Navigation – Plan du site
Dossier : Les années Lula : politiques sociales ou néolibéralisme ?

« Naturellement créatifs » : pacification, entrepreneuriat et créativité dans les favelas cariocas

« Naturalmente criativos »: pacificação, empreendedorismo e criatividade nas favelas cariocas
« Naturally Creative »: Pacification, Entrepreneurship and Creativity in Carioca Favelas
Livia de Tommasi
Traduction de David Yann Chaigne
p. 55-74

Résumés

Les favelas de la ville de Rio de Janeiro ont récemment été la cible d’une nouvelle modalité d’occupation et de contrôle de la part des forces policières : l’installation d’Unités de police pacificatrice. Le texte aborde un aspect spécifique des transformations ayant eu lieu après cette occupation : la diffusion de diverses pratiques et services destinés à stimuler, à encourager, à supporter et à faire la promotion de ce que l’on appelle l’« entrepreneuriat » parmi les habitants de la favela tout en exaltant leurs capacités créatives.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2013 ; approuvé en février 2014.

Traduit du portugais

Texte intégral

Avant, la favela n’avait pas droit de cité, maintenant, elle a sa propre voix, ses réseaux sociaux et des milliers de followers (Publicité télévisée de l’entreprise de téléphonie TIM)

La « pacification » des favelas de la ville de Rio de Janeiro

  • 1 Il existe déjà une importante littérature sur le programme de « pacification » des favelas. Citons (...)
  • 2 À Rio de Janeiro, le mot « trafic » désigne non pas une action, mais plutôt une entité, un agent, u (...)
  • 3 À Rio de Janeiro, le terme « asfalto » désigne tous les quartiers résidentiels qui ne sont pas cons (...)

1À grands renforts de médias, nous assistons ces dernières années à ce que l’on appelle la « pacification des favelas » de la ville de Rio de Janeiro, à savoir l’occupation des favelas par les forces militaires et policières qui s’y installent de manière durable1. Justifiée par la nécessité de « libérer » ces territoires de la domination du trafic2, cette supposée « pacification » entend concrétiser la possibilité d’« unification » d’une ville « divisée ». L’idée d’une cité divisée entre la favela et l’asfalto [asphalte]3, défendue par le journaliste Zuenir Ventura (Ventura 1994), alimente l’imaginaire social depuis plus de dix ans. Selon le discours officiel, la « pacification » devait permettre à l’État de reprendre le contrôle de ces parties de la ville et d’y installer ses services et ses institutions, dont l’absence serait due à l’hégémonie totalitaire des criminels (Henriques & Ramos 2011).

2Pour rejeter l’idée d’une « absence » de l’État dans les favelas, les arguments ici proposés partent de la constatation de ce que l’État a toujours été présent dans ces territoires, mais que les services publics (santé, éducation, transport, logement) qui y sont offerts s’avèrent précaires et de bien piètre qualité. La littérature concernant ces questions est relativement vaste (Zaluar & Alvito 1999 ; Valladares 2005 ; Machado da Silva 2008, entre autres). Dans les représentations collectives, la favela a été historiquement considérée comme un lieu peuplé de vagabonds et de bandits à la morale et à l’hygiène douteuses, dont l’État ne devrait s’occuper que pour contenir leur influence sur la ville, les moraliser et les hygiéniser.

  • 4 En 1993, huit jeunes sans-logis, dont six mineurs, sont assassinés par arme à feu, dans leur sommei (...)
  • 5 Selon Vera Malaguti, « l’hégémonie conservatrice dans notre formation sociale fait de la diffusion (...)

3À partir des années 1980, la peur de la violence (Malaguti 2003) s’est diffusée dans la ville, amplifiée par les médias, qui exploitent au maximum certains faits-divers graves dont les victimes sont des individus des classes supérieures. Pour n’en citer que quelques-uns, rappelons la prise d’otages du bus no 174 par un rescapé du massacre de la Candelária4, en 2000, la torture et l’assassinat du journaliste de la chaîne de télévision Rede Globo, Tim Lopes, en 2002, et la mort du petit João Hélio, traîné sur des kilomètres dans les rues de la ville, retenu par la ceinture de sécurité de l’automobile dérobée à sa mère, en 2007. On suppose toujours que ces actes de violence sont l’œuvre des factions criminelles qui occupent les territoires des favelas5.

4Ainsi, la « ville merveilleuse », mondialement connue pour sa beauté naturelle, est également devenue l’icône de l’insécurité urbaine et de l’incapacité supposée des gouvernants à contrôler la criminalité. La cruauté dont font preuve les deux camps de ce que certains appellent une « guerre » (trafiquants contre policiers), la corruption policière et les liens entre le trafic et le monde politique ont été amplement diffusés et popularisés par des films comme « Troupe d’élite » (1 et 2), du réalisateur José Padilha.

  • 6 TransCarioca est un couloir de bus qui reliera la zone Nord à la zone Ouest de la ville et qui sera (...)
  • 7 Le PAC est un programme du gouvernement fédéral mis en œuvre en 2007 et dont l’objectif est le « dé (...)

5Un tournant dans l’histoire de la ville a eu lieu lorsque le Brésil a été sélectionné pour accueillir deux événements internationaux de premier plan : la Coupe du monde de 2014 et les Jeux olympiques de 2016. Comme dans toutes les villes qui ont reçu de tels événements au cours des dernières décennies (Barcelone, Turin, Johannesburg, Londres), les préparatifs ont fait affluer un volume considérable de ressources devant être investies dans de grands travaux de « requalification » urbaine (Arantes, Maricato & Vainer 2002). La ville de Rio de Janeiro est ainsi devenue la scène de travaux de grande envergure, tels que TransCarioca, Porto Maravilha ou Vila Olímpica6. D’autres travaux importants, comme la construction de téléphériques et de nouveaux ensembles résidentiels, ont commencé dans les favelas grâce au Programme d’accélération de la croissance (PAC)7.

  • 8 La progression de l’occupation des favelas est fort révélatrice : la deuxième favela à avoir été «  (...)
  • 9 Cf. www.upprj.com (consulté le 7 avril 2013).

6Dans le cadre de ces transformations urbaines, similaires à celles ayant déjà eu lieu dans d’autres villes du monde (Arantes, Maricato & Vainer 2002 ; Palidda 2011), les favelas sont la cible d’une nouvelle forme d’intervention de la part des pouvoirs publics : l’installation d’Unités de police pacificatrice (UPP). La première favela équipée, en 2009, est celle de Santa Marta, près du quartier respectable de Botafogo ; plus de trente unités ont suivi, qui composent ce que le secrétaire à la Sécurité publique de l’État de Rio de Janeiro, José Mario Beltrame, a appelé l’« enceinte de sécurité », qui va du stade de football du Maracanã et du Village olympique jusqu’aux plages8. Contrairement aux autres invasions et occupations militaires des favelas, toujours justifiées par la « guerre contre le trafic » (Rodrigues 2008), la police s’est cette fois durablement installée en déployant un contingent sans précédent (plus de huit mille agents9).

7Par conséquent, aussi bien dans les zones adjacentes aux favelas pacifiées que dans ces favelas elles-mêmes, le marché immobilier a connu une forte hausse. Dans le quartier de Cidade de Deus, par exemple, le prix du loyer des commerces de la rue principale a doublé depuis l’arrivée de l’UPP. Début 2013, la mairie assume les finalités éminemment économiques du programme de « pacification » en distribuant dans les écoles une version locale du jeu de société Monopoly, baptisée « Banco imobiliário – Cidade Olímpica » (dont la production a été commandée et financée par des fonds publics) et où l’on peut lire sur l’une des cartes « chance » : « Votre appartement a pris de la valeur suite à la pacification de la communauté voisine – recevez 75 000 ».

  • 10 La « Zona Sul » est la partie de la ville située au sud du Massif de Tijuca, qui regroupe des quart (...)

8Sous-produits de la « pacification », une multiplicité d’interventions, des partenariats public-privé aux initiatives les plus diverses, en passant par les recherches universitaires et les articles de journaux, envahissent les favelas (Silva 2013). Toutes ne sont toutefois pas affectées de façon homogène. Bien plus nombreuses dans les favelas de la zone Sud10 (comme Chapéu Mangueira, Babilônia, Pavão-Pavãozinho), les interventions se sont concentrées à partir du deuxième semestre 2012 dans deux zones : Rocinha, la plus grande favela d’Amérique latine, qui en raison de sa localisation (entre les plages chics de Leblon, São Conrado et Barra) a toujours été un territoire attirant les interventions sociales et les recherches universitaires (Valladares 2005, 147) ; et le Complexo do Alemão, élu par les médias emblème de la « guerre contre le trafic » et de la victoire des forces de l’« ordre » sur les forces du « mal ». Les images de la fuite des trafiquants de la favela à l’occasion de l’invasion militaire ont inondé les écrans.

  • 11 D’autres ont déjà justement noté que cette politique n’est pas viable en termes économiques, étant (...)

9L’objectif de ce texte n’est pas d’analyser les UPP en tant que politique de sécurité publique11, ni leurs retombées économiques ou leur impact sur le tissu urbain. Il s’agit au contraire d’aborder un aspect spécifique du travail social ayant suivi l’installation des UPP : la célébration des capacités créatives et entrepreneuriales de la population des favelas, à savoir de la « puissance » de la favela en contrepoint à l’image plus courante de son « insuffisance ». Notre thèse est que cette célébration qui, d’un côté, actualise une dualité toujours présente dans les représentations de la favela et de ses habitants, doit, d’un autre côté, être mise en parallèle avec le processus de criminalisation dont ces populations sont historiquement victimes et avec les dispositifs de contrôle et de répression mis en œuvre par les opérateurs de l’« ordre » (à Rio de Janeiro, il ne s’agit pas seulement des policiers, mais également des « milices » – Cano 2008). De ce point de vue, ces deux dispositifs, à savoir la criminalisation, le contrôle et la répression d’un côté, et l’incitation à l’entrepreneuriat et l’exaltation de la créativité de l’autre, font partie d’une même logique : la gestion de la population pauvre.

10Deux approches méthodologiques seront ici mises à contribution : d’un côté, l’ethnographie, à travers une recherche réalisée à partir de décembre 2010 dans le quartier de Cidade de Deus (Tommasi & Velazco 2014), dans l’ouest de Rio de Janeiro, un ensemble de logements sociaux généralement considéré comme une favela (Valladares 1978), et de l’autre, l’observation participante de débats publics ainsi que l’analyse de documents, principalement des articles, et d’informations diffusées sur Internet.

  • 12 Généralement considérées comme le résultat d’« invasions » et d’occupations illégales, les favelas (...)
  • 13 Le terme vient du nom d’une plante populairement appelée « favela », qui couvrait la région de Canu (...)

11Avant d’entrer dans les détails, il est nécessaire de faire quelques commentaires rapides sur la relation entre pauvreté et favela. Descendants d’esclaves, travailleurs migrants aussi peu scolarisés que qualifiés, les habitants des favelas ont depuis toujours constitué une main-d’œuvre bon marché, principalement employée dans le bâtiment et la domesticité dans les demeures des quartiers riches de la ville. C’est pour cette raison que les favelas se sont initialement densifiées à proximité des quartiers aisés, contournant ainsi le manque de transport public à disposition des travailleurs. Les bas salaires qui ont toujours été ceux de leurs habitants ne leur ont pas permis d’acquérir un logement décent, dans un pays où le logement a toujours été considéré comme une marchandise, et non comme un droit (Kowarick 1988). Pour survivre, cette population a donc été obligée de « monter sur les collines » et d’occuper les « espaces vides »12, à savoir les terres qui n’intéressaient pas le marché immobilier à cette époque, des lieux où l’inexistence de services de base a été surmontée par la capacité à « se débrouiller » de leurs habitants : maisons construites avec des matériaux de récupération et grâce à l’aide des voisins, branchements clandestins aux réseaux d’eau et d’énergie. Ainsi, le terme « favela »13 définit des territoires de la ville où les habitants n’ont généralement pas de titres de propriété, où les logements sont improvisés et les infrastructures (réseaux d’assainissement, eau, énergie électrique) précaires, voire inexistantes ; certains services de base, comme la poste et le transport, n’y ont jamais été assumés par l’État.

12Selon les statistiques de l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), il existe dans les favelas des taux élevés de pauvreté et de chômage. Dans les représentations collectives, territoire et population se confondent, et les favelas condensent tous les problèmes sociaux, faisant ainsi figure de principal problème urbain. Il est néanmoins important de souligner qu’existe dans ces territoires une grande hétérogénéité humaine, quant aux niveaux économiques, façons de vivre et sociabilités. Les indicateurs socioéconomiques ne rendent généralement pas compte de cette diversité et renforcent au contraire la stigmatisation et la naturalisation des phénomènes sociaux (Valladares 2005).

Dualité des représentations sur la favela

  • 14 À Rio de Janeiro, le terme « politiquement correct » pour désigner la favela (un terme historiqueme (...)

13Outre la beauté de ses plages, les favelas et leurs constructions singulières constituent également un trait caractéristique du paysage urbain de Rio de Janeiro. Source de crainte, évitée, ou au contraire recherchée et célébrée, la favela est une réalité qui s’impose à tous les habitants de la ville. Il est surprenant de constater par exemple que l’un des arguments utilisés par les agents immobiliers pour donner de la valeur à un bien est le fait que « ça ne donne pas sur la “communauté”14 ». La ville et la favela sont inévitablement liées car, comme l’affirment Alsayyad et Roy (2009, 21), notre « citoyenneté » présuppose la non citoyenneté des autres.

14À Rio de Janeiro, exprimer des opinions et proposer des « solutions » au « problème » que représentent les favelas et leurs habitants n’est pas l’apanage des experts. Bien au contraire, tous les habitants de la ville ont quelque chose à dire sur ce thème, une histoire à raconter, des recettes à proposer. La favela fait partie intégrante des représentations collectives sur la ville. Elle constituerait même, selon le sociologue Marcelo Burgos, une « obsession locale » (Burgos 2012, 376).

15Dans son livre A invenção da favela, la sociologue Licia Valladares parcourt l’histoire de la construction de la favela en tant que problème social et objet d’étude des sciences sociales. Dès les premières pages, dans un exercice d’« objectivation du sujet objectivant » (Bourdieu 1992, 175-185), l’auteure introduit des éléments biographiques pour justifier son intérêt pour la favela, apparu au début de ses études de sociologie, dans la deuxième moitié des années 1960 :

La favela représentait le monde populaire, le lieu authentique de la vie carioca, des écoles de samba, de la religiosité populaire, du jeu clandestin et de la débrouille, dans le bon sens du terme. Monde différent accroché aux collines, la favela me paraissait étrange, bien différente de ma réalité de classe moyenne brésilienne et de mon mode de vie. (Valladares 2005, 15 – c’est nous, LDT, qui soulignons).

16Cette image positive de la favela, lieu d’authenticité, de richesse culturelle, des sonorités de la samba et de l’inventivité populaire, a son revers de médaille dans les représentations collectives de la ville : la favela comme problème social caractérisé par la saleté, la promiscuité et la criminalité de ses habitants.

17Les deux discours, le positif et le négatif, semblent renvoyer à deux univers thématiques distincts, qui ne communiquent pas entre eux : d’un côté, la culture et la sociabilité ; de l’autre, ce qu’on appelle la « question sociale » (Castel 1995).

18D’après Marcelo Burgos, de l’invisibilité politique des favelas, on est passé dans les années 1940 à la « découverte » du problème sanitaire qu’elles représenteraient ; mais, au même moment, « à travers la culture, et plus particulièrement la musique populaire », les favelas commencent à être « incorporées à la vie sociale de la ville » (Burgos 2006, 26-27).

19D’autres travaux importants, devenus des références dans ce champ d’études, comme ceux de l’anthropologue Alba Zaluar sur les relations entre les membres d’une école de samba, le clientélisme politique et des opérateurs du « trafic » dans le quartier de Cidade de Deus (Zaluar 1985), n’ont pas substantiellement modifié cette dualité. Dans son travail, l’anthropologue propose de classer les habitants en deux catégories distinctes : d’un côté, les travailleurs honnêtes, et de l’autre, les hors-la-loi. Cette division des individus en deux catégories oriente encore aujourd’hui le travail analytique dans le champ des études sociales (Feltran 2011).

20Actuellement, ces pratiques discursives et les interventions qu’elles légitiment connaissent une nouvelle jeunesse, et nous assistons ainsi, d’un côté, à l’occupation des favelas par des tanks de guerre et des bataillons militaires et policiers, et de l’autre, à l’exaltation de la capacité créatrice et « résiliente » des populations des favelas. Selon les mots de Marco Faustini, un entrepreneur culturel qui est actuellement un important producteur du discours sur la favela, celle-ci n’est pas seulement un manque, elle est également une « puissance » ; c’est un lieu d’« expérimentations singulières » (Souza e Silva, Barbosa & Faustini 2012).

21Les initiatives des pouvoirs publics reproduisent cette dualité. Ainsi, gestionnaires et hommes politiques défendent l’idée de l’« intégration » de la favela à la ville et du dépassement de la « ville divisée » ; mais ils organisent en même temps l’expulsion des habitants pauvres de territoires aujourd’hui valorisés par le marché immobilier, dans un processus explicite de gentrification où les favelas « pacifiées » sont placées sous contrôle policier. En ces lieux, les policiers jouent de multiples rôles : ils donnent des cours de musique, de football, font du soutien scolaire ; ils deviennent les médiateurs des conflits entre habitants et les interlocuteurs obligés des institutions publiques ou privées qui souhaiteraient y réaliser une quelconque activité (Tommasi & Velazco 2014) ; sans oublier, bien sûr, le contrôle (et la limitation) de la circulation, de l’entrée et de la sortie des favelas, des fêtes et autres occasions de loisirs, éventuellement au moyen d’interventions violentes lorsque cela est jugé nécessaire.

22On assiste aujourd’hui à la multiplication des dénonciations des abus commis par la police contre les habitants, surtout grâce aux réseaux sociaux. En même temps, des organismes comme le Service brésilien de soutien aux micro et petites entreprises (SEBRAE), des institutions universitaires en quête de « bonnes pratiques » et d’autres projets cherchent à identifier, soutenir et diffuser le travail d’individus « créatifs » qui ont fait du « système D » et de leur capacité de résistance aux adversités les ingrédients fondamentaux de leur succès économique et/ou artistique. C’est par exemple le cas de la recherche « Sociabilités souterraines : identité, culture et résistance dans les communautés marginalisées », réalisée par la London School of Economics (LSE)15 et qui, selon ses coordinateurs, a mis clairement en lumière « la nécessité d’aider les personnes à se relever et à dépasser la pauvreté et l’exclusion sociale »16. Citons également la Fête littéraire internationale des UPP (FLUPP)17, qui n’est pas sans évoquer la Fête littéraire internationale de Paraty (FLIP)18 ; ou encore le « Guide gastronomique des favelas », qui présente des images et des histoires des entrepreneurs de ce secteur.

23Nous remettons en question la pertinence de cette dualité et supposons qu’il existe, au contraire, entre les deux discours et les pratiques qu’ils suscitent une complémentarité constitutive des représentations sur la ville. D’un côté, les favelas et leurs habitants inspirent la crainte et font l’objet d’actions de répression, d’invasions policières et d’expulsions forcées ; en même temps, ils sont placés dans la vitrine de la « ville merveilleuse » en tant que « patrimoine culturel » caractéristique, y compris par le biais d’excursions touristiques (Freire-Medeiros 2007). À l’heure actuelle, les territoires de la pauvreté sont célébrés comme des lieux où l’esprit d’entreprise, qui rénove et potentialise la force de « résilience » du capitalisme, doit être encouragé et soutenu afin de transformer les habitants des favelas en acteurs de leur intégration économique à travers l’accès à la consommation et au crédit, la légalisation de leurs établissements et leur responsabilisation dans le cadre de projets sociaux. Pourtant, du point de vue de la garantie des droits sociaux, cette « intégration » supposée n’a pas été accompagnée de l’accès à la citoyenneté.

Services publics et stimulation de l’entrepreneuriat dans le quartier de Cidade de Deus

24Depuis fin 2010, nous réalisons une recherche ethnographique dans le quartier de Cidade de Deus, une favela de la région Ouest de la ville et la deuxième à avoir subi l’intervention policière dite de « pacification ». Aujourd’hui, quatre ans après l’installation de l’UPP, nous pouvons faire un bilan des interventions publiques et privées qui y ont eu lieu.

  • 19 Le Programme de santé familiale est un programme de consultations à domicile du gouvernement fédéra (...)

25Il est important de noter qu’il existe depuis 2003 dans ce quartier un Comité communautaire qui regroupe diverses organisations de base. Le Comité a élaboré un Plan de développement local indiquant les nécessités (et revendications) les plus importantes de la communauté. Les deux principales demandes du Plan sont la mise en œuvre du Programme de santé familiale (agents communautaires de santé19) et l’installation d’un collège-lycée (il n’y a aucun établissement à l’intérieur de la favela offrant ce niveau d’enseignement). Malgré de nombreuses réunions avec des représentants des pouvoirs publics (y compris pour discuter en détail du projet architectural de l’établissement présenté par le secrétariat à l’Éducation de l’État de Rio de Janeiro), aucun de ces deux services n’a encore été implanté. Il y aurait, selon les autorités, d’autres priorités.

26En ce qui concerne les « services publics » tant attendus, les interventions les plus significatives mises en œuvre sont :

  • L’installation d’une Unidade de Pronto Atendimento (UPA), c’est-à-dire d’une unité de premiers secours faisant office de service d’urgences, sur la place principale de l’avenue qui contourne la favela. Nous avons toutefois entendu de nombreuses réclamations de la part des habitants quant à la qualité des services qui y sont rendus (le lieu est même surnommé « la boucherie »). En outre, ce n’était pas ce type de service que la population demandait : alors que le Programme de santé familiale revendiqué depuis plus de dix ans est un service de prévention, l’UPA est un service d’urgences. Et ce sont deux logiques de prise en charge clairement distinctes.

  • Sur la même place a été ouvert un Restaurant communautaire, où le déjeuner coûte R$ 1,00 (un real) et le petit déjeuner R$ 0,30 (trente centimes). Toutefois, le restaurant est localisé loin de la zone la plus pauvre de la favela, où habitent ceux qui devraient en être les principaux bénéficiaires.

  • La réalisation de travaux d’assainissement et de revêtement des rues dans le cadre du programme Bairro Maravilha du secrétariat municipal au Logement. Les travaux ont été annoncés comme une « récompense » attribuée à la communauté, car il s’agirait du quartier de la ville qui aurait le plus réduit le volume de détritus jetés dans les rues. Il apparaît superflu de souligner le caractère de concession (et non de droit) explicite dans cette annonce. En outre, les travaux ont été fortement critiqués par les habitants (principalement en raison de la mauvaise qualité des matériaux utilisés) lors d’un Forum communautaire organisé par les gestionnaires du programme « UPP social ». Celui-ci a été mis en place en 2010 sur les territoires « pacifiés » dans le but d’instaurer une « forte écoute » de la population et de promouvoir la « synergie » entre les institutions publiques responsables de la prise en compte de ces demandes. Durant le Forum réalisé pour débattre des travaux du programme Bairro Maravilha en présence de la représentante de la mairie de quartier, les réclamations des habitants se sont exprimées de façon véhémente (les forums ont ensuite cessé).

27Une nouvelle crèche a également été inaugurée, sa gestion étant à la charge d’un organisme philanthropique lié à la femme du gouverneur de l’État de Rio de Janeiro. Il s’agit d’une installation moderne et bien équipée juste à côté d’une crèche municipale en pleine décadence (qui n’a malheureusement connu aucune réhabilitation).

28Sont actuellement en construction de nouveaux ensembles résidentiels dans le cadre du programme Minha Casa, Minha Vida [Ma maison, ma vie] du gouvernement fédéral, mais les travaux sont confrontés à des problèmes environnementaux et juridiques.

29Si la portée des interventions publiques, ainsi que la quantité et la qualité des services installés, sont décidément bien limitées, il existe d’un autre côté diverses pratiques et services orientés vers la stimulation, l’encouragement, le soutien et la publicité à ce que l’on appelle l’« entrepreneuriat » auprès des habitants de la favela. Nous détaillerons ci-après quelques-uns de ces dispositifs.

La première agence bancaire

  • 20 Toute la communauté de Cidade de Deus REMERCIE l’arrivée de Bradesco.

30C’est par une banderole ornée du texte « Toda a comunidade da Cidade de Deus AGRADECE a chegada do Bradesco20 » et placée à proximité de l’agence bancaire, au carrefour principal de la favela, que l’arrivée de la banque Bradesco, la plus importante institution bancaire privée du pays, a été annoncée et célébrée comme un événement significatif dû à la « pacification ». Lors de l’inauguration de l’agence, le 5 janvier 2011, le gouverneur Sergio Cabral était présent.

31Dans l’agence ne fonctionnent que les services d’ouverture de compte et de prêt, ainsi que deux distributeurs automatiques. Les guichets ont été « sous-traités » et fonctionnent dans divers commerces. João, le gérant, une personne fort dynamique et assez populaire parmi les commerçants et les entrepreneurs locaux, avait déjà beaucoup circulé dans la région. Selon lui, il existait à l’époque dans cette communauté environ 500 petites entreprises. En même temps qu’il accorde des prêts, il offre également de façon informelle des services de conseil financier : les commerçants lui amènent leurs livres de comptes et le gérant les aide dans l’organisation de leur comptabilité et pour la projection des dépenses et des investissements. En moins de deux mois, João a réussi à ouvrir près de mille comptes individuels et une centaine de comptes d’entreprise. Selon son témoignage, la politique de l’agence a été de ne pas offrir de carnets de chèques aux clients, mais de leur fournir une carte de crédit avec des limites de retrait et d’achat assez basses, « pour que les personnes s’habituent petit à petit ». Mais beaucoup de ces comptes ne sont pas vraiment utilisés (« Beaucoup de gens ouvrent un compte seulement pour dire qu’ils en ont un »).

32Pour ouvrir un compte, il n’est pas nécessaire de présenter de justificatifs de domicile ou de revenus. Les personnes intéressées doivent passer par l’Association des habitants, qui leur signe une lettre de caution. Flexibilisation des services, adéquation à la demande.

  • 21 Il n’est pas inutile de rappeler que l’agence fonctionne dans la maison qui servait auparavant de s (...)

33Les prêts concédés portent sur de petites sommes (initialement autour de mille reais), afin d’« éduquer » les entrepreneurs à ce type de situation. L’apprentissage de l’usage des services financiers requiert du temps, de la pédagogie et de la patience. Le montant des prêts est également relativement bas pour éviter que l’agence ne devienne déficitaire. Nous avons d’ailleurs découvert lors de nos conversations avec João que cette agence d’une banque (privée) fonctionne comme une filiale franchisée, c’est-à-dire qu’il appartient au gérant de trouver les ressources pour aménager les lieux, pour louer les distributeurs automatiques auprès du siège central et pour équilibrer les comptes et les salaires des employés. Les bénéfices doivent servir au financement des activités comme dans n’importe quelle entreprise. Selon le gérant, cela lui octroie une certaine liberté, comme celle qu’il a par exemple prise de ne faire appel qu’à de la main-d’œuvre locale pour aménager le siège de l’agence21. Toutefois, comme toute initiative, celle-ci comporte des risques, ce qui justifie de réduire les dépenses de personnel d’accueil. La « décentralisation » de cet accueil constitue en ce sens une opportunité importante. Tout l’esprit du capitalisme moderne est ici concentré : réduction des coûts de main-d’œuvre, flexibilisation des formes de travail, adéquation de l’entreprise aux demandes locales.

34Malgré tout, après un premier temps d’euphorie, l’agence a été obligée de mettre un frein à l’octroi de prêts en raison des taux élevés d’insolvabilité.

35Comme nous l’avons dit, l’agence ne dispose pas de guichets pour les services courants, mais de distributeurs automatiques. Les opérations courantes peuvent être réalisées dans certains commerces locaux, qui recevaient initialement R$ 0,15 (quinze centimes) par transaction réalisée au moyen d’une machine fournie par la banque. La réalisation de ces tâches par les commerçants n’est pas très intéressante en termes de gain financier direct, vu qu’il est nécessaire de mettre un employé à disposition pour opérer les transactions. En outre, les sommes que le magasin doit gérer pour le compte de la banque peuvent attirer les délinquants. Toutefois, selon un autre João, le propriétaire de la plus jolie papeterie de la favela, la circulation des clients de la banque finit par faire grimper les ventes du magasin. Il convient de souligner qu’après la « pacification », les bénéfices des commerçants ont considérablement baissé : la présence des trafiquants permettait l’entrée et la circulation d’un volume considérable d’argent liquide dans les favelas.

Le travail du SEBRAE et la légalisation des entreprises

36Les services du SEBRAE ont également fait partie des premiers à s’installer à la suite de l’UPP. Le SEBRAE promeut la légalisation des entreprises et des commerces et propose à cet effet des aides aux démarches administratives et des cours de formation (« Se former à la prestation de services », « Ma situation est légalisée, et maintenant ? », etc.), afin que les entrepreneurs puissent se familiariser avec les exigences légales découlant de leur nouveau statut. Le SEBRAE travaille également à la création d’un pôle commercial appelé « Polo Inova » [Pôle innove] en association avec les commerçants locaux, pour que ces derniers puissent renforcer leurs activités, promouvoir leurs produits et tenter ainsi de retarder l’arrivée des grands magasins, dont les prix compétitifs auraient bien évidemment un impact négatif sur le développement du commerce local.

  • 22 http://www.brasil.gov.br/empreendedor/abra-sua-empresa (consulté le 7 avril 2013).

37Les cours proposés par le SEBRAE sont des cours spécifiques pour les entrepreneurs individuels (EI) qui relèvent d’un statut juridique créé par le gouvernement fédéral pour faciliter la légalisation de certaines catégories de travailleurs informels à travers la réduction des taux d’imposition22. Pour convaincre les entrepreneurs de légaliser leur situation, les représentants du SEBRAE s’appuient sur deux arguments : le développement et la possibilité d’utiliser une carte de crédit. « L’entrepreneur est un protagoniste du développement du territoire », affirme le responsable des actions communautaires dans un discours adressé aux commerçants locaux. Et de citer quelques exemples :

  • 23 Témoignage recueilli le 9 juin 2011.

Nous avons travaillé avec des EI qui sont maintenant devenus des micro-entreprises, surtout depuis l’installation de l’UPP. Par exemple, avec l’UPP, Cristiano do Borel a commencé à vendre des pizzas dans le quartier voisin de Tijuca. À Santa Marta, Andréia, qui tenait un commerce de seconde zone, a commencé à produire des T-shirts décorés avec des scènes de Santa Marta et gère maintenant quatre points de vente, et elle va se transformer en micro-entreprise. On voit donc que la légalité amène le développement, car elle vous octroie un statut permettant une relation formelle avec les fournisseurs et les clients.23

  • 24 Les résultats d’une recherche mise en œuvre par l’IPEA pour évaluer l’impact des mesures de facilit (...)

38Néanmoins, malgré les efforts entrepris par les agents du SEBRAE (innombrables consultants réalisant des rencontres de formation le soir ou le week-end pour faciliter la présence des commerçants), les entraves à la régularisation sont nombreuses et de différents ordres. En premier lieu, pour légaliser leur situation, les commerçants doivent faire reconnaître les lieux de vente comme des Zones spéciales d’intérêt social (ZEIS) afin d’être dispensés de la présentation des documents prouvant l’enregistrement de l’immeuble au cadastre. Malheureusement, rares sont les territoires des favelas de Rio de Janeiro qui sont reconnus comme tels par la mairie : leurs habitants ne peuvent donc pas faire appel à cette législation pour légaliser leurs entreprises. Une autre difficulté est la nécessité pour l’entrepreneur individuel de payer ses impôts mensuellement sur Internet. La majorité des commerçants, après avoir acquitté le premier mois en même temps que l’inscription, arrêtent assez rapidement de payer et retournent dans l’illégalité. Enfin, les employés du SEBRAE rapportent que le statut d’EI est souvent utilisé pour éviter de payer les charges pesant sur les salaires : des propriétaires de restaurants et certains coiffeurs obligent par exemple leurs employés à devenir EI afin de ne pas avoir à les embaucher comme salariés et donc à payer les charges afférentes24.

39Il convient de souligner que ce type de régularisation du travail informel représente une forme de précarisation des relations de travail et, comme l’a observé le sociologue Luis Antonio Machado da Silva, de diffusion d’une nouvelle culture du travail, fort distincte du salariat et qui « vise la destruction des valeurs de solidarité » (Machado da Silva 2002, 105). Ainsi, ces « battants brésiliens » (Souza 2010), qui travaillent beaucoup et gagnent peu, finissent par s’exploiter entre eux et à entrer dans une concurrence permanente qui les éloigne du vieux modèle du syndicalisme et de l’action collective (Pochmann 2012).

Programme de microcrédit pour les femmes

  • 25 Pour une discussion critique sur l’impact des programmes de microcrédit dans le cadre de l’économie (...)
  • 26 http://www.blogdapacificacao.com.br/cidade-de-deus/moradoras-da-cidade-de-deus-viram-empresarias-e- (...)

40En 2011, tout près du principal carrefour de la favela, a été ouverte une petite boutique de savon artisanal, entièrement rénovée, avec un espace de vente en devanture et l’atelier de production en arrière-boutique, une initiative en pleine harmonie avec le nouvel esprit de la « lutte contre la pauvreté »25. Il s’agit d’un groupe de femmes ayant suivi une formation sur l’entrepreneuriat et le microcrédit offerte dans quatre favelas par une organisation non-gouvernementale de femmes située dans les quartiers sud (Zona Sul). Cette formation a permis le financement d’une initiative entrepreneuriale dans chaque favela. La formation et les nouvelles entreprises ont été financées par des ressources de la multinationale américaine Chevron (un demi-million de dollars), par l’intermédiaire d’une fondation privée, Kellogg, elle aussi américaine et très active au Brésil dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises. Le savon de base est fabriqué avec de l’huile de cuisine recyclée que les femmes collectent dans la communauté. Selon les entrepreneuses, lors de la formation, tout était décidé « par consensus » ; mais sur les 38 participantes, seules six se sont associées pour former ce groupe. Selon elles, la sélection s’est faite de façon « naturelle » : la formation devait être fréquentée tous les jours, y compris le samedi toute la journée. C’est justement le suivi de toute la formation pour créer ce nouveau commerce que ces femmes considèrent comme une victoire, obtenue grâce à la force de leur volonté et à leur détermination. C’est là l’idéal qui est constamment mis en valeur : « Le projet m’a remis les pieds sur terre et m’a fait relever la tête. Je me suis dit à moi-même que j’y arriverai et que j’utiliserai toutes mes forces pour saisir cette opportunité unique dans ma vie », raconte l’une des associées dans un article écrit à l’occasion de l’inauguration de la boutique et publié sur le blog de la « pacification »26. L’argent destiné à l’ouverture de la boutique (50 000 reais) était administré par l’ONG, qui l’a mis graduellement « à disposition » et a accompagné le groupe jusqu’à ce qu’« il soit apte à affronter seul le marché ». Lorsque j’ai demandé aux associées ce qu’il fallait faire pour devenir entrepreneur, elles m’ont répondu : « Il faut avoir du courage, il ne suffit pas de vouloir ». L’une d’elles rêvait alors de gagner un jour cinq mille reais mensuels, une autre deux mille. Courage, audace, confiance : les ingrédients indispensables de l’« esprit d’entreprise ». Néanmoins, avec le temps, ce groupe de femmes s’est séparé en raison des difficultés financières (elles n’ont jamais réussi à gagner plus de trois cents reais mensuels) auxquelles elles ont dû faire face après que le financement de Chevron a touché à sa fin. Il ne s’agit visiblement pas d’un exemple de succès. Moins de deux ans après son ouverture, il est rare de voir la boutique ouverte. Le groupe s’est réduit à deux femmes (mère et fille).

Programme de microcrédit « UPP entrepreneur »

41Mis en œuvre par une entreprise privée pour le compte du gouvernement de l’État de Rio de Janeiro et de l’agence d’État AgeRio – Agência Estadual de Fomento [Agence de l’État de Rio de Janeiro pour la promotion], le programme, actif depuis fin 2012, offre des crédits (de 300 à 15 000 reais) à un taux d’intérêt bien plus réduit (seulement 3 % par an) que celui des banques commerciales, et avec des exigences minimales (il suffit d’avoir un garant). La promotion du programme et le traitement des informations pour la concession des crédits sont réalisés par de jeunes lycéens engagés par l’entreprise. Après quelques mois de fonctionnement, le programme a été rebaptisé « Programme de microcrédit dans la communauté ».

Agence des réseaux pour la jeunesse

42Tous les samedis, dans les locaux du Centre de référence de la jeunesse (deux espaces assez vastes situés dans la région centrale de la favela, héritage d’une autre vague d’installation des services publics de l’État dans les favelas, à savoir les Centres sociaux urbains, actuellement utilisés par le gouvernement de l’État et ses partenaires pour réaliser diverses activités, comme celles du SEBRAE et les ateliers de musique offerts par les policiers de l’UPP), fonctionne un projet mis en œuvre par un important entrepreneur culturel et social, Marcus Faustini (qui a déjà été secrétaire municipal à la Culture de Nova Iguaçu, une ville de la banlieue de Rio de Janeiro, et a également travaillé au secrétariat d’État à la Culture de Rio de Janeiro). Son projet a été mis en place dans diverses favelas « pacifiées » grâce à un important soutien financier de Petrobras, à l’aval du gouvernement de l’État de Rio de Janeiro et à une grande exposition médiatique. Dans cette agence, certains jeunes reçoivent une bourse mensuelle de cent reais pour pouvoir, après six mois de rencontres de « formation » (sur la rhétorique, l’entrepreneuriat, la créativité, etc.), élaborer un projet culturel d’intervention dans la communauté leur permettant de concrétiser leurs « désirs ». Certains de ces projets, après être passés au crible de l’évaluation d’une commission de « notables », reçoivent un financement de dix mille reais pour leur réalisation. Les éducateurs et les « médiateurs culturels » du projet sont tous des jeunes issus des « communautés » qui ont déjà une trajectoire au sein de projets sociaux et qui s’y sont distingués grâce aux compétences acquises. Ils reçoivent bien évidemment des salaires « adaptés » à leur statut de jeune.

43L’idée qui sous-tend cette initiative et que répète inlassablement son promoteur, c’est que la « favela est puissante ». Son objectif est de réveiller chez les jeunes le « sentiment d’appartenance à la communauté » et de promouvoir simultanément leur circulation dans la ville, une circulation qui, selon Faustini et ses partenaires, serait l’une des caractéristiques du « Nouvel habitant de Rio » (« o novo carioca ») (Souza e Silva, Barbosa & Faustini 2012).

44La première question à laquelle les jeunes doivent répondre dans la préparation de leur projet est « ont-ils un rêve ? ». La seconde concerne les valeurs : quelles sont celles que le projet aiderait à propager ? L’intention est claire : un bon entrepreneur est celui qui poursuit ses rêves et aide à diffuser dans la communauté les « bonnes » valeurs (de citoyen et d’entrepreneur ? Ou de citoyen-entrepreneur ?).

45Comme c’est souvent le cas dans le cadre d’initiatives similaires, les jeunes ont les plus grandes difficultés à maintenir les activités après la fin du financement. Le marché de l’entrepreneuriat social et culturel est extrêmement compétitif, et la concurrence avec les grandes organisations et fondations d’entreprise pour l’accès aux ressources est extrêmement rude (cf. Donzelot 2008 et Tommasi 2012). Toutefois, l’impact du programme sur les jeunes qui le fréquentent est sans aucun doute significatif. Il va jusqu’à provoquer leur éloignement des organisations sociocommunautaires historiques encore très actives dans la favela. Ces jeunes, qui à d’autres époques auraient été recrutés par ces organisations, deviennent aujourd’hui consultants pour une émission de la chaîne Rede Globo, ouvrent une association culturelle, « se décarcassent » et concourent entre eux pour avoir accès aux appels d’offres et aux « opportunités », et ainsi montrer leurs talents.

Entrepreneuriat, créativité et « capital communautaire »

  • 27 Gilberto Dimenstein est un important journaliste du quotidien Folha de S. Paulo ; il a également cr (...)

46Au cours d’une conférence tenue dans la prestigieuse Fondation Getulio Vargas en mars 2012, dans le cadre d’un événement organisé par l’École de commerce de cette institution d’enseignement supérieur en collaboration avec la banque Santander, le journaliste Gilberto Dimenstein (sans aucun doute un entrepreneur à succès27) a déclaré que le Brésil du XXIe siècle est une conjonction du pouvoir économique, du pouvoir intellectuel et du pouvoir communautaire. Cet orateur a pris à partie le public en déclarant : « Chacun de vous connaît un miracle communautaire ! ». Pour le professeur Richard Fonseca, de la même institution, l’objectif du projet de formation à l’entrepreneuriat qu’il coordonne est non seulement de promouvoir l’« inclusion social », mais également de s’inspirer du « savoir pratique » qui existe au sein des communautés.

47De cette manière, le savoir des classes populaires, un savoir généré par l’expérience et les pratiques, est aujourd’hui mis en valeur et encouragé par l’establishment. Les « solutions » créatives que les habitants des favelas et les entrepreneurs pauvres apportent à leurs problèmes sont peu coûteuses et donc « durables », ce qui signifie qu’elles peuvent être reproduites à grande échelle. En temps de crise, ce « capital communautaire » (ou, selon les mots de Gilberto Dimenstein, ce « pouvoir communautaire ») doit être mis en valeur en ce qu’il permet de trouver les solutions les plus adaptées au milieu et les moins onéreuses.

  • 28 Cf. le programme Rio Criativo [Rio créatif], sur http://www.sergiocabral.com.br/videos/incentivo-a- (...)

48Il convient de rappeler qu’il existe actuellement des investissements importants dans le programme Rio Cidade Criativa [Rio ville créative]28. Selon une étude de la Fédération des industries de Rio de Janeiro (FIRJAN), le secteur de l’industrie créative représente déjà 17,8 % du PIB de l’État (environ 54,6 milliards de reais) et emploie 82 000 personnes. C’est ainsi que la ville-entreprise se vend et entre en concurrence sur le marché global (Arantes, Maricato & Vainer 2002). Nous savons que la créativité, tout comme le talent artistique, sont considérés comme des qualités « naturelles » de l’être humain qui ne demandent qu’à être cultivées et encouragées.

49Considérer les habitants des favelas comme « naturellement créatifs » n’est pas l’apanage exclusif du Brésil. Dans le film indien « Slumdog Millionaire », le protagoniste montre que ce sont justement les adversités et les drames de la vie qui lui ont permis d’acquérir les compétences et les savoirs nécessaires pour gagner le gros lot dans un jeu télévisé. Le concept de résilience, en vogue parmi les entrepreneurs du social et les psychologues de l’enfance et de l’adolescence, exprime justement l’idée selon laquelle, malgré les adversités, ou plutôt grâce à elles, les individus peuvent rencontrer le succès dans la compétition de la vie.

50À Rio de Janeiro, la mise en valeur de la créativité supposée des habitants des favelas (qui, comme nous l’avons affirmé au début de cet article, est toujours allée de pair avec leur diabolisation) fait actuellement l’objet d’interventions publiques et privées dont le but n’est pas de garantir l’accès aux services publics et à la citoyenneté, mais plutôt d’inclure les habitants (ou tout du moins une partie d’entre eux) dans le circuit économique, en tant que consommateurs et opérateurs, en encourageant et en libérant leurs capacités entrepreneuriales.

51Criminalisation et répression d’un côté, encouragement et promotion de l’autre. Voici des stratégies qui renvoient, selon M. Foucault, à des technologies de pouvoir distinctes : d’un côté, le pouvoir de la loi qui interdit et de la discipline qui prescrit, en vue du contrôle d’un territoire et du corps des individus ; de l’autre côté, le pouvoir qui s’exerce sur une population en activant et en encourageant ses caractéristiques « naturelles ». Selon les mots de Foucault, la population est ici considérée « comme un ensemble de processus qu’il faut gérer dans ce qu’ils ont de naturel et à partir de ce qu’ils ont de naturel » (Foucault 2008, 92). Le pouvoir n’est donc pas seulement répressif, il est également productif, encourageant, libérateur. Les diverses technologies de pouvoir, comme l’observe Foucault lui-même (idem, 141-143), se superposent et coexistent.

52Les différents processus en cours à Rio de Janeiro, qui se veut aujourd’hui la « vitrine » du succès brésilien sur la scène internationale, sont intimement liés : travaux pour la réalisation des grands événements, gentrification, expulsions à l’amiable ou forcées, promotion de la culture et du tourisme, célébration de la créativité des pauvres et de leurs capacités entrepreneuriales. Il s’agit d’une ville en pleine réinvention matérielle et discursive sur la base de la « pacification », de l’« intégration » et de ce que nous avons appelé l’« entrepreneuriat de base communautaire » (Tommasi & Velazco 2014).

  • 29 Cf. « Após morte de jovem, moradores de Manguinhos entram em confronto com policiais da UPP », sur (...)

53Toutefois, les habitants des favelas ont récemment rompu les barrières du contrôle policier et du consensus médiatique pour se joindre, avec leurs dénonciations et revendications, aux mouvements de protestation qui ont envahi les rues de la ville. Sur Internet circulent des images d’agressions et d’abus commis par des policiers supposés « pacificateurs ». Certains d’entre eux ont d’ailleurs été arrêtés. Des révoltes explosent dans certaines favelas29 tandis que s’organisent des réseaux et des forums de protestation. L’image de la « ville merveilleuse », « pacifiée », « sûre » et « réhabilitée » a été sensiblement écornée.

Haut de page

Bibliographie

Alsayyad, Nezar & Ananya Roy. 2009. « Modernidade medieval: cidadania e urbanismo na era global. » Novos Estudos 85: 104-128.

Arantes, Otilia, Erminia Maricato & Carlos Vainer. 2002. A cidade do pensamento único. Petrópolis: Vozes.

Bourdieu, Pierre & Loic Wacquant. 1992. Réponses. Paris : Seuil.

Brandão, Patricia & Ruth Rodrigues. 2013. « A gramática da moradia no complexo do Alemão: história, documentos e narrativas. » Rio de Janeiro: Ipea.http://www.ipea.gov.br/portal/images/stories/PDFs/131013_favelas_rio-gramaticadamoradia.pdf (consulté le 25 février 2014).

Burgos, Marcelo Baumann. 2006. « Dos Parques Proletários ao Favela-Bairro: as políticas públicas nas favelas do Rio de Janeiro. » In Um Século de Favela, dirigé par Alba Zaluar & Marcos Alvito, 25-60. Rio de Janeiro: FGV.

Burgos, Marcelo Baumann. 2012. « Favela: uma forma de luta pelo direito à cidade. » In Favelas cariocas: ontem e hoje, dirigé par Marco Antonio da Silva Mello, Luiz Antonio Machado da Silva, Leticia de Luna Freire & Soraya Silveira Simões, 373-392. Rio de Janeiro: Garamond.

Cano, Ignacio. 2008. « Seis por meia dúzia? Um estudo exploratórios do fenômeno das chamadas “milícias” no Rio de Janeiro. » In Segurança, tráfico e milícia no Rio de Janeiro, dirigé par Justiça Global, 48-83. Rio de Janeiro: Fundação Heinrich Böll.

Cano, Ignacio, dir. 2012. « “Os donos do morro”: uma avaliação exploratória do impacto das Unidades de Polícia Pacificadora (UPPs) no Rio de Janeiro. » Rio de Janeiro: Fórum Brasileiro de Segurança Pública. http://www.lav.uerj.br/docs/rel/2012/RelatUPP.pdf (consulté le 25 février 2014).

Castel, Robert. 1995. Les métamorphoses de la question sociale. Paris : Fayard.

Donzelot, Jacques. 2008. « Le social de compétition. » Esprit, novembre : 51-77.

Feltran, Gabriel de Santis. 2011. Fronteiras da Tensão: política e violência nas periferias de São Paulo. Ed. da UNESP/CEM/CEBRAP.

Foucault, Michel. 2008. Segurança, Território e População. São Paulo: Martins Fontes.

Freire-Medeiros, Bianca. 2007. « A favela que se vê e que se vende: reflexões e polêmicas em torno de um destino turístico. » Revista Brasileira de Ciências Sociais 22 (65): 61-72.

Georges, Isabel. 2012. « Des street-level bureaucrats féminins. Le cas des agents communautaires de santé et des agents de protection sociale de la région métropolitaine de São Paulo. » In La démocratie participative au Brésil : promesses tenues et dynamiques ouvertes, dirigé par Isabel Georges & Pierre Tripier, 161-178. Bruxelles : Éd. Peter Lang.

Georges, Isabel & Dominique Vidal. 2012. « La formalisation de l’emploi à l’épreuve du travail invisible. Deux cas de figure de travailleuses de service au Brésil ». Sociétés contemporaines 87 : 25-47.

Henriques, Ricardo & Silvia Ramos. 2011. « UPPs Social: ações sociais para a consolidação da pacificação. » http://www.ie.ufrj.br/datacenterie/pdfs/seminarios/pesquisa/texto3008.pdf (consulté le 25 février 2014).

Kowarick, Lucio, dir. 1988. As lutas sociais e a cidade. Rio de Janeiro: Paz e Terra.

Lancman, Selma, Seiji Uchida, Laerte Sznelwar & Tatiana Jardim. 2007. « Un agent de santé communautaire : un travail où l’on s’expose. » Travailler 17 : 97-124.

Machado da Silva, Luis Antonio. 2002. « Da informalidade à empregabilidade. » Cadernos CRH 37: 81-109.

Machado da Silva, Luis Antonio, dir. 2008. Vidas sob cerco: violência e rotina nas favelas do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Nova Fronteira.

Malaguti, Vera. 2003. O medo na cidade de Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Revan.

Malaguti, Vera. 2011. « O Alemão é muito mais complexo. » Texte présenté au 17e Séminaire international de sciences criminelles. São Paulo, 23 juillet. http://www.labes.fe.ufrj.br/arquivos/Alemao_complexo_VeraMBatista.pdf (consulté le 25 février 2014).

Misse, Michel. 1999. « Malandros, marginais e vagabundos: a acumulação social da violência no Rio de Janeiro. » Thèse de doctorat en sociologie. Rio de Janeiro : IUPERJ.

Misse, Michel. 2011. Crime e violência no Brasil Contemporâneo. Rio de Janeiro: Lumen Juris.

Palidda, Salvatore, dir. 2011. Cittá mediterranee e deriva liberista. Messina: Mesogea.

Pochmann, Marcio. 2012. Nova classe média? O trabalho na base da pirâmide social brasileira. São Paulo: Boitempo.

Rodrigues, Thiago. 2008. « Tráfico, Guerra, Proibição. » Drogas e Cultura: Novas perspectivas, dirigé par Beatriz Labate, 91-104. Salvador: EDUFBA.

Roy, Ananya. 2010. Poverty Capital. New York/Londres: Routledge.

Silva, Itamar. 2013. « Turismo nas favelas: e os moradores? » O Dia. http://odia.ig.com.br/portal/opiniao/itamar-silva-turismo-na-favela-e-os-moradores-1.542035 (consulté le 25 février 2014).

Souza, Jessé de. 2010. Os batalhadores brasileiros: nova classe média ou nova classe trabalhadora? Belo Horizonte: Ed. UFMG.

Souza e Silva, Jailson de, Jorge Luiz Barbosa & Marcus Vinicius Faustini. 2012. O novo carioca. Rio de Janeiro: Mórula.

Tommasi, Livia De. 2012. « Nem bandidos nem trabalhadores baratos: trajetórias de jovens da periferia de Natal. » DILEMAS: Revista de Estudos de Conflito e Controle Social 5 (1): 101- 129.

Tommasi, Livia De & Dafne Jazmin Velazco. 2014. « A produção de um novo regime discursivo sobre as favelas cariocas e as muitas faces do empreendedorismo de base comunitária. » Revista do Instituto de Estudos Brasileiros 56: 15-42.

Valladares, Licia. 1978. Passa-se uma casa: análise do programa de remoção de favelas no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Zahar.

Valladares, Licia. 2005. A invenção da favela: do mito de origem a favela.com. Rio de Janeiro: FGV.

Ventura, Zuenir. 1994. A cidade partida. São Paulo: Companhia das Letras.

Zaluar, Alba. 1985. A máquina e a revolta. São Paulo: Brasiliense.

Zaluar, Alba & Marcos Alvito, dir. 1999. Um Século de Favela. Rio de Janeiro: FGV.

Haut de page

Notes

1 Il existe déjà une importante littérature sur le programme de « pacification » des favelas. Citons entre autres Malaguti (2011) et la recherche réalisée par l’équipe dirigée par I. Cano (2012).

2 À Rio de Janeiro, le mot « trafic » désigne non pas une action, mais plutôt une entité, un agent, un acteur collectif, à savoir la « criminalité » contrôlant le trafic de stupéfiants qui constitue sa principale source de revenus. Pour une généalogie du trafic dans la ville, cf. Misse (1999).

3 À Rio de Janeiro, le terme « asfalto » désigne tous les quartiers résidentiels qui ne sont pas considérés comme des favelas.

4 En 1993, huit jeunes sans-logis, dont six mineurs, sont assassinés par arme à feu, dans leur sommeil, près de l’église de la Candelária. L’enquête révèle rapidement que les auteurs du crime sont des policiers militaires.

5 Selon Vera Malaguti, « l’hégémonie conservatrice dans notre formation sociale fait de la diffusion de la peur un mécanisme inducteur et justificatif de politiques autoritaires de contrôle social. La peur devient un facteur de prises de position stratégiques dans le champ économique, politique et social » (Malaguti 2003, 23).

6 TransCarioca est un couloir de bus qui reliera la zone Nord à la zone Ouest de la ville et qui sera intégré aux systèmes de métro, train et bus express. Porto Maravilha est un grand projet de réhabilitation de la région portuaire. Le Village olympique est quant à lui un projet immobilier de la zone Ouest de la ville, qui accueillera les sportifs durant les Jeux olympiques de 2016.

7 Le PAC est un programme du gouvernement fédéral mis en œuvre en 2007 et dont l’objectif est le « développement économique » du pays grâce à des investissements dans d’importants travaux d’infrastructures.

8 La progression de l’occupation des favelas est fort révélatrice : la deuxième favela à avoir été « pacifiée » en 2009 a été le quartier de Cidade de Deus, une favela internationalement connue en raison du film du même nom du réalisateur Fernando Meirelles. Puis cela a été successivement le tour de toutes les favelas plus petites situées dans la zone Sud, près des plages de Copacabana et d’Ipanema. Ensuite, le processus s’est étendu aux favelas situées dans les alentours du stade de football Maracanã, dans le quartier Tijuca, et à celles qui se trouvent près du futur Village olympique. Enfin est venu le tour du Complexo do Alemão et de la favela de Rocinha (une occupation annoncée par la puissante chaîne de télévision Rede Globo avant de l’être par le secrétariat d’État à la Sécurité).

9 Cf. www.upprj.com (consulté le 7 avril 2013).

10 La « Zona Sul » est la partie de la ville située au sud du Massif de Tijuca, qui regroupe des quartiers et des plages parmi les plus célèbres et les plus huppés de Rio de Janeiro (Copacabana, Ipanema, Leblon, Botafogo, Jardin Botanique, etc.).

11 D’autres ont déjà justement noté que cette politique n’est pas viable en termes économiques, étant donné le coût du contingent policier nécessaire pour occuper toutes les favelas de la ville. Même dans les territoires déjà occupés, ces coûts pourront difficilement être pris en charge par les deniers publics lorsque les dotations budgétaires liées aux grands événements se seront épuisées.

12 Généralement considérées comme le résultat d’« invasions » et d’occupations illégales, les favelas ont en fait souvent été, comme le montrent de nombreuses recherches scientifiques, le fruit du lotissement de grandes propriétés agricoles par des contremaîtres des exploitations. Cf. Brandão & Rodrigues 2013.

13 Le terme vient du nom d’une plante populairement appelée « favela », qui couvrait la région de Canudos, dans l’État de Bahia, où l’armée brésilienne avait réprimé la révolte populaire menée par Antonio Conselheiro à la fin du XIXe siècle. Après la guerre, certains soldats partirent s’installer à Rio de Janeiro sur la colline de Providência, à proximité du siège du gouvernement, pour exiger de l’État le paiement de leurs salaires et de leurs indemnités. C’est alors que surgit la première favela de la ville.

14 À Rio de Janeiro, le terme « politiquement correct » pour désigner la favela (un terme historiquement connoté de façon négative) est celui de « communauté », qui est utilisé aussi bien par les habitants des favelas que par le reste de la population. Désigner ces installations urbaines comme des « communautés », c’est-à-dire présupposer qu’il existe une « communauté », une communion entre les habitants, est peut-être une façon d’exorciser la vision négative et de positiver la vie dans ces lieux. Licia Valladares estime que l’origine du terme vient de l’action de l’Église catholique dans les années 1950, qui avait organisé une campagne en défense des habitants des favelas inspirée par le principe du développement communautaire. La campagne appelée « Cruzada São Sebastião » provoqua alors « la reconnaissance et la promotion des habitants des favelas au statut de communauté et, par conséquent, à celui de sujets politiques potentiellement autonomes » (Valladares 2005, 77). Dans ce texte, nous avons choisi ce terme dans ce sens populaire à chaque fois que nous nous référons aux témoignages et aux affirmations des associations locales. Nous considérons que dans ces témoignages, il existe un positionnement politique qui justifie l’utilisation de ce terme et non de celui trop générique de « territoire ».

15 Cette recherche est réalisée en partenariat avec l’UNESCO, la Fondation Itaú Cultural et les ONG CUFA et Afroreggae.

16 Cf. communiqué de presse : http://www.unesco.org/new/pt/brasilia/social-and-human-sciences/social-transformation/underground-sociabilities/ (consulté le 7 avril 2013).

17 http://flupp2.hospedagemdesites.ws/flupp/ (consulté le 07 avril 2013).

18 L’une des plus importantes manifestations du genre en Amérique latine.

19 Le Programme de santé familiale est un programme de consultations à domicile du gouvernement fédéral, qui vise à prendre en charge les familles dans le milieu où elles vivent, par le biais d’agents communautaires de santé, afin de renverser la logique de l’accueil sanitaire centré sur l’hôpital (cf. Lancman et al. 2007 ; Georges & Vidal 2012 ; Georges 2012).

20 Toute la communauté de Cidade de Deus REMERCIE l’arrivée de Bradesco.

21 Il n’est pas inutile de rappeler que l’agence fonctionne dans la maison qui servait auparavant de siège à l’Association des habitants.

22 http://www.brasil.gov.br/empreendedor/abra-sua-empresa (consulté le 7 avril 2013).

23 Témoignage recueilli le 9 juin 2011.

24 Les résultats d’une recherche mise en œuvre par l’IPEA pour évaluer l’impact des mesures de facilitation fiscale en faveur des EI ont montré que ce statut juridique est en partie utilisé pour obtenir de la main-d’œuvre sans garantir les droits du salarié. De cette manière, le secteur économique où il y a le plus de légalisation d’EI est celui du bâtiment, au sein duquel l’emploi informel de main-d’œuvre est traditionnellement important. Cf. Boletim Radar 25. Brasilia: IPEA. http://www.ipea.gov.br/portal/images/stories/PDFs/radar/130507_radar25.pdf (consulté le 7 avril 2013).

25 Pour une discussion critique sur l’impact des programmes de microcrédit dans le cadre de l’économie mondiale, consulter le travail de l’Indienne Ananya Roy sur le « Capital pauvreté » (Roy 2010). Selon elle, les programmes de microcrédit seraient un important dispositif de gestion de la crise capitaliste à travers la financiarisation de la pauvreté.

26 http://www.blogdapacificacao.com.br/cidade-de-deus/moradoras-da-cidade-de-deus-viram-empresarias-e-criam-empresa-para-vender-sabao-feito-do-oleo-de-cozinha/ (consulté le 7 avril 2013).

27 Gilberto Dimenstein est un important journaliste du quotidien Folha de S. Paulo ; il a également créé l’ONG Cidade-Escola Aprendiz [Ville-école apprenti] et le portail Catraca Livre [Tourniquet libre], deux initiatives à caractère social à grand succès.

28 Cf. le programme Rio Criativo [Rio créatif], sur http://www.sergiocabral.com.br/videos/incentivo-a-economia-criativa-no-rio-de-janeiro (consulté le 7 avril 2013).

29 Cf. « Após morte de jovem, moradores de Manguinhos entram em confronto com policiais da UPP », sur http://noticias.r7.com/rio-de-janeiro/noticias/apos-morte-de-jovem-moradores-de-manguinhos-entram-em-confronto-com-policiais-20130320.html, et « Um morador morre e outros dois ficam feridos após confronto com a polícia na UPP do Jacarezinho  », sur http://extra.globo.com/casos-de-policia/um-morador-morre-outros-dois-ficam-feridos-apos-confronto-com-policia-na-upp-do-jacarezinho-8033173.html#ixzz2QIAsckrN (consulté le 7 avril 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Livia de Tommasi, « « Naturellement créatifs » : pacification, entrepreneuriat et créativité dans les favelas cariocas », Brésil(s), 6 | 2014, 55-74.

Référence électronique

Livia de Tommasi, « « Naturellement créatifs » : pacification, entrepreneuriat et créativité dans les favelas cariocas », Brésil(s) [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://bresils.revues.org/1273 ; DOI : 10.4000/bresils.1273

Haut de page

Auteur

Livia de Tommasi

Docteur en sociologie de l’Université de Paris I, enseignante au Département de sociologie de l’Université fédérale Fluminense (UFF) et dans le Programme de deuxième et troisième cycles en « Culture et territorialités » (PPCULT) de la même université.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org