Navigation – Plan du site
Varia

L’hexis corporelle des femmes des baterias : entre idéal de féminité et modèle de virilité

A hexis corporal das mulheres das baterias : entre ideal de feminidade e modelo de virilidade
The Bodily Hexis of the Bateria Women: Between Feminine Ideal and Model of Virility
Antoinette Kuijlaars

Résumés

Dans les baterias (sections des percussions) des écoles de samba s’expriment virilité, force physique, résistance – autant d’attributs censés représenter la masculinité. Pourtant, les femmes les fréquentent de plus en plus, et parviennent peu à peu à s’imposer à des postes auparavant réservés aux hommes. Elles impriment dans leur corps leur appartenance à un espace viril. Elles oscillent entre un idéal de féminité auquel elles sont censées adhérer du fait de leur sexe, et le modèle de la virilité auquel elles sont confrontées au sein de la bateria, se positionnant dans cet espace, (re)composant leur stratégie corporelle, (re)construisant leurs savoir-faire et savoir-être.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en novembre 2015 ; approuvé en avril 2016

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Une pratique traditionnellement masculine
Jouer « au-delà de la douleur » (Sorignet 2006)
La division sexuelle du travail au sein des baterias : une assignation des femmes aux « petits » instruments
Des femmes « pas comme les autres » : s’imposer en tant que percussionniste
Digression sur les passistas
L’hexis corporelle des femmes des baterias : entre idéal de féminité et modèle de virilité
Gérer son apparence physique au sein de la bateria
La mètis corporelle de Thaís, entre « fermeture de la séduction » et investissement de son identité de genre
L’évolution corporelle de Cheyenne et de sa sœur, entre maintien d’une place sur le marché des échanges amoureux et affirmation de sa force physique
Conclusion

Aperçu du texte

En 2006, la prestigieuse école de samba Estação Primeira da Mangueira a ouvert timidement sa bateria aux percussionnistes de sexe féminin. Il s’agissait de la dernière école les excluant de cette position, ce qui a conduit d’aucuns à penser que « l’ultime bastion du machisme dans les écoles de samba [était] en train de tomber » (Folha de S. Paulo 2006), tandis que d’autres évoquaient « la fin d’une tradition » (Silva 2006). Pourtant, deux années plus tard, les femmes ne représentaient encore que 2 % des effectifs des baterias (Theodoro 2008). Les plus féminisées n’en comptent aujourd’hui qu’une cinquantaine sur environ 300 postes. Elles sont assignées aux instruments les plus petits et/ou les moins prestigieux, certaines sections leur étant presque inaccessibles, tout comme les postes de direction. Toutefois, même quand elles parviennent à entrer dans une bateria, la répartition genrée entre sections instrumentales reste la règle. Comment les femmes font-elles pour se faire une plac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoinette Kuijlaars, « L’hexis corporelle des femmes des baterias : entre idéal de féminité et modèle de virilité », Brésil(s) [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://bresils.revues.org/2202 ; DOI : 10.4000/bresils.2202

Haut de page

Auteur

Antoinette Kuijlaars

Antoinette Kuijlaars est doctorante en sociologie à l’Université Lumière Lyon 2 (Centre Max Weber, Modes, espaces et processus de socialisation).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Les cahiers de Revues.org