation en vigueur. La singularité de l’industrie de la confection par rapport aux autres secteurs d’activité en proie au même problème tient dans l’implication de travailleurs migrants étrangers, une spécificité à prendre en compte pour la compréhension du phénomène mais qui a néanmoins provoqué certaines distorsions dans le débat en cours2.

  • 3 Recherche dans les archives des quotidiens Folha de S. Paulo, O Estado de S. Paulo et O Globo d’art (...)
  • 4 Voir Vucovix (1982).
  • 5 Rédigé sous l’optique de la « doctrine de sécurité nationale », le statut de l’étranger interdit pa (...)
  • 6 L’histoire de la relation entre industrie de la confection et migration à São Paulo est ancienne. L (...)

2Les dénonciations de cas de travail analogue à l’esclavage impliquant des travailleurs étrangers dans la confection ne datent pas d’hier. En consultant les archives des journaux les plus importants du pays3, nous avons pu retrouver au début des années 1980 l’une des premières références à des migrants étrangers travaillant dans des conditions extrêmement précaires pour le secteur de la confection4. C’est à cette époque, en pleine dictature militaire, qu’est entré en vigueur le statut de l’étranger (Estatuto do Estrangeiro – Loi nº 6815 du 19 août 1980) qui imposait des conditions restrictives et sélectives à l’entrée et à l’installation des allogènes au Brésil5. Dès cette époque, nombre de ceux qui s’installèrent dans le pays furent contraints de le faire de façon illégale. Il s’agissait alors principalement de ressortissants coréens qui venaient travailler pour des compatriotes qui prospéraient déjà dans la confection6. Dans les années 1970 et 1980, les Coréens et les Chinois de Taiwan constituaient à São Paulo les principaux groupes de migrants étrangers. Ils pénétraient le plus souvent dans le pays par le Paraguay.

  • 7 Voir O Globo (1992).

3À la fin des années 1980 et tout au long des années 1990, d’autres acteurs sont entrés en scène et les migrants des États voisins – Paraguayens, Péruviens et, plus encore, Boliviens – ont fait leur apparition dans les médias locaux pour des affaires relevant du travail analogue à l’esclavage. Les journaux annonçaient des enquêtes de la police civile ou fédérale dans de petits ateliers de couture dont les propriétaires, le plus souvent coréens, étaient accusés de réduire en esclavage des travailleurs paraguayens et boliviens7. Dans la plupart de ces cas, le fait que les migrants ne soient pas en situation régulière dans le pays apparaissait comme le prétexte utilisé par les employeurs pour confiner les employés dans les ateliers. Suite à ces enquêtes, les propriétaires furent convoqués par la justice et les travailleurs migrants invités à quitter le pays.

  • 8 Il appartient au ministère du Travail de contrôler les entreprises, de dresser les procès-verbaux d (...)

4À partir des années 2000, les contrôles mettant à jour des cas d’esclavage dans la confection ont pris une toute autre proportion. À cette époque, à São Paulo, le nombre des ateliers de couture s’est multiplié. Il s’agissait en général de sous-traitants offrant leurs services à des entreprises spécialisées dans le design, la coupe et la commercialisation ultérieure des vêtements. La présence de travailleurs étrangers – principalement boliviens et, dans une moindre mesure, paraguayens – a également pris de l’ampleur et nombre d’entre eux ont fini par acquérir des ateliers. D’un autre côté, les formes de contrôle ont aussi été modifiées : alors que les enquêtes avaient été jusque-là conduites par la police civile ou fédérale, elles sont passées sous la responsabilité du ministère du Travail, en collaboration avec le ministère public du travail8. Dès lors, les propriétaires des ateliers – des patrons ayant souvent la même nationalité que leurs employés et des conditions de vie guère plus enviables – ne furent plus les seuls visés. Comme nous l’a confié un inspecteur du travail, les stratégies changèrent et, en se basant sur les étiquettes des vêtements et sur les bons de commande, les enquêteurs purent finalement prendre en compte toute la chaîne dont les activités des ateliers incriminés ne sont qu’un maillon. Il convient également de souligner que les investigations policières continuèrent à être diligentées ainsi que les procédures criminelles sur lesquelles elles débouchent, ce qui n’a pas été sans créer certaines tensions avec les autres organismes publics nouvellement impliqués (Côrtes 2013, 160).

5Dès lors, ce qui semblait n’être qu’un anachronisme lié à quelques situations fort spécifiques de faible capitalisation et d’exploitation extrême du travail changea de signification : des entreprises de pointe de l’industrie de la confection étaient impliquées. En 2002, eut lieu un contrôle qui dévoila des cas de travail analogue à l’esclavage chez des fournisseurs de la chaîne de grands magasins C&A. Les conséquences furent décisives. Les affaires mettant en cause des sous-traitants d’entreprises reconnues du marché national et international se multiplièrent. Dans le cas susmentionné, l’enquête n’était pas allée jusqu’à imputer à la grande marque concernée la responsabilité de la situation. Toutefois, en 2010, une procédure impliquant l’une des plus grandes compagnies internationales du secteur, Zara (groupe Inditex), fit beaucoup plus de bruit. Selon les données du ministère du Travail, entre 2003 et 2014, dans le seul secteur de la confection, 398 travailleurs furent libérés (Repórter Brasil 2015).

6S’agissant de cas d’esclavage portant directement atteinte à la dignité humaine, la récurrence de ces affaires n’en est que plus significative. En effet, même si ces procédures ont un impact important sur l’opinion publique, elles ne mettent en lumière que la partie émergée de l’iceberg que représente l’univers des travailleurs de la couture. Les chiffres dont on dispose sur les migrants étrangers ne sont pas non plus très représentatifs de leur véritable participation à la production du secteur. Néanmoins, les enquêtes ont fini par avoir des effets importants non seulement sur la dynamique des commandes en couture de l’industrie de la confection, mais également sur l’ensemble de la filière de l’habillement.

7L’objectif de cet article est de mettre en perspective le champ normatif qui s’est constitué autour de la catégorie du travail esclave, ainsi que l’ensemble des pratiques et acteurs qui en participent. Il s’agit d’analyser les conséquences que cela a pu générer dans le monde du travail quant aux conflits liés à la sous-traitance et aux différentes questions qui en découlent. Au-delà des débats sur la caractérisation du travail forcé à l’intérieur des ateliers ou sur les représentations et définitions contemporaines de ce crime, nous avons voulu nous intéresser au champ des pratiques et à l’ensemble des acteurs en fonction des évolutions du secteur. Outre les ateliers et les migrants directement atteints, la problématique implique également des entreprises, des organisations patronales, des fonctionnaires de l’État, des ONG, des mouvements sociaux ou encore des syndicats, etc. C’est ainsi tout un champ de conflits et de contrôles qui s’est structuré autour du thème du travail esclave.

  • 9 Ce travail synthétise et développe certains arguments des dissertations de mestrado de Carlos Freir (...)

8De fait, le recours à des migrants dans les ateliers de sous-traitance introduit de nouveaux paradigmes dans les relations de travail. La situation dépasse en effet le champ habituel du droit du travail pour impliquer le code pénal qui définit, à l’article 149, l’exposition du travailleur à une situation analogue à celle d’esclave. Nous avons cherché à démontrer de quelle manière ces situations ont pu, compte tenu du principe de subordination qui caractérise le droit du travail, mettre en débat la responsabilité juridique relative aux conditions d’emploi chez les sous-traitants. Cet article s’intéresse ainsi à la signification des contrôles pour les dynamiques de production, de distribution et de consommation du secteur de la confection. Nous avons analysé la structure de la concurrence au sein de la fabrication et de la commercialisation des vêtements, ainsi que le rôle de la sous-traitance en tant que mode de gestion de la force de travail impliquée dans ces processus. Nous aborderons par ailleurs le lien existant entre le marché du travail de la couture et la dynamique migratoire transnationale que le secteur a fini par organiser. Nous traiterons enfin la question de l’esclavage dans les ateliers de confection en termes de gestion des risques pour les entreprises et de ses effets sur la chaîne de production de l’habillement9.

9L’analyse ici proposée s’est fondée sur l’observation empirique d’ateliers de couture étrangers et brésiliens de l’agglomération de São Paulo, sur des entretiens réalisés avec des acteurs du monde juridique, des agents des services publics, des représentants des grandes entreprises du secteur et des associations de défense des droits de l’homme et de soutien aux migrants, ainsi que sur l’analyse des micro-données relatives à la catégorie des opérateurs de machines à coudre du recensement de 2010 (IBGE) et du registre annuel des informations sociales (RAIS).

Les machines à coudre au rythme de la mode

10Le Brésil est l’un des plus importants producteurs mondiaux de vêtements. En 2012, le pays occupait la quatrième position avec 2,5 % de la production mondiale, derrière la Chine (49,7 %), l’Inde (7,1 %) et le Pakistan (3,7 %)10. On remarquera que la majorité de cette activité se concentre dans des pays asiatiques caractérisés par une main-d’œuvre relativement bon marché. En dépit de cette quatrième place, le Brésil n’est pas un grand exportateur, au point d’importer plus de vêtements qu’il n’en exporte. Cela reflète un marché intérieur extrêmement dynamique, non seulement en raison de la taille de la population, mais également des modes de consommation. L’État de São Paulo concentre 27,5 % de la production nationale et sa capitale en constitue le principal pôle.

11L’importance de l’industrie de la confection dans l’histoire de la ville, ainsi que son poids actuel dans le marché du travail de l’agglomération, sont trop souvent négligés dans les analyses de son développement industriel. Selon Branislav Kontic (2001), les caractéristiques fortement enracinées du secteur eurent une importance décisive dans les transformations qu’a connues São Paulo à partir des années 1980. Si l’on en croit cet auteur, la confection est passée à cette époque par un processus de restructuration important : les grandes usines qui produisaient à grande échelle une même gamme de produits ont cédé la place à de petites unités plus dispersées privilégiant la variété grâce à la fabrication de séries limitées naissant et disparaissant au gré de l’oscillation des tendances de la mode. À une époque où de nombreuses grandes entreprises quittaient la ville afin de réduire leurs coûts de production, l’industrie de la confection, toujours très dynamique, demeurait quant à elle fortement liée à la métropole pauliste.

  • 11 Le registre annuel des informations sociales (RAIS) réunit les données à caractère social relatives (...)
  • 12 Ont été pris en compte les deux principaux groupes professionnels que l’on peut réunir dans la caté (...)

12Toutefois, la modernisation de ce secteur d’activité reste ambigüe. En effet, en dépit du développement de nouvelles technologies pour le design et la création, la coupe informatisée des tissus ou la fabrication, l’étape de la couture indispensable à la confection de la quasi-totalité des vêtements exige toujours une main-d’œuvre considérable. Il s’agit d’une caractéristique importante qui pèse lourdement sur la manière de produire et de distribuer les vêtements de par le monde. À São Paulo, cela s’exprime par le fait que la « confection d’articles d’habillement et d’accessoires » représente l’un des groupes d’activités faisant le plus appel à la main-d’œuvre déclarée de toute l’industrie de transformation de la région métropolitaine. Selon les données du Registre annuel des informations sociales (RAIS)11 de 2015, le secteur était responsable de 7,8 % des emplois dans l’industrie de transformation, avec 78 573 travailleurs déclarés. Il convient néanmoins de souligner que cette information se réfère aux employés salariés et qu’il existe un haut niveau d’informalité dans le secteur, principalement en ce qui concerne les « opérateurs de machines à coudre ». Les chiffres du RAIS de 2015 font état de 33 221 « opérateurs de machines à coudre » déclarés12, parmi lesquels 94,5 % (31 401) sont Brésiliens, 4,3 % (1 430) Boliviens et 0,8 % (251) Paraguayens, les 0,4 % (139) postes de travail restants se distribuent entre quinze autres nationalités. Si nous comparons ces informations avec les micro-données du recensement de 2010, qui permettent de comptabiliser les travailleurs formels et informels, nous voyons que les estimations relatives aux « opérateurs de machines à coudre » sont bien plus élevées, avec 156 695 personnes pour l’ensemble de la région métropolitaine de São Paulo, dont 91,1 % (142 379) sont Brésiliens, 7,5 % (11 807) Boliviens et 0,8 % (1 242) Paraguayens. Ces données sont bien évidemment de nature différente, les unes provenant d’un registre administratif et les autres d’une enquête domiciliaire par échantillonnage, mais le contraste observé permet néanmoins de rendre compte du haut niveau d’informalité de la profession.

13La plupart de ces opérateurs de machines à coudre ne sont pas directement employés par les entreprises de confection mais, plutôt, par de petits ateliers de couture sous-traités. Cette production est souvent destinée à de grands magasins ou à de grandes marques bénéficiant de leur propre distribution. Contrairement à d’autres secteurs de l’industrie disposant d’un capital important, les entreprises qui dominent la chaîne de production de l’habillement sont celles qui contrôlent d’importants réseaux de commercialisation (Leite 2004) et non pas celles qui produisent les marchandises, à savoir les vêtements eux-mêmes. Les grandes marques et les grands magasins rythment le travail à l’intérieur des ateliers en dictant les tendances de consommation, les délais à respecter et les modèles à produire.

  • 13 Les entreprises liées à la production d’articles de mode en petites séries employaient déjà ces mét (...)

14Si la sous-traitance n’est pas à proprement parler une nouveauté dans le secteur, nous ne pouvons pas non plus caractériser les ateliers de couture comme un archaïsme, un système résiduel de formes de travail dépassées. On peut bien sûr faire un parallèle avec les « ateliers de misère » (sweatshops) de l’industrie de l’habillement à la fin du XIXe siècle à New York ou à Paris (Green 1998). Les descriptions des conditions de travail qui y existaient peuvent sembler similaires à celles en vigueur dans les ateliers de couture de São Paulo aujourd’hui ou, encore, au travail à domicile de l’industrie de la confection de Rio de Janeiro dans les années 1970 et 198013. Il convient néanmoins de rappeler qu’à São Paulo, les ateliers de couture sous-traités se sont multipliés à mesure que le secteur se modernisait et se globalisait. Ce type de situation se retrouve dans des lieux très divers comme New York (Green 1998 ; Sassen 1989), Los Angeles (Bonacich & Appelbaum 2000 ; Bonacich 2002), Paris (Green 1998 ; Morokawasic-Muller 1990) ou Milan (Ruggiero 2000).

15Actuellement, les pratiques de ce que l’on appelle la fast fashion (selon un terme utilisé par les grands distributeurs) se sont imposées comme une politique de production grâce à laquelle les marques, les boutiques de mode et les grands magasins peuvent offrir aux consommateurs de nouvelles collections dans des délais très courts, suivant ainsi les dernières tendances de la mode en un temps record et avec des prix relativement accessibles. La montée en puissance de ce type de fabrication reflète un effort d’adéquation entre l’offre et la demande, pour lequel les ventes servent d’indicateur à la gestion de la production. Contrairement à ce que proposait à ses débuts le prêt-à-porter, à savoir une collection unique pour toute la saison, la fast fashion analyse la consommation pour indiquer aux sous-traitants les modèles et les volumes à produire, réduisant ainsi les stocks et les délais entre production et commercialisation. Les entreprises surveillent les ventes et passent commande en fonction de ce paramètre. Il s’agit donc d’une autre temporalité productive au sein de laquelle le temps de réponse aux variations de tendances est fondamental. Les entreprises qui n’ont pas su s’adapter à ce nouveau rythme ont fini par perdre leur place au sein de la dynamique concurrentielle (Cortês 2013).

16Les ateliers sous-traités constituent donc la solution de gestion adoptée par les entreprises pour s’adapter à la flexibilité, à la saisonnalité et à la diversité de la production de vêtements. Une production locale suffisamment souple pour répondre aux oscillations des tendances n’est possible que par la création d’un immense réseau d’ateliers sous-traités dispersés dans l’ensemble du tissu urbain. Il s’agit d’une organisation stratégique allant bien au-delà de la simple diminution des coûts permise par le travail non déclaré. Ces micro-unités permettent de mobiliser et de démobiliser un important contingent de travailleurs en fonction des oscillations d’un marché où le temps de réponse aux variations de la consommation constitue un élément structurant de la concurrence. Il s’agit en outre de déresponsabiliser les grandes entreprises de la confection face aux conditions de travail du plus grand nombre possible de travailleurs. En effet, celles-ci n’ont plus de lien direct avec les opérateurs de machines à coudre, dont les services dépendent de contrats de sous-traitance signés avec les ateliers.

17Cela implique que les risques intrinsèques à l’activité économique du secteur affectent en priorité les travailleurs des ateliers de confection. D’un côté, ceux-ci sont obligés de fabriquer de grands volumes en un temps record mais, de l’autre, lorsque le niveau de commandes baisse, ils se retrouvent sans emploi ni rémunération (Freire 2008). Contrairement à une relation de travail salarié avec un salaire minimum journalier garanti, les revenus versés par les ateliers de couture sont pleinement liés à la productivité et au nombre de pièces confectionnées, les variations saisonnières se reflétant donc directement sur le salaire. Par ailleurs, les grandes entreprises du secteur, après s’être débarrassées de la partie la plus importante de la force de travail, ont pu se spécialiser dans les étapes stratégiques du processus, à savoir la conception, le lancement de modes et la commercialisation et, donc, se concentrer sur l’observation des tendances mondiales, la création de styles et la formation des goûts des consommateurs.

18La sous-traitance a constitué un élément central des processus de restructuration productive qui interviennent, à partir des années 1980, dans différents secteurs de l’industrie comme cela a déjà été amplement montré par les recherches sur les régimes d’accumulation flexible, le toyotisme ou le post-fordisme. Ces études soulignent la précarisation des conditions de travail et la manière dont ce processus a affecté le salariat et les droits afférents (Druck 2011 ; Druck & Franco 2008 ; Biavaschi 2016). Il y est amplement démontré que les employés sous-traités travaillent plus pour gagner moins, tout en étant plus largement exposés aux accidents du travail et autres risques sanitaires (Antunes & Druck 2015). Ce sont, en outre, ces travailleurs qui ont le plus de chances de subir des conditions de travail analogues à celles d’esclave (Filgueiras 2016).

19Il convient de souligner ici les implications de la sous-traitance dans la caractérisation de la subordination, qui constitue le principe juridique définissant les relations de travail et, par conséquent, les responsabilités en procédant. Selon Supiot (1999), ce principe, qui est à la base du droit du travail, tient sa particularité de la normalisation d’une relation entre inégaux : des garanties minimales sont octroyées au travailleur en échange de sa sujétion à l’autorité de son employeur pour une durée déterminée. Supiot estime que la sous-traitance va justement à l’encontre du principe de subordination qui lie une grande partie des travailleurs à l’entreprise bénéficiaire de leurs services. Elle introduit des relations d’entreprises à entreprises (dans ce cas, entre commanditaires et sous-traitants), c’est-à-dire entre parties supposément égales, régies par le droit civil ou commercial. Il ne s’agit donc plus d’un lien de subordination directe entre le travailleur et l’entreprise au profit de laquelle celui-ci exécute ses tâches quotidiennes. Comme le souligne Filgueiras (2016), malgré le transfert de pans entiers de leur production vers d’autres entreprises, les commanditaires continuent le plus souvent d’exercer un contrôle absolu sur les activités mises en œuvre dont ils déterminent le rythme, l’intensité et les processus. Ce même auteur explique que la sous-traitance est devenue une stratégie de gestion de la force de travail par l’entremise d’une structure s’immisçant dans le lien direct avec l’employé. Les travailleurs en viennent à être considérés comme des « tiers » dans le cadre d’une relation de prestation de services établie entre deux entreprises, d’où l’usage, au Brésil, du terme « terceirização » [tertiarisation] pour décrire ce phénomène tant dans les milieux juridiques que dans les études académiques ou même, dans le langage courant (Marcelino & Cavalcante 2012 ; Carelli 2013) même si le terme de « sous-traitance » n’est pas pour autant abandonné.

20Toujours en ce qui concerne la subordination, Carelli (2013, 235) souligne que ce principe juridique reconnaît et légitime la sujétion du travailleur tout en restreignant et délimitant son exploitation. En même temps, il établit que les risques de l’activité économique seront assumés par l’employeur, le versement du salaire convenu étant garanti au salarié indépendamment du succès de l’entreprise. Marcelino et Cavalcante (2012, 340) montrent de leur côté que l’externalisation de l’embauche des travailleurs permet à l’entreprise de transférer vers le partenaire les risques en question et une partie des cotisations sociales. Ce que nous souhaitons démontrer en décrivant la dynamique des ateliers de confection est précisément cette détermination du rythme, de l’intensité et du mode de production par les entreprises dominantes du secteur, à laquelle s’ajoute le transfert des coûts d’embauche et des risques économiques liés aux variations saisonnières caractéristiques du métier. Il s’agit d’éléments centraux pour la compréhension des conflits liés aux accusations de réduction de travailleurs à des conditions analogues à celles d’esclave dans l’industrie de la confection.

Migrants de la couture et marché du travail dans les ateliers

  • 14 Cette partie de l’article reprend et synthétise des aspects déjà étudiés par les auteurs dans Côrte (...)
  • 15 Dans l’enquête domiciliaire par échantillonnage du recensement le recueil des informations sur les (...)

21Les ateliers de couture de la région métropolitaine de São Paulo sont devenus une niche de marché pour les migrants étrangers de différentes origines (Souchaud 2012) et, notamment, pour les Boliviens et les Paraguayens14. D’après les micro-données du recensement de 201015, 66,3 % des Boliviens et 41,7 % des Paraguayens actifs de la région travaillent comme « opérateurs de machines à coudre ». Les ateliers constituent depuis un certain nombre d’années le principal mécanisme à travers lequel s’organise la mobilité internationale vers la région, de telle sorte qu’il existe une relation directe entre la dynamique migratoire et la façon dont s’est organisée l’industrie de la confection (Freire 2008 ; Côrtes 2013).

22Comme l’a bien souligné Sylvain Souchaud (2012), le marché du travail des opérateurs de machines à coudre connaît ces dernières années une tendance à la recomposition, ce que l’on peut facilement constater si l’on compare leurs profils en fonction du pays de naissance (tableau n° 1). Les données relatives à la classe d’âge sont éclairantes. En effet, 62,2 % des opérateurs brésiliens de la région ont plus de quarante ans, et 33,8 % plus de cinquante, tandis que les migrants sont beaucoup plus jeunes : 62,9 % des Boliviens et 69,4 % des Paraguayens sont âgés de moins de trente ans. En outre, les micro-données du recensement de 2010 montrent que le niveau de scolarité des migrants étrangers est relativement plus élevé que celui des Brésiliens occupant les mêmes fonctions. Décrire le phénomène comme une « recomposition » du marché du travail et non une « substitution » de main-d’œuvre est important. Il ne s’agit pas, en effet, d’un groupe déterminé de travailleurs entrant en compétition avec un autre. La pénurie de main-d’œuvre brésilienne plus jeune pour occuper ces postes suggère un manque d’intérêt pour ce type de secteur de la part des travailleurs nationaux qui, à mesure de l’élévation de leur niveau de scolarité, chercheraient à occuper d’autres emplois. C’est ce qui s’est passé de 2002 à 2014, une époque de grand dynamisme du marché du travail et de croissance économique élevée, quand la force de travail la plus jeune s’est tournée vers d’autres professions.

23Dans la région métropolitaine de São Paulo, les professions de la couture ont traditionnellement été exercées par des femmes brésiliennes (représentant aujourd’hui 90,8 % du total des travailleurs brésiliens du secteur), le plus souvent issues de migrations internes depuis le Nordeste. Si l’on compare la distribution par sexe des opérateurs de machines à coudre boliviens et paraguayens avec celle des brésiliens, on constate un profil fort différent, avec respectivement 55,6 % et 63,9 % d’hommes, contre à peine 9,2 % pour les nationaux. La littérature qui a traité des processus de restructuration productive dans l’industrie de la confection depuis les années 1980 indique des tendances à la précarisation du travail féminin dans la couture (Abreu 1986 ; Amorim 2003 ; Leite 2004). Rien de plus courant en effet que les histoires de femmes employées dans les usines des quartiers Brás et Bom Retiro qui, à partir des années 1990, ont commencé à être sous-traitées pour réaliser exactement les mêmes tâches à leur domicile, avec l’aide de parents et de voisins (Freire 2008). D’une certaine manière, ce débat sur le travail féminin dans la couture a été oblitéré par l’accent mis presque exclusivement sur les migrations internationales, sans prendre en considération la dynamique générale du secteur.

Tableau n° 1 – Répartition ( %) des opérateurs de machines à coudre par pays de naissance et en fonction du sexe, du niveau de scolarité et de la classe d’âge*
Région métropolitaine de São Paulo, 2010

Caractéristique

Pays de naissance

Bolivie

Paraguay

Brésil

Sexe

Masculin

55,6

63,9

9,2

Féminin

44,4

36,1

90,8

Total relatif

100,0

100,0

100,0

Niveau d’instruction

Sans instruction et primaire incomplet

36,2

32,1

46,7

Primaire complet et secondaire incomplet

26,0

43,3

25,2

Secondaire complet et supérieur incomplet

36,7

24,6

26,8

Supérieur complet

1,2

-

1,3

Total relatif

100,0

100,0

100,0

Tranche d’âge

Jusqu’à 12 ans

0,4

-

0,3

De 13 à 18 ans

3,6

13,6

2,7

De 19 à 29 ans

58,9

55,8

14,8

De 30 à 39 ans

26,0

18,8

20,0

De 40 à 49 ans

9,9

9,3

28,4

De 50 à 59 ans

0,3

2,5

22,2

60 ans ou plus

0,9

-

11,6

Total relatif

100,0

100,0

100,0

Total absolu

11 807

1 242

142 739

Source : IBGE, Recensement démographique de 2010.
* Ce tableau a été réalisé par Expertise Social Ltda. à la demande des auteurs et publié à l’origine dans Côrtes & Freire (2014b, 46).

  • 16 Il s’agit d’un marché de gros du quartier Brás, dans la région centrale de São Paulo, ouvert depuis (...)

24La dynamique des ateliers de migrants ne diffère qu’assez peu de celle des ateliers des ex-ouvrières brésiliennes. Dans les deux cas, les travailleurs reçoivent les pièces de tissu prédécoupées, disposent d’un temps donné pour la confection et sont rémunérés en fonction de la productivité. Le volume des commandes y est également fluctuant. On ne peut pas non plus associer les uns ou les autres à un type déterminé de production, tous travaillant en effet aussi bien pour la grande distribution et les grandes marques que pour le marché populaire comme, par exemple, la Feira da Madrugada16. Tous ces ateliers de couture fonctionnent généralement au sein d’un espace déterminé du domicile des propriétaires (généralement appelés oficineiros) : dans une pièce réservée, dans le garage, sur la terrasse, dans le fond du jardin, mais jamais très loin de la résidence elle-même. Néanmoins, tandis que les Brésiliennes retournent dans leur foyer après le travail, ce n’est pas le cas des migrants qui vivent très souvent sur place. Les ateliers de couture emploient d’une manière générale un nombre assez réduit de travailleurs. Nos observations sur le terrain nous ont permis de constater que les ateliers de migrants comptent le plus souvent entre cinq et dix personnes, et n’excèdent que très rarement les quinze employés. Les effectifs dont ils disposent déterminent directement leur capacité à répondre à la demande. De plus, dans les deux types de structures, le recrutement de la force de travail repose sur des liens de proximité (parents, amis, connaissances). Dans le cas des ateliers de migrants, cela peut également impliquer la venue de travailleurs depuis le pays d’origine, même s’il n’est pas rare de constater également une certaine mobilité entre les différents ateliers de la ville.

25Pour Sylvain Souchaud (2012, 80), les ateliers de confection peuvent être pensés comme des lieux d’insertion et d’ascension sociale permettant à de nombreux étrangers de concrétiser leur projet migratoire, soit en devenant eux-mêmes propriétaires d’une unité de production ou en épargnant sur leur salaire pour investir dans leur pays d’origine. Il s’agit en effet d’une caractéristique que l’on ne peut perdre de vue si l’on souhaite comprendre les raisons d’un flux aussi important de personnes désireuses de traverser les frontières pour travailler dans la couture à São Paulo. L’auteur suggère que ces situations ne peuvent être interprétées selon la seule perspective de l’exploitation de la main-d’œuvre. Leur informalité et leur flexibilité constitueraient des éléments à même de faciliter l’intégration des migrants sur le marché du travail (par l’entremise de personnes qui se connaissent, le plus souvent des parents ou des amis d’amis). On y parle en effet la même langue, on peut y assimiler de nouveaux codes sociaux et surtout y apprendre les métiers de la couture (une expérience préalable n’étant en général pas exigée), le tout sans contrainte vis-à-vis de l’employeur quant à la régularisation de sa situation dans le pays.

26Ces différents aspects, même s’ils peuvent présenter des avantages (adaptation à la ville, parfois ascension sociale, réalisation des projets migratoires, prise en charge du transport international par le propriétaire, etc.) peuvent néanmoins impliquer des problèmes relatifs à l’intermédiation de la migration, au logement sur le lieu de travail et à la rémunération à la pièce. Les ateliers de migrants ont comme caractéristique spécifique de constituer également le lieu de vie, d’hébergement et de prise des repas. Ce rapport au lieu de travail n’a évidemment pas la même signification pour l’ensemble des migrants, mais c’est de là que surgissent des situations limites telles que la rétention des papiers d’identité, l’endettement, la coercition ou la restriction des déplacements. On retrouve tous ces éléments dans les plaintes relatives à des situations extrêmes d’exploitation déposées par des associations de défense des migrants ou par les travailleurs eux-mêmes, ou encore dans les procédures menées par le ministère public du travail et les agents du ministère du Travail contre la réduction des travailleurs à une condition analogue à celle d’esclave.

27Le respect du temps de travail souffre évidemment de la confusion entre emploi et vie domestique (Freire 2008). Ainsi, en cas de commandes urgentes ou importantes, il n’est pas rare que les employés ne s’arrêtent pas avant le milieu de la nuit. Néanmoins, cette rémunération à la pièce peut parfois être considérée comme avantageuse par certains, comme nous l’ont déclaré des Paraguayens rencontrés lors de nos visites. Il s’agit en effet de profiter des commandes importantes pour travailler le plus possible et augmenter ainsi ses revenus, dans le but d’envoyer plus d’argent au pays, voire d’épargner le plus rapidement possible de quoi retourner dans sa ville d’origine, les gains de chacun dépendant exclusivement des performances productives individuelles. De la même manière, une baisse des commandes affecte directement les revenus, tout comme une faible productivité due au manque d’expérience ou à des raisons de santé. On a cependant pu constater que c’est justement lors de ces moments de baisse des commandes que les travailleurs migrants en profitent pour rendre visite à la famille restée sur place. Parfois, ces variations saisonnières vont donc dans le sens de l’insertion recherchée par ces migrants transnationaux qui acceptent des journées épuisantes dans le but d’augmenter leurs revenus et de pouvoir rentrer dans leur région d’origine sans rompre le lien professionnel qu’ils ont avec São Paulo (avec la promesse de pouvoir revenir dès que les commandes augmenteront à nouveau). Lorsque le logement ne leur est pas facturé, on attend évidemment des travailleurs une certaine productivité qui puisse compenser cet avantage en nature. Il s’agit en cela d’une relation de travail individualisée qui prend en compte les performances productives de chacun.

28La plupart des migrants étrangers de la couture vivent sur leur lieu de travail et, plus encore, ceux qui sont arrivés le plus récemment. Cette situation est souvent considérée comme avantageuse en ce qu’elle réduit les coûts d’installation en ville – sans parler des nombreuses difficultés rencontrées par les migrants pour louer un appartement – et dispense des frais occasionnés par les transports en commun. Les ateliers offrent également l’alimentation et il est courant que les repas soient préparés par les migrants eux-mêmes, plus particulièrement par les femmes qui se chargent de nourrir tout le monde avec un menu qui rappelle souvent le quotidien du pays d’origine. D’une certaine manière, cette réduction des coûts de la vie n’est évidemment pas étrangère à la répartition inégale des revenus entre propriétaires et couturiers, ni aux propres stratégies d’engagement des migrants dans ces formes de travail. Parmi les travailleurs étrangers de la couture existent d’importantes inégalités reflétant le temps déjà passé dans la ville, le fait d’être propriétaire ou employé, la taille de l’atelier, l’existence ou non d’un système propre de distribution ou encore l’existence de bons clients, etc.

29On se doit de prendre en compte l’hétérogénéité des modes d’insertion des migrants au sein de ce secteur productif. Pour analyser les processus migratoires, il s’avère peu pertinent de s’appuyer sur des catégories comme « travail esclave » ou « traite des personnes » qui doivent être mises en perspective en fonction de la manière dont elles sont mobilisées par différents agents dans le cadre des conflits sociaux impliquant les ateliers de confection.

Les étiquettes du travail esclave

30Le débat en sociologie portant sur les interprétations et analyses sur le travail forcé contemporain dans l’industrie de la confection remonte au milieu des années 2000, à la suite des répercussions publiques d’affaires impliquant de grandes marques. D’une manière générale, ces approches ont mis en évidence des attaques contre les droits de l’homme et la dignité des employés, qui sont très souvent liées à des questions de traite de personnes. Le migrant se trouve pris en tenaille entre possibilité d’ascension sociale et exploitation criminelle, entre coercition et consentement à l’exploitation, et se voit réduit à une condition proche de l’esclavage (Rossi 2005 ; Cacciamali 2006). On trouve également des approches qui relativisent la notion de travail forcé en raison du refus des migrants eux-mêmes d’être qualifiés de la sorte ou encore parce que cette situation est loin de toucher l’ensemble des travailleurs étrangers du secteur (Xavier 2010, 139 ; Campos 2009).

31Nous souhaitons ici emprunter une autre voie. Ce que nous voulons comprendre et analyser est la manière dont cette idée est mobilisée dans les conflits sociaux touchant la confection. Il s’agit donc d’étudier le fonctionnement de l’accusation de travail forcé, les acteurs impliqués, le type d’entorses au droit du travail qui sont pratiquées, ainsi que les moyens utilisés par les entreprises pour tenter de contourner le problème.

  • 17 Le Brésil est signataire du Protocole de Palerme, la principale référence sur le sujet. Disponible (...)
  • 18 Il existe une série d’études qui traitent des lois, de leur application, de leurs différences et de (...)

32Les formes extrêmes d’exploitation des migrants dans le secteur ont été dévoilées par les médias, étudiées dans les universités, dénoncées par les associations de défense des droits de l’homme et poursuivies dans le cadre de procédures menées par le ministère public du travail ou les agents du ministère du Travail. Néanmoins, l’accent exclusivement mis sur le cas des Boliviens, comme cela a été le cas jusqu’à présent, mène à certaines distorsions, notamment celle consistant à lier les conditions de travail à la seule origine nationale des migrants. Comme nous l’avons vu précédemment, les caractéristiques des ateliers de couture – où le logement et la production occupent le même espace, où il existe une confusion entre le temps de travail et le temps de repos –, combinées à des éléments tels que des conditions dégradantes d’hébergement et de travail, des journées sans fin, la confiscation des papiers ou les dettes procédant du voyage entre le pays d’origine et São Paulo, sont mobilisées pour caractériser l’existence du travail forcé dont font état la presse, la justice et le ministère. D’autres facteurs sont par ailleurs à même de favoriser la sujétion des migrants aux conditions précaires observées lors de certains contrôles, comme l’éloignement de leur pays natal, la méconnaissance du nouveau lieu de vie et de sa législation, les difficultés à prendre connaissance de nouveaux emplois à pourvoir, l’engagement moral à rembourser la dette supposément créée, etc. Il convient de souligner que c’est l’article 149 du code pénal brésilien qui sert de référence juridique pour la définition de ce qui constitue un travail dans des conditions analogues à celle d’esclave. Cet article répertorie trois facteurs qui, pris isolément ou conjointement, permettent de caractériser ce crime : travail forcé ou journées épuisantes ; restriction de la liberté ; conditions de travail dégradantes. La traite des personnes que le Protocole de Palerme vise à combattre internationalement17 constitue un autre crime communément associé au premier18.

  • 19 Soulignons ici que ce changement n’a pas touché toutes les sphères compétentes de l’État. Nous avon (...)
  • 20 Côrtes (2013) a analysé ce changement de stratégie sur la base des informations publiées par les pr (...)

33Comme nous l’avons déjà montré, le thème du travail forcé dans l’industrie de la confection est d’abord apparu dans le débat public au tournant des années 1990, principalement en raison de l’action policière. Ces interventions des forces de l’ordre avaient souvent comme origine des plaintes déposées par le syndicat des couturières de São Paulo et Osasco, alors assez hostile à l’égard des migrants étrangers qui étaient vus comme une menace pour l’emploi des nationaux. Au milieu des années 2000, on assiste à un changement de stratégie dans les contrôles menés pour combattre le travail esclave. Jusqu’alors19, on imputait la responsabilité du crime aux propriétaires des ateliers et les travailleurs migrants en situation irrégulière étaient sommés de quitter le pays (l’extradition n’était pas mise en œuvre en raison de son coût mais ordre était donné de quitter le territoire national dans un délai déterminé)20.

  • 21 La « commission parlementaire d’investigation destinée à enquêter sur la présence de travail analog (...)

34En réponse aux analyses réalisées dans le cadre de la Commission parlementaire d’investigation sur le travail esclave (CPI – Trabalho escravo)21 instaurée par l’assemblée législative municipale de São Paulo sous la pression de différents acteurs de la société civile, dont des ONG de soutien aux migrants, une nouvelle référence en matière de contrôles est apparue. En 2007, un groupe issu de la CPI et baptisé « Dignité pour le travailleur migrant » se forma. Coordonné par l’inspection régionale du travail et de l’emploi (SRTE) du ministère du Travail, il rassembla des représentants du ministère public du travail, du ministère de la Justice, de la mairie de São Paulo, de l’agence fédérale de défense publique (Defensoria Pública da União), des syndicats patronaux et de travailleurs, des centrales syndicales, des commissions pastorales du migrant, d’association de migrants coréens, boliviens et paraguayens, d’association de détaillants, de grandes entreprises comme C&A, Renner ou Riachuelo, et de diverses ONG. Le groupe publia un texte intitulé « Pacte contre la précarisation et pour l’emploi et le travail décent à São Paulo : chaîne de production de la confection » qui, comme dans le Protocole de Palerme, stipule pour la première fois au Brésil que les contrôles ne doivent pas seulement se focaliser sur la mise en examen des propriétaires d’ateliers mais également remonter la filière jusqu’aux commanditaires qui, comme l’a affirmé l’inspecteur fédéral du travail Renato Bignami (2011), sont les principaux bénéficiaires de la situation.

35Ce document a servi à la réorientation du mode opératoire des contrôles des inspecteurs du travail. Les procédures ont cessé d’être lancées à partir de la simple éventualité d’une infraction dans un atelier donné pour se concentrer sur les suspicions de ce qu’une entreprise déterminée de confection sous-traiterait (directement ou indirectement) des ateliers employant des travailleurs dans des conditions analogues à celle d’esclave (Côrtes 2013, 160). Il s’agissait de contrôler surtout les entreprises les plus structurées, ayant une réputation et une marque à défendre.

  • 22 « Libération » est un terme technique utilisé par les inspecteurs responsables de ces actions.
  • 23 D’après les inspecteurs interrogés, dans toutes les procédures ayant impliqué la libération de trav (...)

36De ce fait, les migrants propriétaires d’ateliers en vinrent eux aussi à être considérés comme des victimes, au même titre que leurs employés. Les contrôles changèrent de nature : on passait d’une infraction criminelle à une infraction civile. Les acteurs mis en cause cessèrent d’être des personnes physiques, comme c’était le cas lorsque les propriétaires d’ateliers étaient seuls inculpés. On recherchait désormais la responsabilité des personnes morales, à savoir les entreprises commanditaires. Les travailleurs libérés22 par les agents du ministère du Travail reçurent les compensations prévues par le code du travail (Consolidação das Leis do Trabalho - CLT)23. Le ministère, par l’intermédiaire du Conseil national de l’immigration, publia la résolution normative n° 93 qui accorde un visa permanent ou temporaire aux victimes de traite de personnes (terme utilisé du fait qu’il est assez courant que les procès-verbaux d’infractions indiquent non seulement la réduction à une condition analogue à celle d’esclave mais, également, le crime caractérisé par le Protocole de Palerme). Cela permit aux travailleurs libérés de jouir de plus de garanties qu’auparavant. Ce facteur a également été à l’origine de l’augmentation du nombre des plaintes déposées par les migrants eux-mêmes, ce qui était extrêmement rare sous le régime de contrôle antérieur.

37Il convient de souligner que, grâce à cette nouvelle approche, les inspecteurs du travail sont désormais en mesure de reconstituer la filière en son entier. Bien au-delà de la seule notion de responsabilité subsidiaire (le commanditaire est sommé de payer en cas d’insolvabilité de l’entreprise intermédiaire), il s’agit de prouver l’existence d’une relation directe de subordination entre employeur et employé afin d’être en mesure de recouvrer l’ensemble des obligations financières qui en découlent. À cette fin, les contrôles doivent mettre en évidence l’ingérence du commanditaire final dans le travail quotidien des ateliers et dans les autres aspects caractérisant la relation de subordination propre aux contrats de travail (différant du rapport établi par les contrats conclus entre personnes morales). Ainsi, le droit du travail est remis au centre d’une relation supposément régie par le droit civil ou commercial. Cette « supposition » est d’ailleurs le principal argument mis en avant par les commanditaires pour tenter de se soustraire aux contrôles : ils affirment être liés par contrat à d’autres entreprises, ce qui exclurait toute ingérence dans le mode d’organisation de la production des ateliers. Pour les inspecteurs, l’existence d’entreprises intermédiaires faisant directement ou indirectement appel aux services de couture des ateliers ne constituerait qu’un artifice pour masquer un lien direct d’emploi et de subordination.

  • 24 Côrtes (2013) décrit en détail ce cas dans sa dissertation de mestrado. Il s’intéresse plus particu (...)
  • 25 Côrtes (2013) réalise une analyse plus détaillée du travail de chacune de ces organisations par rap (...)

38Dans ce nouveau contexte, le cas qui eut le plus de répercussion fut celui du contrôle impliquant l’une des plus grandes entreprises mondiales de vente au détail du secteur, la marque Zara du groupe Inditex24. D’autres sociétés virent leurs marques accusées de recours au travail forcé : C&A, Pernambucanas, Collins, Riachuelo, Marisa, Gregory, Talita Kume, M. Officer, Gregory, Gangster, Cori, Emmi, Luigi Bertolli, Le Lis Blanc ou encore Bourgeois Bohême, etc. La problématique induite par cette nouvelle approche consiste à déterminer qui doit assumer la responsabilité des conditions de travail dans le cadre de la sous-traitance. On constate que dans ce nouveau système de contrôle, mis en place entre les années 1990 et 2000, les syndicats ont progressivement quitté la scène pour faire place à d’autres organisations, comme le Centre de soutien au migrant (CAMI), le Centre pastoral et de médiation du migrant (CPMM) et le Centre des droits de l’homme et de la citoyenneté du migrant (CDHIC)25. À mesure que le problème cessait de toucher exclusivement les ateliers, il s’étendait aux grandes entreprises de la filière avec des effets importants sur la dynamique des commandes. Les actions de contrôle libéraient de petits groupes de travailleurs mais cherchaient aussi à intervenir sur l’organisation même de la production afin de toucher directement les grandes compagnies dont l’intérêt était évidemment d’éviter de voir leurs marques associées au travail forcé.

  • 26 L’action civile publique (ACP) est un instrument de procédure auquel peut avoir recours le ministèr (...)

39Cette stratégie de contrôle impliquant l’inspection du travail, dont la tâche consiste à dresser les procès-verbaux des infractions constatées sur les unités de production, compte également sur la collaboration des procureurs du travail qui représentent, quant à eux, le ministère public du travail et agissent pour que la résolution du problème soit confiée aux instances compétentes. Il ne s’agit donc plus simplement de garantir les droits des travailleurs lésés, mais également de chercher les moyens permettant que ce type de pratiques soit aboli dans la société. Les outils légaux dont disposent les procureurs sont la mise en œuvre d’une action civile publique (ACP)26 ou la signature d’un accord d’ajustement de la conduite (TAC), qui permet de son côté de rechercher une solution extrajudiciaire aux conflits d’intérêts et aux infractions aux droits diffus et collectifs. De manière générale, le ministère public préfère les TAC aux ACP. Ils permettent en effet de contraindre les commanditaires à exécuter des mesures directement négociées avec le procureur responsable, ce qui n’empêche pas pour autant l’ouverture ultérieure d’une ACP. S’agissant d’une procédure judiciaire, la décision formulée pour conclure une ACP peut prendre un certain temps, tandis qu’un TAC entre en vigueur dès sa signature. Il existe donc la possibilité de perdre une ACP, alors que le TAC constitue un instrument de conciliation immédiate entre le ministère public et l’entreprise (Côrtes 2013, 165).

40Selon un procureur interrogé, l’avancée majeure issue du TAC conclu entre la multinationale Zara et le ministère public du travail a été la reconnaissance de la responsabilité juridique de l’entreprise. L’entreprise est ainsi directement responsable devant la justice pour les infractions constatées à tous les niveaux de la production des marchandises qu’elle commercialise. Il ne s’agit pas simplement d’exiger d’elle le respect du droit du travail en son sein, mais bien de garantir, grâce à un accord en bonne et due forme, sa responsabilité effective sur l’ensemble de la chaîne de production.

41Les grandes sociétés commercialisant des vêtements et créant des styles et des goûts ont donc dû affronter la question du travail forcé comme un problème pouvant affecter directement leur image, l’un de leurs principaux actifs. Les cotisations sociales et les amendes que ces entreprises sont obligées de payer ont un impact relativement réduit sur leur budget. Il s’agit donc de les obliger à gérer les risques liés à la production par le biais d’un possible effet négatif direct sur leur notoriété. À cette fin, de nouveaux acteurs ont été mobilisés afin de pouvoir donner suite aux constatations d’infractions. En suivant le cas de Zara, on a pu constater que la solution retenue par le TAC, outre la reconnaissance de la responsabilité juridique du commanditaire quant à sa chaîne de production, a été le financement de la structuration des services d’inspection du ministère du Travail directement engagés dans la lutte contre le travail forcé, mais également l’allocation de ressources à des organismes de promotion des droits de l’homme. Les solutions retenues ont donc cherché à mobiliser la société civile et la « responsabilité sociale » des entreprises concernées. Une autre solution a consisté à octroyer au Fonds de soutien du travailleur27 les sommes issues des amendes infligées. De cette manière, par l’entremise de cet « investissement social », la multinationale a pu se donner une stratégie permettant d’atténuer l’atteinte à son image et informer ainsi les consommateurs qu’elle avait pris ses distances face aux processus d’exploitation extrême des travailleurs. Par ailleurs, l’une des décisions (pourtant non imposée) prises par l’entreprise a été d’empêcher ses fournisseurs d’avoir recours à des migrants étrangers considérés comme les principales victimes de conditions de travail analogues à celle d’esclave28. Partant, afin de gérer les risques liés à la production, la solution retenue dans ce cas a été de bannir l’embauche de travailleurs étrangers dans la filière, ce qui a fini par aboutir à la condamnation de l’entreprise à une amende pour discrimination.

42Dans les années 2000, en se promenant dans les quartiers traditionnels de la confection de São Paulo, comme Bom Retiro et Brás, on pouvait voir sur les murs et les portes des établissements des affiches proposant du travail à des ateliers de couture (Freire 2009). Plus récemment, ces mêmes annonces ont commencé à préciser que les entreprises recherchées devaient être inscrites au registre du commerce. Cela montre bien les mécanismes mis en œuvre pour gérer les risques de la sous-traitance. On tente de diminuer au maximum la possibilité d’un contrôle établissant un lien de subordination directe avec les travailleurs des ateliers. En effet, cette inscription au registre du commerce et, donc, la possibilité d’émettre des factures en bonne et due forme, permet aux commanditaires de justifier d’un lien contractuel entre entreprises et de prouver aux organismes officiels de contrôle qu’il s’agit d’une relation de prestation de services et non d’une embauche directe des travailleurs pouvant être prouvée devant la justice. En outre, certaines entreprises ont commencé à vérifier que les ateliers de couture utilisaient des espaces distincts pour la production et l’hébergement des migrants. On voit donc que le risque représenté par la possibilité de voir les marques associées au travail forcé a produit des effets notables sur la dynamique des commandes de travaux de couture.

43Un dernier aspect important devant être souligné est l’augmentation, au cours de ces dernières années, du nombre des migrants du secteur de la couture disposant de papiers en règle. Différents facteurs peuvent y avoir contribué, comme les régularisations massives de 2009, mais la pression exercée par les contrôles en fait certainement partie. On peut observer sur le graphique n° 1 la répartition par nationalité des opérateurs de machines à coudre de la région métropolitaine de São Paulo. Le nombre de Brésiliens a progressivement augmenté jusqu’en 2010 avant de baisser à partir de 2011 et, plus encore, en 2014 en raison de la crise économique qui frappe le pays. On se retrouve ainsi en 2015 avec 31 401 travailleurs nationaux, soit une baisse de 23,4 % entre 2010 et 2015. Rien de tel n’a été observé chez les travailleurs migrants dont le nombre a considérablement augmenté ces dernières années. Il convient de souligner, en particulier, la part des Boliviens dans cette évolution. Leur présence sur le marché formel a été multipliée par 17 entre 2003 et 2013, passant de 106 à 1 988 employés déclarés, soit une croissance de plus de 775 %. Quant aux Paraguayens, ils sont passés de 13 à 289 personnes.

Graphique n° 1 – Évolution du nombre d’opérateurs de machines à coudre déclarés* par nationalité : brésilienne sur l’axe secondaire ; bolivienne, paraguayenne et autres sur l’axe primaire.
Région métropolitaine de São Paulo, 2003 à 2015

Graphique n° 1 – Évolution du nombre d’opérateurs de machines à coudre déclarés* par nationalité : brésilienne sur l’axe secondaire ; bolivienne, paraguayenne et autres sur l’axe primaire.Région métropolitaine de São Paulo, 2003 à 2015

Source : Registre annuel des informations sociales (RAIS), ministère du Travail.
Graphique réalisé par les auteurs.
* Pour la caractérisation des opérateurs de machines à coudre ont été sélectionnés les deux groupes professionnels suivants : opérateurs de machines pour la couture de pièces vestimentaires ; opérateurs de machines pour les ornements et les finitions.

Conclusion

44Tout au long de cet article, nous avons cherché à comprendre les relations entre la dissémination de la sous-traitance en tant que stratégie de gestion de la production et l’occurrence de cas de travail forcé dans l’industrie de la confection. À cette fin, nous avons analysé les transformations provoquées par la restructuration productive du secteur et leurs conséquences sur l’intégration des migrants étrangers au marché du travail des opérateurs de machines à coudre. Nous avons également examiné la recomposition de celui-ci à travers les différences et les similitudes entre main-d’œuvre étrangère et main-d’œuvre nationale et, en particulier, à travers le cas des femmes brésiliennes.

45Nous avons pu mettre en évidence des changements ayant eu lieu dans les stratégies de contrôle et dans les formes de caractérisation du travail esclave. Nous avons abordé les différentes responsabilités à l’œuvre au sein de la filière de la confection, ce qui nous a permis de constater l’amélioration de la protection des migrants, mais également l’entrée en scène de nouveaux acteurs qui n’étaient jusque-là pas impliqués dans les conflits autour des relations de travail. Avec l’évolution de la sous-traitance, nous avons également souligné la différence entre les relations de subordination salariée typiques du droit du travail et les relations contractuelles dépendant du droit civil et commercial, où les personnes morales impliquées sont considérées sur un pied d’égalité du fait de l’établissement de contrats de prestation de services. Les contrôles relatifs au travail forcé ont entre autres objectifs de reconstituer la relation de travail entre les deux extrêmes de la chaîne de production. Au-delà de la notion de responsabilité subsidiaire, ces actions établissent un lien direct de subordination entre les acteurs, extrêmement inégaux, du secteur. Notre point de départ n’a pas été le travail esclave en lui-même, mais plutôt la volonté de mettre en évidence la façon dont s’est construite sa définition au fil du temps à partir des conflits le concernant.

46Ainsi, nous avons cherché à montrer que la critique nécessaire des conditions d’exploitation extrême par le travail ne doit pas se limiter aux seuls migrants engagés dans les métiers de la couture. En effet, ce n’est pas à l’intérieur de ces ateliers que cette exploitation trouve ses racines. Le rythme de travail et le mode de fonctionnement du circuit de commandes sont déterminés à un tout autre niveau, en fonction des temporalités qui caractérisent la concurrence entre multinationales au sein de ce secteur.

47En somme, les contrôles des conditions de travail devraient garantir aux migrants les mêmes droits qu’aux travailleurs nationaux et ne pas être confondus avec des instruments de régulation migratoire. Comme nous l’a dit un procureur de la justice du travail, le problème est celui de la gestion du « déplacement des personnes venant de l’extérieur du territoire » ainsi que de la « favelisation et des difficultés sociales qui en découlent ». Il nous a affirmé que les actions de contrôle étaient entre autres destinées à équilibrer les salaires des migrants et à obliger les entreprises à respecter toutes leurs obligations légales de façon à éviter le dumping social. En ce sens, les contrôles et la garantie du respect du code du travail viseraient à éviter un « flux désordonné de migrants » et l’ensemble des problèmes qui en découlent. On voit ici les ambiguïtés de la lutte contre le travail forcé, qui peut également être comprise comme un instrument de limitation de la mobilité internationale des travailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Alice Rangel de Paiva. 1986. O avesso da moda : trabalho a domicílio na indústria de confecção. São Paulo : Hucitec.

Amorim, Elaine. 2003. « No limite da precarização ? Terceirização e trabalho feminino na indústria de confecção. » Dissertation de mestrado en sociologie. Campinas : Université de l’Etat de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Antunes, Ricardo & Maria Graça Druck. 2015. « A terceirização sem limites : a precarização do trabalho como regra. » O Social em Questão XVIII (34) : 19-40. Disponible sur : http://www.cressrn.org.br/files/arquivos/Sm4618UP754c17102374.pdf (consulté le 12 avril 2017).

Baeninger, Rosana, dir. 2012. Imigração Boliviana no Brasil. Campinas : Núcleo de Estudos de População (NEPO)/Universidade Estadual de Campinas (Unicamp).

Biavaschi, Magda Barros. 2016. « O processo de construção e desconstrução da tela de proteção social do trabalho : tempos de regresso. » Estudos Avançados 30 (87) : 75-87.

Bignami, Renato. 2011 « Trabalho escravo contemporâneo : o sweating system no contexto brasileiro como expressão do trabalho forçado urbano. » Brasília : Sinait. Disponible sur : https://www.sinait.org.br/arquivos/artigos/artigo19216c4627d24e2563a4335ceb2c9469.pdf (consulté le 10 janvier 2017).

Bonacich, Edna. 2002 « Labor’s Response to Global Production. » In Free trade and uneven development, dirigé par Garry Gereffi, David Spener & Jennifer Bair, 123-138. Philadelphie : Temple University Press.

Bonacich, Edna & Richard Appelbaum. 2000. Behind the Label: Inequality in the Los Angeles Apparel Industry. Berkeley/Los Angeles : University of California Press.

Cacciamali, Maria Cristina & Flávio Gomes Azevedo. 2006. « Entre o tráfico humano e a opção da mobilidade social : os imigrantes bolivianos na cidade de São Paulo. » Cadernos PROLAM/USP 5 (8) : 129-143.

Campos, Geraldo. 2009. « Entre devires e pertencimentos : a produção da subjetividade entre migrantes bolivianos em São Paulo. » Dissertation de mestrado en sciences sociales. São Paulo : Université catholique de São Paulo (PUC-SP).

Carelli, Rodrigo de Lacerda. 2013. « A terceirização no século XXI. » Revista do Tribunal Superior do Trabalho 79 (4) : 232-244.

Castilho, Ela Wiecko. 2000 « Considerações sobre a interpretação jurídico-penal em matéria de escravidão. » Estudos Avançados 14 (38) : 51-65.

Choi, Keum Joa. 1991. « Além do arco-íris : a imigração coreana no Brasil. » Dissertation de mestrado en histoire. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Côrtes, Tiago. 2013. « Os migrantes da costura em São Paulo : retalhos de trabalho, cidade e Estado. » Dissertation de mestrado en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Côrtes, Tiago & Carlos Freire, dir. 2014a. « Dossiê – Paraguaios. » Revista Travessia 27 (74) : 7-118. Disponible sur : http://institutocea.gesdoc.com.br/api/arquivo_inline/2757 (consulté le 19 avril 2017).

Côrtes, Tiago & Carlos Freire. 2014b. « Migrantes na costura em São Paulo : paraguaios, bolivianos e brasileiros na indústria de confecções. » Revista Travessia 27 (74) : 37-56. Disponible sur : http://institutocea.gesdoc.com.br/api/arquivo_inline/2757 (consulté le 19 avril 2017).

Druck, Graça. 2011. « Trabalho, precarização e resistências : novos e velhos desafios ? » Cadernos CRH 24 : 37-57.

Druck, Graça. & Tânia Franco. 2008. « A terceirização no Brasil : velho e novo fenômeno. » Laboreal 4 (2) : 83-94.

Filgueiras, Vitor Araújo. 2016. « Terceirização e trabalho análogo ao escravo : estreita relação na ofensiva do capital. » In : Precarização e terceirização : faces da mesma realidade, dirigé par Marilane Oliveira Teixeira, Helio Rodrigues de Andrade & Elaine D’ávila Coelho, 91-110. São Paulo : Sindicato dos Químicos.

Freire, Carlos. 2008. « Trabalho informal e redes de subcontratação : dinâmicas urbanas da indústria de confecções em São Paulo. » Dissertation de mestrado en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Freire, Carlos. 2009. « Precisa-se de bolivianos na indústria de confecção em São Paulo. » Revista Travessia. 22 (63) : 5-11.

Freire, Carlos. 2014. « Das calçadas às galerias : mercados populares do centro de São Paulo. » Thèse de doctorat en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Freitas, Patrícia Tavares de. 2009. « Imigração e experiência social : o circuito de subcontratação transnacional de força-de-trabalho boliviana para o abastecimento de oficinas de costura na cidade de São Paulo. » Dissertation de mestrado en sociologie. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

O Globo. 1992. « Trabalhadores se oferecem na praça, como escravos. » Rio de Janeiro : 13 décembre.

Gomes, Sueli de Castro. 2002. « Do comércio de retalhos à Feira da Sulanca : uma inserção de migrantes em São Paulo. » Dissertation de mestrado en géographie. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Green, Nancy L. 1998. Du sentier à la 7e avenue. La confection et les immigrés, Paris, New York, 1880-1980. Paris : Seuil.

Kontic, Branislav. 2001. « Aprendizado e metrópole : a reestruturação produtiva da indústria de vestuário em São Paulo. » Dissertation de mestrado en sociologie. São Paulo : Université de São Paulo (USP).

Leite, Márcia de Paula. 2004. « Tecendo a precarização : trabalho a domicílio e estratégias sindicais na indústria de confecção em São Paulo. » Revista Trabalho, Educação e Saúde 2 (1) : 57-94.

Marcelino, Paula & Sávio Cavalcante. 2012. « Por uma definição de terceirização. » Caderno CRH 25 (65) : 331-346.

Miranda, Bruno Felipe de Souza e. 2016. « Entre coerción y consentimiento : la circulación de trabajo no-libre boliviano visto desde un taller de costura de Bom Retiro, São Paulo. » Thèse de doctorat en sciences politiques et sociales. Mexico : Université nationale autonome du Mexique (UNAM).

Morokavasic-Muller, Mirjana. 1990. « The Underside of Fashion: Immigrants in the Parisian Garment Industry. » Communication présentée à la conférence California Immigrants in World Perspective à Los Angeles. Disponible sur : http://escholarship.org/uc/item/4217p95h#page-2 (consulté le 10 janvier 2017).

OIT. 2005. « Uma aliança global contra o trabalho forçado. » Conferência Internacional do Trabalho – 93 ª reunião. Brasília : Organização Internacional do Trabalho. Disponible sur : http://www.oitbrasil.org.br/sites/default/files/topic/forced_labour/pub/relatorio_global_2005_alianca_contra_trabalho_forcado_316.pdf (consulté le 10 janvier 2017).

Repórter Brasil. 2015. « Trabalho escravo contemporâneo : 20 anos de combate. » Disponible sur : http://reporterbrasil.org.br/wp-content/uploads/2015/02/folder20anos_versaoWEB.pdf (consulté le 10 janvier 2017).

Rossi, Camila Lins. 2005. « Nas costuras do trabalho escravo : um olhar sobre os imigrantes bolivianos ilegais que trabalham nas confecções de São Paulo. » Mémoire de fin d’études en journalisme. São Paulo : Ecole de communications et arts de l’Université de São Paulo (ECA-USP). Disponible sur : http://reporterbrasil.org.br/documentos/nas_costuras_do_trabalho_escravo.pdf (consulté le 12 avril 2017).

Ruggiero, Vincenzo. 2000. Crime and Markets: Essays in Anti-Criminology. Oxford: Oxford University Press.

Sassen, Saskia. 1989. « New York City’s Informal Economy. » In The Informal Economy. Studies in Advanced and Less Developped Countries, dirigé par Alejandro Portes, Manuel Castells & Lauren Benton, 79-101. Baltimore/Londres: The Johns Hopkins Press Ltd.

Scott, Rebecca J. 2013. « O trabalho escravo contemporâneo e os usos da história. » Mundos do Trabalho 5 (9) : 129-137. Disponible sur : http://ssrn.com/abstract=2292162 (consulté le 10 janvier 2017).

Silva, Sidney Antônio da. 1997. Costurando sonhos : trajetória de um grupo de imigrantes bolivianos em São Paulo. São Paulo : Paulinas.

Silva, Sidney Antônio da. 2006. « Bolivianos em São Paulo : entre o sonho e a realidade. » Estudos avançados 20 (57) : 157-170.

Souchaud, Sylvain. 2012. « A confecção : nicho étnico ou nicho econômico para a imigração latino-americana em São Paulo ? » In Imigração boliviana no Brasil, dirigé par Rosana Baeninger, 75-92. Campinas : Núcleo de Estudos de População (NEPO)/Universidade Estadual de Campinas (Unicamp).

Supiot, Alain. 1999. Au-delà de l'emploi : transformations du travail et devenir du droit du travail em Europe. Paris : Flammarion.

Vucovix, Irene. 1982. « O vale-tudo da imigração clandestina. » O Estado de S. Paulo. São Paulo : 6 février.

Xavier, Iara Rolnik. 2010. « Projeto migratório e espaço : os migrantes bolivianos na RMSP. » Dissertation de mestrado en démographie. Campinas : Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, nous utiliserons indistinctement les termes « travail esclave », « travail esclave contemporain », « travail analogue à l’esclavage », « réduction du travailleur à une condition analogue à celle d’esclave » ou encore, à l’instar des organisations internationales, « travail forcé ». Bien que ces termes puissent présenter quelques petites différences, principalement en fonction des acteurs qui les utilisent, ce qui nous intéresse dans cet article est justement le champ problématique qu’ils ont en commun.

2 Dans ce contexte, l’accent exclusivement mis sur les migrants boliviens a provoqué une association équivoque entre ce flux migratoire et le travail forcé dans l’industrie de la confection. Nous reviendrons plus avant sur ce point.

3 Recherche dans les archives des quotidiens Folha de S. Paulo, O Estado de S. Paulo et O Globo d’articles impliquant la migration, le travail forcé et l’industrie de la confection.

4 Voir Vucovix (1982).

5 Rédigé sous l’optique de la « doctrine de sécurité nationale », le statut de l’étranger interdit par exemple aux migrants de faire de la politique au sein de partis ou de syndicats. Ce statut, encore en vigueur aujourd’hui, fait l’objet depuis quelques années d’un intense débat dans la société. Il existe actuellement un projet de loi en cours d’examen au Congrès pour modifier cette législation.

6 L’histoire de la relation entre industrie de la confection et migration à São Paulo est ancienne. Les Syriens, les Libanais et les Juifs ont joué un rôle déterminant dans la structuration du secteur dans les années 1930 (Kontic 2001). Les Coréens sont arrivés à partir des années 1960 et 1970 (Choi 1991). Les Boliviens sont devenus incontournables à partir des années 1980 (Silva 1997 et 2006 ; Freitas 2009 ; Xavier 2010 ; Baeninger 2012). Il ne faut pas non plus oublier les Paraguayens et les Brésiliens du Nordeste qui ont pris une part importante à cette histoire (Souchaud 2012 ; Côrtes et Freire 2014b ; Gomes 2002).

7 Voir O Globo (1992).

8 Il appartient au ministère du Travail de contrôler les entreprises, de dresser les procès-verbaux d’infractions et de résoudre la situation des travailleurs libérés. De son côté, le ministère public du travail (institution judiciaire équivalente au parquet français mais, dans ce cas, compétente pour les seules affaires relevant du droit du travail) doit prendre des mesures (enquête et décision de poursuivre ou non) uniquement lorsqu’ont lieu, de la part des entreprises, des infractions causant un trouble à l’ordre public. Les instruments disponibles à cet effet sont l’ouverture d’une action civile publique (ACP) devant être jugée par la justice du travail, ou la signature d’un accord d’ajustement de conduite (TAC) grâce auquel l’entreprise et le ministère public du travail peuvent s’entendre sur des mesures de réparation et de responsabilisation relatives à une situation spécifique.

9 Ce travail synthétise et développe certains arguments des dissertations de mestrado de Carlos Freire (2008) et Tiago Côrtes (2013) et donne suite à une série de débats menés par les auteurs depuis l’organisation du dossier sur l’immigration paraguayenne à São Paulo dans le numéro 74 de la revue Travessia : Revista do Migrante (Côrtes & Freire 2014a).

10 Informations disponibles sur : http://www.iemi.com.br/press-release-producao-nacional-de-vestuario-deve-crescer-07-neste-ano-aponta-iemi (consulté le 13 juillet 2016).

11 Le registre annuel des informations sociales (RAIS) réunit les données à caractère social relatives aux activités économiques que les entreprises doivent fournir annuellement au ministère du Travail et de l’Emploi.

12 Ont été pris en compte les deux principaux groupes professionnels que l’on peut réunir dans la catégorie « opérateurs de machines à coudre », à savoir les opérateurs de machines à coudre pour la couture de pièces vestimentaires et les opérateurs de machines à coudre pour les ornements et les finitions.

13 Les entreprises liées à la production d’articles de mode en petites séries employaient déjà ces méthodes de travail à Rio de Janeiro dans les années 1970-1980 (Abreu 1986).

14 Cette partie de l’article reprend et synthétise des aspects déjà étudiés par les auteurs dans Côrtes & Freire (2014b) et Côrtes (2013).

15 Dans l’enquête domiciliaire par échantillonnage du recensement le recueil des informations sur les migrants, le plus souvent en situation irrégulière, n’est pas satisfaisant. Les chiffres relatifs au nombre de migrants travaillant dans la couture sont certainement sous-estimés. Cette constatation est partagée par tous ceux qui travaillent sur le phénomène migratoire dans la ville. Quoi qu’il en soit, le recensement fournit une série d’indices utiles aux recherches sur les migrants, principalement des informations sur leur profil et leur répartition sur le territoire.

16 Il s’agit d’un marché de gros du quartier Brás, dans la région centrale de São Paulo, ouvert depuis 2004. Il commercialise principalement des vêtements et attire des revendeurs venus de différentes régions du pays. De nombreux ateliers de couture se sont installés là pour distribuer directement leur production. À l’origine, il s’agissait d’un marché informel tenu la nuit pour ne pas entrer en conflit avec les intérêts des détaillants dûment établis. Actuellement, le lieu attire jusqu’à l’aube des milliers de personnes en quête de bonnes affaires.

17 Le Brésil est signataire du Protocole de Palerme, la principale référence sur le sujet. Disponible sur : http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_ato2004-2006/2004/decreto/d5017.htm (consulté le 13 juillet 2016).

18 Il existe une série d’études qui traitent des lois, de leur application, de leurs différences et des manières dont elles ont été mises en place. Pour plus d’informations sur ce sujet, voir Côrtes (2013) ; Scott (2013) ; OIT (2005) ; Bignami (2011) ; Castilho (2000).

19 Soulignons ici que ce changement n’a pas touché toutes les sphères compétentes de l’État. Nous avons recueilli des témoignages de migrants ayant été menacés d’arrestation par des policiers invoquant les infractions définies par l’article 149 du code pénal.

20 Côrtes (2013) a analysé ce changement de stratégie sur la base des informations publiées par les principaux quotidiens en circulation à São Paulo et d’entretiens réalisés avec des professionnels du droit responsables de ces procédures.

21 La « commission parlementaire d’investigation destinée à enquêter sur la présence de travail analogue à celui d’esclave dans les entreprises régulièrement ou irrégulièrement installées à São Paulo » (CPI – Trabalho escravo) a été installée le 16 mars 2005 par l’assemblée législative municipale (Câmara Municipal) et a remis son rapport en février 2006. Il est disponible sur : http://www1.camara.sp.gov.br/central_de_arquivos/vereadores/CPI-TrabalhoEscravo.pdf (consulté le 13 juillet 2016).

22 « Libération » est un terme technique utilisé par les inspecteurs responsables de ces actions.

23 D’après les inspecteurs interrogés, dans toutes les procédures ayant impliqué la libération de travailleurs et qui ont duré plus d’une journée pour être conclues en raison des diverses étapes à respecter, un nombre relativement élevé de migrants ont fini par ne pas réclamer les droits afférant à leur libération : treizième mois, fond de garantie contre les ruptures illégales de contrat (FGTS), assurance-chômage, etc.

24 Côrtes (2013) décrit en détail ce cas dans sa dissertation de mestrado. Il s’intéresse plus particulièrement aux premières actions de contrôle qui n’ont pas réussi à engager la responsabilité du groupe Inditex quant aux conditions de travail dans les ateliers. Néanmoins, elles ont servi de base à un autre groupe d’inspecteurs pour remonter la chaîne de production de l’entreprise.

25 Côrtes (2013) réalise une analyse plus détaillée du travail de chacune de ces organisations par rapport à cette problématique. Il convient de souligner que la question n’est pas ici de vérifier s’il existe un conflit d’intérêts entre ces nouveaux acteurs – principalement les ONG qui, dans leur majorité, mènent un travail sérieux et soucieux des droits des travailleurs – mais, plutôt, de comprendre la constitution de ce champ normatif et le changement de paradigmes issu de l’évolution du débat sur le travail.

26 L’action civile publique (ACP) est un instrument de procédure auquel peut avoir recours le ministère public du travail pour défendre les intérêts diffus ou collectifs.

27 Le Fonds de soutien du travailleur (Fundo de Amparo ao Trabalhador) sert à financer les activités du Système public d’emploi du pays.

28 Voir http://reporterbrasil.org.br/2015/05/zara-corta-oficinas-de-imigrantes-e-sera-multada-por-discriminacao/ (consulté le 12 juillet 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique n° 1 – Évolution du nombre d’opérateurs de machines à coudre déclarés* par nationalité : brésilienne sur l’axe secondaire ; bolivienne, paraguayenne et autres sur l’axe primaire.Région métropolitaine de São Paulo, 2003 à 2015
Légende Source : Registre annuel des informations sociales (RAIS), ministère du Travail.Graphique réalisé par les auteurs.* Pour la caractérisation des opérateurs de machines à coudre ont été sélectionnés les deux groupes professionnels suivants : opérateurs de machines pour la couture de pièces vestimentaires ; opérateurs de machines pour les ornements et les finitions.
URL http://bresils.revues.org/docannexe/image/2252/img-1.png
Fichier image/png, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Freire et Tiago Côrtes, « Les étiquettes de la mode : sous-traitance et travail forcé dans l’industrie de la confection », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://bresils.revues.org/2252 ; DOI : 10.4000/bresils.2252

Haut de page

Auteurs

Carlos Freire

Carlos Freire est docteur en sociologie et réalise actuellement des études postdoctorales au Département de sociologie de l’Université de São Paulo (USP).

Tiago Côrtes

Tiago Côrtes est doctorant en sociologie à l’USP.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org