Navigation – Plan du site
Varia

La contribution du Brésil à la COP21 : l’agrobusiness du futur

A Contribuição do Brasil na COP21 : O Agronegócio do Futuro
Brazil’s INDC to COP21: the Agribusiness of the Future
Catherine Aubertin et Livia Kalil

Résumés

En étudiant la contribution nationale (Intended Nationally Determined Contributions – INDC) du Brésil à la convention des Nations unies sur le changement climatique pour la COP21, cet article montre comment le pays affirme à la fois sa souveraineté et sa double posture de bon élève et de leader sur la scène internationale. La baisse de la déforestation de l’Amazonie lui a en effet permis de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, tout en masquant leur augmentation dans tous les autres secteurs. À défaut d’organiser une transition énergétique, la contribution brésilienne fait reposer tous les efforts sur un « agrobusiness du futur », sans rupture par rapport au modèle politique reposant sur l’exportation de matières premières agricoles. Dans ce texte, la contribution brésilienne indique un modèle de politique nationale décliné à l’aune de la nouvelle problématique que représente le réchauffement climatique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en février 2016 ; approuvé en juillet 2016

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Les INDC [contributions nationales prévues et déterminées] : éléments d’un nouveau régime climatique international
La contribution brésilienne : le Brésil se met en scène
Des objectifs ambitieux ?
Des propositions qui atteignent déjà leurs limites
Zéro déforestation illégale et déforestation légale compensée
Une agriculture de bas carbone
L’énergie et les autres secteurs
Conclusion

Aperçu du texte

Les INDC [contributions nationales prévues et déterminées] : éléments d’un nouveau régime climatique international

La vingt-et-unième conférence des parties (COP21) à la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), tenue à Paris en décembre 2015, a marqué une inflexion dans la construction de la question climatique.

Lors de la signature de la convention au Sommet de la terre de Rio, en 1992, celle-ci avait été traitée comme un problème de pollution, une externalité économique, appréciée en termes d’accumulation de gaz à effet de serre (GES) mesurée en CO2 équivalent. Un accord multilatéral sous l’égide des Nations unies devait déterminer un plafond souhaitable d’émissions, afin d’en partager, entre pays développés, les efforts de réduction (d’atténuation) qui, grâce à l’instauration d’un marché international du carbone, auraient pu être réalisés à moindre coût (Aubertin et al. 2015).

Ce cadre a été remis en cause à la COP de Bali, en 2007, avec l’entrée en ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Aubertin et Livia Kalil, « La contribution du Brésil à la COP21 : l’agrobusiness du futur », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://bresils.revues.org/2154 ; DOI : 10.4000/bresils.2154

Haut de page

Auteurs

Catherine Aubertin

Catherine Aubertin, économiste, est directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (UMR Paloc – IRD/MNHN).

Livia Kalil

Livia Kalil est étudiante en deuxième année de master à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org